PSG : ce que nous dit le recrutement

Lavezzi, Thiago Silva, Ibrahimovic et Verratti : en ces temps difficiles pour leurs dirigeants, tous les entraîneurs de Ligue 1 rêveraient d’une telle armada. Déjà bien armé la saison dernière, Carlo Ancelotti a désormais sous ses ordres une véritable « dream-team » pour reprendre les propos des deux Milanais. Mais aussi parée soit-elle pour triompher en mai prochain, cette équipe n’arrivera à rien sans un entraîneur qui fera les bons choix. Car contrairement à ce que certains pourraient penser, ce PSG-là ne sera pas des plus simples à gérer. Comme depuis le premier jour, Ancelotti va être confronté à des choix cruciaux sur le plan tactique. Car aucun des quatre joueurs recrutés ne vient transformer l’organisation parisienne et surtout la rééquilibrer dans l’entrejeu..

Quel apport des recrues ?

En allant débaucher Thiago Silva et Ibrahimovic au Milan AC, les dirigeants parisiens ont recruté les deux joueurs qu’ils recherchaient depuis leur arrivée dans la capitale : un défenseur central et un attaquant de pointe de classe mondiale. S’ils vont évidemment apporter toutes leurs qualités à l’effectif parisien, ils ne vont pas transformer l’équipe sur le plan tactique. Thiago Silva sera installé en tant que patron de la défense centrale et Ibrahimovic prendra la pointe de l’attaque parisienne, repoussant Hoarau et Gameiro en bout de banc. Au mieux, le Brésilien va apporter sa science du placement et sa capacité à se montrer intraitable dans sa surface de réparation, sans oublier sa qualité de relance. Devant, Ibrahimovic va considérablement élever le niveau, ajoutant un référent supplémentaire en attaque et un joueur de plus capable de débloquer à lui seul une situation, ce que ne pouvaient pas faire les numéros 9 jusqu’ici.

En vérité, sur le plan tactique et de l’apport au collectif, ce sont les arrivées de Lavezzi et de Verratti qui créent le plus de possibilités à Carlo Ancelotti. Au vu de sa saison à Naples, Lavezzi se pose en concurrent direct de Nenê pour occuper l’aile gauche de l’attaque parisienne. Droitier, il use habituellement de ses qualités techniques et physiques pour percuter vers l’intérieur du terrain et se servir ensuite de son bon pied. A Naples, ses offensives étaient complétées par l’occupation du couloir par le latéral gauche (Zuniga ou Dossena), travail que pourrait effectuer Maxwell. L’Argentin a bien fait quelques matchs à droite, notamment avec la sélection argentine où il devait user des mêmes qualités pour déborder, mais les résultats avaient été moins concluants. Mais que ce soit d’un côté ou de l’autre, Lavezzi se positionne surtout comme un redoutable contre-attaquant, excellant en soutien d’une pointe pesant sur la défense adverse.

En allant chiper Verratti au nez et à la barbe de la Vieille Dame turinoise, le PSG a aussi offert à Ancelotti un profil qu’il recherchait depuis son arrivée au Camp des Loges : le fameux regista autour duquel organiser un milieu de terrain à trois têtes. Après avoir testé Bodmer à ce poste avant de faire avec Thiago Motta pendant la deuxième partie de saison, Ancelotti fera désormais avec un habitué de ce rôle, Verratti évoluant déjà de cette manière à Pescara sous les ordres de Zeman. Reste à savoir quel sera le temps de jeu accordé à ce jeune joueur, et surtout avec qui sera t-il mis en concurrence. Sa présence dans le onze-type entraînerait forcément l’utilisation d’un schéma à trois milieux de terrain (sapin de Noël ou losange). Qui en ferait alors les frais parmi les soutiens à Ibrahimovic : Lavezzi, Ménez ou Pastore, avec qui il partage la capacité à mener le jeu ?

Ci-dessus, les zones d’influence des quatre recrues parisiennes : un schéma qui justifie l’inutilité d’un numéro 10 si les quatre hommes doivent être alignés en même temps par Carlo Ancelotti…

La question du schéma

A l’instar de la saison dernière, la question du schéma de jeu va être primordiale pour le Paris Saint-Germain. Les débuts d’Ancelotti avaient permis l’introduction de son fameux sapin de Noël, qui donnait au PSG une plus grande maîtrise du milieu de terrain et une vraie capacité à étouffer son adversaire, notamment grâce à l’activité de Sissoko et Thiago Motta au pressing. Dans un 4-2-3-1, ces derniers devaient protéger la défense centrale et limiter leurs sorties. Il revenait donc aux attaquants (Pastore et l’attaquant de pointe) de faire le travail de pressing. Or, l’Argentin ne s’est jamais montré efficace dans l’exercice et ce n’est pas Ibrahimovic, libéré de ce type de tâches à Milan, qui devrait y remédier. Du coup, l’association d’un quatuor composé du Suédois, Pastore, Lavezzi et Ménez a beau être séduisante sur le papier, elle n’ira pas de pair avec un PSG maître de son sujet collectivement et capable d’étouffer son adversaire sur de longues périodes. A moins qu’Ancelotti ne réussisse à transcender ses joueurs, à l’instar d’un Mourinho avec Sneijder en 2010 à l’Inter, exemple évoqué il y a quelques mois déjà

Mais ce procédé prend du temps. Et le PSG n’en aura certainement pas, surtout avec la Ligue des Champions qui arrivera dès le mois de septembre. Le sapin de Noël se pose dès lors comme la solution logique pour l’entraîneur parisien, d’autant plus qu’il s’agit de son schéma de prédilection. Ce dernier a d’ailleurs annoncé la couleur lors du stage effectué il y a quelques jours en Autriche : « L’expérience de la saison passée me fait dire qu’on jouera toujours avec quatre défenseurs, trois milieux axiaux et trois attaquants, un dans l’axe et un sur chaque côté. Il pourrait y avoir des variantes. Parfois, on jouera peut-être avec un meneur de jeu derrière deux attaquants. » Se pose dès lors la question de la concurrence et des profils qui seront choisis par Ancelotti pour faire vivre cette organisation, l’animation étant évidemment primordiale.

Une solution permettrait d’évoluer de cette façon sans avoir à sacrifier l’un des quatre membres du quatuor attendu par les supporters parisiens : faire reculer Pastore. Problème, l’Argentin, qui a débuté sa carrière dans un rôle de neuf et demi en Argentine, n’a jamais convaincu les rares fois où il a été positionné plus bas par son entraîneur. Lui donner un rôle similaire à celui de Seedorf au Milan AC (à gauche du milieu à trois), idée posée par Ancelotti dans la presse italienne, nécessiterait certainement du temps pour que le joueur s’y adapte totalement. L’avantage pour Ancelotti, c’est qu’avec l’arrivée de Ibrahimovic devant et de Verratti dans l’entrejeu, le PSG peut se permettre de prendre son temps pour permettre à Pastore de s’adapter à ce possible nouveau rôle. Son volume de jeu s’en ressentirait un temps, mais Ibrahimovic et/ou Verratti sont deux nouveaux référents possibles pour une attaque parisienne qui n’avait que l’Argentin la saison dernière pour véritablement construire (Nenê et Ménez étant plus dans la percussion, finition).

Pastore en danger ?

Mais la situation peut aussi devenir toute autre pour l’Argentin. Avec Ibrahimovic aspirateur de ballons devant et un joueur qui marche sur les traces de Pirlo dans l’entrejeu, Pastore pourrait aussi se retrouver éjecté du onze de départ s’il venait à ne pas satisfaire son entraîneur. Car collectivement, une équipe avec Ibrahimovic en pointe, encadré par Lavezzi et Ménez (sur lequel Ancelotti fonde beaucoup d’espoirs), et Verratti, protégé par deux milieux de terrain travailleurs dans l’entrejeu, paraît parfaitement équilibrée. Même si personne n’est arrivé pour concurrencer directement Pastore, ses deux recrues le mettent indéniablement sous pression à l’approche de la nouvelle saison. Accepter la transformation voulue par Ancelotti ou sortir de l’équipe-type, voilà les options qui pourraient rapidement se proposer à l’ex-unique vedette du PSG. Et c’est sans doute la meilleure chose qui pourrait lui arriver.

S’il s’agit de faire les comptes, le PSG en est toujours au même point que la saison dernière, malgré son recrutement doré. Avec les arrivées de l’été, la somme des individualités a indéniablement augmenté mais collectivement, ce sont les mêmes questions qui vont se poser. Si la gestion des egos et du vestiaire intéresse aujourd’hui beaucoup de monde (quid de Nenê ?), c’est certainement le cas de Pastore qui sera le plus scruté sur le terrain. Comme évoqué précédemment, le PSG peut faire sans lui. Mais il peut aussi atteindre un tout autre niveau de jeu s’il vient à s’intégrer pleinement dans le projet de Carlo Ancelotti. C’est de cette intégration que dépendra sans doute la qualité de la campagne européenne des Parisiens cette saison. Car si l’addition d’individualités suffira peut-être à faire le trou en L1, elle explosera au premier gros obstacle venu de la cour des grands.

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. saM dit :

    Bonne analyse. Je pense qu’il va tester également le losange avec Verrati derrière et Pastore en Meneur derrière un duo menez/lavezzi et Ibra.

    On verra alors le chemin qui fonctionne le mieux.

  2. Salut,

    Ce qui est intéressant c’est l’intelligence et la sagesse du PSG sur ce mercato. 4 recrues je crois c’est pas énorme, c’est stable et cela apporte énormément de VA à l’équipe. Ibra et TS nous les connaissons, Lavezzi apportera certainement plus de qualités aux postes de soutien de l’attaquant, et sera un redoutable concurrent à Nêné Menez Pastore…
    Verratti apporte un profil différent au trio de récupérateurs Parisiens ! Il doit prouver, peut-être il cassera tout direct en 1ère saison, mais je pense qu’il faudra attendre.
    De là à voir le PSG gagner une C1 non pas encore je crois, la L1 ? à 95% Là où ils ont échoué l’an passé ils ne le feront pas, Ibra par son haut niveau débloquera des situations !

    A plus !

  3. François H. dit :

    Salut !

    Félicitations pour ce site que je viens tout juste de découvrir.
    La partie contact ne fonctionne pas, où pourrais-je vous contacter par mail, nous aurions un projet pour vous ?

    Cordialement

  4. Bonjour.

    A nouveau bravo au rédacteur pour ce super article qui a dû demander bien du travail.

    Cordialement.

    Guillaume du site infofoot.info

  5. aziz dit :

    Très bonne analyse (comme d’hab.).
    Pour moi le gros problème du PSG new look est la gestion des egos et la motivation de toutes ces stars. Pastore, Nene, Menez, Gameiro etc.. accepteront-ils d’être remplaçants longue durée?? Ibra. se donnera t-il à fond dans ce qu’il semble être une pré-retraite ? Et puis les équipes de L1 ne se donneront-elles pas à fond contre le PSG histoire d’emmerder cette équipe de l’argent roi???
    Curieux d’avoir la réponse à toutes ces questions.

  6. The teacha dit :

    c’est trés bien pour le niveau de la L1 d’avoir une équipe comme ça , faut espérer comme le disait thiriez au micro que cette équipe nous ramène des points à l’indice UEFA; Je pense quand même qu’il y a des bonnes affaires à faire pour des clubs de L1, parce que pour moi il y a une mini liste de joueurs qui ne jouera jamais sauf cas exceptionnel de plusieurs blessures au meme poste…Je pense que c’est fini pour camara, lugano, armand, tiéné, chantome, luyindula, hoarau, gameiro, bahebeck. Ancelotti n’est pas du genre a bouleverser son equipe chaque week end, a milan et chelsea, ca bougeait jamais donc certains joueurs devraient voir ailleurs ou rester sur le banc et ramasser l’argent facilement

  7. bobitodelamancha dit :

    Salut,

    ce que j’ai vu sur le premier match, surtout quand PSG à la balle c’est un:
    ————–DC———-DC————-
    ——————Regista—————-
    ——-Milieu—————–Milieu—–
    ARG———————————–ARD
    ——ATT————————ATT—–
    ———————9——————-

    N’est-ce pas la formule idéale pour se faire contrer par un 4-4-2 jouant le hors-jeu avec les deux attaquants adverses qui pressent et gênent la relance des DC+Regista? De plus la bataille du milieu me semble difficile à gagner ou alors très bas. Ce système place aussi les joueurs à leur hauteur maximum et empeche les réelles percussions des AR latéraux à mon avis.
    Qu’en pensez-vous?

  1. 23 septembre 2012

    […] donc sans surprise qu’il a conservé le 4-2-3-1 dans lequel évoluait l’OM avant son arrivée. A l’instar du PSG et de son 4-3-3, l’effectif est taillé pour et le coach marseillais peut compter sur des remplaçants de bon […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *