Liverpool 2-1 Bolton, l’analyse entre-deux

Battu par Wolverhampton en milieu de semaine, Roy Hodgson se retrouvait sur la sellette alors que son Liverpool en grosse difficulté recevait Bolton, l’une des équipes à fulgurances de cette Premier League. Pour ce match, celui qui avait amené Fulham en finale de la dernière Ligue Europa avait fait un gros choix au moment de composer son onze : Gerrard out. Une décision qui n’a pesé que vingt minutes, le temps pour Meireles de se blesser et de permettre au héros de Anfield d’entrer en jeu. Pour le meilleur et pour le pire.

Les formations :

– Comme évoqué dans l’introduction, Hodgson a choisi de ne pas titulariser Gerrard, annoncé fatigué. Liverpool se retrouve donc en 4-4-2 sur le tableau noir avec le duo N’Gog-Torres devant. Maxi Rodriguez est à gauche, Kuyt à droite ; les deux encadrent un duo Meireles-Lucas dans l’entrejeu. Derrière on retrouve, de droite à gauche, Johnson, Agger, Skrtel et Fabio Aurelio pour protéger Reina.

– Dans l’autre camp, Bolton est aussi organisé en 4-4-2. Davies et Elmander se partagent les tâches devant. Derrière eux, Davies (un autre) et Muamba forment le duo à la récupération encadrés par Taylor, à gauche, et Rodrigo à droite. Derrière, de gauche à droite : Alonso, Knight, Cahill et Ricketts devant les buts de Jaaskelainen.

Les premières minutes :

Comme souvent, le premier quart d’heure nous en a dit long sur les cinq qui ont suivi. Très rapidement, Liverpool se met dans la peau de l’équipe qui tient le ballon et Bolton dans celle de l’équipe qui va tenter de contrer sans pour autant se laisser dominer. Les Wanderers tentent de mettre en place un bloc assez haut basé sur la capacité des deux milieux axiaux à mettre la pression sur leurs adversaires directs (Muamba et Davies sur Meireles et Lucas Leiva). Ainsi, on retrouve la ligne de défense de Bolton à 35/40 mètres des buts de Jaaskelainen avec une grosse densité de joueurs dans cette zone et jusqu’au niveau du rond central.

En difficulté lorsqu’il s’agit de passer outre ce pressing ou de sauter cette ligne pour trouver Torres dans la profondeur, les Reds s’en remettent alors à deux joueurs qui vont faire office de relais au coeur du bloc adverse et, surtout, dans la zone du duo Muamba-Davies. L’ancien Parisien N’Gog décroche beaucoup et devient un très bon point d’appui dans le jeu au sol tandis que Maxi Rodriguez rentre dans le terrain depuis son aile gauche. Et pendant ce temps, Torres pèse devant avec une tendance à prendre le côté gauche laissé vacant par les déplacements de son milieu de terrain (Maxi pour ceux qui ont du mal).

Les Wanderers en balade :

Si l’animation des Reds n’est pas inefficace au milieu de terrain, le danger peine à arriver autour des buts de Jaaskelainen. Du coup, au fil des minutes, les visiteurs vont prendre confiance. Elmander et Davies, les premiers recherchés par les récupérateurs, gagnent de plus en plus de duels et les Wanderers vont commencer à enchaîner quelques phases de possession de balle dans le camp de Liverpool. Les quatre joueurs de couloir offrent quelques combinaisons intéressantes.

De l’autre côté, même topo : alors que N’Gog disparaît pendant quelques minutes, les Reds s’en remettent au trio Johnson – Kuyt – Gerrard (entré en jeu) pour se créer des situations dans le couloir droit. Mais mis à part une tête de Maxi qui retombe sur la barre, rien de dangereux. Et l’ouverture du score de Davies juste avant la mi-temps apparaît comme une sanction exemplaire après cette première période où Liverpool s’est fait parfaitement endormir.

Enfin du rythme :

A défaut d’avoir secoué les joueurs, le but inscrit juste avant la mi-temps par Bolton a certainement réveillé Roy Hodgson. Car les Reds qui vont reprendre le match n’auront rien à voir avec ceux qui ont joué la première période. Ce renouveau dans le jeu est dû à trois facteurs. L’engagement mis dans les duels est peut-être le plus important si l’on considère que le retour de N’Gog entre les lignes est du réchauffé de ce qui avait marché au cours de la première période. Mais surtout, en plus de N’Gog entre les lignes, Liverpool retrouve son Gerrard.


by Guardian Chalkboards

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, le milieu de Liverpool touche beaucoup plus de ballons dans le camp adverse. Pourquoi ? D’abord parce que sa palette technique permet aux Reds de se sortir plus facilement du pressing des Wanderers : dans l’entrejeu, Muamba et Davies se retrouvent avec deux problèmes, faut-il presser Gerrard ou reculer pour s’occuper du cas N’Gog ? Bolton menant au score, il leur est arrivé de choisir le deuxième ; résultat, le premier a pu évoluer un cran plus haut et commencer à distribuer à la manière d’un Scholes à Manchester United, bien planté aux alentours du rond central.

Pour illustrer tout ça, il suffit de regarder le but égalisateur inscrit par Torres qui conclut un mouvement exceptionnel : Johnson joue en appui sur N’Gog qui remet à Gerrard qui envoie un caviar par-dessus la défense de Bolton pour l’Espagnol qui volleye tout ça au fond des filets.

Sur ce but, il est très intéressant de noter le positionnement de Muamba. D’abord orienté face à Johnson, le milieu défensif se retourne et ne se préoccupe absolument plus de Gerrard qui arrive pourtant lancé dans sa zone. C’est un déplacement que l’on peut très souvent voir chez des milieux qui abattent un gros boulot pour empêcher l’adversaire de se déployer mais qui ont du mal lorsqu’il s’agit de passer du pressing à la phase de repli. C’est ce manque de maîtrise qui a pesé très lourd dans les mauvaises périodes de Bolton : savoir à quel moment arrêter de presser pour se replier et fermer les intervalles.

Au passage, la maîtrise très particulière de cette transition est certainement ce qui a permis à l’Inter d’aller au bout de la Ligue des Champions la saison dernière. Cambiasso et Zanetti (et Motta un peu aussi) sont de véritables experts à ce niveau-là. Souvenez-vous, le fameux bloc de six qui ne bouge pas…

La suite :

Revenu au score, Liverpool va mettre la pression pendant quelques minutes sur son adversaire avant que celui-ci ne relève la tête dans le dernier quart d’heure. Passé à droite depuis la sortie de Rodrigo au profit de Klasnic, Elmander se transforme en un ailier très intéressant pour lancer les contres depuis sa propre moitié de terrain. Il faut dire que Liverpool met tous les atouts de son côté pour tenter d’inscrire ce second but : les ailiers (Kuyt et Maxi) rentrent tous les deux à l’intérieur pour laisser le couloir aux latéraux.

Bolton va même se créer quelques opportunités (deux ou trois) sur des contres très bien menés par l’ancien attaquant du Téfécé et surtout bien suivis par les autres offensifs de Bolton. Mais Reina ne cède pas.

Finalement, le match bascule dans les arrêts de jeu sur une séquence qui met une nouvelle fois en exergue les problèmes du milieu de Bolton lorsqu’il s’agit de choisir dans l’entre-deux phases, entre presser et se replier. Gerrard hérite d’un ballon qui ressort du couloir droit. Aucun adversaire ne vient à lui : Muamba suit une course de Cole et Davies ne monte pas, préférant fermer un quelconque angle pour un centre. Une gêne insuffisante quand on a un pied droit capable de déposer un centre dangereux au second poteau. La suite suit, Cole pousse un ballon dévié au fond des filets et les Reds prennent les trois points.

Conclusion :

Les supporters de Liverpool se diront qu’il y a une justice dans le football : ce match a basculé du côté de l’équipe qui a su mettre le plus de rythme… Ou plutôt du côté de celle qui avait un Gerrard dans ses rangs, un joueur qui n’a jamais été géré par le milieu adverse. D’abord trop près, Davies et Muamba ont offert des espaces entre les lignes à N’Gog, Torres ou Maxi. Puis trop loin, ils ont permis au héros d’Anfield de claquer deux assists en deuxième mi-temps. Et pourtant, il aurait tout à fait pu ne pas suffire, Bolton ayant eu les opportunités pour reprendre l’avantage en fin de partie.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. foot dit :

    Bonne année à tous les footeux (allez, footix aussi) :)

    Sympa les tableaux noirs commentés du Guardian !

  2. Merci. Inspiré évidemment de Zonal Marking qui en fait la promotion en les utilisant sur chaque article. Je rêve qu’un site français nous mette le même outil à disposition pour la L1…

  3. Londoner dit :

    Tres bonne analyse … Hodgson a saute maintenant, on va voir ce que Dalglish peut apporter de nouveau
    En tout cas le gros probleme de cette equipe de Liverpool est son incapacite a repeter des perfs de ce type a l’exterieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *