Manchester City 1-0 Paris SG : l’analyse tactique

Avec quatre qualifications pour les quarts de finale en autant de saisons, le PSG avait battu un record français en Ligue des Champions. Avec une quatrième élimination consécutive à ce stade de la compétition en autant de participations, ils en ont récupéré un autre. Privé de Matuidi et Verratti, Laurent Blanc a tenté un coup de poker avec un système inédit à trois défenseurs. Une improvisation qui s’est transformée en fiasco.

Les compos :

Malgré le retour de Yaya Touré dans le groupe, Manuel Pellegrini décide de son côté de reconduire le même onze qui était allé chercher le nul sur la pelouse du Parc la semaine dernière. Côté Paris donc, c’est une vraie révolution avec un système à trois défenseurs, le retour de Van der Wiel à droite et le positionnement de Di Maria entre le milieu Motta-Rabiot et l’attaque Ibrahimovic-Cavani.

Manchester City vs Away team - Football tactics and formations

L’échec du 3-5-2 :

Avant le match, tous les yeux étaient rivés sur les possibles retours de Pastore et Verratti dans le onze de départ. Finalement, la surprise est venue de l’organisation tactique choisie par Laurent Blanc : un 3-4-3 (ou 3-5-2 selon la position de Di Maria). Au coup d’envoi, c’est tout simplement du jamais vu à Paris sous les ordres de l’entraîneur français.

Et les premières secondes de la rencontre ne rassurent pas quant à la justesse de ce choix. Comme à l’aller, City rentre bien dans le match et va mettre la pression sur la relance parisienne. En plus de Aguero et De Bruyne, Silva sort au pressing sur Aurier. Les Skyblues bloquent les trois solutions courtes qui s’offrent à Trapp. Motta et Rabiot ont du mal à en offrir une 4ème et l’Allemand est contraint de jouer long.

A la retombée, c’est City qui remporte les premières batailles aériennes et remet le jeu dans le camp parisien. Les deuxièmes ballons sont pour les Skyblues et le jeu revient très vite aux abords de la surface de Kevin Trapp.

city-entame1

Dès les premières secondes, City veut faire reculer le PSG.

city-entame2

Avec Silva, De Bruyne et Aguero pour aller bloquer les solutions courtes, Trapp est obligé de jouer long. A la retombée, City répond présent et gagne des ballons dans le camp parisien (Motta, Rabiot, Di Maria sont battus sur les deuxièmes ballons).

Après quelques minutes difficiles, Paris parvient enfin à poser le jeu et s’installer au milieu de terrain. Vient alors le problème de la structure à trois défenseurs : les solutions offertes par Motta et Rabiot sont « couvertes » par Aguero et De Bruyne. Résultat, Di Maria doit décrocher mais est suivi à la trace par Fernando. Même chose pour Ibrahimovic.

fernando-agressivite

Motta et Rabiot sont introuvables pour les défenseurs parisiens. Résultat, on tente de contourner la première ligne de City grâce au décrochage de Di Maria mais ce dernier se retrouve sous la pression de Fernando.

On se retrouve alors dans une situation similaire à l’aller, qui est rendue plus compliquée pour le PSG à cause de son nouveau système. En plus de Fernandinho et Fernando qui abattent un travail énorme, De Bruyne et Aguero (4 tacles) répondent aussi présents afin de verrouiller l’axe et limiter les espaces pour Motta et Rabiot.

En cas de nécessité, City s’en remet aussi à l’agressivité de sa charnière centrale : Otamendi et Mangala n’hésitent pas à jaillir hors de la ligne défensive afin de compenser le surnombre que pourraient créer Ibrahimovic et/ou Cavani en décrochant.

city-defense-orientee

Lorsque Thiago Silva est en possession du ballon, pas de problème pour les Skyblues qui contrôlent toutes les solutions.

Face à une telle densité dans l’axe, la solution pour Paris passe évidemment par les côtés, ne serait-ce que pour y déplacer le bloc adverse. A droite, Van der Wiel se retrouve face à un Clichy en position très avancée. Les Citizens coulissent bien et privent le Néerlandais de solutions dans le coeur du jeu. Plusieurs fois, ce dernier va donc tenter d’y aller seul le long de la ligne de touche (4 dribbles tentés en première mi-temps).

Mais à aucun moment, Paris ne parvient à exploiter les espaces dans le dos de Clichy. On aborde là le gros défaut du système parisien : l’impact quasi nul des défenseurs sur les séquences de construction. Aurier n’a pas la qualité de passes pour jouer par-dessus Van der Wiel et trouver un partenaire dans la profondeur… et de toute façon, aucun d’entre eux ne fait cet appel.

city-fermeture-gauche

Clichy joue très haut côté gauche afin de bloquer Van der Wiel.

Paris a tout de même des ouvertures à l’opposée : à l’inverse de Clichy qui n’a pas d’adversaire direct, Sagna est généralement attiré vers l’intérieur par les déplacements de Cavani. Cela pousse Jesus Navas à jouer plus bas afin de fermer le couloir face aux montées de Maxwell. Résultat, l’Espagnol laisse des espaces au milieu de terrain. Du champ libre qui doit normalement profiter à l’axial gauche parisien.

Mais Paris ne maîtrise clairement pas ce système à trois défenseurs et les deux joueurs qui se partagent le poste durant la première mi-temps (Marquinhos et Aurier) sont réticents à l’idée de s’engouffrer dans le camp de City avec le ballon. Les quelques minutes passées par Serge Aurier à ce poste illustrent parfaitement le manque de préparation des Parisiens pour bien jouer dans leur nouvelle organisation.

city-position-defensive-espace-marquinhos

Alors que le ballon est dans l’axe, on voit clairement la position plus reculée de Navas (milieu droit) par rapport à David Silva (milieu gauche). Résultat de l’espace pour Marquinhos si le ballon arrive sur lui.

aurier-structure-pied-droit

C’est encore plus flagrant ici avec un grand espace autour d’Aurier qui peut avancer avec le ballon. Problème, personne n’est présent entre les lignes de City… et son pied droit le dirige « naturellement » vers la ligne de touche où se situe Maxwell.

« Paris, à part se passer la balle en défense… » En une petite phrase prononcée après la rencontre, Kevin De Bruyne a résumé la première mi-temps parisienne. Habituellement au niveau des deux milieux de terrain (Motta-Verratti), le centre de gravité de la possession parisienne recule et se situe désormais entre Thiago Silva et Rabiot… jusqu’à la blessure de Thiago Motta.

Comme lors du match aller, cette incapacité du PSG à progresser dans le camp adverse profite à Manchester City. Toujours grâce à l’activité de la paire Fernando-Fernandinho pour réduire les espaces, les Skyblues poussent leurs adversaires à la faute et s’offrent ainsi des situations en contre.

Particulièrement en difficulté, Aurier est à l’origine de penalty concédé (et manqué par Aguero, 29e) et d’un autre tir de Navas quelques minutes plus tard. Sur la première mi-temps, l’Ivoirien a manqué 6 passes dans sa moitié de terrain. Peu à l’aise dans ce rôle, il a symbolisé le manque d’impact de la défense à 3 parisienne, incapable de compenser la perte d’un élément dans l’entrejeu en apportant le plus nécessaire à la construction.

aurier-silva-marqui

La distribution des passes des défenseurs parisiens en première mi-temps : très peu de verticalité et d’incursions dans la moitié de terrain de City.

Au-delà des cas des trois défenseurs centraux, d’autres statistiques résument la pauvreté de la mi-temps parisienne. Le PSG n’a tiré que deux fois au but, uniquement sur coups de pied arrêtés, n’a réalisé que 76 passes dans le dernier tiers (51 réussies) et réussi une seule passe dans la surface de City (sur 4 tentées) ! Tout cela malgré près de 70% de possession de balle.

Un système fait pour défendre : 

Dans sa conférence de presse d’après-match, Laurent Blanc a révélé que le choix de jouer en 3-5-2 avait d’abord été motivé par l’envie de « bien défendre ». Et il faut reconnaître que, malgré tous les défauts évoqués auparavant, Paris défend plutôt bien face aux attaques de Manchester City durant la première mi-temps.

Le fait de passer à 3 derrière permet notamment à l’équipe de mieux contrôler les déplacements d’Aguero sur les côtés. Elle fait ensuite bloc grâce au repli de Di Maria et Cavani. Conséquence, très peu de pénétrations pour les Skyblues sur attaque placée (6 passes réussies sur 14 tentées à l’intérieur de la surface) et une mi-temps tranquille pour Kevin Trapp (aucun tir cadré en première mi-temps).

psgblocbas

Les Parisiens défendent en bloc et City peine à trouver des solutions pour s’y infiltrer.

Le problème, c’est que dans un tel match, le fait de bien défendre doit normalement offrir des opportunités en contre. Or sur ce point précis de l’attaque rapide, le PSG se montre aussi totalement hors-sujet. Lorsque le ballon est récupéré, les Parisiens ne parviennent jamais à enchaîner pour déjouer le pressing adverse.

Il faut dire que les Skyblues sont vigilants dans ce domaine : Fernando et Fernandinho sont réactifs et soutenus par l’agressivité d’Otamendi et Mangala pour bloquer le seul Parisien en position avancée (Ibrahimovic), capable de faire office de point d’appui. Même Aguero fait l’effort pour couper certains contres. Si nécessaire, ils n’hésitent pas à faire faute pour stopper les sorties de balle (13 fautes sur 18 ont été réalisées dans le camp adverse).

city-transitiondef1

Alors que le PSG est en position défensive et City en train d’attaquer, Marquinhos parvient à trouver Lucas dans le dos de Fernandinho.

city-transitiondef2

City réagit très vite : Mangala sort pour gêner Lucas, Fernando fait l’effort pour revenir dans le rond central tandis que Clichy redescend pour assurer la couverture.

On tient là l’une des clés de cette double-confrontation. Alors que Manchester City a explosé plus d’une fois cette saison face à des adversaires efficaces sur attaque rapide (Leicester, Tottenham, Liverpool), le PSG a été incapable de hausser le rythme de son jeu. Si la première touche de Verratti a forcément manqué sur ce point, les relais aux avants-postes ont aussi manqué de justesse (Cavani) et de rapidité (Ibrahimovic).

Deux systèmes calqués après la pause : 

La blessure de Thiago Motta à quelques minutes de la mi-temps provoque le retour du PSG à un 4-3-3 plus classique. Thiago Silva et Aurier forment la nouvelle charnière centrale, Marquinhos passant devant cette dernière. Di Maria recule lui aussi dans l’entrejeu, laissant Lucas intégrer le trio d’attaque aux côtés d’Ibrahimovic et Cavani.

Au retour des vestiaires, le match bascule vers un affrontement très classique entre deux systèmes calqués l’un sur l’autre : 4-2-3-1 pour City avec De Bruyne dans la zone de Marquinhos et 4-3-3 pour le PSG. Le marquage orienté sur l’homme des Skyblues crée des zones où les duels prennent le pas sur le reste (Lucas-Clichy et Van der Wiel-Silva à droite notamment).

city-mantoman

Le PSG face à la défense orientée sur l’homme de Manchester City…

city-mantoman2

Di Maria tentent de s’engouffrer dans le couloir pour profiter de l’espace dans le dos de Sagna mais il est suivi de près par Fernando qui ne le lâche pas.

Certains déplacements provoquent aussi des petits déséquilibres dans les deux organisations défensives. Côté parisien, Rabiot se déplace côté gauche et met City sur le reculoir (Sagna-Cavani, Di Maria-Fernando, Navas-Maxwell)… mais les Anglais tiennent le choc grâce à la bonne tenue de leur défense centrale, efficace dans les duels et qui anticipent plutôt bien pour couper les actions parisiennes.

Côté Manchester City, c’est David Silva qui quitte son flanc gauche pour animer le jeu alors que City retrouve les mêmes espaces qu’à l’aller pour construire sur les côtés. Les meilleurs mouvements des Skyblues sont développés côté droit. Toutefois, Trapp n’est toujours pas mis en danger alors que Hart repousse une tête de Thiago Silva sur corner (65e).

Un manque de cohésion qui facilite les tâches de City : 

Les minutes passent et le PSG ne semble toujours pas en mesure d’aller chercher sa qualification. L’entrée de Pastore apporte un peu plus de verticalité au jeu des Parisiens mais ces derniers sont incapables de mettre réellement City sous pression en haussant le rythme de la rencontre.

La défense centrale joue notamment bien trop bas, ce qui ne permet pas à Paris de rester haut à la perte du ballon. A l’inverse de Mangala et Otamendi qui ont souvent « osé » aller chercher leurs adversaires directs au niveau de la ligne médiane, Thiago Silva et Marquinhos sont toujours une dizaine de mètres plus bas.

Résultat, City a beau se retrouver à 10 dans sa moitié de terrain, l’équipe n’est jamais mise en difficulté à la récupération. Aguero a juste à décrocher pour se rendre disponible et permettre de remonter le ballon.

parisbas1

City récupère le ballon en étant à 10 dans sa moitié de terrain. Aguero décroche et se dirige vers la balle.

parisbas2

L’Argentin n’a aucun adversaire dans son dos pour le presser et a tout le loisir de se retourner. Thiago Silva et Marquinhos sont beaucoup trop bas et ne l’empêchent pas de jouer.

Pour City, il suffit d’éliminer Rabiot pour remonter le ballon quasiment sans opposition jusque dans les 30 derniers mètres parisiens. C’est de cette manière qu’ils vont d’ailleurs lancer la séquence s’achevant sur le but de De Bruyne. Une réalisation venue mettre fin au suspense tant les dernières minutes ont été sans grande histoire…

Conclusion : 

Des quatre échecs parisiens en quarts de finale, celui-là est évidemment le plus retentissant. Le PSG s’est incliné face à une équipe de Manchester City en fin de cycle depuis plusieurs mois avec l’arrivée programmée de Pep Guardiola. Malgré cela, les Skyblues ont joué avec leurs armes : ils ont été fidèles à l’identité de jeu (et ses points faibles) qu’ils ont présentée depuis le début de la saison.

A l’inverse, Laurent Blanc a fait voler en éclats toutes les certitudes de son équipe sous prétexte des absences de Verratti et Matuidi. Après 40 minutes catastrophiques, la perte de Thiago Motta a définitivement fait perdre à Paris les dernières traces de son ADN. La deuxième mi-temps s’est résumée à un affrontement de faible niveau, entre 22 joueurs et deux systèmes qui se sont neutralisés.

Seuls des duels gagnés et les individualités pouvaient alors décider du match. Déjà auteur d’une belle partie au Parc, Kevin De Bruyne est sorti une nouvelle fois de son silence pour endosser le premier rôle et envoyer City en demi-finale. En face, aucun Parisien n’a été en mesure de lui répondre…

 

 

 

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Clement dit :

    Ce match n’est il pas l’exemple type qu’un Laurent Blanc en difficultés devient un coach très moyen?
    A des années lumière des Guardiola, Simeone, Mourhino et j’en passe.
    J’adore ce que tu fais surtout continue :)

  2. Pierre dit :

    C clair c de la balle. Go on!!

  3. Franchini dit :

    Super analyse; comme souvent. Le pari de Blanc restera un mystère insondable… de même que le choix de Khelaifi de le garder…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *