Manchester United 2-0 Arsenal, l’analyse tactique

Deuxième affrontement de la saison entre Manchester United et Arsenal. Lors du premier, les Mancuniens s’étaient imposés à Old Trafford sur un but de Park (voir Manchester United 1-0 Arsenal, l’analyse tactique). Privés du Sud-Coréen mais aussi de Nani ce week-end, les Red Devils ont récidivé grâce à une première mi-temps parfaitement maîtrisées sur le plan tactique. Au retour des vestiaires, Arsenal a pris petit à petit le dessus dans le jeu mais un contre-éclair et un Van Der Sar de gala ont qualifié les hommes de Ferguson pour les demi-finales de la Cup.

Les compositions :

Privé de plusieurs titulaires, Ferguson conserve toutefois son 4-4-2 habituel. Pour l’animer, il fait confiance à un quatuor offensif Fabio, Rafael, Rooney et Hernandez alors que O’Shea et Gibson doivent ratisser au milieu de terrain : Van der Sar – Brown, Smalling, Vidic, Evra – Rafael, Gibson, O’Shea, Fabio – Rooney, Hernandez.

Côté Arsenal, Wenger fait trois changements par rapport à l’équipe qui a perdu à Barcelone mardi (voir Barcelone 3-1 Arsenal, l’analyse tactique). Gibbs, Denilson et Arshavin remplacent Clichy, Fabregas et Rosicky dans le onze de départ : Almunia – Sagna, Djourou, Koscielny, Gibbs – Denilson, Wilshere – Nasri, Diaby, Arshavin – Van Persie.

Première mi-temps :

Sans Carrick, Fletcher ou encore Scholes au milieu de terrain, Ferguson a clairement bâti une équipe pour contrer son redoutable adversaire. O’Shea et Gibson sont plantés devant leur défense et ne bougent que très rarement de leurs positions respectives. Les premières relances mancuniennes se résument à des longs ballons balancés à destination de Fabio et Rafael sur les ailes ou Hernandez dans l’axe ; Rooney naviguant entre les lignes pour faire la liaison entre les trois hommes. La défense d’Arsenal ne tremble pas et, rapidement, les Gunners mettent le pied sur le ballon…

Taillés pour défendre, les Red Devils s’appuient sur leur défense centrale pour pouvoir abandonner la fermeture des côtés et se concentrer dans l’axe. C’est tout l’avantage d’avoir un duo Smalling-Vidic : dans les airs comme au sol, difficile pour le centreur de trouver un partenaire dans la surface de réparation. Et c’ést d’autant plus dur pour Arsenal que Van Persie décroche souvent de la pointe de l’attaque pour participer à la circulation du ballon. Résultat, les Gunners souffrent d’un manque de présence dans la surface de réparation adverse et les nombreuses positions de centre trouvées dans les couloirs n’ont jamais abouti.

Car comme évoqué précédemment, Fabio et Rafael ont volontairement laissé Sagna et Gibbs évoluer offensivement. Confiants dans la capacité de leur défense centrale à tout renvoyer, les deux frères se sont alors attachés à resserrer dans l’axe et à mettre les relanceurs londoniens sous pression. Si Wilshere s’est souvent sorti du pressing de Rafael, Denilson a eu beaucoup plus de mal lorsque Fabio venait presser dans sa zone. De son côté, Rooney se charge de suppléer ses milieux de terrain : il surveille les incursions de Wilshere ou s’installe aux côtés de Gibson lorsque O’Shea doit compenser sur un côté ou suivre Diaby à la trace.

Face à la densité mise par les Mancuniens dans l’axe, Arsenal a beaucoup de mal à mettre de la profondeur dans son jeu. Nasri et Van Persie sont obligés de redescendre à hauteur de leurs milieux de terrain pour les soulager alors qu’Arshavin est invisible sur son côté gauche. Le jeu est latéral et les seuls espaces laissés par les Mancuniens aboutissent sur des centres renvoyés par la défense. Bref, comme cette analyse de la première mi-temps, Arsenal tourne en rond… Et se fait prendre sur une accélération du quatuor Fabio-Rafael-Rooney-Chicharito puis de nouveau Fabio pour l’ouverture du score.

Mi-temps et suite :

Juste avant que l’arbitre ne renvoie les deux équipes aux vestiaires, Arsenal réussit à déstabiliser le bloc mancunien sur une course transversale de Nasri qui combine avec Arshavin côté gauche avant de trouver un appui dans l’axe. A la reprise, Ferguson, qui a peut-être vu cette action, fait sortir Fabio au profit de Valencia et transforme son 4-4-2 en 4-1-4-1. Rooney couvre le côté gauche et les montées de Sagna. Valencia en fait de même avec Gibbs. Dans l’axe, O’Shea recule et couvre le duo Gibson-Rafael. Avec une solution supplémentaire dans l’axe, Manchester cherche sûrement à mieux tenir le ballon pour priver Arsenal de munitions.

Les premières minutes de la deuxième mi-temps sont pourtant beaucoup plus à l’avantage des Gunners. Les ailiers de Manchester ne resserrent plus dans l’axe comme en première période ce qui permet à Wilshere et Diaby de se projeter plus facilement vers l’avant. Nasri et Van Persie offrent des relais intéressants entre les lignes et le duo Gibson-Rafael a beaucoup de mal à résister. Même Koscielny réussit à déstabiliser le bloc adverse en partant de sa moitié de terrain (48e) mais bute sur Van Der Sar. Une minute plus tard, Rafael se joue de lui et lance l’action qui aboutit sur le 2-0. Réalisme quand tu nous tiens.

La dernière demi-heure se résume à un Manchester qui contre et un Arsenal qui joue le tout pour le tout. Dans cette optique, Wenger sort Denilson au profit de Chamakh. Hernandez désormais seul en pointe et sans soutien direct, la sortie du milieu brésilien ne déstabilise pas la défense centrale d’Arsenal qui joue plus haut et domine le Mexicain. Devant, le Marocain apporte la présence en pointe qui manquait jusqu’ici aux Gunners lorsque Van Persie décrochait. L’ex-attaquant des Girondins se crée des occasions et domine même Smalling-Vidic sur un centre de Sagna, obligeant Van Der Sar à un arrêt exceptionnel (67e, 76e).

Son équipe dominée, Ferguson fait entrer Giggs à la place de Rafael (64e) en espérant que le Gallois réussisse la bonne passe qui pourrait lancer les contres mancuniens depuis leur moitié de terrain. Il y parvient à plusieurs reprises mais MU ne réussit pas à creuser l’écart. Et Van der Sar continue de faire des miracles dans ses buts. Comme si cela ne suffisait pas, Arsenal perd Djourou en toute fin de partie sur un contact avec Sagna. Seul point positif à ce niveau-là, le retour de Ramsey qui fait son entrée en fin de partie avec Rosicky (à la place de Diaby et Arshavin).

Conclusion :

Une fois de plus, Ferguson a gagné son duel tactique face à Wenger… Pendant 48 minutes en tout cas, suffisant pour que Manchester fasse la différence en se montrant très réaliste. Fabio et Rafael ont été très efficaces dans leurs rôles de premiers accélérateurs avec Hernandez alors que Rooney aidait ses milieux de terrain. Le 4-1-4-1 de la deuxième mi-temps a offert plus d’espaces à Arsenal et notamment à Wilshere qui n’avait plus d’adversaire pour le traquer dans le camp adverse (Rooney en première mi-temps). Mais Van der Sar a fait le boulot… Tout comme Almunia en toute fin de match d’ailleurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *