Manchester City 2-1 Liverpool, l’analyse tactique

Deux semaines après avoir dominé Arsenal, Manchester City recevait à l’occasion du Boxing Day la deuxième bonne surprise de cette première partie de saison : Liverpool. Et si les Skyblues l’ont emporté, cela a été beaucoup plus disputé. La faute à des Reds habiles techniquement et surtout portés par un grand Luis Suarez.

Aguero blessé, Manuel Pellegrini a dû retoucher son animation offensive. Devant la défense et le milieu de terrain habituels, excepté Clichy remplacé par Kolarov, c’est Jesus Navas qui a fait son entrée dans le onze de départ aux côtés de Silva, Nasri et Negredo (Hart – Zabaleta, Kompany, Lescott, Kolarov – Touré, Fernandinho – Navas, Silva, Nasri – Negredo). Côté Liverpool, Brendan Rodgers a préparé une formation en 4-1-4-1 au coup d’envoi avec Sterling et Coutinho sur les ailes pour épauler Luis Suarez, seul en pointe (Mignolet – Johnson, Skrtel, Sakho, Cissokho – Lucas, Allen, Henderson – Sterling, Coutinho, Suarez).

Manchester City prend la main :

Avec Negredo-Silva au pressing d’un côté contre le seul Suarez de l’autre, c’est City qui a pris possession du ballon en début de partie. Liverpool fait tout de même face assez haut avec une première ligne de quatre positionnée de manière à être dans les zones des joueurs de transition de City : on retrouve Coutinho-Zabaleta et Sterling-Kolarov sur les côtés, mais surtout Henderson-Touré et Allen-Fernandinho dans l’axe. Les deux milieux de terrain de Liverpool bloquent leurs homologues adverses, laissant Lucas Leiva et leur défense gérer les mouvements du quatuor offensif de City en couverture.

Positionné derrière Negredo, Silva est très rapidement amené à décrocher pour venir prêter main forte à ses milieux de terrain et tenter de créer le surnombre. Mais ses déplacements sont compensés par Lucas Leiva, qui le prend en chasse lorsqu’il redescend au niveau de Touré et Fernandinho. En revanche, Liverpool doit abandonner le milieu du terrain à partir du moment où Nasri se joint à ses trois partenaires. Adversaire direct du Français, Johnson ne suit pas ses décrochages et reste au sein de la défense, et Sterling ne quitte pas non plus son couloir.

City s’appuie sur ce quatre-contre-trois dans l’entrejeu pour conserver le ballon et s’installer dans le camp adverse. Le jeu se dirige ensuite vers les ailes, avec une priorité pour le flanc droit où Jesus Navas et Zabaleta accompagnent les actions. Comme face à Arsenal, les axiaux n’hésitent pas à dézoner dans les couloirs pour créer le surnombre et le décalage : Silva et Nasri à gauche avec Kolarov, Touré et Silva à droite avec Navas et Zabaleta. Ce surnombre force le milieu à 3 de Liverpool à défendre très bas, ce qui ouvre le terrain à Fernandinho dans l’axe. Le Brésilien devient une solution en soutien pour réorienter le jeu et conserver le ballon dans le camp des Reds.

Liverpool positionne son milieu de terrain à hauteur de Touré et Fernandinho, afin de bloquer ces derniers.

Liverpool positionne son milieu de terrain à hauteur de Touré et Fernandinho, Henderson et Allen devant bloquer ces derniers.

Quand Silva décroche, Lucas sort de sa position devant la défense afin de l'empêcher de créer le surnombre.

Quand Silva décroche, Lucas sort de sa position afin de l’empêcher de créer le surnombre dans la zone de Henderson et Allen.

En revanche, lorsque Nasri se joint à ses milieux de terrain, Liverpool ne peut réagir au surnombre et entre donc dans une phase d'attente.

Mais lorsque Nasri se joint à ses milieux de terrain, Liverpool ne peut réagir au surnombre et passe donc en position d’attente.

Suarez, le game-changer : 

Malgré la domination apparente des Skyblues, Liverpool parvient assez vite à trouver des solutions pour relancer « proprement » et se défaire de la pression de Silva et Negredo. Lucas redescend entre Skrtel et Sakho afin de créer le surnombre face à ces derniers tandis que, dans l’entrejeu, Coutinho redescend chercher les ballons depuis sa position d’ailier gauche. Occupés par Henderson et Allen, Touré et Fernandinho ne peuvent pas sortir sur le Brésilien qui se retrouve à mener les premiers assauts des Reds. Au bout de quelques minutes, Jesus Navas réagit à ses décrochages et parvient à limiter son influence.

Toutefois, les déplacements vers l’intérieur du terrain de l’ailier espagnol mettent la défense des Skyblues à découvert de ce côté du terrain. Si Cissokho n’est pas un grand danger pour Zabaleta, ouvrir des espaces dans cette zone à Suarez est beaucoup plus problématique. Depuis le début de la partie, l’Uruguayen est capable de faire à lui seul la différence : à partir du moment où il parvient à fausser compagnie à Kompany ou Lescott dans ses décrochages, sa vivacité et le soutien de Coutinho, Sterling ou Henderson peuvent rapidement mettre en difficulté la défense des Citizens.

A trois reprises en première mi-temps, Suarez devance Kompany, l’attirant hors de sa défense. Dans le même temps, Sterling démarre de l’aile opposée et demande le ballon dans l’espace dans le dos de l’international belge. Rattrapé de justesse par Kolarov (beaucoup moins rapide) sur la première tentative, Sterling est injustement signalé hors-jeu sur la seconde. La troisième est la bonne : Sterling s’offre un duel face à Hart qu’il élimine, et c’est Coutinho qui finit le travail en redressant le ballon dans le but vide (0-1, 24e).

Opposés à Silva et Negredo, Skrtel et Sakho reçoivent le soutien de Lucas, qui leur permet de se défaire du pressing adverse.

Opposés à Silva et Negredo, Skrtel et Sakho reçoivent le soutien de Lucas, qui leur permet de se défaire du pressing adverse.

Très utilisé en début de partie, Coutinho effectue ensuite des fausses pistes qui attire Navas hors du couloir et permettent à Sakho de solliciter Suarez entre les lignes.

Très utilisé en début de partie, Coutinho effectue ensuite des fausses pistes qui attirent Navas hors du couloir et permettent à Sakho de solliciter Suarez entre les lignes.

L'ouverture du score est un bel exemple de la domination de Suarez face à la charnière Kompany-Lescott. Alors que Coutinho et Henderson se chargent d'éliminer Touré et Fernandinho, Suarez focalise l'attention des deux défenseurs centraux adverses, qui oublient complètement Sterling dans leur dos.

L’ouverture du score est un bel exemple de la domination de Suarez face à la charnière Kompany-Lescott. Alors que Coutinho et Henderson se chargent d’éliminer Touré et Fernandinho, Suarez focalise l’attention des deux défenseurs centraux adverses, qui oublient complètement Sterling dans leur dos.

City court après le score :

Fort de son avantage, Liverpool décide de reculer d’une dizaine de mètres et d’attendre son adversaire. City continue de maîtriser le ballon (58 % de possession de balle à la mi-temps) grâce à son quatuor Touré, Nasri, Silva, Fernandinho mais Sterling et Coutinho commencent à venir en aide à leurs milieux de terrain, à l’instar du travail de Jesus Navas de l’autre côté. Cela n’empêche toutefois pas City de continuer à faire des différences sur les ailes. Et qui dit décalages dans ces zones, dit aussi obtentions de corners et coups de pied arrêtés. Moins de dix minutes après avoir concédé l’ouverture du score, City égalise sur corner grâce à Kompany (1-1, 31e).

Très rythmé, le dernier quart d’heure de la première mi-temps penche en faveur des Reds. Suarez a clairement pris la mesure de Kompany et Lescott et fait la différence sur ses prises de balle. Défensivement, City subit dans sa moitié de terrain en raison du surnombre des Reds face à ses milieux : si Lucas reste en couverture avec ses défenseurs centraux, Henderson et Allen bénéficient des déplacements dans l’axe de Coutinho et des montées de Johnson et Cissokho dans les couloirs pour avoir l’avantage face à la première ligne de quatre de City.

Les Mancuniens acceptent de reculer mais n’en restent pas moins dangereux. En resserrant les lignes, les mouvements de Suarez ne sont plus aussi dangereux qu’en début de partie ; Fernandinho effectue notamment un bon travail de compensation. Ce sont finalement les hommes de Pellegrini qui frappent juste avant la pause, sur une contre-attaque bien menée. Comme sur les constructions classiques, Nasri et Silva ont des rôles capitaux de par leur disponibilité au milieu de terrain. La ligne de pressing adverse peut être rapidement dépassée grâce au surnombre et, derrière, c’est Jesus Navas qui fait la différence dans son couloir en profitant de la position avancée de Cissokho pour démarrer dans son dos. Johnson lui aussi aux avants-postes, Skrtel et Sakho se retrouvent à deux-contre-deux face à Navas et Negredo. Avantage City (2-1, 45e+1).

Après l'ouverture du score, Liverpool recule de quelques mètres afin de mieux contenir la construction adverse. Sterling et Coutinho viennent en aide à Henderson et Allen. Les Skyblues profitent tout de même du manque d'agressivité adverse pour trouver des solutions : Negredo décroche, Navas repique à l'intérieur tandis que Kolarov et Zabaleta offrent toujours des appuis sur les ailes. La liberté de déplacement de Silva, Nasri et Touré permet ensuite de varier les approches.

Après l’ouverture du score, Liverpool recule de quelques mètres afin de mieux contenir la construction adverse. Sterling et Coutinho viennent en aide à Henderson et Allen. Les Skyblues profitent tout de même du manque d’agressivité adverse pour trouver des solutions : Negredo décroche, Navas repique à l’intérieur tandis que Kolarov et Zabaleta offrent toujours des appuis sur les ailes. La liberté de déplacement de Silva, Nasri et Touré permet ensuite de varier les approches.

A l'origine du but de City, un ballon récupéré dans ses 30 mètres. Silva et Nasri sont déjà tout prêts de Touré pour le ressortir. Leurs gardes du corps attitrés sont loin : Johnson est déjà battu, derrière Nasri, et Lucas est très loin de Silva. Futur passeur décisif, Navas a déjà beaucoup d'avance sur Cissokho, dessinant déjà le deux-contre-deux avec Negredo face à Skrtel et Sakho.

A l’origine du but de City, un ballon récupéré dans ses 30 mètres. Silva et Nasri sont déjà à proximité de Touré pour le ressortir. Leurs gardes du corps attitrés sont loin : Johnson est déjà battu, derrière Nasri, et Lucas est très loin de Silva. Futur passeur décisif, Navas a déjà beaucoup d’avance sur Cissokho, dessinant déjà le deux-contre-deux avec Negredo face à Skrtel et Sakho.

Deuxième mi-temps : 

Le second acte reprend comme le premier s’est terminé. Désormais devant au tableau d’affichage, City accepte la domination des Reds et cherche à opérer en contre-attaque. Les hommes de Brendan Rodgers essaient d’en profiter mais peinent dans les 30 derniers mètres. Après Coutinho, c’est Sterling qui se libère de son aile pour donner de bons ballons en profondeur vers Suarez ou Henderson, mais la défense de City reste maître dans sa surface de réparation. Sur les remontées de balle aussi, les Skyblues conservent une certaine maîtrise, le pressing de Liverpool ne fonctionnant pas assez bien pour les asphyxier. Comme en première mi-temps, l’équipe s’appuie toujours sur les déplacements du quatuor Touré-Fernandinho-Silva-Nasri.

A l’approche de l’heure de jeu, les hommes de Manuel Pellegrini ont remonté leur bloc afin de permettre à Touré de se joindre à Silva et Negredo pour perturber la relance de Liverpool, gérée par Lucas, Sakho et Skrtel. La donne se complique énormément pour ces derniers, qui multiplient les approximations techniques ; Sakho perd notamment 4 ballons très dangereux dans sa moitié de terrain, sans toutefois que City ne puisse en profiter. La baisse de régime de Coutinho sur l’aile gauche n’aide pas les Reds, eux qui s’appuyaient beaucoup sur ses mouvements pour remonter les ballons en première mi-temps. L’entrée en jeu de Victor Moses à sa place n’a rien apporté de plus (68e).

Finalement, il n’y a bien que Luis Suarez qui semble en mesure de faire la différence dans le final. L’Uruguayen réalise quelques actions bien senties, profitant de la remontée du bloc de City pour remettre en difficulté Kompany ou Lescott. A l’approche du dernier quart d’heure, il délivre un nouveau ballon de but à Sterling mais celui-ci ne parvient pas à le pousser au fond des filets (73e). Une minute plus tôt, City se renforçait défensivement avec l’entrée de Milner à la place de Nasri. Une option confirmée dans les dernières minutes avec la sortie de Silva au profit de Javi Garcia (87e). Les Skyblues sont moins dangereux mais ne concèdent plus grand chose.

Conclusion : 

Avec ce succès, Manchester City dépasse son adversaire du jour et talonne Arsenal, toujours leader après sa victoire à West Ham. Collectivement, les Citizens ont réalisé le match attendu : leur maîtrise dans l’entrejeu peut être impressionnante lorsqu’ils décident de tenir le ballon et les accélérateurs que sont Silva, Touré et Nasri restent d’une grande précision dans les derniers mètres. Côté Reds, la rencontre avait plutôt bien débuté mais la baisse de régime conjuguée de Coutinho et Sterling a mis en exergue la dépendance de l’équipe envers Suarez. Un peu de la même manière que Lewandowski au Borussia Dortmund (sans Gundogan cette saison pour le moment), l’avant-centre est au coeur de l’animation de son équipe, que ce soit sur jeu rapide (où il peut casser le pressing) ou placé (par sa capacité à faire la différence en un-contre-un).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Mitik dit :

    Tactiquement, Man City a vraiment progressé . J’attend avec impatience la rencontre face au Barca ( et son analyse bien sur ;) )

  2. the teacha dit :

    Ils ont surtout progressé dans l’animation offensive grace à Pellegrini mais ils prennent quand même trop de buts surtout à l’extérieur.
    Ils sont quand même trés indépendants de Touré et d’Aguero.
    Dommage pour Liverpool qu’ils n’aient pas réussi à tenir le rythme en 2nde période, il leur manque encore un peu plus de constance dans les 2ndes périodes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *