Marseille 1-5 Paris SG : l’analyse tactique

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Shinji dit :

    Un match qui s’est déroulé comme tu l’avais prédit. Les maux de l’OM exposés quelques jours plus tôt ont été exploités par le PSG qui a appliqué le même plan que contre le Barca quelques jours plus tôt.

    Une question cependant: l’OM aurait-il pu jouer comme Monaco sachant que ses qualités ne sont pas les mêmes?

    Aller presser à 3 avec Thauvin (qui lui peut le faire) , Njie et Payet … On est loin de l’activité et la discipline de Falcao, Germain et Bernardo. Et derrière, Zambo – Vainqueur (qui lui a le niveau) et Lopez, ça reste compliqué pour cadrer Meunier – Kurzawa et Verratti. En plus de ça, Verratti offre bien plus de mobilité que Motta à la relance. Et je ne parle pas de la ligne défensive en cas de jeu long utilisé comme solution de repli par le PSG pour échapper au pressing (solution qui a fonctionné mais qui a été mal exploitée contre Monaco, alors contre l’OM …).

    L’idée du bloc bas semblait la plus judicieuse, surtout qu’Emery a pointé du doigt les difficultés de son équipe face à cette tactique mais Garcia a « cédé » à la pression du Vélodrome en essayant de presser avec envie plus qu’avec discipline. Cependant, mettre un bloc bas, Garcia l’a fait à l’aller pour le résultat qu’on connait (0 tir) . Je ne suis pas certain qu’il aurait pu faire mieux sans Gomis en appui. Quoiqu’avec Sertic, Lopez et Sanson, la relance aurait pu être plus efficace, encore faut-il que Payet et Thauvin (Je parle même pas de Njie) soient capable de tenir un peu la balle pour faire remonter le bloc.

    L’article vers lequel tu renvoies parle de la peur de Garcia dans les gros matchs. Peut-on lui en vouloir de ne pas vouloir prendre une valise après avoir pris la tasse durant une mi-temps? Car dans tous ces gros matchs, il ne commence pas avec 11 gars dans sa surface mais bien en voulant presser mais ses équipes le font mal, prennent des buts rapidement, et foutent le plan en l’air. Pas sur que Villareal, l’Atletico et Bilbao suivent leur plan jusqu’au bout contre le Barca à 2-0.

    Sur le plan offensif, ca reste difficile de développer quoique ce soit quand ta défense craque son slip à la relance face à un semblant de pressing. Si ça marche contre les petites équipes c’est parce qu’elles ne viennent pas chercher la relance. Si elles le faisaient, l’OM serait dans la même panade que contre les gros. On en revient à des limites individuelles. D’ailleurs l’entrée de Sertic a donné un peu d’air même si le match était joué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *