Nasri – Gourcuff, faits l’un pour l’autre ?

Je devrais me remettre à écouter l’After de RMC plus souvent, l’émission de ce mardi m’a encore donné de la matière pour vous proposer un article. Comme vous le savez, l’équipe de France est sur le pont vendredi soir face à la Roumanie et mardi face au Luxembourg. Et pour la première fois sous l’ère Laurent Blanc, Samir Nasri et Yoann Gourcuff sont tous les deux dans le groupe. D’où la question qui brûlait les lèvres de tous les observateurs jusqu’aux premiers rebondissements du rassemblement (blessure de Diarra, forfait de Sagna…), le Gunner et le Lyonnais peuvent-ils être associés ? Réponse…

En vérité, le débat exact de l’émission d’hier soir tournait plus autour de Samir Nasri. Les trois protagonistes (Brisbois, Riolo et Auclair) dissertaient sur la capacité du Londonien à prendre les fameuses clés du jeu de l’équipe de France. Chose plutôt étonnante, les trois en doutaient en se basant notamment sur le rôle de Nasri à Arsenal. Et en effet, notre sujet d’étude du jour n’est absolument pas utilisé dans ce rôle en Angleterre. Et pour cause, comme le disait Philippe Auclair, Arsène Wenger possède un énorme meneur de jeu avec Cesc Fabregas et en puissance avec Luke Wilshere. A partir de là, Nasri récupère une autre place dans l’animation londonienne. Celle d’un joueur entre deux, évoluant sur la même ligne qu’Arshavin mais avec un rôle bien différent (moins dans la profondeur, plus à la création).

Pourtant, son entraîneur à Arsenal a des idées bien arrêtées concernant le futur de la carrière de Nasri. Propos rapportés par Philippe Auclair là aussi : « L’avenir de Nasri, c’est demi-défensif. » Et les trois animateurs du débat de partir sur plusieurs systèmes de jeu avec un Nasri formant le duo de récupérateurs dans un 4-2-3-1 ou l’un des deux relayeurs positionnés devant la sentinelle dans le 4-3-3. Personnellement, quand j’ai entendu ça, j’ai fait quelques loopings. Sans trembler, le trio de spécialistes avait donc l’air de penser qu’être milieu dans un 4-2-3-1 et milieu dans un 4-3-3 revient assez sensiblement à la même chose. J’avais rapidement évoqué la principale différence dans mon article sur le schéma de l’OL. Pour le rappeler vite fait, jouer l’un des deux récupérateurs du 4-2-3-1 nécessite une véritable culture défensive.

Or, ni Nasri ni Gourcuff n’ont aujourd’hui (du moins c’est mon impression) cette science de la défense. A vrai dire, l’un des rares Français qui pourrait être très intéressant à ce poste n’est même pas appelé… Il s’agit de Benoît Pedretti. Autre argument contre l’association des deux hommes l’un derrière l’autre dans un 4-2-3-1 : ce serait prendre le risque de les voir se marcher sur les pieds. Entre un Gourcuff en soutien de l’attaquant qui décrocherait et un Nasri qui se projetterait dans l’autre sens, l’équipe de France pourrait se retrouver avec deux meneurs travaillant dans la même zone du terrain. Et très souvent, l’un des deux pâtit forcément de la présence de l’autre. Souvenez-vous par exemple du rendement du Bordelais Fernando lorsque Gourcuff était sur le terrain. Idem deux saisons plus tôt avec l’arrivée de Micoud.

Inutile que j’ajoute l’argument que je rabâche depuis des mois et des mois sur le replacement de Gourcuff au poste de milieu relayeur. Vous en avez certainement assez. Transposez-le à Nasri et vous obtiendrez aussi mon avis sur l’ancien Marseillais. Un avis qui matche d’ailleurs avec celui de Wenger, comme quoi… Bref, la suite de l’article coule de source. Si on ne peut pas en 4-2-3-1, on doit tester en 4-3-3. Or, ça tombe bien, l’équipe de France a des milieux défensifs (les Diarra, M’Vila). Mettons-en un derrière Nasri et Gourcuff pour former le milieu à trois d’un 4-3-3 et voyons comment cela fonctionne. C’est, d’après moi, le schéma à tester absolument avec ces deux joueurs. Car je pense qu’il a toutes les chances d’être concluant si Nasri et Gourcuff se partagent convenablement les tâches sur la largeur du terrain. L’un organise, l’autre prend les espaces, et inversement…

Les deux rencontres à venir face à la Roumanie et au Luxembourg pourraient d’ailleurs permettre au sélectionneur de tester une telle organisation. Les deux adversaires ont toutes les chances de rester dans leurs 40 mètres et la qualité de passe des milieux risque d’être primordiales tant les espaces seront réduits. Avoir un Nasri et un Gourcuff sur le terrain peut du coup être intéressants non ? Toutefois, la forme du moment ne plaide pas forcément en leur faveur, surtout celle du Lyonnais. Par ailleurs, je n’oublie pas non plus les points marqués par Abou Diaby en Bosnie. Dans un 4-3-3 basique, il est le relayeur parfait à installer à côté d’un organisateur-créateur. Si le duo Nasri-Gourcuff ne fonctionne pas, le grand gagnant dans l’histoire sera tout trouvé.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Yann dit :

    Et un 4-2-3-1 n’est pas envisageable, avec 2 récupérateurs à choisir parmi les deux Diarra, Diaby et M’Vila, Gourcuff en 10, Malouda à gauche, Nasri en ailier droit (il joue déjà à ce poste avec Arsenal, non?) et Benzema en pointe?
    Avec cette solution, y a-t-il un risque qu’ils se marchent tous sur les pieds (Diaby qui remonte trop haut, Benzema qui décroche et Nasri qui risque de repiquer dans l’axe) ?

  2. Je suis parti dans l’optique de mettre les deux là où ils sont le plus à l’aise. Je ne les considère pas comme des joueurs de couloir, ni Nasri ni (encore moins) Gourcuff. Donc mon idée dans cet article, c’était de parler des possibles associations dans l’axe. Dans les schémas annoncés, Nasri pourrait prendre le côté droit et Gourcuff l’axe… On verra bien mais en effet, c’est pas génial ; ni l’un ni l’autre ne jouant à son poste (dans un 4-2-3-1. Par contre, un Gourcuff en huit avec Diaby et un Nasri ailier façon Arsenal à droite, ça peut aussi être intéressant à voir.

  3. Pakito dit :

    Blanc pourrait aussi s’inspirer un minimum du Real et de son 4-3-3 au milieu que je trouve sexy au possible.

    Xavi Alonso a peut être plus de qualité défensive que Gourcuff ou Nasri, mais ça n’est surement pas pour ça qu’il est sur le terrain, et pourtant, c’est le plus reculé du milieu Madrilène. Pour ses ouvertures, pour arroser le terrain, pour relancer propre. Plus ou moins à l’endroit où redescend Gourcuff les jours où son équipe chie dans la colle à la construction…

    Khedira, la brute, la sentinelle, joue devant lui, redescend pour rattraper les erreurs, ou lorsque Xavi Alonso monte pour construire. En transposant ça chez les bleus, je verrais bien M’Vila dans ce rôle. Au même titre que l’un des allemands du Real, il sait garder le ballon, il est puissant, solide. Y aurait moyen que ça fonctionne pas trop mal.

    Et en 10, ou pseudo 10, en tout cas en tant que liant entre le milieu et l’attaque, il y a Ozil, dont le rôle peut être joué par Nasri, très à l’aise techniquement, ce qu’il a prouvé plusieurs fois chez les Gunners, et pouvant être dangereux dans les frappes et les passes.

    Si le duo Gourcuff Nasri est dans un grand jour, ça peut être assez énorme, avec la possibilité d’alterner jeu long, jeu court, dans la profondeur, dans la pieds, aérien… Vivement Samedi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *