Maxime Lopez : le milieu qui manquait à l’OM

Rudi Garcia n’a pas encore transformé l’OM (et c’est normal), mais ses premières compositions d’équipe ont permis de découvrir un peu plus en profondeur le profil de Maxime Lopez. Professionnel depuis 2014, le milieu de terrain de 18 ans vient de vivre ses deux premières titularisations en Ligue 1 contre Bordeaux (0-0) et Montpellier (1-3). Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a marqué des points.

Des chiffres révélateurs : 

Il se distingue d’abord de ses partenaires sur le plan du volume de jeu. Il a franchi le cap de 100 ballons touchés lors de ses deux sorties en tant que titulaire (119 contre Montpellier, 110 contre Bordeaux) et a tourné à chaque fois autour des 100 passes distribuées (99 contre Montpellier, 103 contre Bordeaux).

Le pourcentage de passes réussies est aussi positif puisqu’il est au-delà des 90% de moyenne (94% contre Montpellier, 87% contre Bordeaux). Lorsque l’on sait qu’il est aussi l’un des Marseillais qui dirigent le plus ses passes vers les 30 derniers mètres (29 passes dans le dernier tiers contre Bordeaux, 30 contre Montpellier), c’est forcément révélateur d’une certaine qualité dans les transmissions. A noter que seul Thauvin a fait mieux que lui dans ce secteur contre Montpellier (33 passes).

om1

A l’échelle de la Ligue 1, Maxime Lopez et ses 96 passes/90 minutes se place juste derrière Thiago Motta et Marco Verratti, qui sont les seuls joueurs à franchir le cap des 100 passes données en 90 minutes. Certes, il n’a joué que 2 matchs, ce qui représente un échantillon assez faible. Mais quand on regarde ces derniers en détails, on comprend vite que ces chiffres ne sont pas dus au hasard.

Ce qui frappe d’abord chez Lopez, c’est sa mobilité. Alors que Vainqueur, Anguissa et même Diarra restent souvent dans les zones qui leur sont attribuées au coup d’envoi, lui est toujours en mouvement (ou presque).

Il n’y a pas de secret : pour toucher beaucoup de ballons, il faut savoir se rendre disponible. Ca, Lopez le fait très bien, et depuis longtemps si l’on en croit Serge Obré, l’un de ses premiers éducateurs : « Il avait un sens du déplacement inné. Il a vite compris qu’il devait faire de sa petite taille un atout, qu’il fallait que la technique prenne le dessus sur le physique. »

Résultat de ce travail de fond : Lopez se retrouve très souvent dans les bonnes zones et a le réflexe de regarder ce qu’il se passe autour de lui (et dans son dos) avant de recevoir le ballon. Cette capacité à voir avant de faire tranche avec la plupart de ses coéquipiers marseillais (Cabella…) et, surtout, lui donne un temps d’avance lorsqu’il doit exécuter.

Un profil unique dans l’effectif marseillais : 

Une fois le ballon dans les pieds, Lopez est aussi très facile sur le plan technique. Ses prises de balle sont propres, sa conduite est fluide et laisse peu de place à une intervention adverse. Surtout, on sent chez lui une véritable envie d’aller de l’avant. A ce niveau, une fois encore, c’est un gros changement par rapport aux autres milieux de l’OM.

S’il garde la tête froide à propos du futur de son jeune joueur, Rudi Garcia n’a pas manqué de souligner son importance après la rencontre face à Bordeaux : « je pense que c’est celui qui a couru le plus sur ce match. Il est très actif, je lui demande de toucher beaucoup de ballons pour faire jouer les autres. C’est ça, sa qualité première. On partait d’assez bas pour construire, donc il nous a aidé dans ce registre, mais il peut aussi le faire par sa qualité de dernière passe. »

En vérité, Lopez excelle dans un rôle qui n’avait jusqu’ici pas preneur dans l’effectif marseillais. Pour ressortir le ballon, l’OM se reposait beaucoup (trop ?) sur Lassana Diarra. Son importance était telle qu’il a très souvent fait l’objet d’un travail spécifique de l’adversaire. Avec ses déplacements, Lopez offre une solution annexe à ses défenseurs pour ressortir le ballon, un peu sur le même principe que Verratti avec Thiago Motta au PSG.

om2

Evidemment, un tel rôle ne donne que très peu le droit à l’erreur. Lopez en a d’ailleurs fait l’expérience contre Montpellier puisque c’est lui qui perd au niveau de la ligne médiane le ballon qui a permis à Boudebouz d’inscrire le deuxième but de la partie.

Indispensable… en attendant le mercato ? 

Le début de la deuxième mi-temps face au MHSC a d’ailleurs été le théâtre d’une expérience révélant l’importance prise par le milieu de terrain (et par son profil). Au retour des vestiaires, Rudi Garcia a en effet choisi de faire sortir Cabella et entrer Anguissa. Conséquence, Lopez s’est retrouvé en position de n°10, laissant le nouvel entrant s’installer aux côtés de Lassana Diarra.

Le jeune Marseillais a embrassé ce nouveau rôle, plus haut dans le camp adverse, dans les premières minutes. Toujours mobile, il a cherché à se rendre disponible entre les lignes adverses au lieu de rechercher le confort en continuant à décrocher. Individuellement, ces déplacements étaient bons. Le problème, c’est que ces quelques minutes ont montré que l’OM était incapable de sortir le ballon sans lui.

Alors certes, sa marge de progression est encore grande, dans les duels notamment où son physique peut le mettre en difficulté… mais comme le rappelait un recruteur anglais à La Provence : « il n’est pas très costaud, mais ce n’est pas le plus important. C’est un joueur de ballon ». Et lorsque l’OM n’a pas le ballon, son tempérament accrocheur (qui peut rappeler Verratti au même âge) lui permet de compenser en partie son petit gabarit.

Bref pour accompagner un Diarra toujours surveillé de près, Marseille était à la recherche depuis la saison dernière d’un élément capable de faciliter les sorties de balle. Avec une défense qui rechigne à relancer (Doria, Rolando…) et des milieux peu créatifs (Anguissa, Vainqueur, Romao) ou pas assez mobiles (Barrada), il y avait une place à prendre. En l’espace de 180 minutes de jeu, Lopez s’y est installé… et il n’est pas près de la lâcher.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. ENRGY dit :

    EXCELLENT TRAVAIL! VRAIMENT!

  2. Foufi dit :

    Encore jeune, mais il a un potentiel énorme, attention à ne pas lui donner de responsabilité trop tôt.

  3. Glink dit :

    barrada?

  4. Hamada Jambay dit :

    Merci ! Remarquable, comme toujours.

    Les américains viennent à temps; sinon il risquait de partir ! (Ce n’est que mon opinion)

  1. 22 novembre 2016

    […] correspond parfaitement au registre de Lopez. D'après l'analyse réalisée par Florent Toniutti (Maxime Lopez: le milieu qui manquait à l'OM), le minot affiche une grande disponibilité. Plus de 100 ballons touchés en moyenne et à peu […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *