Real Madrid – Lyon : les clés du match

Plus que quelques heures à attendre pour savoir si le PSG sera le dernier représentant français en Coupe d’Europe de la saison. Malgré un bon match à Gerland (voir Lyon 1-1 Real Madrid, l’analyse tactique), les Lyonnais se retrouvent en position délicate avant de se déplacer dans un Bernabeu où le Real est imprenable cette saison. Le fameux effet Mourinho perdure à Madrid aussi… Néanmoins, le facteur bête noire pèsera peut-être dans les têtes de certains Madrilènes. Voyons quels atouts supplémentaires pourront faire valoir les Gones pour faire pencher la balance de leur côté ce soir.

Les équipes probables :

Real Madrid. L’incertitude règne encore concernant Ronaldo mais imaginons, pour nous faciliter la tâche, que le Portugais sera présent au coup d’envoi de la rencontre. On le retrouverait alors au sein du trio offensif soutenant Benzema, qui ne débutera pas sur le banc cette fois. Avec eux, Di Maria et Özil formeront le quatuor offensif qui était déjà présent à Gerland. Derrière, Mourinho ne semble pas avoir prévu beaucoup de changements non plus. La seule question réside dans le nom du défenseur qui sautera au profit de Arbeloa, souvent titularisé dans les grands matchs par le Portugais : Casillas – Ramos, Pepe, Carvalho, Marcelo (ou Arbeloa) – Khedira, Xabi Alonso – Di Maria, Özil, Ronaldo – Benzema.

Lyon. Absent à l’aller, Lisandro, le cauchemar de certains défenseurs madrilènes sera bien en mesure de tenir sa place cette fois-ci. A priori, l’Argentin devrait récupérer la place en pointe jusqu’ici occupée par Gomis. Dans ce cas, Briand récupérerait le couloir droit et Delgado s’installerait côté gauche. Derrière, le 4-2 ne devrait pas bouger alors qu’une petite incertitude règne encore dans le choix du milieu offensif qui devra soutenir Lisandro : Gourcuff ou Pjanic ? Le Bosnien avait particulièrement brillé la saison dernière en inscrivant le but de la qualification… Mais on imagine mal Puel laisser sur le banc le joueur annoncé comme clé sur ce genre de match en début de saison : Lloris – Réveillère, Cris, Lovren, Cissokho – Toulalan, Kallström – Briand, Gourcuff, Delgado – Lisandro.

Les clés du match :

Incertitudes. Lyon doit marquer, ça, on en est sûr. Reste à savoir comment. En face, le Real sait aussi contre-attaquer : avec son quatuor de devant mais aussi, souvent, avec le soutien de Marcelo au poste de latéral gauche. Or, à l’aller, Mourinho s’était volontairement privé du Brésilien, lui préférant Arbeloa, plus sûr défensivement. Est-ce que la même chose se produira ce soir ? Ronaldo sur une jambe, l’apport offensif du Brésilien semble important pour offrir une solution au Portugais dans son couloir gauche. Dans ce cas, la présence d’un Briand pour défendre sur le latéral apparaît comme indispensable. Mais dans le cas contraire où Arbeloa serait de la partie, Puel aurait la possibilité de prendre le risque de préférer Gomis à Briand, ajoutant ainsi une solution devant. A l’aller, Réveillère avait montré que Ronaldo ne lui faisait pas peur et, si besoin, Kallström, Toulalan voire Gourcuff pourront venir lui prêter main forte.

Lisandro. A priori seul en pointe, Lisandro tiendra certainement le même rôle que la saison dernière, constamment en mouvement que l’équipe ait le ballon (pour proposer des solutions et ouvrir des brèches) ou doive défendre (pour harceler et gêner les relanceurs adverses). Au cas où Puel ait l’occasion de tenter le coup Gomis, l’Argentin glisserait sur un couloir gauche qui le placerait au coeur de la zone faible du Real lors du match aller : en première période, Ramos et Khedira avaient en effet pris l’eau et laisser beaucoup d’espaces où Gourcuff s’était plusieurs fois engouffré. Un Lisandro constamment dans cette zone, son passif face au Real aidant, pourrait grandement perturber la formation madrilène. Attention, le fait d’évoluer seul en pointe ne l’empêchera certainement pas d’aller profiter des intervalles entre Ramos et Khedira, mais dans ce cas, il faudra que son premier soutien le remplace à la pointe de l’attaque…

Gourcuff/Pjanic. Et l’ensemble du milieu lyonnais… Evidemment, celui-ci dépendra des choix offensifs que fera Puel. Lisandro en pointe et le milieu titularisé en soutien de l’Argentin devra absolument rester le plus haut possible sur le terrain. Dans le meilleur des cas, le voir emprunter un registre à la Sneijder façon Barça/Inter 2010 serait le rôle rêvé pour les Lyonnais, d’autant plus que le Real n’a absolument pas les milieux relayeurs capables de provoquer ou de faire le déplacement qui le ferait reculer. Xabi Alonso lance les actions alors que Khedira a encore beaucoup de mal à se situer malgré quelques fulgurances. Dans le cas d’un 4-3-3 avec Gomis en pointe, Lisandro récupèrerait le rôle du soutien depuis son côté gauche. Delgado serait lui la solution privilégiée pour la relance au sol alors que Gourcuff (ou Pjanic) et Kallström pourrait se partager le terrain dans la largeur et suivre les décrochages des milieux offensifs (Özil en tête, le Suédois l’avait très bien fait à l’aller).

Ronaldo. Car l’absence du Portugais peut forcément devenir un facteur-clé de cette rencontre. Comme évoqué précédemment, Réveillère l’avait très bien bloqué à l’aller en anticipant un maximum pour l’empêcher de se lancer. S’il n’est pas là, c’est Adebayor qui pourrait en profiter en récupérant une place aux côtés de Benzema. Dans ces conditions, le Français deviendrait l’homme-clé de l’attaque madrilène, qu’il est depuis plusieurs semaines. Adebayor pesant sur la défense centrale, Benzema évoluerait principalement entre les lignes, à la recherche d’intervalles, perturbant notamment la première ligne lyonnaise. Cela pourrait avoir pour conséquence la création de plus grands espaces pour Özil et Di Maria. L’Allemand ayant un profil beaucoup plus axial, le Real aurait aussi certainement besoin d’un vrai latéral gauche offensif pour animer le couloir… Et on en revient à la présence-clé de Marcelo. Et aux espaces que les Lyonnais pourraient trouver dans son dos dans cette configuration.

Conclusion :

A quelques heures du coup d’envoi, ce Real-Lyon reste encore difficilement lisible du fait des incertitudes qui règnent encore dans les deux onzes de départ. Certains choix de Mourinho pourrait en dicter d’autres à Puel et inversement. Ce sera au premier qui rendra sa feuille de match… Ou plus sérieusement, si le match n’est pas encore joué à ce moment-là, au premier qui prendra ses responsabilités et appliquera un coaching efficace dans la dernière demi-heure. Réponse dans moins de trois heures !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *