Pressing et attaque rapide : Le FC Porto face au Benfica

Chose promise, chose dûe, voilà le décryptage d’une action de jeu du FC Porto. Ayant beaucoup insisté sur le jeu sur les ailes dans l’article précédent (voir Rapport : le FC Porto, champion du Portugal), il s’agit d’une attaque rapide et très axiale. Au menu des enseignements : l’analyse du pressing modèle des Dragoes, les conséquences de l’accélération qui suit la récupération et ce, même si elle s’achève par une passe vers l’arrière, et le une-deux final pour mettre le passeur dans les meilleures conditions.

Inutile de faire très long sur cette première image arrêtée. Comme expliqué dans l’article consacré au FC Porto, Moutinho est le joueur qui donne le tempo lorsque l’équipe presse. Ici on le voit aux avants-postes, à hauteur de Falcao afin de presser la relance de Luisao. Derrière ce duo, une ligne de trois assez resserrée est formée des deux ailiers et de Guarin. Moutinho monte sur le défenseur du Benfica alors que Falcao laisse planer la menace de l’interception si l’adversaire décide de tenter une passe latérale. Seule solution possible pour Luisao, balancer ou envoyer le ballon vers la latéral droit ce qu’il se décide à faire.

Immédiatement, Varela monte sur le nouveau possesseur du ballon et joue le duel. Devant et derrière lui, Moutinho et Fernando se déplace pour empêcher les solutions vers l’arrière et vers l’avant. Varela gagne son duel, récupère le ballon et réussit à se remettre dans le sens de la marche. Immédiatement, la solution Moutinho s’offre à lui alors qu’il se retrouve avec deux joueurs aux trousses. Mais l’ailier gauche décide de jouer de sa pointe de vitesse pour tenter de semer ses deux poursuivants mais il finit par se faire reprendre quelques mètres après avoir franchi la ligne médiane (voir ci-dessous).

Intelligemment, Varela va réussir à revenir sur ses pas et à trouver un partenaire démarqué en position de soutien. Son accélération a entraîné plusieurs compensations dans le bloc défensif du Benfica. Son latéral droit battu d’entrée, Luisao a dû s’excentrer couloir gauche pour compenser au cas où personne ne réussirait à rattraper l’ailier de Porto (ce qui a été finalement fait). De fait, Javi Garcia a quitté son poste de sentinelle pour compléter la ligne de défense (en rouge, en noir la ligne normale) aux côtés de Sidnei. Résultat, il n’y a plus personne pour jouer les ralentisseurs dans l’axe.

Une fois Fernando servi, on s’aperçoit que le milieu du Benfica est complètement désorganisé. Des vestiges du losange, il ne reste plus grand chose sur cette action si ce n’est un pentagone très asymétrique (Saviola étant l’un des joueurs ayant permis de rattraper Varela). Trois joueurs penchent clairement côté droit contre un seul à gauche. Un petit décrochage de Guarin et la qualité de passe de Fernando suffisent pour servir l’ancien Stéphanois dans le rond central. Javi Garcia étant encore en train de remonter de son poste de défenseur de fortune, Guarin bénéficie de suffisamment de temps pour se retrouver face au jeu.

Moutinho resté devant lui et sans adversaire pour le suivre, Guarin le trouve immédiatement. Javi Garcia a beau monter sur lui le plus rapidement possible, l’Equatorien glisse le ballon parfait… En bon meneur, Moutinho lui rend la pareille pour un une-deux qui efface complètement le milieu du Benfica. Comme quoi, malgré un deux-contre-trois dans une zone, une défense pas dans le rythme et des transmissions impeccables suffisent à mettre l’adversaire complètement hors de position.

A ce moment précis, on en arrive à l’erreur la plus grossière du côté du Benfica. Alors qu’il était bien planté devant la défense, Luisao monte de manière incompréhensible et complètement à contre-temps sur Moutinho. Lancé face au but et Javi Garcia éliminé, Guarin se retrouve donc sans adversaire en mesure de venir le stopper. Sidnei doit s’occupe du cas Falcao qui prend l’espace dans la profondeur alors que Coentrao est loin et a aussi Hulk à surveiller. C’est peut-être ce danger qui fera qu’il sera lui aussi pris de vitesse par l’appel de l’attaquant colombien qui partira au but avant de buter sur le gardien lisboète. Pour le penalty du 2-1.

Excellente organisation défensive, récupération parfaitement négociée, qualité technique et intelligence de jeu à tous les étages, difficile de qualifier autrement ce contre que de « modèle du genre ». Dans l’autre camp, on relèvera la perte de balle du latéral qui déclenche tout ainsi que le placement plus qu’approximatif de Luisao qui déstabilise l’équipe à plusieurs reprises. Seul regret, que Falcao ne soit pas allé au bout de son action en évitant le penalty (transformé par Hulk au fait). Mais c’est un tout petit détail.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jack-Mess dit :

    Excellent !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *