Tottenham 0-0 Manchester United, l’analyse neutralisante

C’était le choc du week-end en Angleterre. Tottenham avait l’occasion de prendre sa revanche sur Manchester United après un match aller plié sur un but très controversé de Nani. Les enjeux étaient simples pour les deux équipes : récupérer leurs places respectives (4ème pour Tottenham et leader pour United). Seul les Red Devils sont arrivés à leur fin grâce à leur capacité à avant tout bien défendre. Ils restent la seule équipe européenne invaincue dans un grand championnat depuis le début de la saison.

Au coup d’envoi, aucune grosse surprise n’est à signaler parmi les 22 joueurs présents sur la pelouse de White Hart Lane. Palacios remplace Huddlestone dans le onze-type des Spurs. Côté Man United, Giggs est titularisé sur le flanc gauche, le duo Carrick-Fletcher dans l’axe et Rafael se retrouve au marquage de Bale dans son couloir droit.

Tottenham (4-2-3-1) : Gomes – Hutton, Gallas, Dawson, Assou-Ekotto – Palacios, Modric – Lennon, Van der Vaart, Bale – Crouch.

Manchester United (4-4-2) : Van der Sar – Rafael, Ferdinand, Vidic, Evra – Nani, Fletcher, Carrick, Giggs – Berbatov, Rooney.

Le match débute très fort. Les deux équipes jouent les coups à fond devant et mettent la pression dès que possible sur leur adversaire. Rapidement, la zone-clé de la rencontre se distingue : ce sera la première partie de la moitié de terrain des Spurs où officie Modric et Palacios et où vient traîner Berbatov.

Première raison à cela, les deux milieux de Tottenham sont à la base de la majorité des mouvements des Spurs. N’hésitant pas à porter le ballon, Modric et Palacios font à plusieurs reprises enfoncer la première ligne adverse. En s’infiltrant entre le milieu et son ailier, ils pénètrent dans la zone du latéral adverse et peuvent ainsi offrir des balles de un-contre-un à Bale et à Lennon (ou Hutton lorsque celui-ci prend son couloir). Reste au joueur de couloir de faire son travail en prenant le dessus sur son vis-à-vis.

Qui dit percées des milieux entraîne forcément des espaces entre les lignes. Dans le premier quart d’heure, les quatre offensifs de Manchester vont se retrouver plusieurs fois en situation de créer le surnombre face à la seule défense des Spurs mise sur le reculoir. Au coeur de ces mouvements, Berbatov apparaît comme le Mancunien le plus dangereux, toujours au bon endroit au bon moment pour proposer une solution. Malheureusement pour lui et pour Manchester, chaque situation dangereuse sera fossoyée par un mauvais choix, une mauvaise passe de la part de Nani, Giggs ou Rooney (horrible dans les 30 derniers mètres).

Pour ne rien arranger, la défense de Tottenham va monter d’un cran pour venir combler l’espace laissé libre par les prises de risque de Modric et Nani. Gallas et Dawson gagnent plusieurs ballons aux alentours du rond central et United se retrouve à encaisser les attaques adverses sans réussir à s’en sortir. Le danger approche des buts de Van der Sar via les ailes… Mais dans l’axe, Ferdinand et Vidic sont tout simplement imprenables, même avec Crouch en face. Il faut dire que le bloc de Ferguson opère parfaitement lorsqu’il s’agit de couvrir la surface de réparation lors d’un centre de l’adversaire. Exemple avec Gareth Bale.

Très agressif sur Bale, n’hésitant pas à anticiper pour l’empêcher de se mettre face au jeu, Rafael a quand même pris l’eau sur quelques débordements du Gallois. Mais derrière, la défense mancunienne est restée maître dans sa surface grâce à un double, voire triple rideau pour couvrir les centres puissants mais désormais lisibles de l’ailier des Spurs. Rafael est au duel et doit fermer l’angle de centre au maximum. Dans la surface, Vidic s’occupe de Crouch, Ferdinand de Van der Vaart et surtout Fletcher vient tenter de couper la trajectoire du centre avant qu’il n’arrive au niveau du premier poteau.

Ceci décrypté, revenons-en au match. Tottenham domine les débats mais Manchester ne souffre pas vraiment. Petit à petit, les Red Devils vont se remettre dans le match, d’abord grâce à des joueurs plus agressifs sur les seconds ballons (Fletcher et Rafael) puis grâce à leur capacité à casser le rythme par de longues phases de possession de balle pour faire sortir les milieux des Spurs et créer des brèches pour les accélérateurs de jeu. Les minutes passent et l’on sent bien venir la victoire courte et de sang-froid des Red Devils.

Au retour des vestiaires, quelques petits changements sont à noter. Giggs se retrouve dans un rôle beaucoup plus axial ce qui libère à la fois Lennon et Hutton dans leur couloir droit. Les deux enverront plusieurs centres dans la surface de United, tous renvoyés par la défense. De l’autre côté du terrain, Fletcher prête main forte à un Rafael déjà averti pour affronter Bale. Mais cela n’empêchera pas le Brésilien de se faire expulser à un quart d’heure de la fin de la rencontre. A ce moment-là, le match apparaît plié : Fletcher glisse à droite et Anderson, entré en jeu quelques minutes plus tôt pour faire le relais entre la défense et l’attaque se mue en défensif. Le bloc de United se resserre autour de sa surface et continue de renvoyer tous les centres adverses.

Conclusion :

Un 0-0 logique et presque sans histoire. Tottenham a tout essayé pour enfoncer les deux lignes de quatre adverses mais les défenseurs de United semblent imprenables dans leur surface de réparation. De l’autre côté du terrain, Gomes a passé une soirée plutôt tranquille, la faute à des offensifs adverses coupables de fautes techniques assez inhabituelles.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Guess dit :

    Allez d’autres analyses s’il vous plaît !! ou même un dossier spécial sur un joueur en particulier ou sur un poste, ou sur une phase de jeu, ( ex: le marquage )
    etc… byee

  2. Bonjour,
    votre analyse de match est plutôt pertinente. Seriez vous intéressé pour collaborer avec mon site ?
    N’hésitez pas à venir discuter,

    bien cdlt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *