Passeur et buteur : les joueurs les plus « dangereux » de Ligue 1

Passes-clés, tirs, buts, passes décisives, taux de conversion… Maintenant que toutes les données ont été introduites dans différents articles, place au classement combiné. Il va permettre de déterminer quels sont les joueurs de Ligue 1 les plus souvent impliqués dans des occasions de but, en tant que tireurs ou derniers passeurs. Dans un second lieu, nous regarderons lesquels sont les plus efficaces lorsqu’ils se retrouvent dans ces rôles.

Note : pour cette étude, seuls les joueurs de Ligue 1 comptabilisant plus de 20 tirs et/ou plus de 15 passes-clés depuis le début de la saison ont été retenus.

Le combiné « passes-clés + tir » : 

Ce premier classement est consacré aux joueurs qui sont à l’origine du plus de tirs, qu’ils soient à la finition ou à la dernière passe. Seuls les joueurs qui dépassent les 4,5 actions/90 minutes apparaissent dans le tableau ci-dessous.

danger-L1

– Déjà au sommet du classement dédié aux créateurs, Angel Di Maria creuse encore plus l’écart sur ses poursuivants. Si les statistiques devaient aider à choisir le joueur-clé du PSG, nul doute que l’Argentin ressortirait sans doute devant Zlatan Ibrahimovic, même si le Suédois est inégalable sur le plan de l’efficacité.

Plus de détails : Statistiques : qui sont les meilleurs créateurs de Ligue 1 ? 

– La troisième place de Claudio Beauvue risque de surprendre plus d’un supporter de l’OL et pourtant… L’ancien Guingampais a énormément tenté sa chance pour un bilan très maigre. Avec moins de 9% de réussite, il faisait partie des attaquants les moins en réussite du championnat avec Martin Braithwaite et Andy Delort avant de partir au Celta Vigo.

Plus de détails : Ligue 1 : efficacité et fréquence de tirs 

– Parmi les joueurs ayant moins de temps de jeu, Rachid Ghezzal et Ousmane Dembélé sont deux profils intéressants. Le Lyonnais a su se montrer à son avantage lors des premiers matchs dirigés par Bruno Génésio. Dembélé affiche lui des chiffres plus que prometteurs pour un jeune qui débuté à peine en Ligue 1.

– Autre remarque, le retour de Romain Alessandrini dans l’effectif phocéen va peut-être régler une partie des problèmes offensifs de l’OM. Sur son aile droite, l’ancien Rennais est capable de se créer des occasions seul. S’il revient bien, il pourrait débloquer quelques situations en faveur de Marseille.

– Déjà reparti en Italie et buteur avec la Roma pour sa première en Serie A, Stephan El-Shaarawy a lui clairement manqué de réussite (ou ne s’est pas crée de bonnes occasions). Malgré plus de 4 actions/90minutes, il a quitté la France sans but ni passe décisive. Il partage ce zéro pointé avec Stéphane Darbion (3,01 actions) et Léo Dubois (1,34 actions) parmi les joueurs étudiés.

Le combiné « passes-clés et tir… dans le jeu » : 

Les coups de pied arrêtés représentent une part importante des actions de but dans un match de football. Le tableau ci-dessous reprend le classement précédent mais en retirant à chaque joueur les tirs tentés et dernières passes données sur phase arrêté (qu’il tire le coup-franc/corner ou soit à la réception). Cette fois, ce sont les joueurs dépassant la barre des 3,5 actions dans le jeu/90 minutes qui ont été retenus.

danger-l1

– Le classement a beau être chamboulé derrière, les deux Parisiens Ibrahimovic et Di Maria restent inamovibles au sommet. L’écart se resserre légèrement avec certains puisque le duo de la capitale affiche une certaine dépendance vis-à-vis des coups de pied arrêtés (corners et coups-francs pour Di Maria ; penaltys pour Ibrahimovic).

– La progression la plus forte par rapport aux joueurs présents dans le premier classement est à mettre au crédit de Benjamin Jeannot. L’attaquant de Lorient est impliqué sur 4,63 occasions/90 minutes. Dans la rotation avec Waris et Moukandjo, il profite notamment des bons services de Jouffre ou Mesloub.

Plus de détails : De la passe-clé à la passe décisive : qui a le meilleur taux de conversion en Ligue 1 ? 

– Avec une faible proportion d’actions sur coups de pied arrêtés, Adam Ounas, Khalid Boutaïb et Alexandre Lacazette font des bonds d’une vingtaine de places et apparaissent parmi les meilleurs. Leur taux de conversion laisse toutefois à désirer, notamment Lacazette qui vit une saison très compliquée après avoir explosé tous les compteurs la saison dernière.

– L’apparition de Michy Batshuayi est également à noter. S’il manque parfois d’efficacité devant le but, le jeune international belge est très efficace lorsqu’il s’agit de mettre ses partenaires en position de marquer. Il est regrettable qu’il ne participe si peu à la construction jeu de l’OM, car son impact pourrait être bien plus important à la création…

Efficacité : la surprise Matuidi 

Après l’implication, place à l’efficacité. Pour chaque joueur, quelle est la proportion de passes-clés et tirs qui se sont transformés en passes décisives et buts ? Le résultat risque d’en surprendre plus d’un puisqu’il ne s’agit plus d’être impliqués dans les actions, il s’agit de les convertir.

matuidi

– Et avec près de 28% d’actions transformées en but, Blaise Matuidi est le joueur le plus efficace du championnat lorsqu’il est à la dernière passe ou la dernière frappe. Souvent décisif en début de saison, l’international français est beaucoup moins en vue aujourd’hui. Comme lui,  Vincent Koziello, Thomas Lemar et même Christophe Jallet sont rarement dangereux mais se montrent adroits dans le dernier geste.

Au-delà de cette surprise, les stars restent présentes puisque Ibrahimovic, Di Maria, Cavani et Batshuayi sont là, alliant beaucoup d’actions et une efficacité importante. Afin d’y voir plus clair parmi les joueurs les plus actifs, le tableau ci-dessous classe les joueurs ayant réalisé plus de 3 actions/90min selon leur taux de conversion.

classement-decisf

Ibrahimovic retrouve donc son fauteuil de leader. Edinson Cavani l’accompagne sur le podium, alors que Angel Di Maria n’est pas loin à la 6ème place. Le PSG n’est toutefois pas la seule équipe à placer trois joueurs. C’est aussi le cas de l’OM (Alessandrini, Batshuayi, Nkoudou) et du Stade Rennais (Ntep, Dembélé, Grosicki). Choix d’entraîneur ou non, on notera que le club breton est le seul à ne pas associer ses trois éléments dès qu’il en a la possibilité.

Ben Arfa, le grand absent ? 

De retour à son meilleur niveau cette saison, Hatem Ben Arfa est sans doute l’absent le plus marquant de cette série de tableaux. Et pour cause, l’attaquant niçois ne pointe qu’à 3,1 actions/90min (passes-clés ou tir). Un chiffre étonnamment bas par rapport mais qui peut s’expliquer par le style de jeu de Nice, qui est l’une des équipes qui tire le moins souvent au but du championnat (10,5 tirs/match, 18ème sur 20).

Peu de tirs de l’équipe et donc peu de dernières passes (0,8/90min) ou de tentatives (3/90min) de la part de Ben Arfa qui ne manque pas de se signaler ailleurs. Avec 7,4 dribbles tentés/90min, il est d’assez loin le joueur le plus percutant cette saison. Un exemple qui permet de rappeler que toutes les statistiques laissent des joueurs de côté.

 

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. favro laurent dit :

    Vos analyses sont en général remarquables et très formatrices……toutefois dans vos « stats » peut-on catégorier les « croqueurs »….ceux qui, au nom du légitime égoïsme du buteur, tirent sans aucune chance de marquer ; alors que s’ils avaient levé la tête ils auraient pu faire rebondir l’action ou mieux faire une passe-clé ou encore mieux une passe décisive. Autrement dit: _est-il possible de comptabiliser les « occasions » gâchées/vendangées par des tireurs compulsifs?

  2. Oui. Il suffit de regarder l’efficacité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *