PSG 4-1 Lyon : l’analyse tactique

D’un côté, l’OL avait très peu changé. De l’autre, le PSG avait accueilli au début de l’été un nouveau coach pour lancer une nouvelle ère. Sur le papier, il y avait du coup de quoi espérer un Trophée des Champions plus disputé que celui de l’an passée, facilement remporté 2-0 par les Parisiens… Il n’en a rien été : Paris a survolé la rencontre, dominant une équipe lyonnaise dépassée dans tous les domaines.

Les compos : 

Le PSG était pourtant diminué. Derrière, Thiago Silva (blessé) et Marquinhos (Jeux Olympiques) manquaient à l’appel, tout comme Krychowiak, Matuidi et Verratti (sur le banc) dans l’entrejeu. Devant, Cavani était lui aussi forfait, laissant sa place à la pointe de l’attaque à Ben Arfa.

Côté lyonnais, Bruno Genesio pouvait lui s’appuyer sur l’ossature qui avait terminé l’exercice précédent. Nkoulou a remplacé Umtiti, parti au Barça. Devant, Fekir a retrouvé sa place dans le onze de départ en prenant celle de Ghezzal sur l’aile droite. Rybus blessé, Morel débutait la partie sur le flanc gauche de la défense.

PSG vs Lyon - Football tactics and formations

PSG : un pressing « réfléchi » 

 « Ce que nous a préparé le nouveau staff était difficile mais le résultat se voit sur le terrain : on court plus, on fait beaucoup plus de pressing et on va beaucoup plus rapidement vers l’avant. (…) Il veut qu’on presse sans cesse, tente de se projeter, n’encaisse pas de but, il est beaucoup plus exigeant. » Après la rencontre, un mot est revenu dans la bouche d’Angel Di Maria : le pressing.

Face à l’OL, celui-ci a clairement été pensé et préparé avant la rencontre. Il ne s’agissait pas de priver Lopes de solutions courtes afin de le forcer à allonger. Il fallait laisser le gardien lyonnais repartir court vers Yanga-Mbiwa… mais priver ensuite ce dernier de solutions. Dans le coeur du jeu -derrière Ben Arfa positionné sur Nkoulou-, Pastore, Stambouli et Motta bloquaient les trois milieux lyonnais (Gonalons, Tolisso et Darder).

Côté gauche, Di Maria était l’élément-déclencheur du pressing : coupant la ligne de passe entre Yanga-Mbiwa et Rafael, l’Argentin sortait sur le central lyonnais dès qu’il en avait l’occasion afin de le mettre sous pression et forcer sa relance.

psg-pressing

Le pressing parisien à l’oeuvre : Ben Arfa/Nkoulou, Lucas/Morel, Pastore/Gonalons, Stambouli/Tolisso et Di Maria/Yanga-Mbiwa. La réciproque était aussi vraie à l’opposée : lorsque Paris devait fermer le flanc gauche, Lucas était prêt à sortir sur Nkoulou.

Ce pressing parisien a failli faire définitivement couler l’OL en fin de première mi-temps. Coup sur coup, les joueurs d’Unai Emery ont obtenu deux grosses occasions d’inscrire un 4e but avant la pause sur de grosses fautes de relance adverses. Ci-dessous le résumé « au tableau » de l’organisation parisienne, signée Analysport.

Cette orientation sur l’homme des Parisiens au milieu de terrain n’était toutefois pas sans faille. En début de partie, Lacazette est descendu créer le surnombre dans l’entrejeu en décrochant. Le PSG a très vite réagi face à cette situation : l’attaquant lyonnais a été suivi de très près par Kimpembe, très agressif et efficace dans ce genre de duels.

Autre limite pour les Parisiens : lorsque le pressing déclenché par Di Maria était déjoué (ballon porté par Yanga-Mbiwa ou ouverture dans le dos de ce dernier).  L’OL avait alors un vrai boulevard à exploiter dans le dos de l’Argentin en attendant les compensations parisiennes. Mais les Gones n’ont jamais vraiment su négocier ces séquences.

ol-dejoue-pressing1

Di Maria éliminé, Rafael a du champ pour progresser et surtout un bel espace à exploiter entre Pastore et Motta. Problème, aucun Lyonnais ne se rend disponible.

ol-dejoue-pressing2

Au lieu de proposer une solution dans l’axe sur cette séquence, Fekir a préféré rester sur son côté, facilitant la tâche défensive parisienne.

Face à des Lyonnais incapables d’accélérer, la tâche parisienne a forcément été facilitée. Les joueurs de la capitale sont restés sérieux et ont fait les efforts pour compenser lorsqu’un partenaire était battu. Dans le dos de Di Maria, on a vu Pastore coulisser afin de fermer le couloir lorsque Stambouli et Motta étaient trop loin pour le faire. Autre compensation utile, celle de Motta quii s’est retrouvé plusieurs fois en position de défenseur central afin de couvrir un Kimpembe sorti au duel.

Avec la balle : la prime au jeu rapide 

Autre changement dans le match du PSG : l’approche avec le ballon. Le culte de la possession de balle est déjà un lointain souvenir. A la pause, les Parisiens atteignaient à peine les 70% de passes réussies et ne tenaient le ballon que 36% du temps. L’entrée en jeu de Marco Verratti en deuxième mi-temps et la baisse logique du rythme de la partie ont permis de relever ces chiffres (voir ci-dessous) mais le constat est criant : Paris va bien plus vite vers l’avant.

Il faut toutefois prendre en compte le fait que les Lyonnais se sont livrés et ont laissé beaucoup d’espaces à exploiter. En début de partie, les joueurs de Bruno Genesio ont tenté d’aller chercher les Parisiens très haut dans leur camp. Si leur plan de jeu a poussé Kevin Trapp à la faute à 2-3 reprises, il a aussi crée les conditions pour les attaques rapides parisiennes.

Les plus grosses occasions du PSG en première mi-temps sont quasiment toutes intervenues sur le même schéma : un côté « fermé » et beaucoup de joueurs autour du ballon, mais des Lyonnais incapables de le récupérer et un renversement de jeu à l’opposée pour la montée de Layvin Kurzawa, en avance sur Nabil Fekir à chaque fois.

Sur le plan tactique, le positionnement des quatre attaquants parisiens a été intéressant afin de répondre à l’organisation lyonnaise, qui visait à récupérer le ballon haut. En évoluant assez proches les uns des autres, Di Maria, Pastore, Lucas et Ben Arfa ont posé beaucoup de problèmes à l’arrière-garde de l’OL, qui a eu du mal à se positionner (c’est notamment visible sur le premier but, avec un Yanga-Mbiwa qui laisse Ben Arfa sans marquage, ne sachant pas ce que fait Di Maria dans son dos).

Ce positionnement rapproché du quatuor a eu le don de resserrer la défense (Rafael, toujours à l’intérieur par rapport à Di Maria) et ainsi ouvrir d’énormes brèches dans les couloirs. Comme l’illustre la vidéo ci-dessus, Kurzawa en a largement profité en prenant le dessus sur un Fekir dépassé par sa puissance.

psg-structure

En évoluant tous côté ballon, les attaquants parisiens contribuent à resserrer le bloc lyonnais et créent les conditions pour les déboulés de Kurzawa (et Aurier) sur les côtés.

La défense lyonnaise a été aussi souvent prise dans son dos par les appels des attaquants parisiens. Que ce soit sur attaque rapide ou sur des séquences de jeu plus posées (avec Pastore ou Verratti à la baguette), les Gones ont payé leur manque d’agressivité au milieu (porteur libre) et l’alignement défaillant de leur défense (hors-jeu couvert).

ol-alignement

Deuxième mi-temps, Pastore obtient une première balle de 4-0 sur une passe en profondeur de Di Maria et une couverture assurée par Rafael.

Vers un PSG plus pragmatique ? 

Faut-il voit dans ce match les prémices d’un nouveau PSG, moins enclin à garder le ballon. Si l’on s’arrête sur les propos d’Unai Emery après la rencontre, on peut en douter. Le technicien espagnol a en effet signalé son envie « d’améliorer la possession » : « j’aime beaucoup la bonne possession, remonter le terrain mais cela dépend de l’autre protagoniste et c’est normal. Mais j’aime beaucoup la possession, le pressing et l’intensité quand on joue. »

En vérité, on comprend par ces propos que le souhait n°1 du technicien espagnol est de faire de son équipe une formation capable de tout faire. Face à Lyon, elle n’a pas eu besoin de possession pour trouver la faille : le bloc haut de l’OL a entraîné les attaques rapides. A voir maintenant ce que ce PSG sera capable de faire face à une formation regroupée dans sa moitié de terrain.

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. _rem dit :

    merci pour ce travail d’analyse.
    Je suis pas sur d’avoir bien compris le 2e paragraphe de la partie « PSG : un pressing « réfléchi » « . Il y a besoin d’une relecture ou c’est moi?

  2. Lost in T dit :

    On a tous hâte de voir ce qu’Emery va faire de l’équipe. Avec le nombre de technicien devant ca peut être magnifique!

    Pour le pressing « réfléchi » je comprends que c’est un pressing coordonné. Chaque joueur a une tâche précise à effectuer.

    Di Maria a fait des courses impressionnantes! J’étais surpris d’ailleurs qu’Emery sortent les latéraux plutôt que Lucas, Pastore ou Ben Arfa qui ont multiplié les efforts.

    Je suppose que c’est une question de niveau de préparation aussi en cette pre-saison.

    En tous cas un quatuor offensif tout en mobilité sans pointe fixe est un régal ! Cavani va apporter des appels et créer des espaces pour les 3 autres mais Ben Arfa et Jesé sont clairement des alternatives viables!

  1. 10 août 2016

    […] premier match officiel de la saison, le PSG a écrasé l’OL durant le trophée des champions. Chroniques Tactiques analyse le gouffre qui sépare les deux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *