Bordeaux 3-0 Larnaca : des promesses au milieu ?

Face au vice-champion chypriote, Bordeaux n’a pas manqué son entrée en lice en Ligue Europa. Même s’ils ont dû attendre la deuxième mi-temps pour débloquer la situation, les Girondins ont assuré l’essentiel en s’imposant largement (3-0), validant quasiment leur billet pour le tour suivant. Retour sur ce premier match officiel de la saison des Marine et Blanc avec quelques enseignements à la clé.

Première mi-temps : 

Willy Sagnol a décidé de démarrer son deuxième exercice en tant qu’entraîneurcomme il avait terminé le précédent : en 4-4-2 losange. Face à des Chypriotes regroupés derrière un unique attaquant, son équipe est très bien entrée dans le match, imprimant un gros pressing sur la relance adverse.

Les attaquants – même Diabaté, qui était souvent hors du coup la saison dernière dans cet exercice – sont réactifs, les milieux et les latéraux répondent bien à la circulation de balle adverse – Poko en tête – et les Chypriotes asphyxiés sont contraints de parer au plus pressé, rendant la plupart du temps le ballon à la défense bordelaise.

bordeaux-losange

Les Bordelais ont fait les efforts pour stopper Larnaca dès la relance en bloquer les solutions courtes autour de Tono.

Place alors à la tâche la plus dure face à un tel adversaire : inscrire le premier but. Et comme à son habitude depuis longtemps maintenant, Bordeaux est reparti de ses défenseurs pour tenter de construire par du jeu court. Chantôme, Pallois et Sertic recevaient le soutien de Poko et Saivet, mais c’est surtout – et logiquement – ce dernier qui a pris les choses en main à la construction.

Les ballons sont en effet passés en large majorité par son côté gauche. Sa qualité de passes lui a permis de trouver Khazri ou Touré dans les intervalles, voire Poundjé dans le couloir. Au-delà de cette zone, prolifique en première mi-temps, l’animation bordelaise passait par les relais et les appels (profondeur) des attaquants axiaux, soutenus ensuite par les montées des latéraux sur les ailes.

bordeaux-animation

L’animation bordelaise en une image : trois rampes de lancement (Pallois, Sertic, Chantôme) soutenues par le décrochage d’un relayeur (Saivet) en cas de besoin. Les latéraux occupent les couloirs, permettant à Khazri, Touré et Diabaté d’offrir trois solutions entre les lignes adverses. Dernier homme du onze girondin, Poko peut apporter une présence supplémentaire aux avants-postes par ses longues courses vers l’avant.

Saivet, Poko : dans leurs meilleurs rôles ? 

Même s’il a fallu attendre la deuxième mi-temps pour voir des buts, le premier acte a été l’occasion de (re)découvrir Henri Saivet et André Poko. Déjà vu dans ce rôle de relayeur la saison dernière, le plus jeune professionnel de l’histoire des Girondins s’est encore montré à son avantage dans ce registre.

Victime de blessures à répétition depuis le début de sa carrière, Saivet n’est (déjà) plus l’ailier qu’il était en équipe de France de jeunes (beaucoup moins « explosif » notamment). Dix ans plus tard, c’est dans un rôle de créateur dans l’entrejeu qu’il semble enfin en mesure de s’épanouir sous le maillot girondin (pour peu qu’il passe moins de temps à l’infirmerie).

Plus loin du but mais aussi avec plus d’espaces et de solutions autour de lui grâce au losange, il a l’occasion de faire parler sa vision du jeu et sa qualité de passes (jeu court ET jeu long) pour lancer ses partenaires. Solide dans les duels, il est aussi capable de répondre présent défensivement et reste rigoureux dans son replacement.

Face à Larnaca, sa qualité de passes a fait la différence dans l’entrejeu, tellement que les Girondins ont eu du mal à trouver d’autres solutions pour progresser dans le camp adverse lorsqu’il ne redescendait pas chercher le ballon (un bémol à retenir en attendant peut-être le retour de Plasil…).

saivet-passe

La qualité de passes de Saivet lui permet ici de trouver Khazri entre les lignes chypriotes. Si le Tunisien se retourne rapidement, trois solutions peuvent s’offrir à lui avec les appels de Touré, Diabaté dans l’axe et Poundjé sur l’aile gauche.

saivet-recup

Défensivement aussi, Saivet répond présent et n’hésite pas à aller au contact pour récupérer le ballon

Dans un tout autre registre, Poko a lui brillé par son activité et sa capacité à multiplier les courses, défensives comme offensives. Il est surtout apparu moins « désordonné » qu’avant dans ses prises d’initiative. Laissant la balle à Saivet, Chantôme, Khazri ou Touré, il a apporté de la verticalité et du mouvement. Un rôle qui a forcément rappelé celui de Matuidi avec le PSG.

Alors que le ballon ressort dans l'axe sur Chantôme,

Alors que le ballon ressort sur Chantôme et que Khazri et Touré sont hors de la surface, Poko fait l’appel et va accompagner Diabaté dans celle-ci. 

Deuxième mi-temps : 

Comme l’international français peut le faire sous le maillot parisien, le Gabonais s’est en plus mué en joueur de couloir après la pause, passant milieu droit dans un 4-4-2 à plat (Chantôme-Saivet dans l’axe, Saivet à gauche, Touré-Diabaté devant). Six minutes plus tard, il inscrivait le premier but de la saison des Girondins en match officiel en suivant bien un mouvement initié côté gauche (51e).

Les Bordelais sont ensuite restés dans ce système, l’entrée de Maurice-Belay à la place de Khazri apportant un second souffle bienvenu à une attaque qui a rajouté deux buts (Diabaté sp, 74e – Maurice-Belay, 80e).

sdfsdfsdf

Bordeaux change d’animation : Poko prend l’aile droite (Guilbert se livre moins). Saivet et Chantôme se partagent l’axe et montent à tour de rôle.

Seul souci, un pressing et une défense moins efficace dans ce nouveau 4-4-2 à plat. Chantôme et Saivet dans l’axe ont été plusieurs fois été « transpercés » par les passes adverses dès lors que les attaquants n’étaient pas en position pour gêner la relance. L’entrée en jeu de Maulun (81e), positionné plus bas que Touré, a permis de régler le problème pour les dernières minutes de jeu.

sfsdfds

Chantôme sort au pressing pour compenser l’élimination des attaquants mais est pris par la passe. Derrière, c’est un 5 contre 4 en faveur des Chypriotes qui se finira sur leur plus belle occasion de la partie (tir sur la barre, 82e). 

 

Les + : 

– Les bonnes séquences de pressing en losange, notamment en début de match, et la solidité globale du système, seulement mis en danger par des erreurs individuelles (pertes de balle).

– Les prestations de Saivet et Poko, dans des postes et des registres qui leur ont permis de jouer sur leurs qualités : d’organisation pour Saivet (qualité de passes, vista), d’explosivité pour Poko (courses, appels de balle, profondeur).

– Cédric Carrasso, toujours présent dans les buts pour sauver les errements d’une défense mise en difficulté autour de sa surface en deuxième mi-temps.

Les – : 

– Chantôme, en-dessous de son niveau habituel. En retard dans certains duels et coupable de quelques pertes de balle qui auraient pu coûter chers.

– Le 4-4-2 à plat de la deuxième mi-temps, sans doute moins « maîtrisé » en phase défensive que le losange travaillé depuis la saison dernière.

– Plus une interrogation qu’un point négatif : la qualité de la défense bordelaise sur le jeu long adverse. Guilbert et Poundjé sont jeunes, Sertic « découvre » le poste et l’absence de Sané – pour un mois – ne risque pas d’arranger les choses. A suivre face à un adversaire mieux armé offensivement.

 

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Mariyosj dit :

    Super analyse ! merci Flo pour ton boulot !
    Es tu optimiste pour cette saison avec ce 4-4-2 en losagne ?
    Le fait que Guilbert à mon sens laisse énormément d’espace à son vis à vis durant le match ne risque-t-il pas d’être plus dangereux face à un adversaire meilleure ?

  2. Personnellement, j’aime bien le 4-4-2 losange. Ca permet d’aller occuper la moitié de terrain adverse et de presser haut. Par contre, faut des défenseurs très bons sur le jeu long, et là j’ai des doutes sur la jeunesse des latéraux, qui vont devoir très bien bosser le placement (sans oublier Sertic s’il est installé à ce poste).
    Après pour Guilbert, c’est son premier match de Coupe d’Europe, difficile de tirer quelque chose sur 90 minutes. A voir vu qu’il devrait pas mal jouer en ce début de saison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *