Paris SG 1-1 Ajaccio, l’analyse tactique

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Dim dit :

    C’est nul. 3 paragraphes pour expliquer qu’Ajaccio a mis le bus, aucune analyse réelle du manque d’utilisation des côtés parisiens jusqu’à la rentrée en jeu de Lavezzi, aucune analyse sur la performance de Lucas qui en jouant trop bas et trop dans l’axe a déséquilibré l’équipe parisienne et empêché une bonne utilisation de la largeur une grande partie du match, aucune mention de Christophe Jallet ignoré un nombre incalculable de fois sur son coté pour revenir repiquer dans l’axe, aucune analyse du déplacement d’Ogenda qui après servir Cavani apporte un déplacement dans la verticalité que n’ont jamais fait Pastore ou Lucas ce qui surprend la défense ajaccienne et mouvement dont ce sert Cavani pour réaliser son crochet et éliminer le défenseur, aucune mention sur le manque de mouvement des joueurs parisiens hormis à la limite Cavani et le on reste statique en se faisant passes à 30m ca va rentrer un jour, aucune mention de l’utilisation importante d’un jeu long sur Ibra qu’on avait pas l’habitude de voir avec Ancelotti, aucune mention du manque d’équilibre du système et de la mauvaise utilisation des zones offensives avec trop souvent trop d’écart entre le milieux et les attaquants et puis concrètement « deux rampes de lancement parisiennes (Motta et Matuidi) » LOL la dernière chose que les 2 ont du lancé ca doit être les dés pour jouer aux petits chevaux.

  2. Les paragraphes d’Ajaccio sont indispensables pour comprendre les problèmes parisiens.

    Sur Lucas qui redescend, c’est mentionné dans le premier circuit et illustré ensuite par une capture.

    Jallet ignoré dans son couloir, c’est logique à partir du moment où on ne le pensait qu’en finisseur (comme sur le premier circuit). Je rejoins là-dessus, c’est le manque de verticalité de Pastore et Moura qui le rendait inutile dans son couloir. Sans oublier le repli constant des Ajacciens (comme quoi, c’est pas mal de se pencher sur leur cas aussi…) pour tout simplement les empêcher de combiner de cette façon.

    Le déplacement d’Ongenda fait en effet une partie du but. Avec une meilleure image j’en aurais fait un article à part. Malheureusement ce n’est pas le cas.

    Le manque de mouvement, ça rejoint ce qui est dit au-dessus, ceux de Cavani sont évoqués à la fin de l’article. La mauvaise utilisation des zones offensives, c’est quasiment le sujet des deux dernières parties.

    Quant à Motta et Matuidi, c’est juste une évidence. Même si Motta plus que Matuidi, avec Pastore aussi. Motta-Verratti en fin de match, c’était plus parlant.

  3. Noah01 dit :

    Pour ma part je trouve que c’est une bonne analyse de Florent.
    Paris doit apprendre à accélérer le jeu devant avec moins de touches de balle et des combinaisons (M.Laurent Blanc les combinaisons ça se travail à l’entrainement n’est ce pas?)

    Sinon même si dans l’analyse aucune mention suite à l’activité de mon ptit hervin Ongenda …
    Grâce à vous Dim on les a en commentaire comme quoi nous sommes complémentaires .
    Place.

  4. Allez, si c’est demandé, je vais essayer de trouver de quoi refaire le but parisien.

  5. sebtheouf dit :

    Le bus… Ouais encore faut il expliquer comment et c’est très bien fait ici.

    Le problème c’est que personne veut se sacrifier dans cette équipe. Faut que Lucas colle sa ligne de touche et tous les soucis sont réglés… Il colle, il attire son latéral, il le dribble et voila il a 2 girafe dans la surface pour marquer…

    Sinon c’est un peu bête mais pour moi le tournant c’est la sortie de Matuidi. Completement inutile dans ce genre de match… 80% de possession, Motta suffit, et dans l’utilisation du ballon, ok il percute il apporte le surnombre mais du coup il participe à l’embouteillage dans l’axe. L’entrée de Verratti change tout. Moi j’aurais même mis Pastore dans l’axe et Lavezzi sur le coté.

  6. Bissa95 dit :

    Tt a fait d’accord avec sebtheouf, vu la possession de balle et la zone de récupération, il fallait garder Pastore et faire rentrer lavezzi. L’embouteillage ds l’axe de Pastore et Lucas, c’est pour mieux combiner avec cavani et Ibra, a condition que les joueurs occupent l’espace sur les cotes par jallet/maxwell et motta/
    Matudi. À+

  7. Yamanosuke dit :

    Je suis évidemment d’accord sur la nécessité d’élargir le jeu, mais avec des meneurs excentrés c’est plus dur comme vous l’avez dit. Il va falloir modifier leurs déplacements naturels ou changer au moins un des deux.
    Par contre je tenais à souligner, leur faiblesse dans la zone d’appels de ces meneurs excentrés, ils faisaient bien l’appel de l’extérieur mais rentraient vers l’intérieur, le schéma aurait dû être contraire, c’est à dire appeler entre les lignes intervalles pour écarter le ballon.
    Offrir de la largeur à un point de départ: l’appel, le lieu de la demande.

    Ensuite le gros changement selon moi, pour l’instant du moins, comparé à Ancelotti; se trouve à la perte du ballon: le pressing se situe bien plus haut, la majorité des occasions parisiennes découlent d’un « nouveau » pressing parisien, plus haut, fait depuis l’attaquant (Cavani) et par les milieux axiaux qui montent vite sur le porteur du ballon. Les (faux) ailiers ferment plus ou moins bien les départs adversaires vers la largeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *