Monaco : défendre avec Abidal et Carvalho

Euro-Tactics – Deuxième défense du championnat derrière celle du LOSC, l’arrière-garde monégasque convainc malgré l’âge avancé de sa charnière centrale, Abidal-Carvalho. Si la capacité des deux hommes à maintenir ce niveau de performances toute la saison pose question, l’ASM peut s’appuyer sur un bloc solide pour les soulager, et subir le moins possible. Exemple avec la sortie des Monégasques à Toulouse la semaine dernière.

Un article à lire sur la tribune Tableau Noir des Chroniques Tactiques sur le site d’Eurosport :
Défendre en avançant, c’est la clé pour Monaco

Les illustrations : 

Le début de match était difficile pour l’ASM, la faute à une approche sans doute trop prudente face au 3-5-2 toulousain. Décidés à protéger Abidal et Carvalho, Raggi et Kurzawa ne sortent pas de l’alignement défensif, laissant leurs milieux de terrain subir la supériorité numérique toulousaine dans l’entrejeu. Toulouse peut remonter le terrain au sol, et trouver ses attaquants par du jeu court via Didot et Regattin. Dans ces conditions, le manque de vivacité d’Abidal et Carvalho se fait sentir.

En début de partie, Monaco compte sur Kondogbia (à droite) et Obbadi (à gauche) pour bloquer les montées des latéraux toulousains.

En début de partie, Monaco compte sur Kondogbia (à droite) et Obbadi (à gauche) pour bloquer les montées des latéraux toulousains. Didot et Regattin sont les principaux bénéficiaires de ce choix tactique puisqu’ils profitent des espaces laissés par ceux qui sont normalement leurs adversaires directs. Ils les utilisent pour attaquer le bloc monégasque, et notamment chercher les relais de Braithwaite et Ben Yedder, au contact avec la défense monégasque.

Le match avance et, petit à petit, Monaco s’adapte à son adversaire. Kurzawa et Raggi sortent désormais au pressing. Le risque de voir Ben Yedder et Braithwaite en un-contre-un face à Abidal ou Carvalho existe, mais avec un pressing efficace dans l’entrejeu, les Monégasques peuvent empêcher les Toulousains de les alimenter en bons ballons.

L'une des clés du réveil monégasque au fil du match, et l'un des principaux facteurs de réussite face à un 3-5-2 : opposer ses propres latéraux aux latéraux adverses. Ici, cela permet aux milieux monégasques de ne plus subir

L’une des clés du réveil monégasque au fil du match, et l’un des principaux facteurs de réussite face à un 3-5-2 : faire participer ses latéraux à l’effort de récupération. En sortant sur Akpa Akpro, Kurzawa permet à ces milieux de bloquer leurs homologues : Kondogbia empêche la retraite vers Didot, Toulalan est prêt à jaillir sur Regattin. Evidemment, il faut pour cela que les défenseurs centraux assurent en couverture, eux qui se retrouvent à deux contre deux face aux attaquants adverses (Abidal vs Ben Yedder).

Après la pause, et fort de son avantage au tableau d’affichage, Monaco continue avec un milieu de terrain densifié par les sorties des latéraux pour bloquer les couloirs, et permettre aux milieux de terrain d’aller chercher leurs adversaires beaucoup plus haut. Le 4-4-2 en losange se transforme en 4-3-3, afin de gêner aussi la relance des défenseurs toulousains.

Le nouveau pressing monégasque force Toulouse à jouer beaucoup plus direct. Regattin et Didot ne sont plus recherchés dans les pieds, mais dans l'espace. Ils sont toutefois bien couverts par Obbadi et Kondogbia, qui couvrent leurs latéraux.

Le nouveau pressing monégasque force Toulouse à jouer beaucoup plus direct. Regattin et Didot ne sont plus recherchés dans les pieds, mais dans l’espace. Ils sont toutefois bien couverts par Obbadi et Kondogbia, qui protègent les sorties de leurs latéraux.

dfgdfgdfgdfgdfgdfg

Monaco bascule en fait de son 4-4-2 en losange vers un 4-3-3 qui lui permet de mieux bloquer la largeur. Les trois attaquants mettent une première pression sur la relance toulousaine, notamment Aurier très libre en première mi-temps. Derrière, les paires Obbadi-Kurzawa et Kondogbia-Raggi s’opposent aux duos toulousains (Akpa-Akpro/Regattin et Sylla/Didot). Toulalan assure la couverture en cas de course du 2ème milieu toulousain ou de décrochage d’un attaquant, laissant les 3 défenseurs restants face à Braithwaite et Ben Yedder.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. the teacha dit :

    Belle décortication d’une problématique posée avec une solution trouvée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *