Equipe de France : les chiffres collectifs (1/3)

Pour l’équipe de France, les rencontres face aux Pays-Bas et la Russie ont mis fin à ce que l’on pourrait appeler la saison régulière, débutée en septembre dernier au Portugal. Les prochains rendez-vous auront en effet une toute autre importance puisqu’il s’agira de la dernière ligne droite avant l’Euro 2016.

L’occasion est donc bonne pour jeter un dernier regard dans le rétro et se pencher sur les stats de l’équipe sur la période qui vient de s’achever. Sur le plan de résultats, le bilan est largement positif puisque la France compte 7 victoires contre une seule défaite (0-2 en Angleterre dans les conditions post-attentats que l’on sait…).

Efficacité offensive et défensive : 

18 buts marqués contre 8 encaissés, tel est le bilan des Bleus lors de leurs 8 sorties de la saison. En moyenne donc, plus de 2 buts inscrits/match, contre 1 concédé à leurs adversaires.

A noter : les Français ont encaissé 6 buts sur 8 lors de leurs 3 dernières sorties (Angleterre, Pays-Bas, Russie). Avant cela, ils avaient réussi 3 clean-sheets face au Portugal, à l’Arménie et à l’Allemagne en 5 rencontres (Serbie et Danemark).

france-efficacite

Efficacité offensive = tirs tentés/buts marqués. Efficacité défensive = tirs concédés/buts encaissés.

Les deux derniers matchs face aux Pays-Bas et la Russie l’ont prouvé : l’équipe de France sait se montrer réaliste. Avec un but marqué en moyenne tous les 5,7 tirs, les Bleus affichent une efficacité offensive digne des meilleurs clubs européens (Barça, PSG).

Rappel : Ligue des Champions (stats) : le Real plus dominateur, le Barça et le PSG plus efficaces

Ce réalisme permet notamment aux Bleus de rapidement prendre l’avantage : sur leurs 18 buts, 6 ont été inscrits durant le premier quart d’heure de jeu (Matuidi contre la Serbie, Giroud x2 contre le Danemark, Griezmann et Giroud contre les Pays-Bas, enfin Kanté contre la Russie).

Sur les 720 minutes de jeu disputées depuis le mois de septembre, la France a ainsi mené au score pendant 434 minutes (plus de la moitié du temps !). Idéal pour une équipe qui peut s’appuyer sur des individualités très dures à franchir dans l’entrejeu (voir plus bas).

Seule l’Angleterre lui est passée devant au tableau d’affichage (pendant 51 minutes) pour lui infliger sa seule défaite de la saison en cours. Une inconnue donc : la capacité de réaction des Bleus lorsqu’ils doivent courir après le score.

Mais ce réalisme ne doit pas masquer les difficultés des Bleus derrière. S’ils encaissent peu de tirs par match (voir plus bas), ces derniers font souvent mouche. Avec un but encaissé tous les 7 tirs en moyenne, les Français sont loin des performances des meilleures formations européennes (qui peuvent aller jusqu’à 1 but pour 20 tirs en Ligue des Champions).

Les deux derniers matchs face aux Pays-Bas et la Russie pèsent lourds dans cette balance. Les Russes ont marqué 2 buts en ne tirant que 3 fois. Sur les 6 matchs précédents, les Bleus en étaient à 1 but encaissé tous les 11 tirs concédés environ. Toujours loin des meilleurs donc, mais dans les standards des bonnes équipes du continent.

Tirs et possession de balle : 

Dans cette deuxième partie, nous allons nous intéresser aux critères qui font qu’une équipe domine une rencontre ou pas (rappel : dominer n’est pas forcément synonyme de victoire au coup de sifflet final ou même de maîtrise de la rencontre).

tirs-france

Pas de grande surprise dans ce premier tableau : la France a plus souvent tiré au but que la plupart de ses adversaires. Seul le Portugal et l’Angleterre ont fait mieux qu’elle sur un match, mais jamais avec un écart important (+2 pour le Portugal, +1 pour l’Angleterre).

Avec un peu moins de 13 tirs tentés par match en moyenne, les Bleus sont quand même loin d’offrir du grand spectacle. Le fait de ne jouer que des matchs amicaux – propices aux nombreux changements qui peuvent casser le rythme de la partie – pèse sans doute sur cette statistique. A revoir en situation de compétition…

Ce constat doit donc aussi tempérer leur tenue défensive : sur le papier, encaisser seulement 7 tirs par match est digne des meilleures défenses d’Europe. Mais là encore, le caractère amical des rencontres joue sans doute sur ce chiffre.

On retiendra malgré tout le fait que les Bleus n’ont pas de mal à porter le danger dans la surface adverse (près de 2 tirs sur 3 dans la surface) et ne sont pas si dépendants que ça des coups de pied arrêtés. Le nombre de « big chances » crées par match est aussi un excellent point, même si le match face à l’Arménie a gonflé ce chiffre (6 grosses occasions dans le match).

france-passes

Au niveau des passes, pas de surprise non plus. Si la France a la plupart du temps eu la possession de balle, elle n’en a pas non plus fait une pierre angulaire de son jeu (53% de possession en moyenne). A retenir tout de même les 86% de passes réussies, qui propulsent les Bleus au niveau des meilleurs clubs du continent.

En revanche, les Français créent assez peu d’occasions (passes-clés/match) par rapport à leur nombre de passes tentées. Le déchet technique assez important (voir ci-dessous) peut être une cause, tout comme (encore une fois) le caractère amical des rencontres, qui peut pousser à faire tourner le ballon en laissant le temps s’écouler tranquillement.

france-dribbles

Dernière valeur intéressante, le nombre de dribbles tentés/match. Même si le groupe compte quelques spécialistes dans ses rangs (Coman, Martial…), ces derniers ne boostent pas forcément le chiffre collectif. C’est même le retour de Lassana Diarra en bleu qui a permis de faire progresser ce dernier (ce qui n’est pas forcément idéal pour le collectif).

Lire aussi : France 4-2 Russie : la balade de Lassana Diarra 

Autre point intéressant, les Bleus se font très rarement éliminer : leurs adversaires dépassent à peine les 35% de réussite dans les un-contre-un, ce qui fait de l’équipe de France l’une des sélections les plus efficaces dans les duels. Pas une surprise lorsque l’on s’appuie sur un milieu de terrain composé de Diarra, Matuidi et Pogba (plus de 70% de tacles réussis en club).

Les joueurs décisifs : 

Pour terminer, jetons un oeil aux éléments les plus décisifs sur la période. Deux autres articles suivront afin de détailler performances individuelles, en attaque puis en défense.

france-decisif

Cliquer sur le tableau pour l’agrandir.

Cela peut surprendre mais c’est bien le cas : Blaise Matuidi est le joueur français le plus décisif en bleu depuis le début de la saison. Moins bien à l’heure actuelle, le milieu du PSG avait réalisé un départ canon, signant notamment un doublé contre la Serbie. Son taux de conversion à plus de 40% renvoie à ses chiffres avec le PSG : lorsqu’il a les jambes pour se projeter, il fait souvent la décision.

Lire aussi : Passeur et buteur, les joueurs les plus dangereux de Ligue 1

S’il semble toujours compter sur Karim Benzema, Didier Deschamps a sans doute relevé les bons chiffres de Olivier Giroud et André-Pierre Gignac à la pointe de son attaque. En terme de ratio minutes/but, les trois joueurs se suivent de près (entre 84 et 92 minutes entre chaque but). Giroud a notamment su se relever d’un difficile France-Serbie en marquant 2 buts face au Danemark.

Autre point intéressant, le statut de meilleur passeur d’Anthony Martial. Avec 4 passes décisives distribuées, l’ancien attaquant de l’AS Monaco en a distribué autant en quelques mois que Griezmann depuis la rentrée 2014. Ce qui frappe dans ses chiffres, c’est son efficacité à la dernière passe : 2 sur 3 ont été converties en but, ce qui prouve leur qualité.

Autre joueur décisif, Antoine Griezmann touche à tout (2 buts, 2 passes) et est surtout impliqué sur beaucoup d’actions. S’il est moins efficace que ses partenaires et qu’en club, l’attaquant de l’Atletico reste la pierre angulaire des Bleus en attaque.

Enfin, on notera l’absence de Paul Pogba de ce classement : le milieu de la Juve n’a pas été décisif depuis plus de 700 minutes sous le maillot bleu (son dernier but remonte au mois d’octobre 2014 face au Portugal).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Dede dit :

    « encaisser seulement 7 buts par match est digne des meilleures défenses d’Europe. »?! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *