Percées et fausses pistes : les buts du Santos face au Peñarol

Chose promise chose dûe. En complément du rapport tactique sur le Santos (voir : Rapport – Le Santos FC, vainqueur de la Copa Libertadores), voilà l’analyse en détail des deux buts inscrits par le club brésilien face au Peñarol. Histoire de passer de la théorie à l’exemple pratique.

Premier but : Arouca, Ganso, Neymar

A peine revenu des vestiaires, le Santos décide d’accélérer. Après avoir passer 45 minutes à faire circuler le ballon de droite à gauche, le milieu peixe prend les choses en main avec une attaque plein axe. Au programme, un joueur-écran, un point d’appui, des fausses pistes pour un raid magnifique de Arouca conclu par Neymar.

L’action démarre alors que le Santos est en pleine phase de relance/transition. Pour rappel, lors de celle-ci, Arouca (5) redescend à hauteur de son milieu défensif (Adriano) pour former une ligne de quatre complétée par les montées des deux latéraux. Ci-dessus, le ballon est dans les pieds de Leo (latéral gauche). Celui-ci n’est pas pressé par son adversaire direct présumé (en bas de l’image) pour la bonne et simple raison que Neymar rôde hors-champ dans le couloir gauche. Devant la ligne du Santos, Elano est au coeur de celle formée par le milieu adverse pour le faire reculer. Le champ est ouvert pour une passe latérale malgré le pressing à venir d’un des deux milieux axiaux.

Servi dans la course par Leo (qui poursuit la sienne vers le centre du terrain, en bas de l’image), Arouca se retrouve face à une porte formée par le milieu gauche et l’un des deux attaquants adverses. Le premier se positionne pour empêcher la passe vers l’extérieur où Danilo s’est déjà lancé ce qui ouvre un espace assez grand entre lui et son coéquipierpour permettre à Arouca de passer. Le milieu axial gauche n’est pas directement intéressé par la course du numéro 5 du Santos pour la bonne et simple raison qu’il surveille la course d’Elano devant lui. Cela laisse Ganso libre de tout marquage et offrant une solution de passe, bien que dos au but.

Arrive alors le geste de classe de la partie du meneur de jeu du Santos. Alors que tout porte à croire qu’il va lancer Danilo sur l’aile droite, Ganso talonne le ballon vers l’intérieur du terrain dans la course de Arouca qui poursuit son mouvement. Le tempo est parfait : Arouca a pris le dessus sur le milieu avec lequel il est à la lutte et le ballon restera assez dans ses pieds pour empêcher un retour du second milieu défensif. La défense, qui commençait à se déplacer pour couvrir le possible décalage dans le couloir droit, doit s’arrêter et se réorganiser pour faire face à un Arouca qui arrive lancé.

Ce temps de latence, le milieu du Santos va parfaitement en profiter. Résistant aux deux milieux axiaux adverses, il profite de sa vitesse pour dépasser facilement le premier défenseur central qui vient à sa rencontre. Dans le même temps, Zé Eduardo (20) embarque le second stoppeur du Peñarol vers le côté droit pour lui ouvrir complètement le chemin vers le but dans l’axe (ci-dessus). (voir ci-dessous) Au marquage de Neymar depuis le début de l’action, le latéral droit du Santos rentre à l’intérieur pour tenter d’arrêter Arouca… Sauf que celui-ci dévie de la trajectoire prévue pour s’ouvrir un angle de passe vers Neymar qui arrive lancé et sans aucune opposition. La star des U20 brésiliens fait le reste pour le 1-0.

Deuxième but : Elano, Danilo, Zé Eduardo

La première moitié de la deuxième mi-temps vient d’être franchie. Adriano intercepte un long ballon à 30 mètres de ses buts. Un relais sur Ganso plus tard, et le cuir est dans les pieds de Neymar, le long de la ligne de touche. Face à lui, trois joueurs (du plus loin au plus près) : le stoppeur gauche, le latéral gauche et le milieu gauche qui vient au pressing pour l’empêcher de progresser alors que le bloc uruguayen se replie. Si le trio l’empêche d’avancer, il ne peut rien face à son changement de jeu vers l’aile droite…

Parfaitement réalisée, la (petite) transversale de Neymar arrive dans les pieds de Elano, libre de tout marquage. Le milieu axial le plus proche s’est retrouvé embarqué par le déplacement de son coéquipier vers la zone de Neymar et se retrouve désormais loin du nouveau possesseur du ballon. Dans le couloir droit, Danilo a d’ores et déjà pris le dessus sur son adversaire direct et arrive encore une fois lancé. Le triangle Danilo – Elano – Zé Eduardo se forme sans qu’aucun adversaire ne s’intercale entre eux. L’attaquant du Santos est positionné devant le latéral gauche, un détail qui a son importance…

Après avoir parcouru quelques mètres balle au pied, Elano décide de lancer que le moment est venu de lancer Danilo dans le couloir. Celui-ci a d’ores et déjà lâché son adversaire direct du milieu de terrain, qui a coupé son effort, et se prépare à un duel avec le latéral gauche du Peñarol. Jusqu’ici au marquage de Zé Eduardo, ce dernier est sur le point de faire le déplacement qui le fera s’opposer à la course de Danilo. La différence de vitesse à ce moment précis entre les deux hommes va faire la différence par la suite.

Anticipant le débordement, le défenseur ouvre la porte à l’intérieur pour Danilo. Dans l’axe, Zé Eduardo embarque le stoppeur gauche du Peñarol dans la profondeur (voir ci-dessus… Si bien que lorsque Danilo élimine le latéral (voir ci-dessous), le stoppeur n’est plus assez proche pour assurer la couverture. La qualité du pied faible du latéral droit du Santos fait ensuite la différence. Son intérieur du gauche trouve l’opposé des buts gardés par Sosa. Santos a fait le break et le Peñarol ne reviendra pas.

Point commun des deux buts : Zé Eduardo

C’est évidemment le nom le moins ronflant en attaque (avec Neymar et Ganso), mais Zé Eduardo n’en a pas été moins utile lors de cette finale. Sur le premier comme sur le deuxième but, ses déplacements (latéraux sur le premier, dans la profondeur sur le second) ont énormément perturbé la défense adverse et permis à ses partenaires de faire la différence. Avoir des manieurs de ballon est une chose, mais les associer à d’excellents joueurs d’espace est encore mieux. Si Neymar et Ganso ne sont pas encore sûrs de débarquer en Europe cet été, Zé Eduardo rejoindra le Genoa à la reprise. Forcément à surveiller…

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Guess dit :

    On le surveillera Zé Eduardo ne t’inquiète pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *