Schalke 04 0-2 Manchester United, l’analyse tactique

Même si les yeux étaient surtout déjà tournés vers la rencontre entre le Real et le Barça (certains n’ont d’ailleurs pas loupé la conférence de presse musclée de Guardiola), il y avait une première demi-finale de C1 ce mardi soir du côté de Gelsenkirchen. Sans surprise, Manchester United est allé s’imposer face à Schalke 04 (2-0). Les Allemands n’ont jamais su trouver la bonne formule sur le plan tactique. Il faut dire qu’en face, l’organisation mancunienne a fait preuve d’une capacité d’adaptation impressionnante à chaque changement de son adversaire. Analyse.

Les compositions :

Farfan de retour et Höwedes absent, Rangnick n’a pas à se creuser énormément les méninges au moment de composer son onze de départ. Le Péruvien reprend son poste côté droit. Dans l’entrejeu face à l’Inter, Matip redescend en défense centrale aux côtés de Metzelder. Dans l’axe, Papadopoulos se retrouve protégé par un duo Jurado-Baumjohann : Neuer – Uchida, Matip, Metzelder, Sarpei – Papadopoulos, Baumjohann, Jurado – Farfan, Raul, Edu.

Du côté de Man United, aucune grosse surprise n’est à signaler. Très bon face à Chelsea en quarts de finale, Carrick et Giggs sont reconduits dans l’axe alors que Rooney et Hernandez forment toujours la paire d’attaque. A signaler toutefois la constitution d’un côté droit assez spécial, sans Nani mais avec Valencia le droitier devant Fabio le gaucher : Van der Sar – Fabio, Ferdinand, Vidic, Evra – Valencia, Carrick, Giggs, Park – Rooney, Hernandez.

Schalke en deux plans :

Contrairement à ce que pouvait laisser présager la compo (un 4-4-2), Schalke débute la rencontre avec trois véritables attaquants devant un milieu à trois têtes. Raul, Farfan et Edu sont déchargés d’une partie du travail défensif mais doivent mettre sous pression la relance des Mancuniens. Derrière, Papadopoulos s’occupe de Rooney tandis que Jurado et Baumjohann n’hésitent pas à quitter leur moitié de terrain pour gêner les prises de balle de Carrick et Giggs.

Les flèches indiquent la position avant la libération du ballon au latéral.

Derrière ce quinté qui va chercher MU jusque dans sa propre moitié de terrain, Papadopoulos est chargé de suivre les déplacements de Rooney. Sur les côtés, Sarpei et Uchida doivent en faire de même avec ceux de Valencia et de Park. Si l’Equatorien reste dans son couloir, le Sud-Coréen rentre constamment dans l’axe, créant un surnombre dans la zone de Papadopoulos et offre ainsi une solution rapide de relance au sol. Dans le même temps, les montées combinées de Evra (non-suivi par l’attaquant) forcent Uchida à rester dans son couloir, permettant ainsi à Park d’évoluer au coeur du jeu sans adversaire direct.

Dépassé dans les couloirs, Rangnick revoit ses plans aux alentours de la demi-heure de jeu. Le 4-3-3 devient un 4-4-2/4-2-3-1 avec Baumjohann et Farfan chargés de fermer les côtés face aux montées des latéraux. La perte d’un milieu de terrain dans l’axe pousse Schalke à reculer ce qui libère le rond central à la paire Giggs-Carrick. Partant de là, le premier peut évoluer plus haut, participer aux permutations (notamment avec Rooney ou Park) et combiner sur les côtés pour créer le surnombre (voir ci-dessous). De son côté, Carrick oriente le jeu ou tente de trouver de la profondeur, notamment grâce aux appels de Hernandez.

Les ballons reçus par Giggs : dans la première demi-heure / dans le dernier quart d’heure.

Forcé de reculer, Schalke a aussi beaucoup de mal à remonter. Et pour cause, au lieu d’avoir trois solutions devant, il n’y en a plus que deux (Raul, Edu) que Vidic et Ferdinand se partagent sans broncher. Au passage, il faut souligner que la majorité des offensives allemandes ont insisté dans l’axe. Se sachant en déficit de taille en cas de centre, Farfan, Jurado ou encore Baumjohann ont surtout cherché à trouver les appuis de Raul ou Edu pour pouvoir pénétrer la surface adverse. Ils en sont malheureusement restés à une bonne vingtaine de mètres, Van der Sar n’étant mis à contribution que sur des frappes de l’extérieur de la surface.

A la reprise, la bonne formule ?

Au retour des vestiaires, les hommes de Rangnick reprennent avec la même formation qu’en début de partie (4-3-3). Mais désormais, le quinté ne sort plus autant. Et pour cause, l’instar de ce qu’avait pu faire le milieu à trois du Real à Valence (voir l’analyse tactique), la tâche de doubler les couloirs face aux latéraux adverses revient aux deux milieux relayeurs (Baumjohann vs Evra et Jurado vs Fabio). L’entrée de Kluge à la place de Baumjohann (53e) offre un souffle supplémentaire à ce changement et les Allemands connaîtront leur meilleure période à ce moment de la partie. Mais comme souvent dans ces cas-là, MU va faire la différence.

Sur ce premier but, Schalke encaisse les imprévus de son système de jeu : Rooney n’est pas suivi en individuelle par Papadopoulos et se retrouve libre à 30 mètres des buts de Neuer dans la zone de Kluge qui est en retard puisque monté fermer le couloir face à Evra. Dans son champ de vision, il aperçoit Giggs suivi par Jurado. L’Espagnol lâche le marquage lorsque le Gallois se dirige dans la zone présumée de Papadopoulos. Derrière le Grec, l’écart est grand entre Matip et Metzelder et est agrandi par l’appel de Hernandez vers la droite. Le talent de Rooney apporte le petit plus pour passer entre Kluge et Papadopoulos. Et la suite suit devant les buts.

Suite et fin :

Trois minutes plus tard, Rooney termine lui-même le travail sur une action déclenchée par une intervention manquée de Sarpei et une absence totale de couverture des milieux axiaux alors que la sentinelle (Papadopoulos) fait le déplacement sur le côté gauche pour tenter de venir combler l’espace. Derrière le match est plié. Ferguson fait rentrer Scholes et Anderson pour tenir le ballon. A l’arrivée, une nouvelle démonstration de la force tactique de Manchester United qui a su réagir en conséquence des modifications du sysème adverse et ce, très rapidement pour ne jamais vraiment perdre la main sur la rencontre.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *