Real Sociedad 0-2 Shakhtar Donetsk, l’analyse tactique

Après deux belles démonstrations face à l’Olympique Lyonnais, la Real Sociedad a fait l’expérience de la Ligue des Champions en recevant une démonstration de réalisme du Shakhtar Donetsk. Totalement éteints en première mi-temps, les Ukrainiens se sont engouffrés dans la première brèche pour prendre l’avantage. Et ne plus le lâcher.

Pour ce match, la Real Sociedad a dû composer avec le forfait de dernière minute de Zurutuza. Pour le remplacer, Jagoba Arrasate a choisi de faire confiance au jeune Ruben Pardo pour compléter le milieu de terrain aux côtés de Markel Bergara et Xabi Prieto. Derrière, une absence est à signaler, celle de Carlos Martinez remplacé par Dani Estrada sur le flanc droit de la défense (Bravo – Estrada, Mikel Gonzales, Inigo Martinez, De la Bella – Markel, Pardo, Xabi Prieto – Griezmann, Vela, Seferovic). Du côté du Shakhtar Donetsk, c’est une équipe au complet qui s’est présentée à Anoeta dans son système de jeu habituel (4-2-3-1 : Pyatov – Srna, Kucher, Rakitskiy, Shevchuk – Hubschman, Fernando – Douglas Costa, Alex Teixeira, Taison – Luiz Adriano).

La Real domine l’entrejeu :

Tactiquement, c’est la Real qui a très vite pris le dessus sur son adversaire grâce à une organisation sans faille au milieu de terrain. Calqués sur leurs adversaires directs, les milieux basques se positionnent au niveau de la ligne médiane et ne laissent aucun espace à ces derniers. Pardo et Xabi Prieto se chargent d’éteindre Fernando et Hubschman. En couverture devant sa défense, Markel suit les attaquants du Shakhtar lorsque ces derniers tentent d’offrir des solutions à leurs défenseurs. La Real n’oublie pas non plus de bloquer Srna : positionné sur l’aile gauche, Griezmann sort régulièrement de sa position pour aller chercher le latéral croate lorsque ce dernier hérite de la relance de ses défenseurs.

La Real Sociedad en place face à la montée de Kuchev. Seferovic reste devant afin de couper la relation entre les deux centraux et bloquer le jeu sur un côté du terrain.

La Real Sociedad en place face à la montée de Kuchev. Seferovic reste devant afin de couper la relation entre les deux centraux et bloquer le jeu sur un côté du terrain. Côté gauche, Griezmann surveille Srna et sort sur le Croate lorsqu’il est servi. Au milieu, Pardo et Xabi Prieto sont au contact de Fernando et Hubschman, tandis que Markel suit le décrochage d’Alex Teixeira.

Sans solution, ces derniers (Kuchev et Rakitskiy) n’ont pas d’autre choix que de jouer long en début de partie, en espérant que Luiz Adriano prenne le dessus sur les défenseurs adverses. Sur ces relances, les trois milieux offensifs se rapprochent de la zone où le ballon doit retomber afin d’être présents sur les seconds ballons. Mikel Gonzales et Inigo Martinez répondent toutefois présents dans la plupart des duels, bien aidés par la présence de Markel devant eux pour ratisser les ballons en attendant les retours de Pardo et Xabi Prieto. Malgré cette maîtrise apparente, le Shakhtar semble pouvoir créer le danger à tout moment sur ces situations : il suffirait d’un duel gagné et d’une remise réussie de Luiz Adriano pour qu’une attaque rapide se mette en place (ce qui ne manquera pas d’arriver, voir plus loin).

Kuchev et Xabi Prieto :

Au bout de quelques minutes de jeu, les défenseurs du Shakhtar commencent à profiter de l’absence de pressing les concernant pour remonter le terrain avec le ballon, et ainsi tenter de se rapprocher de leurs attaquants. Axial droit positionné derrière Fernando, Kuchev se charge de ces remontées de balle. Pour lui, l’objectif est ensuite d’écarter vers l’aile droite et Douglas Costa, positionné entre Griezmann et De la Bella, afin que ce dernier puisse ensuite lancer l’attaque grâce au soutien de Srna sur l’aile et Alex Teixeira dans l’axe. Après quelques tentatives de ce genre, bien bloquées par le repli de ses attaquants, la Real Sociedad décide de ne plus laisser les défenseurs adverses s’avancer.

Lorsque Kuchev s’approche de la ligne médiane, le triangle du milieu de terrain (Xabi Prieto, Pardo, Markel) s’adapte. Pardo reste en position afin de bloquer Fernando et c’est Xabi Prieto qui quitte la zone de Hubschman pour aller mettre la pression sur le porteur du ballon. Sa course latérale empêche ce dernier de servir le milieu tchèque, et l’enferme vers le côté droit. Pressé, Kuchev n’a pas d’autre choix que de jouer latéralement vers Srna qui, lui-même pressé par Griezman, doit revenir en arrière vers son gardien. C’est alors tout le bloc de la Real qui remonte dans la foulée de Xabi Prieto, poussant le pressing jusque dans les 20 derniers mètres. Le manque de justesse technique des défenseurs ukrainiens et l’agressivité bienvenue des Basques dans le camp adverse leur a permis de se créer quelques opportunités.

Pas attaqué, Kuchev s'avance avec l'ambition de se rapprocher de ses attaquants pour les trouver dans les pieds. Le triangle de la Real est en place au milieu de terrain.

Pas attaqué, Kuchev s’avance avec l’ambition de se rapprocher de ses attaquants pour les trouver dans les pieds. Le triangle de la Real est en place au milieu de terrain.

Face à la montée de Kuchev, le milieu de la Real s'adapte. Pardo recule pour suivre Fernando tandis que Xabi Prieto se déplace latéralement afin de bloquer la montée du stoppeur.

Face à la montée de Kuchev, le milieu de la Real s’adapte. Pardo recule pour suivre Fernando tandis que Xabi Prieto se déplace latéralement afin de bloquer la montée du stoppeur. Côté gauche, De la Bella et Griezmann se préparent à bloquer Douglas Costa. Cette capacité du milieu basque à changer de forme se retrouve aussi en attaque, puisque Xabi Prieto se retrouve en position de deuxième attaquant en soutien de Seferovic, Pardo restant en retrait pour assurer l’animation (voir par ailleurs).

A noter que sur les rares longues phases de possession du Shakhtar, la Real Sociedad se replie en 6-3-1 dans ses 30 mètres : revenant aider leurs latéraux au marquage de Douglas Costa et Taison, Griezmann et Vela restent en position de manière à protéger les couloirs. Il ne reste alors que Seferovic, Pardo, Xabi Prieto et Markel pour gêner la circulation de balle adverse au milieu de terrain. Suffisant au vu de l’apport offensif quasi inexistant de Fernando et Hubschman (le Shakhtar n’a pas encore remplacé Fernandinho…).

Les promesses de Pardo :

En place au milieu de terrain, la Real Sociedad récupère assez aisément les ballons et s’appuie sur la mobilité de ses attaquants pour les remonter facilement jusque dans les 40 derniers mètres adverses. Depuis la pointe de l’attaque, Seferovic pose énormément de problèmes au Shakhtar par ses décrochages et remises dans l’entrejeu, où attendent notamment Griezmann et Xabi Prieto. Comme d’habitude, Vela participe aussi aux mouvements mais s’excentre dès que possible afin d’exploiter la profondeur.

Cette complémentarité du quatuor offensif permet d’occuper les deux milieux adverses (Hubschman et Fernando), ce qui libère Pardo au cours des premières minutes de jeu. Remontant les ballons et lançant les mouvements dans le camp adverse, le jeune Espagnol réussit un très bonne première demi-heure, à tel point que le Shakhtar doit s’ajuster en lui collant Fernando aux basques (sans jeu de mot) pour le reste de la partie.

Sur cette phase de jeu, les quatre attaquants de la Real se concentrent quasiment sur un demi-terrain, forçant le repli du Shakhtar sur le même périmètre. Pardo peut à la fois jouer vers l'avant ou rechercher ses latéraux sur les côtés.

Sur cette phase de jeu, les quatre attaquants de la Real se concentrent quasiment sur un demi-terrain, forçant le repli du Shakhtar sur le même périmètre. Pardo a le choix jouer vers l’avant ou rechercher ses latéraux sur les côtés.

La liberté accordée à Griezmann et Pardo perturbent les marquages du Shakhtar.

La liberté de mouvement de Griezmann et Xabi Prieto perturbent les marquages du Shakhtar. Ici, Shevchuk sort de l’alignement défensif pour marquer Xabi Prieto, libérant un grand espace dans son dos. Tant que Pardo est libre, le danger est là pour la défense ukrainienne. Mais à partir du moment où Fernando restera dans sa zone, les choses se corseront pour les Basques.

Cette nouvelle configuration oblige beaucoup plus de travail de la part des ailiers du Shakhtar, qui doivent resserrer les espaces autour de leurs deux milieux axiaux. Alex Teixeira revient lui aussi à l’aide défensive sur certaines phases de jeu. La Real Sociedad finit la mi-temps sur une action développée côté gauche et qui se termine sur une percée de Ruben Pardo après un relais de Griezmann en position excentrée.

Une occasion annonciatrice de la deuxième mi-temps, où les Basques seront contraints d’attaquer les couloirs en raison de la densité défensive proposée par le Shakhtar dans l’axe. De la Bella et Estrada (surtout) se retrouvent à effectuer les lancements de jeu sur les côtés, ciblant la plupart du temps les courses de Vela en profondeur et à la recherche de un-contre-un avec Shevchuk et Srna. Dans le coeur du jeu, Xabi Prieto et Seferovic sont toujours ciblés sur le jeu long mais ont de plus en plus de mal à prendre le dessus.

Le Shakhtar ultra-réaliste :

La Real Sociedad se retrouvent alors à tourner d’une couloir à l’autre depuis la ligne médiane, cherchant l’appel de Vela dans l’espace à défaut de trouver ses relais habituels pour combiner dans le coeur du jeu. La peur du contre est présente, alors que le Shakhtar a gagné en agressivité dans l’axe (Fernando plus haut). Les Basques se mettent à jouer long pour rechercher Seferovic dans l’espace, mais sans succès. De la même façon, les attaques via les ailes sont toutes repoussées par la charnière centrale ukrainienne, qui a l’avantage dans les airs et coupe facilement les trajectoires de centres. Désormais inoffensive, la formation txuri-urdin se fait punir juste après l’heure de jeu.

Sur une relance longue, Luiz Adriano réussit à « nettoyer » le ballon pour servir Alex Teixeira dans le sens du jeu. Le Brésilien accélère et décale Srna sur l’aile qui n’est pas suivi par Griezmann. Le Croate profite de l’espace pour centrer fort dans la surface. Une déviation de Douglas Costa plus tard, Teixeira frappe et met le ballon au fond des filets de Bravo (65e).

Luiz Adriano a réussi à prendre le dessus sur Mikel Gonzales et Markel Bergara pour libérer le ballon vers Alex Teixeira. Les deux Basques se replacent, mais le milieu défensif est déjà trop loin pour empêcher le porteur de balle d'avancer vers les buts de Bravo. Srna est lui déjà seul dans le couloir. Il ciblera ensuite Douglas Costa, qui fait reculer la défense basque par sa position déjà avancée.

Luiz Adriano a réussi à prendre le dessus sur Mikel Gonzales et Markel Bergara pour libérer le ballon vers Alex Teixeira. Les deux Basques se replacent, mais le milieu défensif est déjà trop loin pour empêcher le porteur de balle d’avancer vers les buts de Bravo. Srna est lui déjà seul dans le couloir. Il ciblera ensuite Douglas Costa, qui fait reculer la défense basque par sa position déjà avancée. Ce dernier servira ensuite Alex Teixeira en retrait pour l’ouverture du score.

La Real se retrouve sanctionnée sur l’une des deux phases où elle aurait pu être inquiétée au vu du début de rencontre (perte de balle au milieu ou jeu long vers Luiz Adriano). Et les choses ne vont pas en s’arrangeant puisque Seferovic, Griezmann et Pardo cèdent tour à tour leur place au profit de Agirretxe (69e), Chory Castro (74e) et Granero (81e). Dernier baroud d’honneur pour les Basques, un coup-franc obtenu par Vela sur l’aile droite et tiré par Chory Castro : Vela le reprend mais voit sa tête repoussée par la transversale de Pyatov.

Finition :

C’en est fini des espoirs d’Anoeta, d’autant plus que Granero doit quitter ses partenaires sur blessure (ligaments croisés…) et qu’Alex Teixeira double la mise sur une action individuelle. Tout au long de la partie, le Brésilien s’est déplacé sur les côtés pour aller aider Taison et Douglas Costa (puis Bernard). Sur ce but, il profite d’un second ballon gagné par Stepanenko (après un duel Taison-Estrada) pour dépasser le latéral et les milieux adverses et attaquer la défense centrale. Quelques mètres plus tard, il déclenche sa frappe pour doubler la mise.

Au duel le long de la ligne de touche, Taison est repoussé par De la Bella (au sol, derrière le banc de touche).

Au duel le long de la ligne de touche, Taison est repoussé par De la Bella (au sol, derrière le banc de touche). Le ballon revient sur Stepanenko qui, d’une passe sans contrôle, sert Alex Teixeira dans l’espace entre les deux milieux adverses.

Le score peut paraître dur au final mais il s’agit là de l’apprentissage du très haut niveau pour la formation de Jagoba Arrasate. Les Basques ont manqué le coche en première mi-temps, laissant au Shakhtar le temps de s’ajuster pour ne plus être inquiété après la pause. Il a ensuite suffit de quelques duels perdus en série pour que les Ukrainiens prennent l’avantage au score, et contrôlent sans grande difficulté le reste de la rencontre. Battue, la Real Sociedad risque toutefois de poser quelques problèmes à Manchester United ou au Bayer Leverkusen, pour peu que la réussite bascule de son côté sur ces rencontres. Côté Shakhtar, l’équipe a fait preuve d’un réalisme effrayant mais semble moins armée que la saison dernière pour bousculer les meilleures équipes d’Europe : la défense est toujours aussi fébrile et le milieu a été d’une discrétion effarante comparé à l’activité de Fernandinho la saison dernière.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. younes dit :

    je veux une analyse pour les autres matchs de ligue des champions surtout le real madrid

  2. LSD dit :

    Très belle analyse. Merci. Chygrynskiy n’est plus titulaire en défense centrale?

  3. Terusha dit :

    Belle analyse, bravo, et aussi BRAVO au FC Shakhtar Donetsk :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *