Real Madrid – Wolfsburg : le Real dépassé sur la largeur

Demain soir, le Real Madrid de Zinedine Zidane va faire face à son plus grand défi depuis l’arrivée de l’entraîneur français en tant que n°1 sur le banc : remonter un handicap de deux buts face à Wolfsburg et ainsi rallier le dernier carré de la Ligue des Champions. Si l’attaque madrilène peut venir à bout de n’importe qui dans un bon soir, c’est surtout la défense qui sera attendu au tournant. Car le moindre but encaissé obligerait le Real à inscrire 4 buts pour passer.

Or à l’aller, Wolfsburg avait clairement su exploiter les faiblesses d’un Real loin d’être aussi concerné par les tâches défensives que lors du Clasico disputé quelques jours plus tôt.

Plus de détails : FC Barcelone 1-2 Real Madrid, l’analyse tactique

Zinedine Zidane l’avait d’ailleurs pointé à l’issue de la partie : « Pour moi, c’est une surprise, parce que l’on ne s’attendait pas à souffrir autant en première mi-temps (…) On a fait un non-match. On n’a pas eu le rendement et l’intensité que l’on voulait mettre. On prend un but rapidement, et un second sur une erreur ».

Les deux buts de Wolfsburg sont intervenus très vite dans le match, durant la première demi-heure. Le Real avait pourtant eu la première grosse occasion du match, par l’intermédiaire de Benzema qui avait vu sa frappe détournée par Benaglio (13e). Wolfsburg avait répondu quasiment dans la foulée, d’abord sur penalty (Rodriguez, 16e) puis par une action bien menée par Draxler et conclue par Maximilian Arnold (25e).

Ce qui est intéressant avec les deux séquences menant à ces buts, c’est qu’elles ont été construites de la même manière. A chaque fois, Wolfsburg a su aller rapidement d’une aile à l’autre pour libérer Draxler face à Danilo côté gauche. Le latéral brésilien a d’ailleurs vécu un véritable calvaire sur le plan statistique (0 tacle réussi, 0 interception, 0 dégagement).

penalty-wolfsburg

Sur le premier but, c’est Vieirinha qui change le jeu et met Draxler en situation de un-contre-un face à Danilo.

Plus construit, le deuxième but a vu Wolfsburg repartir de son côté droit pour finir à gauche. Cette fois, l’équipe est passée par un Luiz Gustavo complètement seul au milieu de terrain afin de retrouver Draxler à l’opposée. Accompagné par Rodriguez pour dédoubler dans le couloir, le jeune Allemand a eu tout le temps d’attaquer Modric et repiqué à l’intérieur pour décaler Bruno Henrique sur l’aile droite.

but1

Comme sur la première séquence, Luiz Gustavo est laissé complètement seul par la BBC et est une solution facile à trouver pour Vieirinha.

but2

Immédiatement, Ricardo Rodriguez se lance à l’attaque à l’opposée pour offrir une solution à son milieu de terrain.

but3

Ronaldo est en retard par rapport au latéral de Wolfsburg, qui rejoint Draxler aux avants-postes.

but4

Sans soutien de la part de la BBC, les Madrilènes se retrouvent à 7 contre 5 adversaires. Plus gênant, Modric et Danilo sont à deux contre deux face à Rodriguez et Draxler.

but5

L’ancien meneur de Schalke profite du champ libre à l’intérieur pour attaquer le Croate. A l’opposée, Schürrle attire Marcelo à l’intérieur par sa position, ce qui libère Bruno Henrique.

but6

Décalé, le Brésilien a tout son temps pour lever la tête et prendre les informations afin d’ajuster son centre.

but7

Maxi Arnold plonge au premier poteau sans qu’aucun Madrilène ne réagisse. Devant lui depuis le départ de l’action, Sergio Ramos ne va jamais se renseigner sur ce qu’il se passe dans son dos.

but8

A ses côtés, Pepe est plus concerné par les positions de Schürrle et Draxler, qui se rendent disponibles en retrait.

but9

Bruno Henrique choisit finalement de centrer fort au premier poteau. Arnold surprend Ramos, qui n’a jamais senti venir l’attaquant, et lui passe devant pour tromper Navas.

C’est en occupant au maximum la largeur du terrain lorsqu’ils étaient en possession du ballon que les Allemands ont exposé ces failles dans l’organisation défensive du Real Madrid. Et pour cause, les Merengues sont retombés dans leurs travers collectifs pré-Clasico : l’équipe n’a pas assez fait bloc défensivement et la BBC a été absente dès lors qu’il a fallu défendre.

A partir de là, l’objectif de Wolfsburg était évident : tout faire pour mettre les milieux adverses sur le reculoir en portant le ballon dans le camp madrilène… Comme pour l’Atletico face au Barça, l’idée était ensuite de ressortir le ballon afin de profiter des espaces entre les milieux et les attaquants pour trouver une nouvelle option pour attaquer. L’Atletico avait trouvé des espaces dans le coeur du jeu, Wolfsburg en a trouvé à l’opposée.

Plus de détails : Barcelone 2-1 Atletico Madrid, l’analyse du but de Torres

Cette animation de Wolfsburg s’est clairement ressenti sur le plan statistique comme le montrent les maps ci-dessous : dans le camp madrilène, le jeu de la formation de Dieter Hecking est en très large majorité passer sur les ailes.

wolfsburg-stats

De gauche à droite : la distribution des passes reçues de Wolfsburg, les passes dans le dernier tiers, les occasions crées et les renversements de jeu (à noter que sur les 6 renversements de jeu réalisés, 5 l’ont été en première mi-temps).

Pour le Real, la qualification va donc en partie passer par un regain d’agressivité défensive sur les côtés lorsque Wolfsburg aura le ballon. Il s’agira d’empêcher le dernier vice-champion d’Allemagne de ressortir des couloirs. La BBC devra forcément abattre sa part de travail afin de bloquer les passes en retrait provenant de ces zones. L’avantage, c’est qu’avec un bloc adverse aussi étiré, le Real aura sans doute des opportunités sur attaque rapide s’il parvient à récupérer le ballon.

wolfsburg-largeur

Avec un bloc aussi étiré, Wolfsburg peut se retrouver rapidement en danger à la perte du ballon.

Coïncidence (ou pas), le Real Madrid sort d’un match très réussi face à Eibar (4-0) sur ce point. Titulaire sur le flanc gauche du milieu madrilène, James Rodriguez s’est montré très actif en phase défensive (7 tacles tentés, 6 réussis) et a contribué à verrouiller son couloir devant Arbeloa. L’une de ses récupérations a même été à l’origine du 4ème et dernier but madrilène inscrit par Jesé. Un exemple à suivre pour envisager la remuntada ce mardi soir au Santiago Bernabeu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *