Newcastle 3-0 Manchester United, l’analyse tactique

Deux points en huit rencontres. C’était, avant ce mercredi soir, le bilan de Newcastle face aux gros du championnat anglais. Mais au sortir de la période des fêtes où ces derniers ont été quelque peu ballottés, les Magpies ont enfin battu un cador de la PL. A défaut d’être particulièrement brillants, le sérieux des hommes de Pardew combiné au talent de certaines individualités a suffi pour triompher de Red Devils bien pâles.

Les compositions :

Alan Pardew doit composer avec quelques absences pour ce match. C’est ainsi notamment que Taylor se retrouve au poste de milieu droit. Devant, Ba est associé à Ameobi pour l’un de ses dernières apparitions avant la CAN, tout comme Tioté au milieu : Krul (26) – Simpson (5), Williamson (6), Coloccini (2), Santon (3) – Taylor (16), Cabaye (4), Tioté (24), Gutierrez (28) – Ameobi (23), Ba (19).

Du côté des champions en titre, Sir Alex Ferguson relance certains titulaires après avoir passé les fêtes à remanier son effectif. Ecarté du groupe qui a perdu contre Blackburn, Rooney fait son retour et est associé à Berbatov en attaque : Lindegaard (34) – Valencia (25), Ferdinand (5), Jones (4), Evra (3) – Nani (17), Carrick (16), Giggs (11), Park (13) – Rooney (10), Berbatov (9).

Première mi-temps :

Sans surprise, deux 4-4-2 s’opposent durant les premières minutes de jeu. Identiques, les deux schémas sont aussi calqués concernant les marquages : la bataille pour la possession de balle tourne à l’avantage des visiteurs en début de partie. Les latéraux, Valencia et Evra, plus enclins à sortir de la défense que leurs homologues de Newcastle, offrent des solutions aux milieux, permettant de créer une ligne de quatre capable de tenir le ballon au niveau de la ligne médiane.

Pour offrir des appuis dans le camp adverse, le jeu mancunien tourne autour de trois joueurs : Berbatov, Rooney et Nani. Logiquement, tout part de la droite (relation Valencia-Nani) ou à partir d’un ballon qui a sauté le milieu de terrain pour tenter de trouver Berbatov. De là, United tente de revenir dans l’axe grâce au soutien apporté par Giggs qui prend en main le jeu. Si le côté droit fonctionne avec Nani et Valencia, Park apporte lui du mouvement et de la profondeur depuis son couloir gauche en rentrant dans l’axe.

Après quelques mouvements dangereux pour son milieu de terrain, Newcastle trouve la parade. Premier élément de sa réponse, Taylor resserre l’espace existant entre lui et Cabaye au milieu de terrain. Conséquence, il se retrouve à suivre les déplacements de Park qui perturbaient jusqu’ici le bloc défensif des Magpies : une situation qui fait de Evra la principale arme venu de l’arrière pour Manchester United. Car côté droit, le duo Nani-Valencia est lui bien bloqué par Gutierrez et Santon.

Malheureusement pour Manchester United, si Newcastle ouvre quelques espaces sur les ailes, il reste maître dans l’axe et dans sa surface de réparation. L’explication est simple : tous les joueurs participent à l’effort défensif. Ainsi, lorsqu’un décalage est crée côté United, les défenseurs sont dans leur surface, les milieux sont à l’entrée de celle-ci (et gèrent en cas de centre en retrait) et les attaquants redescendent sur la même ligne que les milieux mancuniens (Carrick et Giggs) pour récupérer et remonter les ballons, ou au moins empêcher leurs adversaires de relancer une nouvelle vague d’attaque .

Légende : en blanc les montées de Evra et Valencia pour former la ligne de possession avec Carrick et Giggs ; en jaune le trio offensif et les projections censés déstabiliser le bloc de Newcastle ; en rouge la fermeture du côté droit et le marquage de Taylor sur Park ; en orange, les zones libérées pour Patrice Evra ; enfin, en gris, les zones de retour des attaquants de Newcastle.

Newcastle de la gauche vers la droite :

Très bien en place défensivement, Newcastle se montre dangereux sur des étincelles de certaines de ses individualités. En début de partie, c’est Santon qui est le premier à accélérer depuis son côté gauche où il bénéficie de la présence de Gutierrez pour compenser ses montées. Il profite du jeu haut de Nani pour s’engouffrer ensuite dans l’axe et créer le surnombre dans la zone gardée par Carrick et Giggs (vs Cabaye, Tioté et un attaquant toujours sur cette ligne, Ba en général). La plupart des mouvements de Newcastle se termine sur le flanc droit où Taylor peut lancer Simpson qui centre  à la recherche de Ba ou Ameobi.

Légende : en jaune, les deux zones-clés que se partagent les deux attaquants de Newcastle (à tour de rôle même si Ba évoluera plus en retrait la plupart du temps) ; en jaune aussi les montées de Cabaye et Tioté ; en orange, les remontées de balle de Santon et la sortie de la zone axiale vers Taylor ; puis en rouge, la finition avec la montée de Simpson et les courses dans la surface de Ameobi et Ba.

Outre Santon, au fil des minutes, c’est évidemment Demba Ba qui va prendre les choses en main en perturbant constamment l’égalité numérique au milieu de terrain. Beaucoup plus percutant que Rooney censé jouer dans le même registre dans l’autre moitié de terrain, les percussions de l’Ivoirien mettent le duo Carrick-Giggs en grande difficulté. Souvent bien placé, il bénéficie aussi des seconds ballons issus de la domination de Ameobi dans les airs. Le premier but découle d’ailleurs d’un duel remporté par ce dernier aux dépens de Jones.

Légende : on notera sur ce long ballon de dégagement de Krul le trois contre trois qui se crée à la réception du ballon. Newcastle a ici (et très souvent) procédé comme United sur les longs ballons : le second attaquant (Ba / Rooney) et le milieu excentré (Taylor ici, Gutierrez lors d’un dégagement de l’autre côté du terrain / Nani) se rapprochent du joueur censé faire la différence dans les airs (Ameobi / Berbatov).

K.O au début du second round :

Rentré aux vestiaires avec l’avantage au score et une prestation défensive très convaincante, Newcastle réalise le K.O. quelques minutes après la reprise grâce à un merveilleux coup-franc de Cabaye (consécutif à une nouvelle faute du milieu mancunien, Carrick cette fois, sur Ba…). Ce but, s’il a le don de réveiller les joueurs de Ferguson, met aussi les Magpies à l’abri d’un retour au cas où ils ne craqueraient pas dans la minute qui le suivent.

Manchester traverse alors ce qui est quasiment son unique temps fort de la partie. Rooney et Giggs se trouvent enfin dans la zone de Tioté et Cabaye et réussisse à plusieurs reprises à faire exploser la paire de milieux adverses. L’entrée de Welbeck apporte plus de mouvement devant que Berbatov et le numéro 10 de MU est tout près de réduire le score mais il voit sa frappe sauvée sur la ligne par Simpson. Sans doute le dernier tournant du match. Car derrière, Ferguson casse la paire Rooney-Giggs en faisant entrer Chicharito ce qui exile le premier cité sur le côté gauche où il ne trouve pas le rythme. Il sortira quelques minutes plus tard et Newcastle terminera la rencontre tranquillement, appréciant même le csc de Jones, qui parachève une soirée très difficile pour le jeune défenseur et pour United.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *