LOSC 0-1 PSG : Paris et l’infériorité numérique

Vendredi soir, le PSG a empoché ses trois premiers points de la saison en s’imposant sur la pelouse de Lille (1-0). Bien rentrés dans le match, les Parisiens ont dû composer avec un évènement contraire : l’expulsion d’Adrien Rabiot à la 27e minute de jeu. Plutôt empruntés jusqu’à la mi-temps, ils sont revenus plus forts après la pause : si l’entrée de Thiago Motta a eu un effet immédiat sur la sérénité de l’équipe, le réajustement tactique qui a accompagné sa rentrée a renforcé le bloc parisien.

Avant la mi-temps : quand Lille rate le coche

Organisés en 4-3-3 au coup d’envoi, les Parisiens étaient en effet passés en 4-2-3 suite à l’expulsion de Rabiot (27e). Un schéma de jeu ambitieux lorsqu’une équipe évolue en infériorité numérique et dont l’efficacité défensive dépend de l’activité des attaquants. Si ces derniers sont présents au pressing, ils ne laissent pas le temps à leurs adversaires d’exploiter les espaces autour des deux milieux de terrain (cf. Lyon 2-2 Saint-Etienne, l’analyse tactique).

Encore en rodage en ce début de saison, les attaquants parisiens n’avaient sans doute pas les jambes pour accomplir de tels efforts, si bien que les Lillois ont eu beaucoup d’espaces à exploiter au moment de relancer.

lille-diagonale

Face au 4-2-3 parisien, le jeu lillois aurait pu passer par les intervalles séparant les excentrés (Lucas-Pastore) des milieux parisiens (Matuidi-Verratti). Une fois Cavani dépassé, les lignes de passes s’ouvraient vers les ailiers (Corchia, Bauthéac). Des situations qui appelaient ensuite aux dédoublements des latéraux (Pavard à droite, Sidibé à gauche).

Le LOSC n’a jamais su profiter de ses espaces jusqu’à la mi-temps. Un « manque d’audace » qui renvoie aux déclarations de Hervé Renard après la rencontre. Cette période entre la 27e et la 45e minute était la plus propice pour mettre en difficulté la défense parisienne.

Au lieu de ça, les milieux lillois ont multiplié les passes latérales au lieu de profiter des espaces offerts. A leur décharge, les milieux offensifs n’ont pas non plus été à leur avantage : Corchia a manqué de percussion sur son aile, Bauthéac a été dominé par Aurier et Boufal a complètement disparu de la circulation durant cette période. Alors que son équipe avait la possession, l’ancien Angevin n’a touché que 3 ballons entre la 27e et la 45e minute (contre 17 durant les 27 premières minutes).

boufal

Après la pause : Paris s’ajuste 

Même si le LOSC était inoffensif, les Parisiens n’ont pas pris de risque et se sont ajustés pendant la pause (d’autant que Lille s’est renforcé offensivement avec l’entrée de Mendes). Terminé le 4-2-3, l’entrée de Thiago Motta fait passer l’équipe en 4-4-1. Matuidi et Lucas jouent désormais plus bas, encadrant Motta et Verratti qui contrôlent l’axe. A tour de rôle, les deux Italiens doivent aussi sortir au pressing afin d’épauler Cavani lorsque celui-ci est dépassé par la circulation lilloise.

psg-reprise

Le 4-4-1 parisien face à la relance lilloise.

psgreprise2

Pavard « saute » Mavuba pour éliminer Cavani et servir Balmont. Motta sort pour forcer la passe vers Corchia, qui sera serré par Matuidi à droite.

Résultat de ce réajustement, une défense parisienne en place et encore plus de contrôle face à des Lillois déjà limités dans la moitié de terrain adverse. Comme à son habitude, le PSG a accompagné ces séquences défensives de temps de possession assez long pour préparer ses attaques. Il lui a ensuite suffi d’une seule accélération de Lucas (seul tir cadré du match) pour débloquer le score et ramener les trois points de la victoire.

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *