Borussia Dortmund 1-1 Liverpool : l’analyse tactique

Retour sur la première manche du « Kloppico ». Pour son retour à Dortmund, le coach allemand avait bien préparé son coup. Pendant une mi-temps, ses Reds ont su contrôler les débats et le jeu de la formation de Thomas Tuchel. Après la pause en revanche, c’est bien le jeune entraîneur qui a pris le dessus sur le plan tactique grâce à l’entrée en jeu de Nuri Sahin.

Les compositions : 

Pas de grande surprise concernant les compositions des deux équipes. Côté Dortmund, l’équipe est quasiment au complet et Tuchel aligne un 4-2-3-1 avec Durm sur l’aile droite pour compléter le trio d’attaque habituel (Aubameyang, Reus, Mkhitaryan).

Côté Liverpool, Firmino et Sturridge sont dans le groupe mais ne débutent pas la rencontre. C’est Origi qui est aligné aux avants-postes du 4-3-3 mis en place par Jurgen Klopp.

Borussia Dortmund vs Liverpool - Football tactics and formations

Le plan de jeu des Reds : 

Face à l’armada offensive de Thomas Tuchel, la première tâche des Reds est de bloquer la relance. Comme d’habitude avec Jurgen Klopp, le pressing n’est pas tout terrain : il ne s’agit pas de récupérer le ballon le plus vite possible mais de diriger la première passe de l’adversaire vers des zones précises où le pressing peut être effectué.

Les Reds laissent ainsi la liberté à Weidenfeller de relancer court vers Bender ou Hummels. En pointe du système des Reds, Origi a pour objectif de couper la relation entre les défenseurs centraux et Weigl, positionné dans l’axe.

Derrière lui, Henderson et Milner doivent empêcher Dortmund de trouver les relais de Castro ou Mkhitaryan. Côté gauche, Lallana coupe la relation entre Hummels et Schmelzer. A l’inverse de l’autre côté, Coutinho ferme la ligne de passe intérieure et pousse Bender à jouer vers le côté (Piszczek) où les Reds referment ensuite leur piège.

origi-weigl

Dans l’axe, Origi et Henderson sont là pour priver Dortmund de ses relais habituels (Weigl, Castro).

liverpool-fermeture-cote

Le « piège » des Reds se referme sur Durm et Piszczek, qui sont privés de solutions.

Coutinho et Lallana peuvent eux aussi déclencher le pressing en sortant sur les passes entre Bender et Hummels (voir sur la première capture) et ainsi forcer ces derniers à jouer long. Sur ces séquences, ils sont accompagnés par Origi dans l’axe, Can montant d’un cran afin de reprendre le marquage de Weigl.

Ces sorties sont précieuses pour Liverpool car il s’agit de ne pas laisser trop de champ libre et de temps aux défenseurs de Dortmund. Lorsque ces derniers approchent la ligne médiane, ils peuvent en effet se substituer à leurs milieux de terrain et trouver des solutions entre les lignes des Reds.

hummels-2e.

Si le piège des Reds fonctionne plutôt bien dans le couloir Piszczek-Durm, Dortmund trouve des failles de l’autre côté du terrain. Ces brèches permettent notamment à l’équipe de retrouver Weigl dans le coeur du jeu, ce qui provoque immédiatement le recul du bloc anglais.

weigl-libre-median

Dès que Dortmund libère Weigl, Liverpool est contraint de reculer.

En phase défensive, les Reds se retrouvent ensuite en 4-5-1 dans leurs 40 mètres. Ce bloc bas a l’avantage de laisser très peu de profondeur, limitant de fait les menaces Reus ou Aubameyang. Par ailleurs, l’activité des trois milieux de terrain dans l’axe permet en plus de réduire les espaces exploitables par Mkhitaryan.

Au final, Dortmund ne va être réellement dangereux que sur une seule action « placée », venant (sans surprise) d’une ouverture de Weigl pour Schmelzer (17e). Il faudra un sauvetage de Sakho sur sa ligne pour empêcher les Allemands de prendre l’avantage.

weigl-libre

Dès qu’il a un peu d’espace, le milieu allemand peut faire la différence grâce à sa qualité de passes.

dortmund-probleme-structure

Regroupés dans leurs 40 mètres, les Reds repoussent Mkhitaryan hors du bloc et le rendent de fait moins dangereux.

 

Klopp connaît le point faible du BVB : 

Avec le ballon, les Reds ne se posent pas de questions durant les premières minutes de jeu. La plupart sont envoyés loin devant et visent Origi en pointe, qui doit aller disputer les duels avec la défense centrale adverse (Hummels-Bender).

Jurgen Klopp connaît évidemment très bien les deux joueurs et il sait que ces derniers ne sont pas les plus à l’aise lorsqu’ils sont exposés. Dortmund met d’ailleurs beaucoup de densité devant eux, à la retombée du jeu long.

Les deux équipes se livrent ainsi plusieurs grosses batailles dans le rond central pour gagner le deuxième ballon.  S’il est gagné, l’objectif des Reds est ensuite de très vite ouvrir sur les côtés afin de profiter de la vitesse de Clyne ou Moreno pour remonter le terrain.

grosse-bataille-deuxieme-ballon

Devant Can, tous les joueurs de Liverpool participent à l’effort de récupération.

liverpool-espaces-cotes

Avec un bloc allemand regroupé dans l’axe, Liverpool a des espaces à exploiter dans les couloirs.

Au bout de quelques minutes, les Reds tentent de varier leurs relances en repartant parfois plus court dans leur moitié de terrain. Si le procédé est différent, le but reste le même : il s’agit cette fois de faire sortir le Borussia, en espérant déjouer son pressing et attaquer une défense de nouveau exposée.

Problème, les sorties de balle des Reds sont loin d’être aussi fluides que celles de leurs adversaires. A plusieurs reprises, les défenseurs ou les milieux sont déstabilisés par le pressing de Dortmund. Ils vont même perdre des ballons dangereux et offrir ainsi des munitions à leurs adversaires sur attaque rapide.

dortmund-recup-haute-danger

Henderson perd le ballon face à Castro. Conséquence, de l’espace (enfin !) pour Mhkitaryan, Reus et Aubameyang.

Dortmund manque toutefois de justesse sur ces séquences et c’est bien Liverpool qui passe devant au tableau d’affichage à dix minutes de la pause. A l’origine, de l’espace pour Moreno côté gauche et une ouverture de l’Espagnol sur Milner, qui devance Hummels et lance Origi de la tête. Bender et Piszczek défendent mal et l’ancien Lillois va battre Weidenfeller (36e).

lallana-infiltre

Sur ce but, Liverpool profite des largesses défensives du Borussia.

L’entrée de Sahin : le bon choix de Tuchel

Au retour des vestiaires, les entraîneurs procèdent à un changement chacun. Côté Liverpool, Joe Allen remplace un Jordan Henderson touché au genou. A Dortmund, Durm sort aussi sur blessure mais l’entrée en jeu de Sahin provoque un changement tactique (46e).

Le milieu de terrain allemand se positionne sur la même ligne que Weigl. Il crée ainsi un surnombre dans la zone d’Origi, qui n’a plus un mais deux joueurs à couvrir. Les sorties de balle sont tout de suite plus fluides et Dortmund revient rapidement dans le match grâce à un but de Hummels sur coup de pied arrêté (48e).

weigl-sahin-vsorigi

Avec deux « rampes de lancement » au lieu d’une, Dortmund déjoue le pressing-trap des Reds.

Même si le mal est déjà fait avec cette égalisation encaissée, Jurgen Klopp ne perd pas de temps pour rectifier le tir. Joe Allen sort du milieu à trois afin d’épauler Origi et bloquer la paire Sahin-Weigl.

Néanmoins grâce à une bonne circulation de balle entre les défenseurs et les milieux, les Jaune et Noir parviennent à se libérer de ces marquages. Dortmund peut enfin mettre de la verticalité dans son jeu (Sahin, Weigl), notamment pour trouver Castro qui se déplace bien entre les lignes adverses.

dortmund-relance1

Allen et Origi coupent la relation entre la défense et le milieu de terrain.

dortmund-relance2

Toutefois, leur travail n’est pas toujours efficace et ils laissent parfois filer leurs adversaires.

dortmund-relance3

En deux passes, Dortmund efface le milieu adverse et peut trouver ses attaquants dans de bonnes conditions.

Liverpool recule, Dortmund retrouve sa structure : 

Ce progrès dans les sorties de balle côté allemand contraint rapidement Liverpool à reculer. Après une dernière grosse occasion portée par Origi et conclue par une triple parade de Weidenfeller (51e), ils ne vont plus se procurer la moindre occasion du match et se résoudre à défendre le 1-1.

Dortmund peut alors enfin s’installer au milieu de terrain et retrouver une structure offensive cohérente et équilibrée. Hummels, Sahin et Weigl se chargent des lancements de jeu, tandis que Reus, Castro ou Mkhitaryan offrent des solutions entre les lignes adverses.

 

dortmund-structure-liverpool-bas

Face à la nouvelle organisation de Dortmund, Liverpool est contraint de reculer pour réduire les espaces entre ses lignes.

dortmund-structure-off

Dortmund retrouve alors une structure en attaque que ne renierait pas Pep Guardiola…

Le Borussia Dortmund domine la dernière demi-heure dans le jeu mais peine toutefois à se créer des occasions. Aubameyang sort rapidement, Reus est peu influent et Mkhitaryan manque de justesse dans ses choix. Les remplaçants n’apportent pas non plus le plus espéré du banc de touche.

La fin de rencontre sera d’ailleurs très pauvre en terme d’occasions, voire même de simples situations de but. Dortmund a clairement manqué de fraîcheur sur cette fin de partie, tandis que les Reds se sont contentés du résultat.

 

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. PotusPau dit :

    Quel est le joueur le plus excentré coté droit (quand ils ont mis la ligne de 5 offensifs) ? Et quel est le but de cette nouvelle organisation de Dortmund ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *