Manchester City 1-4 Liverpool : quand le rythme surpasse la possession

Samedi, alors que le Barça écrasait le Real Madrid à Santiago Bernabeu, Liverpool y est lui aussi allé de son récital sur la pelouse de Manchester City. Dans un tout autre style, fait d’intensité et de répétition des courses, les Reds ont vite pris l’ascendant sur des Citizens qui sont sortis de la première demi-heure avec déjà 3 buts de retard.

Permettre la relance mais bloquer les solutions : 

C’est la formule-clé pour décrire le plan de jeu défensif de Jurgen Klopp. Il s’agit de laisser l’adversaire repartir de sa surface de réparation s’il le souhaite, mais de le priver ensuite de solutions pour remonter le ballon vers le but adverse.

Face à Tottenham, pour sa première sortie en tant que coach des Reds, cela s’était traduit sur la pelouse par une certaine liberté laissée aux défenseurs centraux adverses et un pressing déclenché lorsque ces derniers écartaient sur leurs latéraux, à défaut de pouvoir s’appuyer sur des solutions dans l’axe (lire : Tottenham 0-0 Liverpool, la première de Jurgen Klopp). 

Depuis, un bon mois s’est écoulé et la prestation des Reds à l’Etihad Stadium marque une progression évidente des Reds dans ce secteur. A l’instar de Lloris, Joe Hart avait toujours les solutions courtes proposées par Demichelis et Mangala pour sortir le ballon de ses 20 mètres. Mais ces derniers n’avaient plus vraiment la possibilité de trouver leurs latéraux.

Comme face aux Spurs, Liverpool a d’abord verrouillé l’axe avec son 4-3-3, qui permettait les sorties au pressing de Lucas, Can ou Milner sur Touré ou Fernando dans les intervalles séparant les attaquants.

pressing-axe

Si Demichelis et Mangala ont la liberté de jouer dans les intervalles qui séparent Coutinho, Firmino et Lallana, les destinataires de leurs passes se retrouvent immédiatement sous la pression des milieux liverpuldiens.

pressing-yaya

Lucas Leiva peut se joindre à ses deux partenaires afin d’accentuer la pression sur leurs adversaires directs.

La vraie nouveauté par rapport au match contre Tottenham a résidé dans la disparition de la possibilité de passe à destination des latéraux. Ci-dessous, en guise de rappel, le mouvement du bloc-équipe des Reds face à Tottenham : les deux défenseurs des Spurs avaient la possibilité de jouer sur Rose ou Walker pour sortir le ballon de leurs 40 mètres et ainsi éviter la pression. Positionné en pointe, Origi devait orienter le défenseur vers le côté et rester ensuite dans sa zone afin de dissuader le latéral de rejouer sur lui.

Le 4-3-2-1 de Liverpool en position par rapport à la relance de Tottenham : Origi va repousser Vertonghen vers le côté gauche. Le Belge va ouvrir sur Rose, à son tour mis sous pression par Milner.

Les Reds coulissent côté ballon. Milner est sur le porteur, Origi et Lallana bloquent la solution latérale par Vertonghen.

Face à Manchester City, la pression sur les défenseurs centraux est cette fois venue de Coutinho et Lallana. Au départ des mouvements, les deux attaquants excentrés des Reds évoluaient sur la même ligne que Firmino. Leur rôle était d’être sur la ligne de passes séparant le central adverse du latéral. Il leur fallait ensuite accentuer petit à petit la pression vers le porteur afin de le pousser à la faute.

lallana-premiereligne

Situation de départ, Lallana, Coutinho et Firmino forment une première ligne à franchir alors que Mangala est en possession du ballon.

coutinho-premiereligne

Privé de solution courte, Mangala se retrouve sous la pression de Lallana. Coutinho est prêt à sortir en cas de passe courte sur Demichelis.

Le travail de Coutinho sur la capture ci-dessus était la dernière pierre de l’édifice collectif des Reds face à la relance de City : une fois le défenseur central privé de solutions vers l’avant (milieu et côté), ses sorties permettaient d’empêcher la passe latérale et le renversement côté opposé. En forçant la passe en retrait, cela laissait assez de temps au bloc-équipe des Reds pour coulisser sur la largeur.

City, dépasse par l’intensité des Reds : 

Habituellement, la formation de Manuel Pellegrini est une équipe qui aime « prendre son temps » et construit son jeu à partir de passes courtes, s’appuyant justement sur les multiples solutions autour du porteur de balle. Avec l’organisation présentée ci-dessus, Liverpool a empêché cela. Il n’a d’ailleurs pas fallu attendre longtemps pour voir Joe Hart arrêter de solliciter ses défenseurs, constatant les difficultés de ces derniers, et envoyer de longs ballons au milieu de terrain.

Le problème, c’est que le jeu long du gardien de City n’était pas plus efficace en raison de l’intensité supérieure que mettaient les Reds pour couvrir le terrain. Si le 4-3-3 offrait une certaine liberté à Sagna et Kolarov à la retombée, le jeu long nécessaire pour les atteindre offrait à chaque fois assez de temps au bloc liverpuldien pour se déplacer afin d’être présent dès les prises de balle des latéraux.

Le premier but est d’ailleurs directement venu d’un ballon récupéré par Coutinho dans les pieds de Sagna.

liverpool1

Joe Hart vient de dégager vers Kolarov. Les Reds sont déjà en train de se déplacer afin d’être présents à la retombée.

liverpool2

Alors que Lucas contrôle le déplacement de De Bruyne et que Clyne bloque Sterling, Lallana et Milner se rapprochent de Kolarov.

liverpool3

Le Serbe va bien s’en tirer en obtenant la faute sur cette séquence, mais le manque de soutien aurait pu lui coûter une perte de balle.

Les conséquences de l’affrontement tactique en quelques stats : 

Face à Liverpool, Joe Hart a joué plus long que d'habitude.

Joe Hart a été contraint de jouer plus long que d’habitude et l’activité des Reds dans sa moitié de terrain a repoussé City vers les côtés.

sdfsdfdfs

Les actions défensives de Liverpool (tacles, interceptions, fautes) vont dans le même sens avec une majorité d’actions réalisées dans les couloirs et près de ceux-ci. A noter que le flanc droit (jaune, Clyne) a mieux tenu que le flanc gauche (rouge, Moreno) dans l’entrejeu. Le latéral espagnol était souvent en retard par rapport à Navas (peur d’être pris de vitesse ?), ce qui a permis à ce dernier de tenir le ballon. Plusieurs fois, l’ailier a pu trouver De Bruyne en profondeur sans toutefois que cela ne mette en difficulté la charnière Sakho-Lovren.

Conclusion : 

Jurgen Klopp tient son premier match-référence en Premier League. Si le score surprend, ce n’est pas forcément une surprise de voir les Reds réussir une telle performance face à City. Car la formation de Pellegrini n’a justement pas l’habitude d’être gênée dans sa moitié de terrain. Habitués à poser le jeu, les Skyblues ont du mal face à des formations capables de jouer à un rythme plus élevé que le leur. Samedi, Touré et Fernando ont ainsi été réellement dépassés par la mobilité des milieux de Liverpool.

Statistiquement, cette meilleure cohésion du bloc des Reds par rapport à celui de City se ressent notamment dans le grand nombre d’interceptions réalisées. Liverpool a en effet réalisé sa plus grosse performance dans ce secteur depuis l’arrivée de Jurgen Klopp. Leur pressing a forcé City à jouer long, et leur mobilité leur a permis de se trouver sur les lignes de passes entre des Citizens plus éloignés les uns des autres qu’habituellement.

liverpool-evolution

Tout n’a toutefois pas été parfait pour les Reds, qui ont notamment eux des soucis côté gauche avec un Moreno parfois trop loin de son adversaire direct. Néanmoins, le repli défensif était tel qu’ils n’ont jamais réellement souffert défensivement. Parfaitement protégés par leurs partenaires, Skrtel et Lovren n’ont eux que des miettes à récupérer (et à dégager) de leur surface de réparation.

 

Sur le même sujet, lire l’article d’Analysport : Comment Klopp a mis Manchester City dans le Red ?

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Gueye dit :

    Une meilleur comprehension de ce beau sport. Foot science

  2. Darkgugu dit :

    Finalement, la tactique a adopté n’est-elle pas celle du pressing sur les latéraux et milieux pour empêcher les relances courtes ?
    Cela rappelle un peu le Celta Vigo contre le Barça pour le pressing.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *