Real Madrid 3-1 Chelsea, l’analyse tactique

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le Real Madrid a remporté l’International Champions Cup aux dépens de Chelsea. Une rencontre à multiples facettes, qui a commencé par une belle démonstration madrilène en première mi-temps avant de se muer en affrontement tactique au cours de la seconde.

Compositions et systèmes de jeu :

Ils étaient respectivement attendus en 4-3-3 et en 4-2-3-1. Mais le Real et Chelsea se sont présentés en 4-4-2 et en 4-3-3. Côté Blues, José Mourinho avait décidé de sacrifier un attaquant au profit d’un milieu de terrain supplémentaire. Van Ginkel prenait ainsi place devant la défense, en couverture d’une paire Lampard-Ramires. En attaque, Oscar et Hazard encadraient Lukaku, seul en pointe (Cech – Ivanovic, Cahill, Terry, Cole – Van Ginkel – Hazard, Lampard, Ramires, Oscar – Lukaku). Les Blues alternaient donc entre 4-3-3 en phase offensive et 4-1-4-1 lorsqu’ils devaient quadriller leur moitié de terrain.

Le Real Madrid s’avançait lui en 4-4-2 avec deux véritables créateurs sur les ailes, pour encadrer Benzema et Ronaldo qui se partageaient la pointe de l’attaque : Isco évoluait côté gauche, Özil côté droit. Illarramendi et Xabi Alonso blessés, le milieu de terrain était composé de Khedira et Modric (Casillas – Arbeloa, Pepe, Ramos, Marcelo – Özil, Khedira, Modric, Isco – Benzema, Ronaldo). Ce sont d’ailleurs les deux milieux axiaux qui ont pris les choses en main dès les premières minutes de jeu.

Le Real au pressing :

Mettant sous pression la relance londonienne, les Madrilènes ont pris possession du ballon et se sont installés dans la moitié de terrain adverse. En première ligne, Ronaldo et surtout Benzema faisaient le nécessaire pour perturber la relance adverse et notamment le travail de Van Ginkel devant sa défense. En deuxième rideau, Modric et Khedira suivaient les mouvements de Ramires et Lampard. Ils étaient bien encadrés par Özil et Isco, dont les positions semi-excentrées empêchaient les défenseurs centraux (Terry et Cahill), non-surveillés, d’alerter directement Hazard et Oscar le long des lignes de touche.

Le Real Madrid au pressing : Modric et Khedira sont au contact de Ramires et Lampard. Benzema reste dans la zone de Van Ginkel. Dans l'axe,

Le Real Madrid au pressing : Modric et Khedira sont au contact de Ramires et Lampard. Benzema reste dans la zone de Van Ginkel. Dans l’axe, Isco et Özil se positionnent de manière à couper la relation entre les deux axiaux de Chelsea et les ailes.

A défaut de trouver ses milieux de terrain, Chelsea tentait d’alerter directement ses attaquants en utilisant Terry et Cahill pour relancer. Mais si les transmissions de ces derniers franchissaient parfois le premier rideau madrilène, elles n’arrivaient jamais jusqu’à Hazard, Oscar ou Lukaku. Les trois attaquants subissaient l’impact physique de leurs adversaires directs sur ces relances longues. Preuve de la domination madrilène, Hazard n’a pu toucher ses premiers ballons exploitables qu’en redescendant au niveau de son latéral gauche.

Le nouveau Real Madrid :

Au-delà des systèmes de jeu employés depuis le début de la préparation (4-3-3, 4-4-2), le Real Madrid de Carlo Ancelotti se caractérise surtout par son nouveau style : le jeu court est majoritairement privilégié et la préparation des actions se fait dans l’axe du terrain. La suite se déroule ensuite sur les ailes, en fonction des courses de chacun des attaquants. Face à Chelsea, les Madrilènes organisaient donc leur relance autour de quatre hommes : les défenseurs centraux (Ramos, Pepe) et les milieux axiaux (Khedira, Modric). Evidemment, c’est Modric qui a pris les clés du jeu à ce premier niveau de distribution.

Sur le papier, lui et Khedira étaient opposés à Lampard et Ramires, qui devaient normalement profiter de la couverture de Van Ginkel pour aller leur mettre la pression. Problème : le Néerlandais devait composer avec les mouvements de Özil et Isco qui, au lieu de rester sur leurs ailes respectives, repiquaient dans l’axe sur toutes les phases de jeu. Le calcul des Madrilènes était simple : en repiquant tous les deux dans la zone de Van Ginkel, ils créaient un surnombre qui devait absolument être compensé par la défense londonienne.

double-carre-real

Les deux carrés de la relance madrilène : Ramos, Pepe, Modric et Khedira dans un premier temps, puis Modric, Khedira, Özil et Isco dans un second. A noter qu’en fonction de la position des adversaires, la connexion peut se faire directement entre les défenseurs centraux et les deux créateurs.

Pour venir en aide à Van Ginkel, Chelsea avait plusieurs possibilités mais toutes n’étaient pas sans danger. Dans le dos de Oscar, Ivanovic ne pouvait par exemple pas suivre les mouvements de Isco au milieu de terrain. En plus d’être moins mobile que l’Espagnol, le Serbe prenait le risque d’être pris dans son dos s’il quittait la ligne défensive. Benzema et Ronaldo étaient en effet là pour profiter du moindre espace dans la défense ; une sortie d’Ivanovic leur permettait de se retrouver sur l’aile gauche, qui plus est dans leur position préférentielle. Les conséquences étaient aussi importantes si Oscar récupérait le marquage d’Isco pour protéger son latéral : dans ce cas, c’est Marcelo qui pouvait récupérer le ballon sur l’aile avec du champ libre pour progresser ensuite.

Par leurs déplacements au milieu de terrain, Isco et Özil peuvent ouvrir des espaces dans les couloirs. Ici, Isco repique dans l'axe et entraîne Oscar avec lui, ce qui ouvre un espace à Modric pour servir Marcelo sur l'aile.

Par leurs déplacements au milieu de terrain, Isco et Özil peuvent ouvrir des espaces dans les couloirs. Ici, Isco repique dans l’axe et entraîne Oscar avec lui. Cela ouvre un espace à Modric qui peut servir Marcelo sur l’aile.

Entre les courses favorites des attaquants et l’apport offensif de Marcelo, le jeu du Real Madrid a largement penché sur le flanc gauche tout au long de la rencontre. Bénéficiant de la présence de Modric et Khedira en couverture, le latéral brésilien se joignait aux attaquants pour combiner dans les 25 derniers mètres. Dans tous les bons coups côté gauche, c’est d’ailleurs lui qui a ouvert le score en profitant d’un bon service de Modric et d’un appel de Ronaldo qui a étiré la défense.

La pr

A l’origine de l’ouverture du score madrilène : Modric, Isco, Ronaldo et Marcelo travaillent ensemble sur l’aile gauche. Alors que Ronaldo oblige Ivanovic à s’excentrer, Marcelo plonge dans l’axe pour offrir une solution à Modric. La passe est parfaite et le Brésilien se retrouve lancé vers le but et face à Cahill. A noter aussi la couverture, avec Khedira qui reste avec ses centraux.

Si les Madrilènes ont été très efficaces côté gauche, notamment grâce à un Isco toujours très disponible, ils ont eu plus de mal à attaquer côté droit. Excepté sur jeu rapide, Ronaldo et Benzema se sont rarement aventurés sur cette aile. Cela a permis à Cole de serrer le marquage sur Özil, Van Ginkel se focalisant alors sur Isco. Les rares montées de Arbeloa étaient contenues par le repli de Hazard. A défaut de pouvoir progresser côté droit, les Madrilènes pouvaient toutefois renverser le jeu côté opposé.

Par ailleurs, lorsque Isco et Özil étaient encerclés, Ronaldo ou Benzema revenaient au milieu de terrain pour offrir une solution supplémentaire à leurs milieux de terrain. Ils obligeaient à nouveau les Blues à compenser de différentes manières. Terry et Cahill ont parfois pris le risque de sortir de la ligne défensive afin de serrer le marquage sur les deux attaquants. Mais les décrochages de ces derniers ont surtout ouvert la largeur du terrain au Real. De la droite vers la gauche, Marcelo en a beaucoup profité puisque Oscar revenait défendre dans l’axe lorsque le reste du bloc-équipe était occupé à bloquer le côté droit du Real.

sdfsdfsdfsdfsfd

Le Real Madrid ne peut pas progresser côté droit. Sans pression sur lui, Modric est libre d’attendre le déplacement de Ronaldo, qui attire Oscar à l’intérieur du terrain et ouvre ainsi tout le flanc gauche. Il est ensuite libre d’alerter Marcelo dans le couloir.

Il arrive aussi que les deux créateurs du Real redescendent dans le rond central pour aider à la relance. Ici, Isco redescend et, afin de compenser son mouvement, Khedira monte d'une ligne pour offrir une solution.

Dernier point important concernant l’animation du 4-4-2 madrilène : lorsque Isco ou Özil redescendent au niveau des relanceurs, Khedira et Modric peuvent se projeter vers l’avant. Ici, Khedira monte alors que Isco a récupéré le ballon.

La Real en phase défensive :

Après avoir ouvert le score, les Madrilènes ont relâché la pression au milieu de terrain, ce qui a permis au bloc de Chelsea de remonter jusqu’à la ligne médiane. La relance des Blues s’organisaient autour de trois joueurs : Terry, Cahill et Van Ginkel. Concentré sur les mouvements du Néerlandais, Ronaldo et Benzema se positionnaient à hauteur de ce dernier. Le Real laissant désormais venir son adversaire, les défenseurs londoniens pouvaient prendre le temps d’avancer, notamment en utilisant les appuis de leurs latéraux dans les couloirs.

Cette utilisation de la largeur offrait assez de temps aux attaquants pour se déplacer et offrir des solutions, notamment dans l’axe. Ainsi, sur l’unique but inscrit par Chelsea dans cette partie, tout est parti de mouvements incessants et de combinaisons entre Ramires, Lampard, Hazard et Oscar dans la zone de Modric et Khedira. Sans aucun joueur pour les protéger devant eux, les deux milieux devaient sortir sur les décrochages adverses (Oscar, Hazard) et compter sur leurs défenseurs pour assurer leurs arrières et combler les espaces dans leur dos. Sur le but encaissé, c’est un pressing dans le vide de Khedira et une compensation manquée de Pepe qui ont ouvert le chemin du but à Ramires.

preparation-but-chelsea

Une fois le ballon remonté, Chelsea profite de l’absence de repli de Benzema ou Ronaldo, qui restent à hauteur de Van Ginkel. Oscar et Hazard s’ajoutent aux solutions offertes par Ramires et Lampard dans l’axe afin de gêner le pressing de Modric et Khedira sur les milieux londoniens.

Repartis de l’avant après le but encaissé, les Madrilènes ont à nouveau relâché la pression après avoir repris l’avantage. Au cours des dix dernières minutes de la première mi-temps, ils ont laissé les Blues en possession du ballon. Mais cette fois, ils n’ont pas refait la même erreur et sont passés en 4-2-3-1. Ronaldo a laissé Benzema en pointe et s’est positionné sur le flanc gauche à hauteur de Özil et Isco. L’ajout de cette ligne supplémentaire a permis à Modric et Khedira de rester devant leur défense, assurant une meilleure protection en cas d’offensive adverse plein axe.

sdfsdfsdfsdfsdf

En fin de première mi-temps, les Madrilènes ont resserré les rangs dans leur camp pour laisser venir leurs adversaires. Du 4-4-2, l’équipe a basculé en 4-2-3-1. Ronaldo est revenu défendre côté gauche afin de permettre à Isco de protéger Modric et Khedira dans l’axe.

sdfsdfsdfsdfsdf

Revenus en 4-4-2 après la pause, les Madrilènes se sont à nouveau heurtés au manque de protection de la paire Modric-Khedira. Ici, Hazard revient chercher le ballon et va se défaire facilement de Modric pour envoyer le jeu côté droit vers Victor Moses.

Si tout n’est donc pas parfait, Carlo Ancelotti est en train de changer beaucoup de choses du côté de Madrid. Le repositionnement de Ronaldo en attaque, la confiance accordée à Isco au cours des matchs de préparation, le jeu court développé dans le coeur du jeu, tout laisse penser que les Merengue sont sur le point d’entrer dans une nouvelle ère sur le plan tactique. Reste à savoir si l’arrivée de Gareth Bale n’obligera pas le coach italien à changer ses plans. Car si le gaucher de Tottenham aurait été parfait dans le 4-2-3-1 de José Mourinho, il était difficile de l’imaginer prendre la place d’un joueur dans le 4-4-2 déployé mercredi soir…

Les ajustements tactiques de Chelsea :

Même s’il n’a pas passé la plus belle soirée de sa carrière entre les buts de Marcelo et de Ronaldo, José Mourinho a tout de même fait quelques bons choix en cours de match pour répondre aux problèmes posés par le Real Madrid. Évoqué précédemment, le principal souci concernait les mouvements de Isco et Özil autour de Van Ginkel, qui entraînaient ensuite d’autres espaces dans le bloc londonien. Après la demi-heure de jeu, il a trouvé une première parade à ses difficultés en demandant à son milieu défensif de quitter l’axe pour sortir au pressing sur le créateur espagnol le plus proche des relanceurs. En d’autres termes, quand Ramos recherchait Isco entre Ramires et Oscar, Van Ginkel devait être immédiatement dans le dos du récent champion d’Europe espoir.

sdfsdfsdfsdfsdf

En fin de première mi-temps, Chelsea commence à régler les problèmes causés par Isco sur le côté d’Ivanovic. Au lieu de rester dans l’axe derrière la paire Lampard-Ramires, Van Ginkel s’excentrait afin de sortir au pressing sur l’espoir espagnol. Un déplacement qui permet de protéger à la fois Oscar et Ivanovic face à Marcelo et Cristiano Ronaldo. Le bon positionnement de Ramires empêche en plus la transmission via le rond central qui aurait pu lancer Özil dans la zone abandonnée par Van Ginkel.

Ce regain d’agressivité de la part du milieu défensif néerlandais a eu le don de repousser Isco hors de la zone entre les deux lignes de quatre de Chelsea. Continuant à serrer le marquage, Van Ginkel s’est alors retrouvé à défendre sur la même ligne que Lampard et Ramires. Derrière, les quatre défenseurs se partageaient les marquages de Özil, Ronaldo et Benzema. De ce 4-5-1, Chelsea a alors doucement basculé vers le 4-4-2 utilisé au retour des vestiaires. Lampard et Lukaku sont sortis, cédant leurs places à De Bruyne et Torres (46e).

sdfsdfsdfsdfsdf

L’évolution tactique continue. Van Ginkel évolue désormais à hauteur de Ramires (et quasiment de Lampard). Avec le Brésilien, il marque Özil et Isco. Ne reste plus qu’à Lampard et Lukaku de s’ajuster en resserrant le marquage sur Khedira et Modric.

sdfsdfsdfsdfsdf

La deuxième mi-temps vient de démarrer et les Blues ont validé leur changement tactique à la mi-temps. Torres et De Bruyne, entrés en jeu à la mi-temps, sont en position face à Modric et Khedira. Derrière, Ramires et Van Ginkel sont sur Isco et Özil.

Avec son nouveau système, Chelsea était désormais prêt à faire face à l’animation madrilène. Torres et De Bruyne travaillaient dans la zone de Modric et Khedira. Derrière eux, Van Ginkel et Ramires étaient dans les zones préférentielles de Özil et Isco, alors que Victor Moses et Hazard bloquaient les côtés face à Marcelo et Carvajal. Une histoire de duels donc, pour redémarrer cette deuxième mi-temps. Chelsea s’est crée plusieurs situations pour revenir au score (toujours en profitant des espaces offerts entre la ligne de relance et la paire Modric-Khedira) mais a buté sur Casillas. En face, le Real a marqué sur sa première opportunité après que Modric ait semé Torres grâce à une bonne passe de Ramos (57e).

Au lieu de repasser en 4-2-3-1, les Madrilènes ont continué à travailler leur 4-4-2 en phase défensive après ce troisième et dernier but. Ne sortant plus sur la relance adverse, Modric et Khedira attendaient désormais sagement dans leur moitié de terrain, à nouveau encadrés par Isco et Özil. L’objectif du Real était de laisser son adversaire atteindre Hazard ou Victor Moses sur les ailes, afin de les y enfermer grâce à des prises à deux.

sdfsdfsdfsdfsdfs

Après quelques alertes sur les buts de Casillas, le Real Madrid recule. L’objectif est de bloquer l’axe, forcer Chelsea à écarter sur ses ailiers (Hazard ou Victor Moses), puis enfermer ces derniers avec Isco-Marcelo d’un côté et Özil-Carvajal de l’autre. Les axiaux les plus proches de l’action devaient eux suivre les déplacements des possibles solutions au porteur de balle. Ici, Pepe doit suivre la course de Torres, et Khedira doit marquer tout joueur qui prendrait l’intervalle le séparant de Özil.

Au fil des nombreux changements qui ont émaillé la deuxième mi-temps, le rythme de la partie a chuté pour finalement s’arrêter (ou presque) dans le dernier quart d’heure. Le Real Madrid a toutefois procédé à un dernier ajustement pour répondre aux deux lignes de quatre qui les attendaient désormais dans le camp londonien. Avec l’entrée en jeu de Di Maria, les Madrilènes sont repassés en 4-2-3-1 afin d’offrir non pas deux (Özil, Isco) mais trois solutions autour des deux milieux axiaux adverses afin d’exploiter tous les intervalles possibles dans cette zone du terrain.

sdfsdfsdfsdfsdfsdf

Le Real répond au changement tactique des Blues en passant en 4-2-3-1. Au lieu de Isco et Özil, ils sont désormais trois à proposer des solutions dans l’axe, entre les milieux adverses. Ici, ce sont Ronaldo, Özil et Di Maria qui se rendent disponibles. Chacun se positionne entre deux milieux adverses : Ronaldo entre Moses et Ramires, Özil entre Ramires et De Bruyne, Di Maria entre De Bruyne et Schürrle.

Capable de traduire cette analyse (ou une partie de celle-ci) en Anglais, en Espagnol ou une autre langue ? Contactez-moi à cette adresse ([email protected]) afin de contribuer à la rapide diffusion des Chroniques Tactiques à l’international ! D’avance, un grand merci aux plus téméraires qui pourront m’accorder un peu de leur temps.

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Brah dit :

    Merci pour cette analyse complète.

    Je trouve vraiment ce Real sous Ancelotti très intéressant dans le jeu, c’est l’une voir l’équipe qui m’a le plus impressionné en préparation, moi qui était un peu réticent à la venue de Carlo au départ je me ravise bien vite fait vu le jeu développé.

    Ça donne beaucoup d’espoir de beau jeu à Madrid, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps…….

  2. Sabry25 dit :

    Je m’inquiète de l’apport de Benzema dans ce système, j’ai peur qu’il soit pénalisé, qu’en pensez-vous ????

  3. RMCF dit :

    Je suis confiant quant au nouveaux systèmes que Ancelotti a proposé durant cette préparation. Sinon croyez-vous qu’un dispositif en 3-5-2 avec Varane-Pepe-Ramos ; Carvajal-Ozil-Modric-Isco-Marcelo ; Benzema-Ronaldo, peut voir le jour avec ce Real verci Carletto ?

  4. Anonyme dit :

    Ou laaaa j’y ai un peu pensé mais ozil et isco n’ont pas le profil défensif de ce genre de milieu de terrain ce sera très chaud!!!! J’espère qu’Ancelotti continuera à faire progresser l’équipe avec ou sans l’arrivée de Bale qui risque de polluer la situation!!! À moins que benzema ne cède sa place!!!! @RMCF

  5. sinai dit :

    Si bale arrive il prendra la place de ronaldo à gauche et ronaldo prendra la place de benzema qui ira sur le banc malgrè l’appui de zizou.

  6. Nimbus dit :

    Je n’avais pas vu le match, mais grâce à cette excellente analyse, je l’ai bien compris!
    Merci !

  7. TitiHenry dit :

    Ou laaaa j’y ai un peu pensé mais ozil et isco n’ont pas le profil défensif de ce genre de milieu de terrain ce sera très chaud!!!! J’espère qu’Ancelotti continuera à faire progresser l’équipe avec ou sans l’arrivée de Bale qui risque de polluer la situation!!! À moins que benzema ne cède sa place!!!! @RMCF –

    > A partir du moment où ils défendent sur les extérieurs en prenant les latéraux, je ne vois pas en quoi ils n’ont pas le profil, au contraire ils défendront beaucoup mieux qu’un Di Maria ou CR7 pas connus pour bien défendre, l’interrogation est ailleurs.

    Perso toute nouveauté tactique me plait beaucoup (surtout grâce à ce blog), donc cela sera intéressant de voir cette nouvelle composition assez inédit avec deux lignes de deux créateurs, composition qui aura les défauts de ces avantages, CR7 par exemple, plus haut sur le terrain aura donc moins de travail défensif à faire, quand il sera habitué à ce poste il pourrait faire encore plus mal en contre-attaque. Après parmi les revers de la médaille, il y a Benzema qui devra abattre un travail défensif encore plus intense pour compenser, tout en étant décisif derrière. La ligne de deux devant sera le chantier principal d’Ancelotti, en particulier défensivement sinon le Réal pourrait se retrouver avec le même problème que Paris la saison passée (encore aujourd’hui, match contre Montpellier), soit un double pivot en sous nombre au milieu de terrain non aidé par la ligne du haut.

    Bref cette composition de Carlo traduit surtout une volonté de vouloir que le Réal prennent le contrôle du jeu beaucoup plus fixement que l’année dernière, qui était une équipe qui se projetait et explosait très rapidement, comptant sur ces individualités pour faire la différence. Maintenant semble-t-il le Réal va tenter de dominer tactiquement ces adversaires en imposant une énorme pression dans l’axe, en alignant une bonne palette de très bon technicien histoire de combiner dans les petits espaces (un peu de Barça dans ce new style). Ca va être plus posé et organisé dans la préparation des actions, le tout sera de trouver la clé de l’animation ensuite pour faire les différences dans les derniers mètres, mais ça peut être pas mal, j’aime quand un coach arrivant tel que Guardiola décide d’évoluer tactiquement et d’imposer sa patte dans une nouvelle équipe.

  8. Mitik dit :

    Très très très bonne analyse ,franchement j’ai kiffé ! Le Real semble avoir un jeu plus tactique et plus intelligent cette année, on verra ce que ca donne sur le log terme

    Par aileurs, penses-tu qu’il serait possible d’avoir une analyse sur un math de Dortmund, jserai curieux d’en connaitre plus sur les méthodes de Klopp . Merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *