Paris SG 4-0 Monaco : les enseignements du Trophée des Champions

Samedi après-midi, le PSG de Tuchel a imité celui de son prédécesseur en décrochant un premier trophée dès sa première sortie officielle. Face à un AS Monaco diminué lui aussi par les absences, les Parisiens ont déroulé une partition séduisante.

En tête d’affiche, Verratti et Rabiot se sont joués de milieux monégasques très naïfs durant le premier acte alors que Di Maria a endossé avec succès le rôle de l’impact-player. Après la pause, l’ASM a réduit les espaces dans l’axe mais Paris a continué à dérouler grâce à ses individualités, qui ont alors brillé sur les ailes.

Premier acte : un PSG en balade 

Pour bien comprendre le déroulement de la rencontre, il faut d’abord évoquer les choix des deux entraîneurs au coup d’envoi. Alors que tout le monde s’attendait à un 3-4-3 côté parisien, Thomas Tuchel est revenu au 4-3-3 sur lequel le PSG a construit tous ses succès (… et ses échecs) ces dernières saisons.

L’option a sans doute surpris Leonardo Jardim puisque son ASM a de son côté débuté la rencontre en 3-5-2 (cf. le coup d’envoi ci-dessous).

Sur le papier, le 3-5-2 aurait dû se calquer sur le 3-4-3 parisien et ainsi créer un maximum de duels. Sur le terrain, cela s’est traduit dans les premières minutes par un marquage très strict, notamment dans l’entrejeu. Un peu plus bas, Jemerson s’est illustré d’entrée par une sortie très virile dans le dos de Di Maria.

Mais très rapidement, les Monégasques ont dû s’adapter à l’organisation parisienne, qui n’était pas celle attendue. Soutien de Jovetic au coup d’envoi, Lopes a retrouvé son côté gauche, laissant le soin à Tielemans d’épauler l’attaquant de pointe dans la zone de Lassana Diarra. Un cran plus bas, Pelé a lui récupéré le rôle en suivant les déplacements d’Adrien Rabiot.

Du 3-5-2, Monaco est ainsi passé en 4-4-2 mais en conservant une dimension très individuelle au niveau des marquages. Résultat, dans l’axe, Pelé et Aholou se sont trop souvent faits aspirer par Verratti et Rabiot lorsque ces derniers décrochaient…

Les milieux monégasques allaient même jusqu’à se retrouver au-delà de leur première ligne (Tielemans-Jovetic), qui restait spectatrice.

Cette agressivité des milieux aurait pu être viable dans un contexte collectif différent. Si Jovetic et Tielemans s’étaient montrés plus agressifs et tournés vers les défenseurs parisiens par exemple, ou si les milieux excentrés (Lopes, Grandsir) étaient plus orientés vers l’intérieur que vers la fermeture du couloir face aux latéraux parisiens (Dagba, Nsoki).

Tout au long de la première mi-temps, l’ASM a tenté de s’ajuster en suivant les consignes de Jardim mais le fait de devoir changer de plan dès le départ et surtout l’absence d’un cadre commun à tous les joueurs (normal puisqu’ils se découvrent pour la plupart) a rendu les choses beaucoup trop compliquées.

Et pendant ce temps, les Parisiens se sont régalés des espaces dans le dos des milieux monégasques. Dans l’entrejeu, Verratti et Rabiot ont volontairement joué bas et parfois dézoné pour embarquer avec eux leurs adversaires directs. Deux possibilités s’offraient ensuite à l’équipe parisienne.

  • les projections des milieux de terrain, qui passaient dans le dos de leurs vis-à-vis après les avoir aspirés loin de leur zone.
  • les décrochages des attaquants entre les lignes adverses, afin de se rendre disponible dans la zone libre.

Nkunku et Di Maria se sont régalés de ces espaces dans le coeur du jeu, bien aidés par Raggi et Serrano qui ne pouvaient pas lutter sur le plan de la vélocité.

Ces décalages en ont en plus entraîné d’autres sur les ailes : poussés à sortir de l’alignement défensif pour suivre Nkunku et Di Maria, Raggi et Serrano laissaient alors à leurs ailiers (Grandsir et Lopes) le soin de fermer le couloir face aux latéraux parisiens (Nsoki, Dagba).

Le second but parisien est ainsi directement venu d’une montée du latéral gauche, parti dans le dos de l’ancien Troyen alors que Raggi était à proximité de Di Maria (voir ci-dessous).

Monaco : un retour au 4-4-2 bienvenu

A 2-0 à la pause, le mal était déjà fait pour l’ASM. Mais l’équipe de Jardim est tout de même ressortie des vestiaires avec une organisation en 4-4-2 bien plus efficace, rappelant à ce qui a fait sa force lors des deux dernières saisons. Un changement de système permis par les entrées de Diop et Baldé au détriment de Pelé et Grandsir (46e).

Le premier s’est positionné en soutien de Jovetic et s’est vite distingué par ses efforts pour renforcer le premier rideau défensif (cadrage des milieux ou défenseurs parisiens) et quelques belles prises de balle. Le second a été moins en vue mais est entré dans un rôle classique dans le couloir droit, avant de passer à gauche à la sortie de Rony Lopes.

Le changement tactique a porté ses fruits puisque l’ASM a gratté plus de ballons dans l’entrejeu et s’est montré dangereux sur des transitions. Jovetic a eu deux opportunités pour réduire le score (46e, 49e) et Thiago Silva a dû s’employer dans ses 6m pour écarter un centre dangereux de Rony Lopes (57e).

Autre signe de la bonne reprise de l’ASM, le PSG a moins eu d’opportunités dans le coeur du jeu. Le travail de Diop en première ligne et le replacement de Aholou et Tielemans dans un double pivot a réduit les espaces à exploiter… malgré quelques mauvais réflexes, réminiscences du premier acte.

Mais Paris avait encore des atouts à faire valoir sur les côtés. En difficulté pendant tout le match, Serrano a d’abord été pris de vitesse par Nkunku, qui a vu son centre repoussé par Benaglio (61e). Puis ce fut au tour de Raggi de prendre l’eau sur le 3ème but parisien en se faisant déposer par Nsoki suite à un excellent renversement de jeu de Rimane (67e). Un double-break qui a définitivement mis fin au suspense.

Conclusion : 

Au-delà de la victoire, c’est bien la manière qui est à retenir côté parisien. Certes, Unai Emery avait lui aussi trouvé la recette face à l’AS Monaco (6 victoires d’affilée) mais cette première mouture « tucheliste » est prometteuse sur pas mal de points.

Deux sont surtout à retenir par rapport aux saisons précédentes : le comportement des défenseurs avec le ballon, beaucoup plus tournés vers l’avant si l’espace s’offre à eux, et surtout le rendement de Rabiot et Verratti, qui se projettent enfin lorsque le jeu le demande.

https://twitter.com/chronitactiques/status/1026268865863581696

Attention quand même au facteur « état de grâce ». Le PSG d’Emery avait lui aussi débuté en fanfare par un match qui avait permis de mettre en exergue le style du technicien espagnol. On sait ce qu’il est advenu par la suite.

Côté monégasque, Leonardo Jardim semble lui être parti pour nous rejouer le mythe de Sisyphe et de son rocher. Sauf que cette fois, avec le départ de Fabinho, l’ASM a perdu l’entièreté du double-pivot autour duquel s’articulait toute l’équipe (offensivement et surtout défensivement).

Le chantier de Portugais risque donc d’être encore plus compliqué que la saison dernière. S’il faut s’attendre à voir rapidement la paire Aholou-Tielemans être testée derrière Golovin, la question se pose encore de son rendement.

L’an passé, l’ASM avait réussi son début de saison en prenant beaucoup de points grâce à ses coups de pied arrêtés et à l’efficacité de Falcao (13 buts sur les 10 premières journées). Il faut espérer pour eux que ce réalisme ne leur fasse pas défaut cet été, sous peine de vivre un début d’exercice sans doute bien plus difficile.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. franz dit :

    super ! un nouvel article

  2. jean dit :

    Il me semble qu’Emery demandait aussi à Rabiot et Verratti de se projeter.

  3. Mathieu dit :

    Je pense que c’est l’une des rencontres qui ont davantage motivé le Paris Saint-Germain à faire de plus en plus mieux. Voilà pourquoi les hommes de Tuchel écrasent tout sur leur parcours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *