Marseille 1-4 Lyon, l’analyse tactique

Dimanche, l’OL avait été stoppé net à Toulouse quand l’OM avait mis fin à une mauvaise série en battant Lille. Hier soir, les dynamiques se sont de nouveau inversées, l’OL réalisant une véritable démonstration de force sur la pelouse de son rival marseillais. Malgré deux forfaits de taille (Gourcuff, Lisandro), les Lyonnais se sont montrés plus forts, sont allés plus vite et ont été plus précis que des Marseillais qui sont apparus complètement déséquilibrés en première mi-temps.

Pour ce second match en l’espace de trois jours, Elie Baup avait décidé de reconduire le onze de départ qui avait battu le LOSC dimanche. Le 4-3-3 était reproduit à l’identique, avec Barton et Cheyrou devant Kaboré dans l’entrejeu. Devant, Valbuena et André Ayew encadraient Jordan qui évoluait en pointe. Derrière, pas de surprise à signaler : Fanni, Diawara, Nkoulou et Morel formaient la défense censée protéger Mandanda. Côté lyonnais, Rémi Garde avait lui fait le choix de titulariser Ghezzal et Grenier pour compléter le quinté offensif de l’OL avec Gomis, Lacazette et Malbranque. Gonalons protégeait lui une défense composée de Réveillère, Bisevac, Umtiti et Dabo. Comme d’habitude, Vercoutre gardait les cages.

L’OL met la pression :

Petite surprise au coup d’envoi : l’OL ne se présentait pas dans son 4-2-3-1 habituel mais dans un 4-1-4-1 mettant Malbranque et Grenier dans les zones de Cheyrou (axe gauche) et Barton (axe droit). Les deux milieux de l’OL mettaient dès que possible la pression sur leurs adversaires, en étant accompagnés dans leurs montées par Ghezzal et Lacazette qui travaillaient face aux latéraux marseillais. Dans le repli, Malbranque et Grenier suivaient aussi les incursions de leurs adversaires directs dans leurs 20 derniers mètres, de manière à éviter qu’ils puissent créer le surnombre dans la surface de réparation. En retrait de cette première ligne de quatre, Gonalons évoluait en couverture et se chargeait de suivre les déplacements de Valbuena (en rouge).

Positionné à droite au coup d’envoi, le n°28 de l’OM quittait son couloir de manière à retrouver son rôle habituel, de meneur de jeu. Normalement, ses mouvements auraient pu permettre à l’OM de se sortir de la pression adverse et de franchir le premier rideau lyonnais. Mais Gonalons quittait de sa position devant la défense pour le chasser dès qu’il rejoignait le milieu pour offrir des solutions à ses partenaires. Malgré un carton rapidement reçu pour une grosse faute, justement sur Valbuena, le Lyonnais s’est très bien acquitté de sa tâche. Sans avoir besoin du soutien de ses défenseurs, l’OL contrôlait sans difficulté l’animation offensive marseillaise. Résultat, les frères Ayew n’ont quasiment pas eu d’espaces à exploiter. Les solutions auraient pu venir de l’arrière et des incursions de Kaboré, Nkoulou ou Diawara. Mais ces derniers étaient suivis par Gomis dès qu’ils tentaient d’attaquer la première ligne lyonnaise balle au pied (en jaune et rouge).

L’OM se livre et se met en danger :

Très rapidement récompensé de ses efforts au pressing, suite à une mauvaise transmission de Barton (2e, 0-1), l’OL s’est retrouvé dans une position idéale face à des Marseillais obligés de tout donner offensivement. Malgré le marquage de Gonalons, Valbuena a pu ouvrir quelques espaces et l’OM développer ses mouvements dans les couloirs. Morel et Fanni montaient à tour de rôle pour soutenir A.Ayew et Valbuena. Dans l’axe, J.Ayew était l’homme de surface. Barton et Cheyrou se retrouvaient eux à l’entrée de la surface pour proposer d’autres possibilités de finition.

Comme indiqué précédemment, les deux milieux marseillais étaient suivis de près par Grenier et Malbranque. Au final, c’est Kaboré qui héritaient la plupart du temps des ballons renvoyés par la défense lyonnaise et ce, à une trentaine de mètres des buts de Vercoutre. Mais le Burkinabé devait faire face à la remontée du bloc lyonnais et de ses milieux de terrain. Obligé de se livrer, les milieux marseillais se retrouvaient ainsi très facilement éliminés par la relance adverse. Sans adversaire direct, Gonalons était un relais idéal pour nettoyer les ballons renvoyés par la défense tandis que Malbranque et Grenier se montraient aussi disponibles qu’efficaces techniquement. Les deux hommes recherchaient ensuite les appuis de Ghezzal ou Lacazette sur les ailes pour remonter le terrain et pénétrer rapidement dans le camp marseillais.

Gonalons en balade :

En plus de leur facilité pour remonter le ballon, les Lyonnais bénéficiaient aussi des failles du système de jeu marseillais. En phase défensive, les Phocéens évoluaient sur trois lignes : J.Ayew en pointe, A.Ayew sur Réveillère et Valbuena sur Dabo. Plein axe, Gonalons était donc laissé seul, là où le 4-2-3-1 habituel des Marseillais aurait mis Valbuena dans sa zone. Cette liberté, le Lyonnais en a largement profité pour donner la première orientation du jeu. Dans d’autres cas, il la laissait à ses défenseurs si J.Ayew redescendait dans sa zone.

Les milieux marseillais ont bien tenté de réagir : positionné axe droit, Barton a quitté à plusieurs reprises sa zone pour approcher celle de Gonalons. Mais, dans son dos, Kaboré restait devant la défense au lieu de récupérer le marquage de Grenier. Ce dernier a ainsi pu récupérer les relances lyonnaise et construire des mouvements côté gauche, notamment avec Ghezzal qui décrochait pour se défaire du marquage de Fanni et s’ouvrir le terrain. A l’inverse de Ayew qui revenait aider Morel côté gauche, Valbuena était moins assidu dans le repli, ne redescendant que si Dabo prenait le couloir. L’OL en a profité en lançant régulièrement ses offensives de ce côté, renversant parfois le jeu en passant par un Gonalons toujours seul – Barton devant alors lâcher le pressing pour reprendre le marquage de Grenier -.

L’OL quadrille efficacement le terrain alors que les lignes marseillaises sont complètement désorganisées. En une passe, les deux premiers rideaux peuvent être franchis (Réveillère pour Malbranque et Lacazette, hors-champ). Une simple passe en retrait vers Bisevac peut ouvrir tout le flanc gauche aux Lyonnais où attendent déjà Grenier, Ghezzal et Dabo.

Lyon réaliste :

Mené 2-0 à la pause, l’OM a bien réagi tactiquement en revenant à son système de jeu habituel (sortie de Barton, entrée de Rémy à droite). Le 4-2-3-1 se calquait sur l’organisation lyonnaise et pouvait, sur le papier, régler les problèmes de la première mi-temps en mettant Valbuena dans la zone de Gonalons et J.Ayew dans celles de Bisevac et Umtiti. Malheureusement pour Elie Baup et ses hommes, les Lyonnais ne leur ont pas laissé le moindre espoir en marquant sur leur première offensive. Ironie du sort sur l’action menant au but de Malbranque, les Gones ont justement profité du passage à deux milieux de terrain de l’OM (Kaboré et Cheyrou), les mettant hors de position sur une attaque de la gauche (Grenier) vers la droite (Lacazette).

Ce troisième but inscrit, l’OL n’avait plus qu’à attendre tranquillement la fin de la rencontre. L’entrée, poste pour poste, de Abdullah à la place de Kaboré (57e) a confirmé la fin prématurée de l’affrontement. Le dernier changement d’Elie Baup a répondu à l’expulsion de Fanni, histoire de ne pas alourdir un peu plus une note déjà très lourde (Abdallah pour Valbuena, 82e, 1-4). Côté lyonnais, Rémi Garde a offert quelques minutes de jeu à Bastos (pour Lacazette, 74e), et Benzia (pour Ghezzal, 82e). Sans ses meilleurs éléments, il s’offre une belle victoire et se pose en outsider idéal au PSG. Collision prévue le 16 décembre prochain, à 21h.

Pour terminer cette analyse, un petit peu de promotion avec le lancement de Alterfoot, portail réunissant la crème alternative du web footballistique : http://www.alterfoot.com. A mettre dans vos favoris évidemment, et à suivre sur Facebook et/ou Twitter selon vos préférences personnelles. Au passage aussi, les Chroniques Tactiques viennent de se parer d’un nouveau fil RSS : pour y souscrire, ça se passe ici. Si vous êtes plutôt newsletter, inscrivez-vous ici pour être alerté à chaque nouvel article posté sur le site.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *