Arsenal 2-2 Manchester City, l’analyse tactique

Déjà en retard sur une équipe de Chelsea qui a réussi un sans-faute lors des 3 premières journées, Gunners et Skyblues n’ont pas arrangé leurs cas respectifs en se neutralisant samedi après-midi, à l’occasion du match d’ouverture de la 4e journée de Premier League. Auteur d’une belle entame de match, Arsenal n’a su concrétiser ce premier temps fort et l’a payé par la suite.

Privé de Giroud pour quelques semaines encore, Arsène Wenger décide pour ce premier choc de la saison de lancer sa recrue du dernier jour du mercato, Danny Welbeck. L’ancien attaquant de Manchester United est encadré par Sanchez et Özil. Dans l’entrejeu, Flamini complète le milieu de terrain en couvrant Wilshere et Ramsey. Derrière, Monreal est préféré à Gibbs dans le couloir gauche.

Côté Manchester City, Manuel Pellegrini doit composer avec une absence très importante : Yaya Touré est au repos suite à ses matchs avec la Côte d’Ivoire durant la trêve internationale. Nasri n’a lui pas joué avec les Bleus mais il débute quand même sur le banc de touche. Milner et Navas encadrent Silva et Aguero dans le 4-2-3-1 mis en place par le coach chilien.

Manchester City comme Chelsea ?

Dans ce match, la première véritable surprise concerne l’approche choisie par Manchester City. Habituellement, les Skyblues recherchent la possession de balle : titulaires sur les flancs, Silva et Nasri ont l’habitude de repiquer dans l’axe pour créer le surnombre et construire avec leurs milieux de terrain (Touré et Fernandinho ou Fernando, titulaire depuis le début de la saison).

Cette fois, en raison évidemment des profils choisis par Pellegrini, c’est une équipe beaucoup plus pragmatique qui se retrouve sur la pelouse de l’Emirates. Milner et Jesus Navas restent dans leurs couloirs et City se retrouve dans une situation de trois-contre-trois dans l’entrejeu. La circulation de balle est beaucoup plus direct : l’équipe cherche en priorité les relais de Silva et Aguero dans l’axe pour ensuite aller percuter dans les couloirs avec Milner ou Jesus Navas.

Arsenal prend la main

Face à une telle organisation, c’est Arsenal qui met vite le pied sur le ballon. Après quelques séquences de pressing côté City (impulsées par Silva, qui sort à hauteur d’Aguero), les Gunners prennent l’ascendant au milieu de terrain. Leur pressing est efficace : Ramsey et Wilshere mettent la pression sur Fernandinho et Lampard. En couverture, Flamini se charge de Silva, laissant Aguero à la paire Koscielny-Mertesacker.

Pour ressortir les ballons, ils s’appuient sur les mouvements de Wilshere et Ramsey. L’Anglais remonte les ballons, le second lui offre des solutions autour de Lampard et Fernandinho.  Ils s’appuient ensuite sur les déplacements de Sanchez, Welbeck ou Özil, qui se rendent disponibles entre les lignes et permettent de créer le surnombre. Souvent mis en infériorité numérique, les milieux de City reculent, entraînant l’ensemble du bloc.

Des couloirs sous-utilisés

Arsenal s’installe ainsi dans la moitié de terrain adverse mais peine à se créer des occasions. Les Skyblues défendent bien l’axe grâce au repli de Jesus Navas et Milner, qui épaulent Lampard et Fernandinho et permettent de gérer les mouvements de Sanchez ou Özil dans les 30 derniers mètres. Concentrés dans l’axe, les Gunners n’utilisent que trop peu les couloirs. Pour preuve, alors que le bloc de City évolue bas, Monreal et Debuchy ne centrent qu’à deux reprises sur les 45 premières minutes.

city-axe

Arsenal cherche à créer le surnombre dans l’axe pour mettre en difficulté la paire Fernandinho-Lampard. Jesus Navas et Milner se recentre pour leur venir en aide. Ils laissent donc des espaces dans les couloirs.

arsenal-axe

Pourtant, les Londoniens vont très rarement utiliser les ailes, s’entêtant à rechercher les petits espaces au lieu d’exploiter la largeur.

Durant ce temps fort d’Arsenal, City fait le dos rond et attend les opportunités en contre-attaque. Sans Touré pour ressortir les ballons ou accompagner les actions, tout se joue sur les duels opposant Silva et Aguero aux Gunners restés en couverture (Flamini, Koscielny, Mertesacker). Les Mancuniens doivent tenir le ballon en attendant des solutions. S’ils le perdent, alors Arsenal peut relancer une nouvelle attaque dans le camp adverse. En revanche, s’ils s’en sortent…

Un joueur va particulièrement briller dans cette configuration : Jesus Navas. Très rapide, l’Espagnol est souvent le premier soutien arrivant à hauteur de Silva ou Aguero. Peu avant le quart d’heure de jeu, il mène ainsi un contre qui finit dans la surface adverse, obligeant Mertesacker à un gros retour. Une action loin d’être anodine puisque c’est sur un quasi copié-collé qu’il permet à Aguero d’ouvrir le score 15 minutes plus tard (1-0, 27e). A la base de l’action, un duel entre Aguero et la défense d’Arsenal qui a tourné à l’avantage de l’Argentin.

city-contre

Dès que Aguero ou Silva parviennent à fausser compagnie à Flamini, Koscielny ou Mertesacker, City peut s’exprimer en contre-attaque. Plus rapide que Monreal, Jesus Navas est toujours leur premier soutien sur l’aile droite.

City reprend le contrôle du ballon

Incapable de convertir son temps fort, Arsenal se retrouve donc à courir après le score. Efficace en début de partie, le pressing de Ramsey et Wilshere l’est moins au fil des minutes et City s’offre des séquences avec le ballon dans le camp adverse. Silva revient à hauteur de Fernandinho et Lampard afin d’assurer la possession, l’équipe comptant ensuite sur les incursions dans l’axe de Milner pour perturber l’organisation adverse.

A la pause, Manuel Pellegrini confirme cette envie de mettre le pied sur le ballon avec l’entrée en jeu de Nasri à la place de Lampard, qui avait en plus été averti en première mi-temps (46e). Le Français s’installe côté gauche mais dézone souvent afin d’offrir des solutions à ses milieux de terrain. City renverse la possession de balle en sa faveur mais ne parvient toutefois pas à se mettre à l’abri.

nasri-controle

L’entrée en jeu de Nasri permet à City de prendre possession du ballon. En dézonant, le Français offre l’avantage numérique à ses partenaires (Silva, Fernandinho, Milner) face aux milieux d’Arsenal (Ramsey, Wilshere, Flamini).

Arsenal revient, mais City s’en sort

Ce sont même les Gunners qui reviennent dans le match à la faveur de ballons récupérés dans le camp adverse. C’était l’histoire du premier but : un duel perdu par la couverture d’Arsenal, qui a permis à Aguero de lancer Jesus Navas. C’est aussi celle des deux buts inscrits par Arsenal : sur le premier, tout part d’un ballon gagné très haut par Koscielny, dans les pieds d’Aguero (63e). Sur le second, c’est une tête de Wilshere dans la zone de Silva qui permet à Sanchez de mettre une splendide volée dans la lucarne de Hart (74e).

wilshere-silva

Sur ses deux réalisations, Arsenal profite des ballons gagnés dans le camp des Skyblues. Ici, sur le second, c’est Wilshere qui prend le dessus sur Silva et permet à Sanchez d’inscrire le but du 2-1.

L’Emirates pense alors que ses favoris ont fait le plus dur mais le dernier quart d’heure est quasiment à sens unique en faveur des visiteurs. Pellegrini joue son va-tout en faisant entrer Kolarov à la place de Fernandinho. Passé dans l’axe à la mi-temps, Milner se retrouve seul devant la défense, alors que Silva et Nasri prennent le jeu à leur compte au milieu de terrain. Kolarov devient le pendant de Jesus Navas côté gauche, qui n’existait plus depuis la mi-temps et le repositionnement de Milner dans l’axe.

Déjà en vue pendant la trêve internationale face aux Bleus, le Serbe récidive et multiplie les centres face à Chambers, qui a remplacé Debuchy sorti sur blessure. Finalement, c’est sur un corner qu’il permet aux siens de revenir au score en déposant un ballon parfait sur la tête de Demichelis (83e). Un but pourtant improbable à la base, puisque City était à 4 contre 11 dans la surface de réparation adverse…

city-corner

La situation dans la surface d’Arsenal sur le corner de Kolarov : 11 Gunners contre 4 Skyblues, mais personne ne semble au marquage côté londonien.

 







 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *