Tottenham 5-3 Chelsea, l’analyse tactique

Coup de tonnerre pour clôturer la période des fêtes en Premier League : le Chelsea de José Mourinho a coulé défensivement à White Hart Lane face à une équipe de Tottenham très en jambes. Les hommes de Mauricio Pochettino ont asphyxié les Blues en deux temps : d’abord par un gros travail pour réduire les espaces autour de Matic et Fabregas, ensuite en obligeant Matic, Cahill ou Ivanovic à courir après des adversaires beaucoup plus vifs qu’eux.

Les compositions :

Spurs et Blues se sont présentés sur la pelouse de White Hart Lane dans la même configuration tactique en 4-2-3-1. La trio de l’entrejeu des Blues (Matic-Fabregas + Oscar) se retrouvait face à Bentaleb, Mason et Eriksen. Les similitudes continuaient au vu des profils offensifs alignés devant avec des joueurs de percussion (Hazard, Townsend), des ailiers polyvalents (Willian, Chadli) et des attaquants plutôt mobiles en pointe (Diego Costa, Kane).

Tottenham, vite dans le match :

Les Spurs ont annoncé leurs intentions très vite dans cette partie. Dès le coup d’envoi donné par leurs adversaires, ils ont tenté de défendre en avançant. En première ligne, Kane et Eriksen devaient cadrer la relance adverse et l’attirer vers les côtés où ensuite, les ailiers (Chadli, Townsend) déclenchaient le pressing en sortant sur les latéraux des Blues. Ces derniers étaient évidemment suivis par leurs propres latéraux (Rose, Walker) qui serraient le marquage sur leurs adversaires directs (Willian, Hazard).

Lorsqu’il était excentré, le bloc de Tottenham formait ensuite un 4-2-3-1 extrêmement compact. Kane restait aux avants-postes entre Terry et Cahill. L’ailier côté ballon bloquait son latéral (Chadli-Ivanovic, Townsend-Azpilicueta). Dans l’axe, Eriksen se positionnait entre les deux milieux, pressant le plus proche du ballon (Matic ou Fabregas) et laissant à l’ailier à l’opposée de l’action le soin de surveiller la 2e rampe de lancement des Blues. Devant la défense, le double pivot Mason-Bentaleb se retrouvait dans la zone d’Oscar et devait répondre aux mouvements de Hazard ou Willian dans le coeur du jeu.

A défaut de pouvoir progresser rapidement vers l’avant, faute d’espaces, l’objectif des Blues a d’abord été de sortir de ces zones de pression et de trouver des espaces pour ensuite alimenter Fabregas ou Matic : soit en parvenant à renverser le jeu, soit relançant long afin de récupérer les seconds ballons. Ces deux options forçaient en effet Chadli et Townsend à se replier, faisant passer Tottenham en 4-4-1-1. Pour les Spurs, le danger était alors de voir Eriksen seul entre les deux milieux des Blues sur ces situations. Mais Mason le rejoignait, permettant un passage temporaire en 4-1-4-1 qui limitait la liberté de Matic et Fabregas.

Afin d'éviter la pression adverse, Lloris joue long vers Diego Costa. Ivanovic récupère le second ballon.

Afin d’éviter la pression adverse, Lloris joue long vers Diego Costa. Ivanovic récupère le second ballon. A défaut de pouvoir jouer avec Fabregas, pris par Eriksen, il remet en retrait vers Cahill… Pour les Blues, l’objectif est de trouver Matic, seul dans l’axe.

sdfsfd

Après un relais de Terry, Matic est servi mais Mason a anticipé et sort afin de suppléer Eriksen. Le Serbe ne peut pas se retourner et joue latéralement vers Azpilicueta. L’Espagnol se retrouve sous la pression de Townsend, qui sort très vite sur lui.

Townsend parvient à contrer son adversaire direct et renvoie la balle dans le dernier tiers des Blues.

Townsend parvient à contrer son adversaire direct et renvoie la balle dans le dernier tiers des Blues. Tottenham en profite pour s’installer très haut et resserrer au maximum son bloc sur la largeur. Chadli abandonne Ivanovic pour bloquer Fabregas.

Sur la touche, Chelsea progresse mais Tottenham conserve la même densité.

Sur la touche, Chelsea progresse mais Tottenham conserve la même densité. Le bloc des Spurs est extrêmement compact, avec un 9 contre 7 sur (à peine) un quart de leur moitié de terrain.

Chelsea respire enfin :

Au fil des minutes toutefois, la formation de José Mourinho a réussi à trouver des espaces afin d’approcher les buts de Lloris. Les relances longues de Courtois ont fait reculer le bloc adverse et notamment permis à Fabregas de trouver suffisamment de liberté pour tenter de rechercher Diego Costa ou Hazard dans la profondeur (premier ballon à la 7e). Willian se rendait aussi disponible dans l’entrejeu afin de multiplier les solutions courtes et mettre les Spurs sur le reculoir. Mais le vrai problème pour les hommes de Pochettino a été la blessure rapide de Mason (10e) qui a entraîné quelques minutes de flottement, en infériorité numérique, en attendant que Dembélé puisse faire sa rentrée (14e).

Le Belge est toutefois rapidement rentré dans son match, reprenant le rôle de son partenaire entre Bentaleb et Eriksen… mais c’est tout de même son coéquipier en sélection Hazard qui a fait la différence sur une action en solitaire. Alors que le reste de l’équipe défendait ses buts sur un corner, l’attaquant de Chelsea a mené le contre et conservé la balle en attendant le soutien de Oscar et Diego Costa, finalement auteur de l’ouverture du score (18e). S’en sont alors suivis 6 bonnes minutes de domination bleue, qui ont accouché sur deux situations très dangereuses pour Tottenham : la première s’est achevée sur une situation litigieuse pour l’arbitre (main de Vertonghen au sol face à Oscar), la seconde sur une très grosse occasion (Oscar, 24e).

La connexion Chadli-Kane : 

Après ces balles de break manquées, les Blues ont commencé à montrer des signes de faiblesse, se montrant notamment incapables de presser efficacement les Spurs. Dembélé s’est montré très précieux pour conserver le ballon sous cette pression, ouvrant ensuite le jeu vers Rose ou Walker qui remontaient rapidement le ballon sur les côtés, forçant le repli des Blues. Sur les relances longues, les déplacements de Chadli dans le coeur du jeu ont souvent permis aux Spurs de remporter (eux aussi) la bataille des seconds ballons. En phase de construction aussi, le Belge n’hésitait pas à rester dans l’axe afin d’occuper la zone de Matic-Fabregas avec Eriksen. En ajoutant Dembélé face à Oscar, cela libérait Bentaleb qui se chargeait d’orienter la circulation du ballon.

Autre joueur à profiter du travail dans l’axe de Chadli, Kane pouvait dès lors travaillait sur toute la largeur du terrain. Que ce soit pour aider à remonter les ballons ou pour provoquer la défense des Blues, l’attaquant anglais a toujours été plus efficace en position excentrée, lorsqu’il parvenait à se défaire de la pression de Cahill ou Terry afin de se mettre dans le sens du jeu. Une fois lancé, sa vitesse lui permettait de faire la différence, notamment sur l’aile gauche où Ivanovic et Cahill n’ont jamais su le stopper.

ddfgdfgdf

Le rôle de faux ailier de Chadli dans le camp adverse a naturellement fait reculer la paire Matic-Fabregas. Oscar se retrouvait dès lors seul face à Dembélé et Bentaleb, qui a profité des espaces pour orienter le jeu sur la largeur.

kane-solo

Positionné entre l’axe Cahill-Terry et Matic-Fabregas, Chadli permettait aussi à Kane de quitter cette zone pour se rendre disponible sur les côtés. Sur son but égalisateur, il récupère une passe de Rose et repique à l’intérieur alors qu’Eriksen embarque Matic dans le dos d’Ivanovic. Oscar et Fabregas ne seront ensuite pas assez forts pour le stopper.

Densité et transition offensive : 

En plus d’étouffer leurs adversaires au milieu de terrain (cf. premier paragraphe), les Spurs ont aussi su profiter de la densité de leur 4-2-3-1 pour faire mal en contre-attaque et exposer les faiblesses adverses (et notamment le manque de vitesse de la charnière centrale). En guise de principal relais sur ces phases de transition, Eriksen a réalisé une très belle performance en baladant Matic sur ces prises de balle en plus de ses déplacements sans ballon (cf. capture précédente). Sur le 2nd but, c’est lui qui a fait la différence sur un ballon gagné côté droit (vs Azpilicueta et Matic) avant de servir Chadli arrivant à pleine vitesse sur Terry et Cahill. Sur le 3e, le Danois a aussi touché le ballon, dépassant Matic à l’instar de Kane qui passera devant Cahill quelques secondes plus tard.

Les deux buts inscrits en deuxième mi-temps sont eux venus de ballons gagnés par Vertonghen. Sur le 4e, Ivanovic est dépassé par la remontée de balle de Bentaleb. Cela a mis Cahill à découvert entre Chadli, qui fixait sur l’aile, et Kane qui a terminé le travail malgré le retour au contact de Matic. Le 5e et dernier but est lui venu d’une transmission directe entre Vertonghen et Paulinho, entré en jeu en position de n°10. Une passe qui a éliminé le milieu des Blues et mis une nouvelle fois Cahill sans protection.

Sur le second but, Eriksen fait la différence lorsqu'il élimine Matic. A ce moment-là, Terry et Cahill sont

Sur le second but, Eriksen fait la différence lorsqu’il élimine Matic. A ce moment-là, Terry et Cahill se retrouvent sans protection en couverture et Chadli arrive lancé pour finir l’action. Finalement, il faudra une 2e erreur côté Blues (Willian qui lâche le marquage de Rose) pour permettre aux Spurs de marquer après que la frappe du Belge ait heurté le poteau.

Au retour des vestiaires, le 4ème but a quasiment mis fin au suspense.

Au retour des vestiaires, le 4ème but a quasiment mis fin au suspense. Tout part d’une bonne anticipation de Vertonghen face à Ramires et d’un ballon remonté par Bentaleb, qui élimine Ivanovic en servant Chadli. Le Belge se charge ensuite de fixer Cahill avant de servir Kane qui conclut par une frappe après un contrôle orienté pour éviter l’intervention de Matic.

Suite et fin :

En faisant entrer Ramires à la place d’Oscar à la mi-temps (46e), José Mourinho espérait sans doute voir une regain d’agressivité de son équipe, afin de faire la différence lorsque le jeu se résumait à une bagarre pour la possession du ballon dans les petits espaces. Mais finalement, le 4ème est arrivé trop rapidement pour que l’apport du Brésilien puisse être vraiment jugé.

Malgré la réduction du score de Hazard (61e) sur une mauvaise passe de Fazio, les Blues n’ont jamais donné l’impression de pouvoir revenir dans ce match, beaucoup trop gênés par l’intensité dans les duels et le travail effectué par les Spurs pour réduire les espaces au milieu de terrain. Au final, ces derniers, malgré les 3 buts encaissés, tiennent sans aucun doute leur match-référence pour l’année à venir… et ce même si il aurait pu basculer dans un tout autre sens si Chelsea avait réussi à faire le break en milieu de première mi-temps.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Daniel Constance dit :

    Salut,
    Pour tout te dire, je ne m’attendais pas à un tel résultat en faveur de Tottenham. J’avoue que j’ai été particulièrement impressionné par la relation Chadli-Kane.

  2. Victor dit :

    Apres le match contre Swansea ce week end je me posais la question a savoir comment battre cette équipe de Chelsea qui semble si equilibree cette saison ? De cet article je retiens quelques éléments de réponse :
    – le manque de vitesse de la charnière centrale Terry- Cahill (Ivanovic n’est pas le plus rapide non plus)
    – le manque d’apport défensif de Fabregas.

    Ces deux éléments sont a mes yeux les plus explicites et je pense que c’est ce qui va leur coûter cher en Ligue de Champions par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *