France : le sans-faute de Payet

Il était plus qu’attendu et il n’a pas déçu. Pour son retour dans le groupe France, Dimitri Payet a réalisé un sans-faute. Auteur d’une grosse prestation face aux Pays-Bas sans être décisif, le joueur de West Ham a été récompensé de tous ses efforts en envoyant un coup-franc magnifique en pleine lucarne face à la Russie. Celui qui était présenté comme un paria il y a peu a rempli tous les objectifs qui lui étaient donnés avant le coup d’envoi du premier match amical.

Dimitri Payet : ce qu’il peut apporter aux BleusIl a réussi son retour en bleu : focus sur la saison de Dimitri Payet et de ce qu’il peut apporter à l’Équipe de France de Football.

Posté par Les Chroniques Tactiques sur lundi 28 mars 2016

Pays-Bas : une intégration réussie 

Positionné sur l’aile gauche dans le 4-3-3 de Didier Deschamps, Payet a très vite pris ses marques. Il faut dire que les consignes qui lui étaient données par le sélectionneur étaient les mêmes que dans son club : repiquer dans l’axe, trouver les espaces dans le bloc néerlandais afin d’offrir des solutions à ses relanceurs.

Tout au long de la partie, le meilleur passeur français du moment a su se positionner pour réceptionner les relances de Diarra ou Koscielny. Axial gauche, le défenseur d’Arsenal a donné plusieurs bons ballons à son rival en Premier League, notamment celui qui a permis à Payet de déclencher le premier tir de la rencontre.

payet-disponibilite

Alors que les milieux des Bleus font tourner le ballon et attirent les milieux adverses, Payet et Griezmann se positionnent entre les lignes.

payet-deplacement

Diarra et Koscielny ont donné plusieurs bons ballons à l’attaquant de West Ham.

Se rendre disponible est une chose, réussir sa première touche de balle en est une autre. Là encore, Payet a réalisé un quasi sans-faute dans ces prises de balle et orientations. S’il a eu du déchet, notamment en début de partie, ses contrôles orientés ont souvent permis aux Bleus de garder le temps d’avance offert par la relance (qui cassait les lignes néerlandaises).

payet-transition

En transition aussi, Payet a joué juste, lâchant le ballon au bon moment pour Pogba.

Dans les 30 derniers mètres, l’influence de Payet n’a pas faibli, d’abord grâce à la qualité de ses centres (11 tentés, 6 réussis) mais aussi de ses coups de pied arrêtés. Avec 6 passes-clés réussies en 90 minutes de jeu, il a été le meilleur dernier passeur de la rencontre.

Il faut remonter au France-Arménie (4-0) d’octobre dernier pour trouver la trace d’un passeur aussi prolifique (Valbuena, 7). Si l’on ajoute ses 4 tentatives (dont une frappe sur le poteau en deuxième mi-temps), Payet a été impliqué sur 10 tirs. Sur un seul match, aucun autre bleu n’a fait mieux sur la saison 2015-16.

payet-caviar

L’une des nombreuses passes-clés de Payet dans le match, pour Griezmann cette fois.

Russie : la confirmation en joker 

Remplaçant face à la Russie, Payet devait aussi prouver qu’il pouvait être utile en sortie de banc pour les Bleus, afin de marquer des points par rapport à Coman ou Ben Arfa. Remplaçant de Griezmann à l’heure de jeu (62e), l’ex-Marseillais n’a eu besoin que de 2 minutes pour s’illustrer en envoyant un coup-franc splendide dans la lucarne de Lodygin (64e).

Après ce coup d’éclat, il a continué sur sa lancée : moins percutant que Coman (1 seul dribble tenté contre 4), il a tout de même été impliqué sur 4 tirs au total (3 tirs et 1 passe-clé). C’est d’ailleurs lui qui lance l’ailier du Bayern Munich dans la surface russe pour le 4ème et dernier but français.

Et maintenant ?

Evidemment, deux prestations ne suffisent sans doute pas à faire de Payet un titulaire aux yeux de Didier Deschamps (le constat vaut d’ailleurs aussi pour N’golo Kanté). Même s’il a déçu contre la Russie, Anthony Martial reste un client sur l’aile gauche avec son statut de meilleur passeur de la saison en équipe de France (4).

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *