Ligue 1 : les gardiens en chiffres

Que ce soit sur le terrain ou dans les statistiques, les gardiens sont une catégorie à part. Les chiffres suffisent rarement pour juger ou expliquer leurs performances. Les stats avancées offrent néanmoins de nouveaux outils, qui permettent d’aller un peu plus loin que le nombre d’arrêts par match ou le pourcentage de tirs arrêtés.

Avant de commencer, un (nouveau) grand merci à Julien Assunçao (@Birdace sur twitter), fournisseur de toutes les données avancées présentes dans cet article. N’hésitez pas à aller jeter un oeil à son propre travail, cote-stats.fr, où vous retrouverez notamment le classement ou les performances individuelles des joueurs de Ligue 1 par les Expected Goals.

% de tirs arrêtés : un top 4 se détache

Avant de rentrer dans le détail en faisant appel aux Expected Goals, arrêtons-nous d’abord sur les stats les plus simples justement avec le pourcentage de tirs arrêtés par chacun des gardiens étudiés. Le calcul est simple : il s’agit de diviser le nombre d’arrêts effectués par le nombre de tirs subis.

%arrets

En terme de tirs subis, il n’est pas surprenant de retrouver Baptiste Reynet et Thomas Didillon au sommet du classement. Les deux portiers sont les derniers remparts des deux pires défenses du championnat selon les Expected Goals. En prenant le nombre de tirs subis par match, Reynet pointe à 4,70 tirs subis,  Didillon à 4,83. Sans grande surprise, ils sont aussi haut dans ce classement, accompagnés par les gardiens lorientais (Delecroix, 5,29 – Lecomte, 4,62). Plus surprenant à première vue, les deux Bordelais – Cédric Carrasso (4,63) et Jérôme Prior (4,75) – sont aussi parmi les gardiens les plus sollicités.

A l’autre extrémité de ce classement, Alphonse Areola et Kevin Trapp – qui se sont partagés le temps de jeu au PSG – sont les deux gardiens qui ont eu le moins de travail à faire jusque-là : Areola a subi en moyenne 2 tirs/match contre 1,63 pour l’Allemand. On note quand même une très grosse différence au niveau du pourcentage de tirs arrêtés, Trapp dépassant les 80% alors que son concurrent n’atteint pas les 70%. Un écart qui va se creuser au fil de cet article…

Trapp fait même partie d’un top 4 qui se détache par rapport aux autres portiers du championnat. Un groupe « d’élite » au sein duquel il est accompagné par Yoan Cardinale, Cédric Carrasso et Stéphane Ruffier, qui sont tous au-dessus de la barre des 80% de tirs arrêtés. A la 5ème place de ce classement, on retrouve Sergey Chernik (76,47%) qui a réussi son intérim dans les buts nancéiens pendant l’absence de Ndy Assembé.

En fond de classement, le Lorientais Paul Delecroix ferme la marche (59,46%) juste derrière Geoffrey Jourdren (60%). Numéro 2 en début de saison à Montpellier, Laurent Pionnier a su saisir sa chance et s’imposer grâce, notamment, à son meilleur pourcentage de tirs arrêtés (76%). Les autres « mauvais élèves » de ce premier tableau se nomment Rémi Vercoutre (62,96%), Mathieu Michel (62,50%) et… Vincent Enyeama (64,52%). Après avoir régné sur la Ligue 1 pendant plusieurs saisons, le Nigérian est beaucoup moins déterminant depuis le mois d’août.

Expected Goals : Carrasso et Cardinale sur des bases folles

Cela a été évoqué en introduction, sur Twitter et même dans le dernier Vu du Banc (49:31 : les questions du public) : les stats avancées permettent la création de nouveaux outils pour juger, modéliser, représenter les performances des joueurs. Les Expected Goals sont ainsi accompagnés depuis peu par les Expected Passes. Le site Unravel Sports a d’ailleurs sorti une page dédiée à ces nouvelles données pour la Premier League.

Le prochain tableau est une adaptation de cette page pour les gardiens de but. On résume la méthode : les Expected Goals donnent une valeur à chaque tir. On peut donc déterminer le total d’Expected Goals subis par un gardien en additionnant les valeurs de tous les tirs auxquels il a dû faire face. Le résultat nous donne le nombre de buts qu’il aurait dû encaisser. Un total qu’il faut ensuite comparer au nombre de buts réellement encaissés par le gardien pour déterminer sa performance.

Le tableau ci-dessous permet de voir en un coup d’oeil rapidement quels ont été les gardiens les plus décisifs sur la première partie de saison. Plus ils sont éloignés et au-dessus de la ligne noire (qui équivaut à 1xG / but encaissé), plus ils sont efficaces… Plus ils sont éloignés et en-dessous, moins ils sont efficaces.

xg_butencaisse

Dans le vert, deux gardiens se détachent : sans surprise, on retrouve les meilleurs pourcentages d’arrêts cette saison : Yoan Cardinale (87,32%) et Cédric Carrasso (86,49%). On l’avait déjà vu dans notre article dédié aux stats-clés de la phase aller : la défense niçoise s’est souvent reposée sur Cardinale pour s’en sortir et le jeune gardien a fait plus que répondre présent avec 1,84xG subis par but encaissé.

S’il s’est moins inscrit sur la durée en raison de ses blessures, Cédric Carrasso a réussi à faire mieux que son homologue niçois : le portier des Girondins pointe à 1,92xG subi par but encaissé. Pour trouver sa doublure Jérôme Prior, il faut aller de l’autre côté de la ligne noire (0,81xG subi par but encaissé). Une différence énorme qui peut laisser penser que Bordeaux, malgré toutes ses difficultés dans le jeu, aurait pu avoir quelques points de plus si son gardien n°1 avait été en mesure d’enchaîner les matchs.

On retrouve à peu près le même écart entre les deux gardiens parisiens : Trapp pointe à 1,62xG par but encaissé alors que Areola est carrément la lanterne rouge avec seulement 0,61xG par but encaissé. L’ancien portier de Villarreal et international espoir est même derrière Jourdren (0,68) et Delecroix (0,70).

Enfin, signalons la très bonne forme de Stéphane Ruffier qui enchaîne les saisons de qualité (1,32xG par but encaissé), la chance saisie par Laurent Pionnier à Montpellier (1,25xG par but encaissé) et la transition réussie à Guingamp entre Jonas Lossl, parti à Mayence, et Karl-Johan Johnsson (1,11xG subi par but encaissé).

Gardien sollicité / qualité des tirs subis : 

Trapp, Cardinale, Carrasso, Ruffier, Pionnier et Johnsson : cinq gardiens en pleine forme, mais qui ne vivent pas les mêmes matchs. Certains ont beaucoup de travail mais peu d’arrêts compliqués, d’autres en ont peu mais doivent souvent sortir le grand jeu. Ce dernier tableau permet d’y voir plus clair à ce niveau en répartissant les gardiens de L1 selon 2 critères : le nombre de tirs subis par match (quantité de tirs subis) et le xG par tir subi (qualité des tirs subis : plus le nombre est élevé et plus les arrêts sont difficiles).

dispo-tirs

Mais que se passe-t-il avec Alphonse Aréola ? Le gardien du PSG a en moyenne subi les tirs les plus faciles à arrêter mais il est quand même le pire gardien de Ligue 1 si l’on s’en remet au tableau précédent. Une explication possible : il est plombé par les buts encaissés sur des frappes lointaines, dont la valeur xG est évidemment plus faible. S’il ne pouvait rien sur certaines, comme le coup-franc de Cyprien lors de PSG-Nice, il n’était pas non plus exempt de tout reproche sur d’autres (à Montpellier notamment).

Son mois de décembre catastrophique (1 arrêt sur 10 tirs cadrés subis) a finalement eu raison de son statut de n°1. Et on ne peut pas dire que Kevin Trapp donne tort à Emery vu ses propres chiffres. Reste à savoir si Areola saura se relever de ce premier passage compliqué dans la peau du premier gardien du PSG.

trapp-areola

En réussite sur la première partie de saison, Yoan Cardinale et Stéphane Ruffier sont certes sollicités, mais font face à des tirs plus faciles que la moyenne du championnat. Le constat est le même pour Cédric Carrasso, même si le portier girondin fait mieux mieux que des gardiens comme Pelé, Petric, Prior ou Didillon avec pourtant un xG par tir subi plus élevé.

De l’autre côté du tableau, Johnsson et Pionnier font partie de la catégorie des portiers peu sollicités, mais qui doivent faire face à des tirs plus compliqués. Enfin, s’ils ne surperforment pas, il faut aussi signaler les bons chiffres de Baptiste Reynet et Jean-Louis Leca, qui parviennent à être autour des 1xG par but encaissé malgré un grand nombre de tirs subis et une difficulté élevée.

Bonus :

A la demande du @OMalytics dans le tweet ci-dessous, voilà un dernier graphique croisant les premier et dernier tableaux, le pourcentage d’arrêts et la difficulté des tirs subis.

xgtirs:pourcentage

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Agro10 dit :

    Bon article. En revanche je pense qu’il y a erreur sur le prénom de ce cher Cardinale. Ne s’agit-il pas plutôt de Yoann?

  2. vidjib dit :

    Chouette article vraiment ;)
    Pourrais-tu permettre d’ouvrir les graph’ en plus grand? Thx

  3. Shivastar_nzigou dit :

    Super article.
    Ne serait-il pas intéressant de créer une métrique pour les gardiens prenant en compte seulement les tirs cadrés ? Car tes brillants graphes prennent en compte toute l’information. Je me demande si prendre en compte uniquement les tirs cadrés apporteraient une information supplémentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *