Ligue 1 : efficacité et fréquence de tirs

Après 23 journées de championnat, Zlatan Ibrahimovic trône au sommet du classement des buteurs avec 19 réalisations. Même en ayant manqué plusieurs matchs en août et septembre, le Suédois a vite fait le trou sur ses poursuivants. Aujourd’hui, Batshuayi et Moukandjo complètent le podium avec 12 et 11 buts inscrits. Depuis le début de la saison, 217 joueurs ont marqué au moins un but. L’étude qui suit se concentre sur les 27 meilleurs d’entre eux, qui ont atteint ou dépassé la barre des 5 buts. Objectif : tenter de dégager les joueurs les plus en réussite dans la zone de vérité.

Ibrahimovic, seul au monde

Au-delà du nombre total de buts inscrits sur une saison, on utilise souvent le ratio minutes/but pour mesurer l’efficacité d’un attaquant. Dans ce classement, Zlatan Ibrahimovic est une nouvelle fois seul au monde cette saison avec un but inscrit toutes les 78 minutes de jeu. Derrière lui, le deuxième (Kamil Grosicki) pointe à 129 minutes jouées pour un but marqué…

Néanmoins, ce ratio ne permet pas réellement de mesurer l’efficacité réelle de l’attaquant, puisque ce dernier dépend aussi du rendement de ses partenaires pour le mettre en bonne position. Le tableau ci-dessous s’intéresse donc à deux autres données statistiques : le nombre de minutes entre chaque tir (fréquence de tirs) et le nombre de tirs tentés pour un but inscrit (taux de conversion).

buteurs-ligue1-conversion-tirs-minutes

Même si les données changent, Zlatan Ibrahimovic reste plusieurs classes au-dessus de ses congénères. Il est le seul joueur du championnat à allier un taux de conversion élevé (moins de 5 tirs pour un but, soit plus de 20% de réussite) et un grand nombre de tentatives par match (un tir toutes les 17 minutes). Cavani l’accompagne, avec – malgré tout – une belle réussite devant le but (20% de réussite) mais moins d’occasions.

Ils sont trois à faire mieux qu’Ibrahimovic en terme de réussite devant le but (tirs/but). Super-sub du Stade Rennais, Kamil Grosicki se distingue par la qualité de ses tentatives de l’extérieur de la surface : sur 10 essais au-delà des 16 mètres, il a déjà marqué à 3 reprises, ce qui fait de lui le meilleur du championnat dans cet exercice. Il est moins étonnant de retrouver Cheick Diabaté et Benjamin Moukandjo aux deux premières places. Les deux hommes sont des joueurs de surface précieux pour Bordeaux et Lorient, qui peuvent s’appuyer sur leur efficacité pour prendre des points (à l’instar de la performance bordelaise du week-end face à Rennes).

diabate

Autre joueur réaliste, Valère Germain est pour beaucoup dans la réussite de l’OGC Nice cette saison. Le style de jeu du Gym, basée sur des séquences de préparation assez longues dans l’entrejeu, fait que les attaquants n’ont pas beaucoup d’opportunités dans le match. Mais avec déjà 7 buts au compteur et un taux de conversion identique à celui d’Ibrahimovic, Germain remplit sa mission : marquer sur les rares occasions qu’il peut se procurer.

Moins haut dans le classement du championnat, les cas de Mohamed Larbi et Casimir Ninga sont aussi intéressants : les deux hommes ont été pour beaucoup dans les bons résultats obtenus par Montpellier et le Gazélec cette saison. Dans des équipes qui luttent pour le maintien et peinent à produire du jeu, avoir des joueurs réalistes est indispensable pour atteindre l’objectif des 42 points. Larbi et Ninga semblent être de ceux-là. Reste à savoir si cela suffira en mai prochain.

Du côté des mauvais élèves, Andy Delort, Claudio Beauvue et Martin Braithwaite se détachent largement du reste du peloton. Les trois sont dans le top 5 des joueurs qui ont le plus tenté cette saison (avec Ibrahimovic et Batshuayi), mais sans avoir la même réussite à la finition. Souvent esseulé à la pointe de l’attaque normande, Delort tente souvent sa chance de loin (44 tirs pour 2 buts inscrits de l’extérieur de la surface), ce qui diminue de fait son taux de réussite.

Lorsque l’on ne s’intéresse qu’aux tirs réalisés dans la surface de réparation d’ailleurs, le Caennais est celui qui s’en sort le mieux parmi le trio, même s’il reste loin des meilleurs joueurs du championnat (voir ci-dessous). Beauvue le suit de près, laissant Braithwaite seul dans son inefficacité.

conversion-tirs-surface-reparation

L’autre enseignement de ce deuxième tableau tient dans l’apparition de Hatem Ben Arfa parmi les joueurs les plus efficaces dans la surface adverse. Plombé par ses tirs hors-surface dans le premier élément (36 tirs, 0 but), le Niçois est tout simplement le joueur le plus efficace du championnat lorsqu’il s’agit de tenter sa chance à l’intérieur des 16 mètres (2,6 tirs pour un but inscrit). Niveau réalisme, la formation de Claude Puel est donc parée avec Germain et Ben Arfa… en attendant Pléa qui avait marqué 2 buts sur 6 tentatives !

tableau-buteurs-ligue1

Le classement des buteurs de Ligue 1 avec le taux de réussite et la « fréquence » de tentatives (total et dans la surface de réparation).

Au-delà du cas Pléa, des « sleepers » se cachent-ils encore sous de la barre des 5 buts inscrits après 23 journées ? Parmi les joueurs à plus de 20 tirs, ils sont une poignée à se distinguer devant le but en se situant entre 15 et 20% de réussite. Ils ont d’ailleurs pour point commun d’avoir eu un temps de jeu réduit depuis le début de la saison : Nicolas Bénézet, Thomas Lemar, Khalid Boutaïb et Ousmane Dembélé.

Révélation de l’hiver, le Rennais de 18 ans a tout pour affoler les compteurs en 2016 puisqu’il allie taux de réussite (17%) et fréquence de tirs élevés (1 tir toutes les 28 minutes) à l’inverse des trois autres. Ses chiffres poussent à l’optimiste d’autant plus qu’ils montent encore lorsque l’on s’arrête à ce qu’il se passe dans la surface de réparation : 22% de réussite et un tir toutes les 37 minutes, ce qui le rapproche du rendement d’un Edinson Cavani au sein de la machine à marquer parisienne. Prometteur.

Ibrahimovic dans sa meilleure saison ? 

Encore auteur de deux buts dimanche soir face à Saint-Etienne, Zlatan Ibrahimovic a déjà égalé sa performance de la saison dernière en championnat (19 buts inscrits). Et sauf catastrophe, le Suédois n’est pas prêt de s’arrêter puisqu’il affiche ses meilleurs chiffres depuis le début des années 2010. Il est d’ailleurs surprenant de constater qu’il est à l’instant T sur le même rythme que la saison dernière en terme de réussite devant le but.

ibrahimovic

S’il continue sur le même rythme, il devrait normalement atteindre la barre des 30 buts comme lors de sa première saison sous les couleurs parisiennes. De quoi finir en beauté dans la capitale… à moins qu’il ne finisse par prolonger son bail. 

ibracap

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *