Manchester City 1-2 Tottenham : Lamela, la recette du supersub

Dimanche, Tottenham a peut-être mis fin aux espoirs de titre de Manchester City en allant s’imposer sur la pelouse de l’Etihad Stadium (1-2). Auteurs de l’ouverture du score en début de deuxième mi-temps, les Spurs ont ensuite été dominés jusqu’à la fin de la rencontre par leurs adversaires… ce qui ne les a pas empêchés de repartir avec les 3 points. Tout s’est joué à la 83e minute sur une action d’Erik Lamela. Entré en jeu à la 81ème à la place de Dele Alli, l’Argentin a offert le but de la victoire à Christian Eriksen sur une séquence qui lui a permis d’afficher les qualités qui font un bon supersub.

Qualité n°1 : la discipline 

C’est peut-être le plus important lorsque l’entraîneur procède à un changement poste pour poste comme celui effectué par Mauricio Pochettino. L’entrant doit au moins être aussi discipliné que le sortant afin de ne pas déstabiliser le collectif. 

1citytottenham

Tout part d’un dégagement de Hugo Lloris suite à un hors-jeu de Sergio Aguero. Le portier français renvoie le ballon dans la moitié de terrain de Manchester City et les joueurs de champ bataillent à la retombée. Ce premier arrêt sur image permet de constater la compacité du bloc de Tottenham. Mis à part Wimmer, Alderweireld et Walker (en couverture), tous les joueurs sont concernés par le deuxième ballon. Entré en jeu deux minutes plus tôt, Lamela est de ce groupe : l’Argentin est là pour bloquer Yaya Touré et empêcher la sortie du ballon vers le côté opposé.

2citytottenham

Après une série de têtes échangées entre les deux équipes, le ballon est enfin mis au sol. Fernandinho s’en empare mais est immédiatement pressé par Carroll. L’ancien milieu du Shakhtar s’oriente de manière à sortir de cette zone pour aller vers le côté ouvert.

3citytottenham

Sous la pression, Fernandinho parvient à servir Yaya Touré. C’est là que Lamela intervient une première fois en mettant la pression dans le dos de l’Ivoirien. Le super-sub de Tottenham pousse son vis-à-vis vers ses deux milieux de terrain, Dier et Dembele, et l’empêche de se retourner pour envoyer le jeu vers Iheanacho.

Qualité n°2 : l’abnégation 

La vie d’un remplaçant n’est pas toujours facile, et certains lorsqu’ils entrent en jeu sont encore déçus de ne pas avoir été titularisés. Ce sentiment peut parfois les pousser à ne pas faire plus d’efforts que les autres, alors que leur fraîcheur doit justement leur permettre d’avoir un impact supérieur sur la rencontre. 

toure-

Touré résiste au premier pressing de Lamela et se retrouve avec deux options : jouer la sécurité en ouvrant sur Iheanacho ou tenter de passer en puissance entre les deux milieux de Tottenham (Dier et Dembélé). Après une feinte de corps pour tromper Dier, l’Ivoirien choisit la deuxième option.

4citytottenham

C’est là que sa progression est perturbée par le retour de Lamela : l’Argentin tente un nouveau tacle qui pousse son adversaire à la faute avec une touche de balle trop longue. Dembele récupère l’offrande : la possession du ballon bascule en faveur des Spurs.

Qualité n°3 : un point fort qui appuie sur la faiblesse de l’adversaire

Très souvent, on parle de « coaching gagnant » lorsqu’un entraîneur fait entrer sur le terrain un joueur qui finit par marquer un but. Mais la plupart du temps, ces changements n’ont pas forcément d’incidence sur le plan tactique à la base. En lançant Lamela pour les 10 dernières minutes de jeu, Mauricio Pochettino va à l’inverse réaliser le coup parfait : il apporte de la vitesse dans une zone où City s’est affaibli depuis le repositionnement de Yaya Touré. Une excellente lecture du match et un coaching qui va porter ses fruits. 

Plus de détails : Manchester City 1-2 Tottenham, l’analyse tactique

5citytottenham

Qui dit changement de possession, dit phase de transition… et point faible de Manchester City. Les limites des Skyblues sur ces séquences se vérifient en effet une nouvelle fois sur cette action. Auteur du pressing sur Touré, Lamela est déjà prêt à repartir afin de profiter de l’espace laissé vacant par le milieu de City. A l’inverse, les partenaires de ce dernier n’ont pas la même attitude : Fernandinho et Iheanacho n’ont clairement pas anticipé le danger.

6citytottenham

Servi par Dembele, Lamela se met très rapidement dans le sens du jeu. Touré tente de revenir, mais a déjà une longueur de retard. Seul Fernandinho semble en mesure de stopper la course de l’Argentin.

Phase 4 : la lucidité 

A dix minutes de la fin, la fraîcheur permet surtout de faire la différence dans les moments décisifs. Pour un défenseur, cela peut être sur un tacle. Un milieu peut fait la différence par sa disponibilité sur le terrain. Et pour l’attaquant-remplaçant, c’est évidemment dans les 30 derniers mètres qu’il peut faire la différence et devenir le héros de la rencontre. 

7citytottenham

Lamela est désormais lancé à pleine vitesse : Touré et Fernandinho ne reviendront pas. L’Argentin se rapproche de la défense adverse. Problème, il n’a qu’une seule solution devant lui : Christian Eriksen.

8citytottenham

Il profite alors du temps d’avance qu’il possède sur les milieux adverses pour ralentir et préparer sa dernière passe. Ce choix permet à Fernandinho de revenir à proximité, mais pas assez pour lui disputer le ballon. Face au jeu, Otamendi choisit de sortir afin de tenter l’interception. Le choix aurait pu se comprendre si Kolarov s’était désintéressé du ballon pour le couvrir en accompagnant Eriksen.

8citytottenham

Mais au lieu de ça, le Serbe laisse filer le Danois dans l’espace (joue-t-il le hors-jeu ?). La passe soudaine de Lamela passe entre les jambes de son compatriote.

9citytottenham1

En avance sur Kompany et Kolarov, le Danois prend le temps de contrôler et d’ajuster son tir. Son enchaînement est trop rapide pour permettre aux défenseurs de revenir. Même verdict pour Joe Hart, qui est battu sur sa gauche.

9citytottenham2

Discipline, abnégation (grinta), vitesse et surtout lucidité dans les 30 derniers mètres, voilà les éléments qui ont permis à Erik Lamela d’enfiler la panoplie du supersub ce dimanche face à Manchester City. Malgré l’enjeu, qui peut parfois tétaniser les remplaçants et affaiblir de fait une équipe, l’Argentin a su se mettre au diapason de ses partenaires et appliquer les consignes du coach tout en apportant les qualités (vitesse) qui manquaient jusque-là à Tottenham pour mettre City en difficulté.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *