Paris SG 4-0 Barcelone : l’analyse tactique

Le meilleur match du PSG sous l’ère QSI, tout simplement. Sans Thiago Silva et Thiago Motta, les Parisiens ont infligé au Barça une correction qui restera dans les mémoires.

Au coup d’envoi, on pouvait légitimement craindre que le manque d’expérience du XI parisien finisse par être rédhibitoire face à une équipe qui connaît par coeur ce type de confrontations. En vérité, il s’est passé le contraire : c’est l’énergie d’une jeunesse parisienne parfaitement préparée qui a fait exploser une équipe barcelonaise qui n’a jamais autant fait son âge (collectif).

Les compos : 

On l’a évoqué il y a quelques lignes : une fois encore, le PSG a abordé un match face au FC Barcelone avec plusieurs absences de taille. En plus de Thiago Motta suspendu, Thiago Silva a été contraint de déclarer forfait lundi soir, propulsant le jeune Kimpembe en défense centrale aux côtés de Marquinhos.

Pour protéger cette paire inédite en Ligue des Champions, pas de surprise : Unai Emery fait confiance aux hommes en forme du moment. Rabiot dépanne devant la défense en l’absence de Motta, encadré par Matuidi et Verratti. Devant, le récent regain de forme de Di Maria lui permet de retrouver une place de titulaire aux côtés de Draxler et Cavani.

Du côté du FC Barcelone, Luis Enrique fait aussi dans le classique : en l’absence de Mascherano, Umtiti débute en défense centrale aux côtés de Piqué. En ballottage avec Rakitic depuis plusieurs semaines, André Gomes est choisi par son entraîneur pour compléter l’entrejeu aux côtés de Busquets et Iniesta.

psgfcb

Quand Paris va chercher le Barça : 

« Au niveau défensif ils ont beaucoup de solutions, avec différents types de pression. » Luis Enrique du PSG avait vu juste lors de la conférence de presse précédant la rencontre. D’entrée de jeu et pendant 90 minutes, les Parisiens lui ont donné raison en ayant un plan pour presser, faire face et couvrir les attaques de son équipe.

C’est d’ailleurs une constante chez les équipes qui ont gêné le Barça récemment : elles ont quasiment toutes réussi à alterner séquences de pressing, bloc médian et défense basse.

Commençons par le pressing haut des Parisiens, qui a surtout rythmé le début de la rencontre.

pressing

L’exécution est très bonne dans les premières minutes et le Barça rend plusieurs ballons faciles à son adversaire. Ter Stegen a même du mal à faire face à la pression que peuvent finir par mettre les attaquants parisiens dans sa zone (Cavani, mais aussi Di Maria).

Les longs dégagements retombent aussi dans les pieds des pensionnaires du Parc des Princes, qui gagnent ainsi une première partie de la très importante bataille pour les deuxièmes ballons.

Petit détail supplémentaire dans le bloc haut du PSG : le positionnement de Kurzawa. Sur ces séquences, le latéral abandonne souvent son couloir afin de suivre les déplacements de Messi, qui aime se rendre disponible dans le coeur du jeu pour se retrouver dans le dos des milieux adverses. Un marquage spécifique pratiqué par d’autres équipes avant le PSG, notamment l’Atletico Madrid avec Filipe Luis la saison dernière.

Bien organisés et présents dans les duels, les Parisiens ne vont concéder une seule grosse occasion sur une attaque rapide du Barça. Tout part d’un raid de Neymar depuis son côté gauche, qui se termine à l’opposé par une frappe Andre Gomes (le fameux côté laissé par Kurzawa pour suivre Messi dans l’axe). L’occasion pour Trapp de se montrer décisif alors que le score n’est que de 1-0 (26e). Peut-être le tournant du match et de la confrontation.

Quand Paris attend le Barça : 

Entre temps, l’ouverture du score rapide de Di Maria (17e) a changé la physionomie de la partie. Après le but, Paris laisse venir le Barça plus facilement. Quand Piqué ou Umtiti parviennent à ressortir avec le ballon, les joueurs de la capitale se replacent en 4-1-4-1 avec Rabiot entre les deux lignes parisiennes.

En pointe du système, Cavani a un rôle très important : il coupe la relation entre Busquets et ses partenaires. Piqué et Umtiti d’abord, que les Parisiens laissent relancer, mais aussi Iniesta, Andre Gomes ou Messi ensuite.

En isolant Busquets, le PSG empêche le Barça de mettre du rythme dans sa possession de balle. De par son positionnement, le n°6 catalan est théoriquement l’homme libre, face au jeu, sur lequel peut revenir la possession ayant atteint une première fois les attaquants (à partir des relances de Piqué ou Umtiti).

Aux côtés de Cavani, les milieux parisiens abattent eux un gros travail pour contrôler les autres éléments créatifs du Barça. Verratti fait le boulot face à Iniesta : toujours placés entre son but et l’Espagnol, l’Italien ne s’est jamais fait dépasser (0 dribble réussi, 1 seul tenté par son adversaire direct) jusqu’à sa sortie sur blessure (68e).

blocmedian1

En couverture, Rabiot est là pour repousser les passes qui franchissent le premier rideau vers l’extérieur et ainsi donner du temps à ses partenaires pour se replacer. Averti dès la 2ème minute, le milieu de terrain formé au PSG va ensuite réaliser une prestation quasi-parfaite sur le plan défensif. Son bilan : 3 tacles (100% de réussite), 4 interceptions et surtout 12 ballons récupérés (4 de plus que le 2ème dans ce match).

Le bon placement des Parisiens (très proches les uns des autres) facilite aussi les prises à deux ou trois, avec notamment la participation des ailiers pour enfermer les Barcelonais à l’intérieur. Ses distances réduites permettent aussi les aides défensives : quand un joueur est battu, un autre est vite en capacité d’intervenir.

psg-rabiot

Bien en place, les Parisiens ne subissent pas. Au fil du match, ce sont même eux qui font reculer grâce aux courses de Verratti et surtout Matuidi. Le Français profite de l’indigence offensive du côté droit du Barça (voir schéma ci-dessous) pour sortir au pressing dès que le jeu le permet. Le phénomène s’accentue en deuxième mi-temps alors que le Barça penche plus que jamais côté gauche.

Un Barça sans idée : 

En 90 minutes, le PSG a affiché toutes les lacunes offensives de son adversaire. En première mi-temps, le Barça est retombé dans des travers déjà observés cette saison : manque de solutions entre les lignes face à un adversaire qui reste en contrôle grâce à sa discipline tactique.

Les rares incursions dans la surface parisienne se soldent en plus sur de larges supériorités numériques en faveur des joueurs de la capitale. Une situation que l’on avait déjà observée lors de PSG-Monaco (1-1), durant lequel l’équipe d’Emery avait toujours été en surnombre dans la zone de vérité.

parisbas

Après la pause, les joueurs de Luis Enrique vont tenter de mettre plus de mouvement. Jordi Alba joue plus haut et Neymar se rend disponible à l’intérieur, où il peut enfin échapper à Meunier. Suarez décroche aussi plus souvent. Mais le joueur servi dos au jeu par la relance (Umtiti) n’a jamais d’homme libre sur lequel se reposer. Une seule solution : l’action en solitaire… qui offre toujours assez de temps aux Parisiens pour revenir.

Les chiffres sont sans appel : De 0-0 à 4-0 (71e), le Barça n’a tenté sa chance qu’à deux reprises (dont l’occasion franche d’Andre Gomes). Sur les 7 tirs tentés au total par le Barça, la MSN n’en a déclenché que 3 (2 pour Neymar, 1 pour Messi, 0 pour Suarez), soit un peu plus de 40%. Normalement, elle pèse plus de 70% des tirs blaugranas.

On ne s’attendait certainement pas à ce que l’exécution soit aussi efficace, mais voir une équipe d’Emery poser des problèmes au Barça en n’ayant pas le ballon n’est pas une surprise. Certes, il n’avait battu les Blaugranas qu’une seule fois dans sa carrière jusqu’à hier soir, mais l’entraîneur espagnol avait souvent su les gêner grâce à sa mise en place défensive.

Avec la balle : confiance et intelligence

La vraie surprise de ce match côté PSG a surtout été son excellente utilisation du ballon. Malgré l’absence de Thiago Motta, les Parisiens ont excellé, mettant à jour toutes les lacunes d’un Barça incapable de presser et catastrophique au niveau des transitions défensives.

Dès les premières minutes, les joueurs de la capitale posent les jalons de leur projet. L’équipe veut construire, mais refuse de se jeter à l’abordage. Plusieurs fois, on la voit rentrer dans la moitié de terrain du Barça pour finalement en ressortir, faute de solutions. Une bonne chose: ne pas rendre la balle au Barça, c’est enlever des munitions à la MSN (contre-attaque)…

Mais il y a autre chose à gagner en faisant cela : revenir jusqu’à Trapp, c’est aussi encourager le Barça à ressortir pour presser. Mais les Catalans en ont-ils vraiment la capacité ? Leur 4-3-3 qui se transforme en 4-4-2 se révèle très vite inefficace face à la maîtrise technique du tandem Rabiot-Verratti, qui redescend très bas pour organiser la relance avec Marquinhos et Kimpembe.

verrratti-rabiot

Lorsque Paris repart de Trapp, les deux défenseurs s’écartent et laissent l’axe à leurs milieux de terrain, qui se retrouvent dans les zones de Messi et Suarez… deux joueurs qui ne pressent pas, sinon par à-coups. Or, il faut beaucoup plus que la (timide) pression d’un seul joueur pour vraiment gêner les deux milieux du PSG.

Cette étape (des premières passes) franchie, la première ligne de 4 du Barça présente dans l’axe oriente naturellement les Parisiens vers les côtés. En début de match, Paris passe très souvent côté gauche afin de s’appuyer sur la qualité dos au but de Julian Draxler. Malgré la pression de Sergi Roberto, l’Allemand donne de l’air à son équipe en remettant le ballon à l’intérieur pour des partenaires désormais intercalés entre l’attaque du Barça et son milieu.

drax1
drax2

Paris atteint alors la médiane et a fait le plus dur : les pièges ont été évités (sur les côtés), la première ligne du Barça est éliminé et l’équipe d’Emery se retrouve face à deux lignes de quatre qui n’ont pas du tout l’habitude de défendre dans une telle situation.

Exemple dans l’axe : Iniesta et Busquets n’ont absolument pas les réflexes du double pivot classique, dont la priorité est de couvrir les espaces entre les lignes tout en comptant sur leurs attaquants pour cadrer le porteur. Au lieu de ça, on les voit sortir à hauteur de Suarez et Messi pour faire ce travail, laissant d’énormes espaces dans leur dos (à leur décharge, les deux attaquants ne faisaient pas le travail non plus…).

Le PSG sanctionne ce grand n’importe quoi en trouvant des solutions entre les lignes catalanes. Matuidi en est une, mais le vrai plus est apporté par Di Maria, qui repique dans l’axe depuis son aile droite. Rabiot et Verratti se joignent eux aussi à la fête lorsque le jeu le demande et le permet. Des projections qui confirment les progrès parisiens entrevus depuis le début de l’année.

barcalol

La qualité de Di Maria dans cette zone apporte au PSG ce qui lui avait manqué face à l’AS Monaco il y a quelques semaines : Paris crée le décalage très tôt sur le terrain mais mène désormais ses actions jusqu’au bout grâce à la vitesse de l’Argentin.

Il faut reconnaître qu’il est aussi bien aidé par un Barça très loin de l’ASM sur le plan des transitions défensives. Busquets et Iniesta n’ont absolument pas la caisse de Bakayoko et Fabinho pour se replier rapidement. Résultat, d’énormes brèches à exploiter dans l’axe et qui profitent directement aux Parisiens sur leurs 3e (55e) et 4e (71e) buts. Au-delà de ces réalisations, Paris s’est crée la majeure partie de ces occasions à partir de ces constructions basses.

L’équipe a baissé de régime en fin de partie. Dans la dernière demi-heure, elle a plus subi et rendu des ballons dangereux aux Catalans. Les chiffres en témoignent avec 11 ballons perdus par les Parisiens dans la première heure de jeu, dont 2 dans leur camp ; puis 10 ballons perdus dans la dernière demi-heure, dont 7 dans leur camp. La sortie de Verratti n’a évidemment pas été étrangère à cette fin de match plus compliquée.

De l’énergie et (enfin) du réalisme :

Au-delà de toutes les considérations tactiques développées jusqu’ici, le PSG a aussi largement dominé le Barça sur le plan physique. Au coup de sifflet final, les Parisiens affichaient 8 kilomètres de plus au compteur que leurs adversaires du soir (112 kms contre 104).

Cette différence s’est ressentie dans plusieurs secteurs, le plus flagrant étant celui de la bataille pour les deuxièmes ballons. Même lorsque le Barça parvenait à forcer la relance longue des Parisiens, le deuxième ballon retombait dans les pieds de ces derniers. Déjà présents dans les duels, Rabiot a été particulièrement inspiré pour être au bon endroit au bon moment.

Autre point-clé : le réalisme du PSG. C’était le gros point noir des précédents « grands rendez-vous » des Parisiens, que ce soit en Ligue 1 ou en Ligue des Champions. Si l’on excepte les confrontations contre Monaco, l’équipe d’Unai Emery méritait mieux à chaque fois. Or hier soir, il lui a suffit de demi, voire de quart d’occasions pour marquer sa supériorité au tableau d’affichage. Le retour du vrai Di Maria ?

Conclusion : 

Comment terminer après un match aussi parfait ? L’analyse ci-dessus a tenté de revenir en détails sur les différents volets tactiques de cette rencontre. Emery a parfaitement préparé son équipe pour ce rendez-vous : son plan de jeu n’a pas affiché la moindre faille et a en plus exposé les lacunes du Barça.

Mais cette analyse, aussi longue soit-elle, ne résume qu’une partie de son travail, peut-être la moins importante pour comprendre ce match. Car, comme on l’a dit un peu plus tôt, d’autres équipes ont su gêner (et même battre) le Barça cette saison.

En revanche, aucune n’a semblé aussi prête. Et en faisant ce constat, on entre dans le travail invisible du technicien, celui de la préparation mentale. Comment donner assez de confiance à des jeunes comme Rabiot ou Kimpembe pour qu’ils parviennent à sortir de telles prestations le jour J ? Comment retrouver Di Maria au bon moment, lui qui semblait au fond du seau au mois de décembre ? Emery et son staff sont les seuls à avoir les réponses à ces questions.

Physiquement, techniquement, mentalement et tactiquement, le PSG était prêt. Il l’a fait. Il devra désormais « valider » son exploit dans 3 semaines au Camp Nou.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ! 
Vous aimez les Chroniques Tactiques ? Soutenez-les en faisant un don sur Tipeee

Sur le même sujet :

Vous aimerez aussi...

23 réponses

  1. cyril mandin dit :

    au delà de ton analyse très juste, je trouve que le PSG a joué très fluide. (comme le psg de blanc) MAIS vers l’avant avec des projections des milieux à tous les niveaux.Physiquement c’est dur mais ca met une sacré pression sur l’équipe adverse.Avec Kimpembe qui n’a pas hésité à monter avec le ballon , on a vu tout le bienfait au niveau de la gestion du pressing

  2. Enzo90910 dit :

    Merci pour cette analyse, très intéressante comme à ton habitude.

  3. ffff dit :

    Cette victoire t’a fait faire une insomnie ?

  4. Mauro dit :

    Grand match de Paris, mais également un très mauvais match du Barça. A aucun moment on a senti qu’ils avaient envie de réagir. On souligne la prestation de Neymar, mais je trouve qu’il n’a pas fait mieux que lors de ses dernières sorties (pas exceptionnelles); c’est juste qu’il n’a pas sombré comme le reste de l’équipe. Je reconnaît volontiers le mérite du PSG (Rabiot était immense à la récupération, malgré avoir joué presque toute la rencontre averti), mais le Barça n’aborde pas la rencontre en tant que 1/8ème de finale de ligue des champions, et ça facilite la tâche aux parisiens.

  5. Pedro dit :

    Le seul joueur un peu en-dessous côté Paris c’est Kurzawa: ce mec a des qualités techniques et de vitesse, mais son manque d’intelligence est quasiment rédhibitoire pour un telniveau. Sa défense sur la grosse d’occasion de Gomes est ridicule, il hésite à sortir sur le porteur au lieu de continuer à courir vers son but, ce qui permet à Neymar de l’éliminer facilement en une simple passe entre lui et Kimpembe…

  6. Arnaud dit :

    Très belle analyse, merci !
    Et je peux ajouter un élément qui rajoute à la préparation minutieuse d’Emery : l’échauffement des Parisiens a été plus long que d’habitude hier soir, avec encore plus d’intensité qu’habituellement. Le contraste était important avec l’échauffement des Barcelonais qui sont arrivés sur le terrain 20-25 minutes seulement avant le coup d’envoi et avec un échauffement très soft (notamment pour Neymar et Suarez qui ont passé les 2/3 de leur temps à rigoler entre eux). Je pense que cela a eu un impact aussi sur le début de match très intense des Parisiens avec le gros pressing et les Barcelonais peut-être un peu moins motivés / réveillés.

  7. benm dit :

    La différence entre le psg et les autres équipes qui ont mis le barca en difficulté cette année, c’est qu’il y a des joueurs de qualités pour ressortir le ballon proprement et rapidement…..maintenant il me semble que matuidi a presque joué en position de 10 hier, il était beaucoup plus haut que verratti et rabiot et me semblait très axial notamment dans le pressing ou il c’est souvent retrouvé en face d’iniesta qui n’est pourtant pas de son côté et était souvent derriere cavani également

  8. niakola dit :

    merci pour la nalyse, la qualité des latéraux du barça et d’André Gomés pose question…Iniesta semble cramé et Messi absent tout comme Suarez, finalement le mental n’était pas là, avec plusieurs qualifications successives face au psg, ils se sont dit ça va le faire comme d’habitude…le pressing inexistant de la MSN contrairement aux début de Suarez au barça…

  9. Jerome dit :

    Je n’ai pas encore revu le match (toujours difficile d’analyser sous le coup de l’émotion, encore quand elle est forte comme hier), mais ce qui m’a marqué c’est la préparation assez incroyable de permutations entre Verratti et Rabiot. On avait vraiment l’impression qu’ils alternaient les positions pour pouvoir mieux gérer leurs physiques et continuer à presser comme des ahuris. Une telle intensité pendant plus de 60 minutes, c’est vraiment très très fort… Merci pour l’analyse en tout cas !

  10. Aziz dit :

    Ce match va faire très très mal au Barça. Je crois même qu’ils ne s’en remettront pas avant des années.
    C’est plus qu’une défaite, c’est la mise à nue de toutes les lacunes du Barça de ces dernières saisons -exception de
    la saison 14/15-
    1- Banc déficient du à des recrutements aberrants (Gomes, Roberto, Turan, Suarez -l’autre-, Vidal, …)
    2- La Masia moins performante (qui se souvient de Bartra, Montoya, Munir, Dos Santos, Tello…?)
    3-Un pressing haut inexistant (sauf en 14/15)
    4-Une défense résumé aux quatre de derrière
    5- Une qualité technique en baisse due aux recrutements non pertinents (points 1 et 2)
    6- Une vitesse perdue en même temps que la jeunesse d’Iniesta, Busquets et … Messi.
    7- Pas de solution alternative au tiki-taka: pas de tirs, pas de tête, pas de victoire au mental…

    Tout ça se voyait année après année. Un premier pas était franchi avec le départ de Pep en 2012. L’intermède 14/15 était juste le chant du cygne. Là pour moi c’est Waterloo. Constat cruel. Le Barça est mort, vive le PSG (enfin, j’espère…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *