Ligue 1 : ces attaquants qui pèsent sur le jeu

Si les buts sont évidemment leur coeur de métier, les attaquants peuvent aussi avoir leur rôle dans l’animation offensive. Après 15 journées de championnat, arrêtons-nous sur ceux qui ont le plus d’influence en Ligue 1.

Les chiffres bruts : 

attaquant-brut

– Pas de surprise au sommet du classement. En terme de passes effectuées/match, Zlatan Ibrahimovic est évidemment sans égal. Il n’est pas étonnant non plus de retrouver Alexandre Lacazette et Valère Germain en bonne position, les deux joueurs s’appuyant sur le jeu de possession de leurs équipes respectives pour toucher un certain nombre de ballons.

– Les deux autres joueurs du Top 5 profitent quant à eux de la présence d’un partenaire à leurs côtés. Avec ce dernier qui évolue « plus » en pointe qu’eux (Sigthorsson ou Sala à Nantes, Privat à Guingamp), Bammou et Briand sont là pour offrir des solutions entre les lignes adverses afin de relayer les montées de leurs partenaires.

– Dans le bas du classement, Michy Batshuayi confirme lui qu’il est avant tout dans un rôle de finisseur sous les couleurs de l’Olympique de Marseille. Logique quand on sait que l’OM s’appuie énormément sur les couloirs pour construire et amener le ballon dans la zone de vérité. Autour de lui dans le classement, plusieurs profils allant de la planche (Brandao, Crivelli) au joueur de profondeur (Braithwaite).

Quel influence sur le collectif ? 

Ces chiffres bruts ont néanmoins leurs limites puisqu’ils dépendent du style de jeu de chaque équipe. Il est logique qu’Ibrahimovic, Lacazette et Germain touchent plus de ballons que les autres attaquants puisqu’ils évoluent dans des équipes qui réalisent plus de 500 passes par match. C’est pourquoi calculer le pourcentage que représentent leurs passes par rapport au nombre de total de transmissions réalisées par l’équipe permet d’y voir plus clair sur leur influence et importance dans le jeu.

delort-montee

– Une fois ce calcul effectué, un joueur sort du lot : le Caennais Andy Delort, qui grimpe sur le podium en « pesant » plus de 8% des passes de son équipe. S’il reste derrière Bammou et Briand, vite sollicités par le jeu direct de Nantes et Guingamp, on peut avancer que l’avant-centre a plus d’influence sur le jeu de Caen qu’Ibrahimovic sur le jeu du PSG. Et pour cause, il est souvent l’unique point d’appui de l’équipe lorsqu’elle doit remonter le terrain depuis la phase défensive (4-1-4-1).

– Il est d’ailleurs bien seul aux avants-postes parmi les attaquants qui évoluent comme lui seul en pointe. Derrière Ibrahimovic, Carrillo (6,9%), Diabaté (5,6%) et Ngog (5,4%) sont très loin d’avoir à la fois le volume de Delort en plus de sa présence dans la zone de vérité (près de 5 tirs/match et 5 buts marqués).

– A noter au passage que dans le bas du classement, le calcul confirme le rôle de Batshuayi, qui ne participe quasiment pas au jeu à Marseille. On relèvera aussi la présence de Beauvue, très peu sollicité par ses partenaires quand il s’agit de combiner aux abords de la surface adverse.

Delort dans le collectif caennais : 

Transféré de Wigan l’été dernier, Andy Delort n’a pas perdu de temps pour s’installer à la pointe du collectif caennais. Au-delà de ses 5 buts, son importance dans le jeu est capitale pour une équipe qui a l’habitude de jouer bas : c’est souvent sa première touche qui permet aux Caennais de se projeter en contre-attaque, ces remises permettant de mettre Féret dans le sens du jeu ou à Bessat et Rodelin de se projeter balle au pied.

Parfois esseulé, il perd beaucoup de ballons (plus de 5 par match) et a du déchet dans ses remises (55% de passes réussies seulement). Mais ces lacunes sont aussi les conséquences du jeu très direct de Caen. Elles soulignent la marge de progression du joueur, qui ne réalise que sa première saison pleine en Ligue 1. Son abnégation et sa mobilité font de lui un grand artisan du début de saison caennais et un indispensable à la formation de Patrice Garande (15 titularisations en 15 matchs de Ligue 1).

delort-premiere-touche

Une talonnade suffit à Delort pour éliminer deux Bordelais et lancer Bessat, qui devance le repli adverse.

delort2

Autour du porteur, les Caennais (dont Delort) se projette vers le but de Carrasso. L’action se terminera sur un tir de Rodelin à l’opposée.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *