Montpellier 0-2 Nice : l’analyse du but de Germain

« Equipe fraîcheur » de la phase aller, l’OGC Nice a perdu un peu de sa superbe en 2016. Sans Hatem Ben Arfa, blessé, les Niçois n’ont remporté qu’une seule rencontre de Ligue 1 sur les cinq disputées durant le mois de février. Au classement, ils ont laissé filer Monaco à la 2ème place et bataillent désormais pour la 3ème avec l’Olympique Lyonnais et le Stade Rennais.

Mais ce week-end, les joueurs de Claude Puel se sont réinstallés sur le podium à la faveur d’une victoire face à Montpellier (0-2) alors que leurs deux poursuivants se sont neutralisés (2-2). En difficulté en première mi-temps, les Aiglons ont pris l’ascendant sur leurs adversaires après l’heure de jeu. L’ouverture du score signée Germain (62e) est peut-être un signe annonciateur de leur retour en forme, tant elle illustre les principes de jeu qu’ils répètent depuis le début de la saison.

La préparation :

Pour ce déplacement à la Mosson, Claude Puel avait choisi de laisser Pléa sur le banc afin de repositionner Ben Arfa en attaque aux côtés de Germain. C’est du coup Mahamane Traoré qui s’est retrouvé dans le rôle du n°10. Ce poste est très important dans l’animation niçoise : en décrochant, il doit offrir des relais à Seri et Koziello pour leur permettre de déjouer le pressing adverse. Seri s’est d’ailleurs beaucoup appuyé sur Traoré dans ce match (9 passes).

nice1

Les deux systèmes au départ de l’action : le 4-4-2 montpelliérain face au 4-3-3 niçois.

nice2

nice3

Sitôt Koziello en possession du ballon, Traoré décroche pour lui offrir une solution afin d’éviter le pressing de Martin (2). Avec Seri à proximité, c’est un jeu en triangle qui se dessine autour des deux milieux montpelliérains. Pour éviter le surnombre en faveur des Niçois, Hilton sort de sa défense, laissant un intervalle entre Congré et Dabo (3).

La conservation : 

Sur cette première approche, le jeu tourne en faveur de Montpellier : Koziello ne parvient pas à emmener son ballon sur la remise de Traoré dans le rond central. Résultat, pas d’espace ou de joueur face au jeu pour attaquer l’espace dans le dos de Hilton. Les Héraultais ne parviennent toutefois pas à remettre le pied sur le ballon. Dos au but et sous pression, Traoré choisit d’ouvrir sur Ricardo Pereira, disponible dans son couloir (voir ci-dessous).

nice4

Alors que Traoré sort le ballon dans la zone de pression adverse, il faut noter le positionnement toujours excentré des deux attaquants niçois.

nice5

nice6

Sur le côté droit, c’est au tour de Ben Arfa de décrocher pour proposer une solution à son latéral. Evidemment, le meilleur dribbleur du championnat est immédiatement pris par deux adversaires : Roussillon accompagne son déplacement tandis que Bérigaud vient fermer l’intérieur (2). Ben Arfa n’a pas d’autre choix que de remettre en retrait sur Pereira, qui sert Mendy, complètement seul dans l’axe (3).

La libération de Seri : 

Face à la sentinelle niçoise, le 4-4-2 de Montpellier est en place. Positionné dans la zone de Seri, Boudebouz est invité par ses partenaires (Martin) à sortir sur le porteur. Le problème, c’est que le meneur de jeu héraultais se déplace très mal : il ne se soucie absolument pas de bloquer la ligne de passe entre le milieu qu’il laisse dans son dos (Seri) et celui qu’il va cadrer (Mendy). Résultat, une passe facile pour Mendy et de l’espace pour Seri, désormais face au jeu (voir ci-dessous).

nice7

nice8

nice9

On retrouve alors le même mécanisme qu’au départ de l’action. Deux joueurs se déplacent vers le porteur de balle afin de lui offrir une solution. Traoré est toujours là avec son décrochage et Ben Arfa offre la deuxième solution, palliant ainsi à l’absence de Koziello (2). Seul entre les deux joueurs, Saihi ne peut rien faire. Seri choisit finalement de servir Traoré (3), qui embarque une nouvelle fois Hilton dans son décrochage.

nice10

nice11

nice12

Comme sur la séquence précédente, Traoré remet en une touche pour Seri. Mais cette fois, pas d’approximation technique… et surtout, les Montpelliérains sont beaucoup plus loin de l’action. Boudebouz réagit encore une fois trop tard (1) et ne peut pas revenir pour empêcher Seri de mettre le ballon dans le dos de Hilton (2). Dans la zone de Rémy depuis le début de l’action, Germain fait l’appel parfait pour éviter le hors-jeu tout en ayant un temps d’avance. Un avantage qu’il conserve jusqu’au bout…

Comme le PSG, la formation de Claude Puel réalise la majorité de ses passes (51%) au milieu de terrain (ou tiers central). La conservation du ballon est au coeur de son jeu d’attaque et ce but en est une des plus belles illustrations. La mobilité et les automatismes dans le coeur du jeu (Seri-Traoré) font bouger les lignes adverses jusqu’à la libération d’un joueur capable d’attaquer la profondeur (Seri pour Germain).

Ce but rappellera à certains celui qu’avait inscrit les Niçois sur la pelouse du Vélodrome il y a quelques mois. Germain était déjà à la finition d’une action construite par Seri et Wallyson.

Lire aussi : Nice, l’émergence d’un projet 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Lantar dit :

    Nice fait parfaitement ce qu’il faut okay, mais franchement ça me dépite de voir une équipe défendre aussi mal que le fait Montpellier, c’est comme s’ils ne comprenaient rien au football, c’est leur métier quand même…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *