Marseille 1-2 Paris SG, l’analyse tactique

Si près, si loin. Comme à l’aller, Marseille a inquiété le PSG mais s’est finalement incliné (1-2). Auteurs d’une entame de match catastrophique, les joueurs de Michel ont su se ressaisir et offrir une belle résistance face au leader du championnat. Ils ont notamment buté sur un très grand Thiago Silva, qui a maintenu les Parisiens à flots durant leurs temps faibles.

Les compositions : 

Au coup d’envoi, c’est un PSG presque au complet qui se retrouve sur la pelouse du Vélodrome. Laurent Blanc préfère une fois de plus Lucas à Cavani, mais il doit surtout se passer des services de Verratti. C’est Rabiot, installé depuis quelques semaines au poste de l’Italien, qui débute la rencontre. Côté marseillais, un changement est à signaler dans le onze de départ du moment : Barrada prend la place de Sarr et évolue couloir droit, alors qu’il était à gauche à l’aller.

A lire aussi : Paris SG 2-1 Marseille, l’analyse tactique

Marseille vs Paris SG - Football tactics and formations

Marseille : des problèmes de cohésion et d’alignement

D’entrée de jeu, Marseille affiche ses intentions. La première séquence du match voit les joueurs de Michel tenter de défendre en avançant pour repousser les Parisiens dans leur moitié de terrain. Mais très vite, ces intentions laissent place à des problèmes d’exécution qui permettent aux Parisiens de prendre l’avantage.

Comme à l’aller, l’OM veut bloquer le Paris Saint-Germain dans l’entrejeu grâce à l’activité combinée de son milieu de terrain et des deux attaquants autour de Thiago Motta. Le souci, c’est que ces deux lignes ne sont pas assez coordonnées. Avec les déplacements de Di Maria et Ibrahimovic, le PSG met en plus beaucoup de monde dans le coeur du jeu. Les solutions sont nombreuses, le ballon circule vite et les Phocéens sont toujours en retard sur le porteur.

psg-espaces

Paris met beaucoup de présence dans le coeur du jeu afin de faciliter la circulation du ballon.

Plusieurs fois, Cabella et Batshuayi tentent de faire remonter le bloc en sortant sur les premières passes parisiennes. Mais ces courses se révèlent vite improductives puisqu’ils ne sont pas accompagnés par les milieux de terrain… Alors que le PSG sort facilement et rapidement le ballon de ses 40 mètres, Cabella prend en plus du retard, lui qui doit aussi aider ses milieux de terrain.

Ce manque de cohésion se retrouve aussi dans le milieu marseillais : Barrada et Isla ont des soucis de positionnement, ce qui facilite un peu plus la tâche des Parisiens.

marseille-manque-cohesion

Cabella et Batshuayi pressent dans la même zone, le reste du bloc marseillais ne suit pas et Rabiot peut sortir le ballon tranquillement.

marseilletroploin

Motta évite la pression de Cabella et se retrouve avec trois solutions à proximité. Barrada et Isla sont trop loin de leurs vis-à-vis.

L’autre problème réside dans la gestion de la profondeur. Déjà battus (Dja Djédjé par l’appel de Maxwell) sur le premier but, les défenseurs marseillais ne parviennent pas à contrôler les courses de Di Maria ou Lucas Moura. A chaque fois que les Parisiens ont de l’espace et du temps au milieu pour lever la tête, ils recherchent leurs deux flèches dans la profondeur.

Ce schéma se répète trois fois de plus jusqu’à la pause. Bien lancé par Matuidi, Di Maria obtient ainsi une première balle de match mais ne trouve pas le cadre face à Mandanda (10e). Quatre minutes plus tard, l’Argentin redémarre mais le service de Rabiot n’est pas bon. Un peu plus tard, Lucas a une balle de but à son tour (32e). Toujours sans succès.

Preuve des problèmes d’alignement marseillais, les assistants n’ont levé leur drapeau qu’une seule fois pour un hors-jeu parisien. En moyenne, les Parisiens sont signalés 4 fois par match en position illicite.

marseille-dos

Servi par Motta (capture précédente), Matuidi alerte Di Maria dans la profondeur. L’Argentin est couvert par la défense centrale marseillaise.

marseille-alignement

Rabiot lance Di Maria : Manquillo couvre.

lucas-alignement

Passe de Di Maria, appel de Lucas, couverture de Rolando.

Paris bloque les sorties de balle adverses : 

Profitant de la passivité adverse dans l’entrejeu, Paris peut mener ses actions jusque dans le dernier tiers marseillais. Résultat, l’OM doit repartir de ses cages et se retrouve face à ses difficultés habituelles pour ressortir de ses 30 mètres.

Comme Lyon, le PSG se positionne très haut sur les relances de Mandanda afin de priver le portier phocéen de solutions courtes. Derrière le trio d’attaque, Rabiot et Matuidi sortent afin de bloquer les milieux adverses, obligeant Mandanda à rechercher ses latéraux via du jeu long. Le problème, c’est qu’à la retombée, ce sont les Parisiens qui répondent présents à l’impact (Aurier vs Manquillo ou Nkoudou…) et sur les deuxièmes ballons.

paris-pressing-haut2

Le PSG va bloquer la relance marseillaise à partir de Mandanda, forçant le gardien à jouer long.

L’OM entre enfin dans son match : 

La balle de break manquée par Di Maria (10e) marque tout de même un premier tournant dans ce match. Paris a manqué l’occasion de tuer la partie. Et l’OM en profite pour se mettre au niveau. Les distances se resserrent entre les lignes, notamment l’attaque et le milieu de terrain qui évoluent désormais plus en bloc et commencent à gratter des ballons au milieu de terrain.

Cette cohésion nouvelle se ressent sur toutes les séquences qui tournaient jusque-là tout le temps à l’avantage du PSG : lorsque Cabella et Batshuayi décident de sortir, ils sont enfin accompagnés par leurs milieux de terrain. Diarra et surtout Isla réduisent les espaces autour de ceux qui accompagnent la relance parisienne. Chose inhabituelle, le PSG commence à perdre des ballons dans sa propre moitié de terrain (Rabiot, Matuidi).

pressing-om-positif

Enfin un pressing efficace de la part de l’OM : certes, Thiago Silva est seul mais il n’a aucune solution courte sur laquelle s’appuyer.

consequence-pressing-om

Paris est contraint de jouer plus long et les Marseillais sont présents à la retombée : Nkoulou au duel et Diarra pour nettoyer les seconds ballons.

marseille-pluspres

Même Ibrahimovic est chassé lorsqu’il revient dans sa moitié de terrain. Certes, l’OM laisse des espaces mais tant que le porteur est ses solutions les plus proches sont serrés de près, il est difficile de les exploiter.

Lorsque Paris atteint la ligne médiane, le bloc phocéen est aussi beaucoup plus compact. Finies les solutions multiples autour du porteur. Résultat, la circulation du ballon est moins fluide et les Marseillais peuvent accentuer la pression.

Dans ces espaces réduits, Mauricio Isla peut enfin faire parler ses qualités. Le Chilien redouble les courses volontiers et peut prendre en chasse plusieurs Parisiens sur une seule séquence. Il récupère ainsi sept ballons avant la pause (dont 3/3 tacles et 2 interceptions). Tous sont récupérés dans l’entrejeu et peuvent se transformer en opportunités de contre-attaque.

marseille-enplace

A l’approche de la demi-heure de jeu, l’OM est beaucoup plus compact autour du ballon.

aide-cabella

La solidarité entre l’attaque (Cabella) et le milieu (Isla) permet de gagner plusieurs ballons.

Cela avait déjà été signalé à l’issue de leur match face à l’Olympique Lyonnais : récupérer haut facilite le développement du jeu de l’OM qui n’a du coup plus à sortir de ses 40 mètres pour trouver des solutions. Grâce à une ligne de récupération désormais proche du rond central, Marseille ne subit plus le pressing haut de son adversaire et peut se montrer dangereux.

Pour plus de détails : Lyon 1-1 Marseille, l’analyse du but de Cabella

L’OM met le PSG en difficulté : 

En perdant la balle au milieu, le PSG se retrouve aussi en retard par rapport aux premières passes marseillaises. L’équipe ne parvient pas à récupérer rapidement le ballon et l’OM, notamment grâce à Lassana Diarra (toujours aussi fort dans le nettoyage du ballon et l’orientation du jeu : 6 dribbles sur 7 réussis dans ce match), sort rapidement des zones de récupération pour exploiter les espaces sur les côtés.

La formation phocéenne va particulièrement s’appuyer sur le point de fixation que représente Georges-Kevin Nkoudou sur l’aile gauche. Face à Serge Aurier, l’ex-Nantais a un beau duel à disputer. Mais au-delà du un-contre-un avec l’Ivoirien, il attire aussi l’attention des milieux parisiens (Rabiot, Motta, voire Matuidi pour des prises à deux). Ces derniers doivent en plus composer avec la mobilité de Cabella, toujours capable d’attaquer un espace pour (au moins) embarquer un adversaire avec lui.

milieu-psg-hs

Le milieu parisien a été désaxé plus d’une fois par les approches de l’OM sur l’aile gauche.

nkoudou-fixation

Pressé ou pas, Diarra se crée l’espace et envoie le jeu à l’opposée, loin des milieux parisiens.

Si l’OM perd quelques ballons sur cette aile, Paris n’en fait rien en contre-attaque. Les joueurs de la capitale subissent même plus lorsque la formation de Michel parvient à ressortir de la zone. C’est en effet tout le milieu parisien qui se retrouve alors hors de position. Toujours disponible en soutien, Lassana Diarra se charge de renverser le jeu à l’opposée où les montées de Dja Djédjé apportent de la percussion.

Le latéral droit se retrouve ainsi à l’origine de la première grosse occasion de l’OM dans cette partie : un centre en première intention repris par Barrada après une partie de billard dans la surface parisienne (22e). Trois minutes plus tard, Cabella ramène les deux équipes à égalité sur un raid solitaire qui met de nouveau en lumière les limites parisiennes du soir au milieu de terrain (25e).

but-cabella

Rabiot loin de l’action, c’est Thiago Motta qui se retrouve face à Cabella et se fait éliminer.

Cette égalisation a le don de renforcer le momentum marseillais. En difficulté, le PSG perd en justesse et a beaucoup de mal à garder le ballon. A la pause, l’OM rivalise même en terme de possession avec la formation parisienne (50/50). Si elle ne révèle rien habituellement, cette statistique prend beaucoup plus d’importance face à un adversaire qui a l’habitude d’avoir le ballon : ce dernier ne peut alors plus vraiment jouer sur ses qualités, qui dépendent en grande partie de celle-ci.

Malgré ce long temps faible, le PSG reste menaçant. Le moindre relâchement marseillais au milieu peut se payer cash (Lucas sur le service de Di Maria, 32e). Marseille a quand même le dernier mot juste avant la pause avec une reprise du gauche de Batshuayi sur corner, sauvée sur sa ligne par Maxwell (42e).

L’équipe de Michel peut même avoir des regrets de ne pas avoir joué plus de coups en première intention. Excellent dans son registre habituel – et même meilleur en deuxième mi-temps -, Diarra a parfois refusé quelques ouvertures dans la profondeur qui auraient pu mettre les Parisiens en grande difficulté.

diarra-refus1

L’OM inverse les rôles : cette fois, c’est Diarra qui a de l’espace au milieu et un appel en profondeur à exploiter (Barrada).

diarra-refus2

Mais au grand dam du Marocain et de Cabella, l’international français choisit la sécurité et écarte vers Isla.

Deuxième mi-temps :

Marseille reprend le match sur le même rythme. Les Ciel et Blanc enchaînent plusieurs séquences de possession dans le camp parisien. Pendant dix minutes, ils vont dominer leurs vis-à-vis au milieu de terrain, sans changer de formule : les couloirs sont très actifs, les incursions de Cabella ou Isla déplacent les milieux parisiens et Diarra toujours disponible en soutien joue les demis d’ouverture pour trouver des solutions à l’opposée.

diarra-cabella

L’OM continue d’exploiter l’activité de Nkoudou et la mobilité de Cabella à gauche pour embarquer le milieu parisien et finir à l’opposée grâce au jeu long de Diarra.

2milieu-om

En phase défensive, l’OM reste aussi sur ses principes du jeu, à savoir enfermer les milieux parisiens sur les côtés. Sur cette séquence, Nkoudou récupère le ballon en empêchant Rabiot de s’orienter côté opposé.

Malheureusement pour eux, les Marseillais ne sont pas récompensés sur ce temps fort qui sera leur dernier de la partie. Ils se heurtent notamment à un Thiago Silva exceptionnel au sein de la défense parisienne. Le capitaine parisien intervient sur tous les ballons chauds qui passent par sa surface (2/2 tacles, 4 interceptions, 6 dégagements et 1 tir et 2 centres bloqués).

Petit à petit, le PSG retrouve les espaces et les séquences de possession qui font sa force. Ibrahimovic, qui résiste désormais aux assauts adverses, devient un relais très utile pour ses partenaires. Le Suédois est ainsi à l’origine d’une première opportunité parisienne (Aurier, 53e) avant de rater une balle de but offerte par Matuidi (60e).

ibra-espace

Après une heure d’effort, Cabella commence à baisser de pied et le milieu marseillais en pâtit, d’autant plus qu’Ibrahimovic décroche et devient un relais difficile à contenir.

La dernière demi-heure n’est finalement à l’avantage de personne… ce qui n’empêche pas le match de basculer à l’avantage du PSG. Sur une touche litigieuse, les Marseillais protestent et perdent leur concentration. Di Maria joue lui le coup à fond et lance Ibrahimovic. Le meilleur buteur de Ligue 1 profite d’une sortie hasardeuse de Mandanda pour rendre le ballon à l’Argentin. Seul au point de penalty, l’ancien joueur du Real Madrid bat le gardien marseillais et offre la victoire à son équipe (72e).

Le dernier quart d’heure voit les deux formations se neutraliser. L’OM continue de tenter mais peine désormais à se créer des situations dangereuses. Seul Alessandrini se montre, mais ses tentatives n’inquiètent pas Trapp. Il faudra attendre la fin de la rencontre (88e) pour voir une dernière occasion par Nkoudou, suite au seul raté de Thiago Silva dans cette partie (88e). Mais même là, le réalisme n’est pas au rendez-vous pour les joueurs de Michel qui s’inclinent finalement sur le même score qu’au match aller.

Conclusion : 

Tout ou presque a déjà été dit sur l’OM dans cette analyse. L’équipe a eu besoin de temps pour bien exécuter son plan de jeu. Elle aurait pu perdre le match sur cette période, mais le manque de réalisme parisien lui a permis de rester dans le match et de sortir une belle prestation au final. Seuls regrets sans doute, un manque de lucidité dans le dernier geste et un Batshuayi qui ne pèse pas assez sur le jeu lorsqu’il ne marque pas.

Côté parisien, le relâchement après le premier quart d’heure peut soulever quelques questions avant de retrouver Chelsea dans dix jours. Il est aussi possible de s’inquiéter lorsque l’on voit l’animation de l’OM et la facilité avec laquelle elle pourrait être transposé par les Blues (Hazard pour Nkoudou, Oscar pour les solutions courtes, Fabregas pour ouvrir le jeu…).

Ce qui est certain, c’est qu’un joueur va être au centre de l’attention jusqu’à l’annonce du groupe pour ce huitième de finale aller : Marco Verratti. L’Italien aurait pu régler une grande partie des problèmes hier soir, que ce soit avec ou sans le ballon. Au vu de la prestation de son remplaçant (Rabiot), on ne peut qu’espérer qu’il soit remis à temps. Dans le cas contraire, le match aller sera peut-être plus serré que prévu.

Lire aussi : Montpellier 0-1 PSG, la vie sans Verratti 

You may also like...

5 Responses

  1. dorcia dit :

    Très bon match de préparation avant Chelsea !
    Un certain nombre de points d’interrogation à analyser cependant :
    – Trapp :
    En manque de confiance, voir ses interventions hier soir ou son manque d’autorité sur set pieces. Un jeu au pied qui semblait son point fort à son arrivée, et qui s’avère depuis 2 3 matchs au niveau de son prédécesseur ! Des gants en mousse, comme son prédécesseur sur le but encaissé. J’ai l’impression que le patron de la défense ne lui fait plus confiance. À part le premier tir de Cabella, a-t-il effectué un arrêt propre ?
    – défense : pas grand chose à signaler.
    Sauf blessure, ce sera le back four pour recevoir les Blues. Un TS en mode o mostro.
    – milieu
    Quand Motta va, tout va mieux. Quand il est orphelin de son Marco, ça se complique. Quand, en face, il y a 2 excellents joueurs expérimentés (Diarra & aussi un très bon Isla), Rabiot semble léger et j’aurais préféré voir Blanc essayer Stambouli, qui n’a que tres peu démérité depuis janvier avec le PSG et semble s’intégrer en tant que sub nr 1. Blanc se reconnaît sûrement en lui.
    Matuidi a répondu présent, plus défensif et récupérateur, mais aussi passeur ( à l’origine du premier but et d’autres ouvertures en première mi temps)
    – attaque
    Lucas a fait de nombreux mauvais choix, peu de présence défensive pour récupérer des ballons ( chose sur laquelle il s’était beaucoup amélioré ces derniers temps) et en final un mauvais match.
    Di Maria a été un peu décevant, malgré son but. Il serait intéressant d’analyser son positionnement par rapport à celui d’Ibra.
    Ibrahimovic
    Décisif ( 1 but 1 assist) , combattant ( sa récupération sur le premier but ) et pas trop de déchet ( une occasion « vendangée »), un très bon Zlatan.

    Reste l’absence de Verratti.
    En revoyant le match, je me suis imaginé où il se serait positionné sur le terrain dans chaque phase de creation offensive de Paris. En comparant avec celle de Rabiot, on se rend compte de la différence entre les 2. Le jeune parisien n’a pas encore compris le jeu de patience et de création de Motta. Il a parfois tendance à se cacher derrière un adversaire, ne laissant à l’italo-brésilien que le choix une passe longue ou en retrait.
    Un des points importants du match d’hier est la facilité avec laquelle Paris a perdu le ballon après avoir récupéré celui-ci en phase défensive essentiellement en fin de première mi temps.
    Un point toujours positif est la bonne gestion du PSG face aux temps faibles de l’adversaire et leur capacité à profiter de la moindre erreur ou inattention de leur adversaire. Les 2 buts en sont les preuves.

    Il reste 2 matches avant Chelsea. Au delà de cette échéance, il faut s’interroger si ce Paris au plus fort de sa forme peut revendiquer mieux que le top 5, car de nombreuses carences semblent évidentes. Et cela est une autre histoire.

  2. Rhoth dit :

    Mon impression : Le facteur principal était pour moi Diarra dans ce match.

    En direct opposition avec Rabiot, il l’a complément bouffé, ce qui a donné pour conséquence :
    -Nombreuses pertes de ballons de Rabiot, souvent quand Paris s’organisait. Donc l’OM récupérait souvent déja plutôt haut prêt à repartir et leur éviter ce qu’ils font qu’ils sont en difficulté habituellement.
    Et dans plusieurs situations, qu’il essaye de dribbler, loupe une passe, etc…
    Peu de combinaisons réussies impliquant Rabiot
    -Les multiples dribbles de Diarra pour ressortir chez eux qui passaient facilement…

    Bref, il sortait l’OM de son inconfort et Paris se retrouvait avec beaucoup de déchets inhabituels dans un secteur assez critique pour eux. J’espere pour l’OM qu’il ne sera plus blessé, sinon sans lui, les difficulés reviennent vite.

    Avec un joueur comme Marco, le rayonnement de Diarra aurait été plus limité je pense, et Marseille plus en difficulté.
    D’ailleurs sur la fin, j’ai eu l’impression que Motta s’y mettait plus sur Diarra. Et que Rabiot aurait du sortir plus tôt je pense

  3. S Bobby Fly dit :

    Analyse hyper pointue, j’ai trouvé come toi l’OM volontaire et surpenant mais trop juste techniquement pour pouvoir faire mal au PSG. ISLA a été selon moi le meilleur marseillais. Je te rejoins aussi sur la culpabilité (relative) de MANDANDA sur le 2nd but.
    Concernant PARIS j’ai été surpris qu’ils soient autant chahutés par l’OM (surtout MOTTA) comme tu l’as justement dit je pense que CHELSEA saura faire défensivement ce qu’à fait l’OM mais aura d’autres armes offensives. Du coup ce 1/8émes de finale est loin d’être joué.

  4. dorcia dit :

    « C’est Rabiot, installé depuis quelques semaines au poste de l’Italien, qui débute la rencontre »

    Non, depuis la reprise 2016, Stambouli a joué plus de 30% de plus que Rabiot. A part contre Bastia, où le trio était au complet, il a toujours été soit titulaire, soit est entré en cours de jeu. Rabiot a raté Toulouse 1, St Étienne et Lorient. J’en reviens à ce choix de non titulariser Stambouli contre Marseille, à part éventuellement le problème vis à vis du père… Il peut paraître étonnant que Benjamin soit vraisemblablement le joueur de milieu de terrain ayant le plus joué en janvier et février (avant ce match) !

    L’égalisation marseillaise vient d’une intervention brillante de Rabiot sur le côté gauche, qui effectue un grand petit pont sur Lass, s’enfonce sur le côté gauche, et au lieu de se la jouer perso, remet dans l’axe aux 18m d’une passe molle que ne recevra jamais Lucas, interceptée qu’elle sera par un défenseur qui lui relance immédiatement vers Diarra. Celui-ci change le jeu vers le côté opposé, ou manque déjà Rabiot. Sa passe arrive à NKoudou qui donne immédiatement à Cabella. D’un crochet, il évite Motta (2ème élément du rideau parisien passé), et fonce vers les 18m parisiens. Thiago Silva s’avance en opposition, bien tard, et de 24m l’ancien Magpie décoche une frappe qui semble sortir. Légèrement masqué par David Luiz qui voit passer la balle entre ses jambes, Kevin Trapp plonge, mais il a emprunté les gants de mousse de Sirigu et ne peut qu’effleurer ce tir. 1-1. Bravo Marseille !
    La seule fois où il ose s’aventurer au-delà des 40m adverses, Rabiot se fait contrer et déséquilibre ainsi son équipe qui prendra un but sur l’attaque adverse qui suit.

  5. Shinji dit :

    Rendez moi le pressing de Marcelo … C’est tellement stupide de défendre dans son camp quand la moitié de l’effectif est habitué a presser haut.

    DDD aurait du centrer plus souvent en retrait plutôt que de jouer dans les 6m ou Michy était pris par les 2 centraux.

    Sarr aurait du jouer, Barrada est mauvais en 10, il est trop lent pour faire la diff balle au pied, pas bon dos au but et il a du mal a se retourner ou résister aux impact physique. Faut qu’il joue plus bas, il est dans le même style que Lucho (toutes proportions gardées).

    C’est fou comme le PSG n’a pas pressé … avec les difficultés que l’OM a pour ressortir le ballon, j’aurais pas donné cher de leur peau si le trio relanceur avait été harcelé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *