Lyon : l’impact de Lacazette

Touché à la 41ème minute du dernier Dijon-Lyon (2-4) suite à un choc avec Cédric Varrault, le genou d’Alexandre Lacazette était depuis un sujet d’inquiétude pour l’Olympique Lyonnais.

Le verdict est finalement tombé en début de semaine : pas de lésion détecté, le buteur lyonnais doit simplement observer quelques jours de repos. Il reprendra normalement le chemin de l’entraînement la semaine prochaine.

Lacazette, « aussi important que Messi » :

La nouvelle a dû soulager plus d’un sympathisant des Gones vu l’envergure prise par Lacazette depuis le début de la saison. Déjà auteur de 6 buts en seulement 3 journées, celui qui aurait dû retrouver l’équipe de France cette semaine n’a peut-être jamais été aussi influent sur le jeu de l’OL. Responsable de StatsBomb, Ted Knutson a résumé en un radar le niveau du Français sur les trois premières journées de la saison.

La sortie de l’OL à Dijon a été révélatrice de l’importance de Lacazette dans le jeu son équipe puisqu’elle a permis de voir des Gones à deux visages : avec et sans l’attaquant.

Dijon-Lyon : une attaque sans visage après sa sortie

Pendant les 40 premières minutes, Lyon a largement dominé son adversaire. Parfois en difficulté face au pressing haut dijonnais (ex : Gonalons), les Gones atteignaient toutefois leur rythme de croisière sitôt la ligne médiane franchie. Le ballon circulait rapidement au milieu de terrain, allant d’un côté à l’autre du terrain en attendant l’ouverture.

Or, celle-ci est très souvent venue d’une solution offerte par Alexandre Lacazette. Travaillant dans l’axe du terrain, l’attaquant offrait un point de fixation précieux à ses partenaires pour pénétrer dans les 30 derniers mètres. Quasiment parfait sur le plan technique (contrôle, protection du ballon, transmission), il était un véritable accélérateur de jeu grâce à des remises toujours effectuées dans le bon tempo pour les courses de ses partenaires (Fekir, Tolisso, Darder…).

Bilan des 40 minutes lyonnaises avec Alexandre Lacazette : 2 buts, 15 tirs dont 12 de l’intérieur de la surface de réparation et 3 grosses occasions (mais seulement une convertie par Tolisso). En plus de marquer (37e), Lacazette s’est retrouvé à l’origine de l’une de ces big chances en délivrant un centre que Maxwell Cornet n’a pas réussi à cadrer (28e).

Sans Lacazette, les 50 minutes restantes ont été beaucoup plus laborieuses. Bilan en chiffres : 10 tirs au compteur, mais seulement 5 de l’intérieur de la surface de réparation (50% contre 80% en première mi-temps) et surtout une seule grosse occasion pour Valbuena sur un service de Sergi Darder (84e).

Un point de fixation de haut niveau

En perdant Lacazette, l’OL a perdu le seul joueur capable de faire la différence dans des petits périmètres à l’heure actuelle. Très propre dans ses enchaînements dos au but, il est un relais idéal pour accompagner les projections de Darder, Tolisso ou les accélérations de Fekir.

lac

Les 33 ballons touchés par Alexandre Lacazette en première mi-temps.

fek-corv-val

Les 102 ballons touchés par le trio Fekir-Cornet-Valbuena en deuxième mi-temps.

Les deux maps ci-dessus le montrent : la sortie de Lacazette a privé l’OL du point de fixation dans l’axe qui lui permettait de mettre la défense dijonnaise en difficulté.

Avec Valbuena et Fekir à la baguette, le jeu de l’OL a aussi manqué de vitesse. Lacazette met de la vitesse dans le jeu lyonnais grâce à sa technique en mouvement et sa capacité à lâcher le ballon dans le bon tempo. A l’inverse, Fekir et Valbuena préfèrent recevoir le ballon dans les pieds et n’ont pas (pour l’instant pour le premier en tout cas) la capacité à accélérer le jeu et à faire des différences par le dribble.

On peut dès lors se demander si l’OL ne serait pas inspiré de trouver une doublure à Lacazette d’ici la fin du mercato tant son profil semble important dans l’animation mise en place par Bruno Génésio.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *