Lyon 4-1 Troyes : la première au Grand Stade

Parce qu’il n’y avait pas que Zidane qui faisait ses débuts sur un banc de touche de « grand championnat » ce samedi, retour sur la première réussie de Bruno Génésio en Ligue 1. Dans son nouveau stade, Lyon a dominé Troyes sans surprise (4-1) mais avec quelques difficultés.

Une entame prometteuse :

Pour ce match d’ouverture du Parc OL, Bruno Génésio avait choisi de reconduire le système dans lequel avait déjà évolué l’OL fin 2015 (4-5-1). Comme à Valence, Clément Grenier s’est retrouvé en position d’ailier gauche, laissant Darder et Tolisso dans l’axe pour épauler Gonalons. Valbuena absent, Ghezzal a débuté à droite en soutien de Lacazette. Derrière, on retrouvait une défense-type avec Morel, Umtiti, Yanga-Mbiwa et Jallet.

Lyon vs Troyes, 01-2015 - Football tactics and formations

Pas de surprise dans le système donc, mais les premières minutes de jeu ont été l’occasion de découvrir une formation lyonnaise bien plus appliquée dans l’entrejeu qu’avant la trêve. Autour de Gonalons, Darder et Tolisso ont joué les pistons : à tour de rôle, ils redescendaient à hauteur de leur capitaine afin d’offrir une solution courte et orienter le jeu vers l’avant. Quand l’un décrochait et se retrouvait en possession du ballon, l’autre montait d’un cran de l’autre côté afin de s’intercaler entre les lignes troyennes.

Ces mouvements des deux relayeurs de l’OL allaient de pair avec ceux de Ghezzal et Grenier. Lorsque le milieu était à hauteur de Gonalons (position basse), l’ailier rentrait à l’intérieur et laissait le couloir à son latéral. Cette animation, bien coordonnée durant le premier quart d’heure, a permis à l’OL de bien « faire vivre le ballon ». Les passes se multipliaient et -même si cela manquait parfois de profondeur- Lyon est idéalement rentré dans son match.

piston-dardertolisso1

Tolisso et Gonalons sont sur la même ligne. Conséquence, Darder joue plus haut et Grenier est rentré occuper l’axe.

piston-darder-tolisso2

Quelques secondes, Darder redescend à son tour. Conséquence, Tolisso se projette et Ghezzal repique intérieur sur sa prise de balle.

darder-ghezzal-lacaz1

Cette fois, Gonalons effectue la première passe. Tolisso est à sa hauteur, Darder offre une solution plus haut. Sur le côté, Ghezzal se rend aussi disponible laisse le couloir à Jallet.

darder-ghezzal-lacaz2

Servi par Gonalons, Darder remet sur Ghezzal. Dans le sens du jeu, le Lyonnais peut alors trouver Lacazette dans l’espace.

Cette maîtrise technique a permis à l’OL de s’installer dans le camp adverse. Conséquence, un pressing efficace à la perte du ballon et très peu d’opportunités d’enchaîner les passes pour les Aubois. Lorsque Lacazette ouvre le score (18e), Lyon frôlait les 80% de possession de balle, dépassait les 90% de passes réussies et 68% d’entre elles étaient effectuées au milieu de terrain (alors que l’équipe a jusque-là l’habitude de repousser l’adversaire jusque dans ses 30 mètres).

pressing-perte-lyon

La proximité entre les joueurs au milieu de terrain se ressent aussi à la perte.

Au fil des minutes toutefois, les circuits de passes de l’OL ont changé alors que Troyes avait resserré les rangs dans le coeur du jeu. Grenier et Ghezzal se sont moins recentrés pour demander le ballon, faisant notamment de la place pour les montées balle au pied d’Umtiti ou Yanga-Mbiwa (auteur de l’avant-dernière passe pour le but de Lacazette). Sur ses séquences, les montées des défenseurs centraux sont couvertes par Gonalons et les latéraux.

but-lyon

Sur le but de Lacazette, Yanga-Mbiwa monte pour occuper l’espace jusqu’alors utilisé par Darder avec le ballon (à hauteur de Gonalons). Notez la position excentrée de Ghezzal, qui occupe le couloir alors que Jallet est lui resté en couverture.

Toujours les mêmes lacunes : 

Après ce premier but, l’OL a relâché la pression, l’occasion idéale de voir leur positionnement face à la relance troyenne. Très compactes, les deux lignes défensives (4 et 5) étaient très proches l’une de l’autre, juste derrière la ligne médiane. En pointe, Lacazette naviguait entre les adversaires chargés de la relance.

Si ce système permet aux Gones d’être rapidement en situation de récupérer le ballon en cas de passe entre leurs lignes, l’ensemble du bloc reste vulnérable dans son dos. Si Lacazette ne déclenche pas le pressing ou s’il n’est pas bien accompagné par ses partenaires du milieu, l’OL peut être battu sur une simple ouverture et un appel bien coordonné. Prochain adversaire de Lyon, le PSG avait d’ailleurs abusé de cette option lors de sa dernière victoire (5-1).

Autre limite de ce système défensif, le manque d’explosivité après la récupération (haute) du ballon. L’OL peut en effet vite bloquer l’adversaire au milieu de terrain mais le manque de vitesse de Grenier ou Ghezzal sur les ailes était ensuite rédhibitoires pour bien mener les contres (même chose pour Darder ou Tolisso dans l’axe). A terme, ces soucis vont toutefois plus dépendre du choix des hommes (Cornet ?) que de la tactique en elle-même.

sdffsdfds

La proximité entre la défense et le milieu de l’OL permet de mettre vite la pression sur les joueurs recherchés entre les lignes. En revanche, si la relance n’est pas bien cadrée par Lacazette, l’équipe peut être en difficulté en cas de ballon dans le dos de la défense.

lyon451

Même quand Lacazette est moins esseulé, l’OL doit rester actif à l’approche du milieu de terrain.

Des difficultés sous la pression : 

Après la pause, Troyes est revenu en affichant un autre visage : celui d’une équipe résolue à aller chercher Lyon dans sa moitié de terrain. Et cela a changé beaucoup de choses pour des Lyonnais qui jusqu’ici pouvaient atteindre la ligne médiane tranquillement afin de mettre en place leur jeu et leurs différents circuits de passes.

Ce regain d’agressivité côté troyen a posé des problèmes. Lyon n’a pas retrouvé la fluidité qui avait fait sa force en première mi-temps. Surtout, l’équipe a perdu plusieurs ballons aux abords du rond central, qui ont offert de vraies opportunités à Troyes sur attaque rapide. Gonalons, puis Tolisso ont notamment été mis en difficulté au poste de n°6, qui n’était quasiment pas attaqué en première mi-temps.

troyes-pressing-espaces

En deuxième mi-temps, Troyes met plus de pression autour du rond central et l’OL se retrouve en difficulté.

Troyes avait beau être plus dangereux, son pressing n’en restait pas moins à double tranchant. Plusieurs fois, les Lyonnais ont réussi à le déjouer. Problème, comme après les récupérations de balle en première mi-temps, l’équipe manquait de spontanéité et de vitesse pour profiter de ces sorties de balle réussies. A chaque fois qu’ils étaient dépassés après leur pressing, les Aubois ont toujours eu le temps de revenir afin de reprendre leurs adversaires, malgré la volonté de Darder pour aller de l’avant sur ces séquences.

lyon-contre

Attiré par Ghezzal, Dabo laisse de l’espace dans son dos dans lequel se projette Darder.

ol-transition2

Mais au lieu de chercher la passe vers l’avant, Ghezzal s’appuie sur Tolisso, permettant à Pi de reprendre l’Espagnol.

Au final, l’égalisation de Camus (67e) est venue récompenser la supériorité troyenne sur le début de la deuxième mi-temps. Dans la foulée, les sorties sur blessure de Lacazette et Gonalons (68e, 71e) ont esquissé un scénario cauchemar… Mais Lyon ne s’est pas désuni et a remis le pied sur l’accélérateur. Le deuxième but est arrivé très vite grâce à Ghezzal (71e), rassurant tout le monde quant à l’issue de la rencontre.

Conclusion : 

Une première réussie mais pas de grands chamboulements dans l’effectif à court terme. Le système n’a quasiment pas changé et seuls les circuits proposés durant le premier quart d’heure semblent être le fruit de la « patte » du nouvel entraîneur. Les matchs à venir face au PSG et Saint-Etienne en diront sans doute beaucoup plus sur le futur de la saison lyonnaise.

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. the teacha dit :

    quel gachis de mettre grenier ailier gauche, déjà qu’il revient d’une blessure trés longue, on le met à un poste qui n’est pas le sien. S’il retrouve son niveau, il va faire beaucoup de bien à l’OL en 2nde partie de saison

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *