Chelsea 1-2 Paris SG : l’analyse du but de Rabiot

Le PSG a rejoint ce soir Wolfsburg, le Real Madrid et le Benfica Lisbonne en quarts de finale de la Ligue des Champions. Vainqueur 2-1 de Chelsea, les Parisiens n’ont jamais été dans la position d’être éliminés à Stamford Bridge. Une situation confortable, permise notamment par le but d’Adrien Rabiot juste après le quart d’heure de jeu.

Paris a exploité le half-space : 

On joue exactement la 16ème minute. Le round d’observation n’est pas encore terminée : les deux équipes campent sur leurs positions depuis le départ. Le PSG fait tout pour s’assurer la possession du ballon grâce aux décrochages de Di Maria ou Ibrahimovic. En face, Chelsea tente timidement d’aller chercher le PSG dans sa moitié de terrain mais doit rapidement se résoudre à défendre dans son propre camp face au surnombre crée par les attaquants parisiens.

Lorsqu’ils se retrouvent en position défensive, les Blues reproduisent le schéma déjà analysé lors du match aller. Les ailiers ont pour rôle de bloquer les montées des latéraux parisiens, quitte à se retrouver à hauteur de la ligne défensive. Dans l’axe, Mikel, Willian et Fabregas sont condamnés à courir après le ballon face à un PSG qui fait tourner la balle entre ses milieux et ses attaquants en attendant l’ouverture.

Plus de détails : Paris SG 2-1 Chelsea : l’analyse tactique 

Après une première mi-temps décevante à l’aller, le PSG avait trouvé des solutions dans les half-spaces lorsqu’il parvenait à contourner le milieu à trois des Blues. Di Maria avait notamment su exploiter cette espace côté gauche à plusieurs reprises, en servant Maxwell dans la profondeur.

Sur l’action menant au but de Rabiot, c’est en se plaçant toujours à l’intérieur mais sur le côté droit que l’Argentin a fait la différence. Servi par Motta, c’est lui qui lance Ibrahimovic dans l’espace, le Suédois adressant ensuite la passe décisive à Adrien Rabiot.

rabiot1

Au départ de l’action, Matuidi est en possession du ballon côté gauche. Chelsea a fait le choix d’attendre et respecte son plan de jeu : personne ne sort sur Matuidi et les ailiers sont positionnés entre les latéraux parisiens et le but de Courtois. Le 3 contre 3 au milieu de terrain entre Matuidi, Rabiot et Motta d’un côté, Mikel, Willian et Fabregas de l’autre est clairement visible… tout comme la position de Di Maria à l’intérieur.

rabiot15

rabiot2

Matuidi sert Motta. Fabregas tente de sortir au pressing mais est bien trop loin pour mettre l’Italien sous pression, d’autant plus que ce dernier sait déjà que Di Maria est disponible juste à ses côtés. Il le sert rapidement : les trois milieux de Chelsea ont été contournés…  Paris peut désormais attaquer la profondeur.

rabiot35

rabiot3

Une première solution se profile pour Di Maria avec l’appel en profondeur d’Ibrahimovic qui embarque Cahill. Le danger que représente le déplacement du Suédois pousse Kenedy à réduire au maximum l’espace qui le sépare d’Ibrahimovic pour couper la ligne de passe vers le but de Courtois. Cette solution refermée, Ibrahimovic prolonge son appel vers l’extérieur et Di Maria le sert en exploitant l’intervalle entre Kenedy et Hazard.

rabiot45

L’appel d’Ibrahimovic – et l’avance qu’il prend sur Kenedy et Ivanovic (censés défendre le flanc gauche de Chelsea) – perturbe les positions dans la défense des Blues. Cahill est obligé de se déplacer vers le ballon avec Kenedy tandis qu’Ivanovic revient défendre dans l’axe. A l’opposée, Azpilicueta est déjà seul contre deux adversaires (Rabiot et Lucas Moura).

rabiot4

Le centre d’Ibrahimovic élimine Kenedy, Cahill et même Courtois au premier poteau. Dans l’axe, même si son intervention aurait été compliquée, Ivanovic est en retard. Azpilicueta est ensuite trop court pour fermer au deuxième poteau. Face au jeu, Rabiot arrive dans son dos et parvient à couper la trajectoire du ballon pour le mettre au fond.

Plus de détails : Paris SG 2-1 Chelsea : Di Maria, roi du half-space 

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Carlitos dit :

    Cahill a le droit de mettre Zlatan HJ sur son appel – surtout qu Azpi s arrete pour s’aligner.

  2. Samsoul75 dit :

    Je me demande si Courtois est bien indemne de tout reproche en n’interceptant pas ce centre. Le ballon longe sa ligne de but et ne va pas si vite avant que Rabiot ne le reprenne.

  3. diego dit :

    Mon analyse est peut être un peu trop réducteur.

    Mais je trouvais, après vision de ralenti, que le but s’expliquait surtout par une erreur individiuelle:
    -un mauvais apprentissage des consignes de kennedy. Pourquoi? Sur la photo 5, on voit bien Cahill qui suit Ibrahimovic. Sur le ralenti du but, on peut s’apercevoir que Cahill délaisse complètement Ibrahimovic lorsqu’il prend la profondeur pour rester à sa position de défenseur central. Cahill ayant de la bouteille, on peut interpréter que ce comportement induit une consigne en amont de la part de Hiddink: défense en zone – quadrilage terrain.
    Donc, je me disais: ptèt que Kennedy a simplement fait une erreur de jeunesse en se laissant aspirer par le jeu, et en délaissant la consigne de « défense en zone ». Voyant le boulevard qu’avait Di Maria, il s’est spontanément présenté à lui pour le contrer, créant ainsi l’espace qu’Ibrahimovic a pris.

    Non?

  4. Si tu regardes bien la capture au moment où Ibra a le ballon, Courtois est quasiment hors de ses buts. Difficile de rattraper le coup à partir du moment où le ballon lui passe devant.

  5. Faut quand même se demander pourquoi Cahill : 1/couvre Ibrahimovic au départ au lieu de le mettre hors-jeu. 2/lâche complètement le marquage et laisse le Suédois aller chercher le ballon (alors qu’il n’allait certainement pas le prendre de vitesse. 3/change finalement sa décision et repart vers le Suédois pour s’opposer à lui. S’il y a un fautif, c’est bien lui à mon sens, bien plus que Kenedy.

  6. vedder dit :

    Bonjour. Cahill se ravise car il ne veut pas laisser Rabiot seul dans l’axe, mais c’est une erreur, il doit laisser Azpi fermer l’axe, qui se retrouvera face à 2 joueurs, tant pis. Il y a 5 autres joueurs fautifs sur l’action selon moi: Fabregas et son pressing débile sur Motta, Willian et surtout Mikel qui ne reviennent pas assez vite sur Rabiot, Kenedy pas bien aligné au départ et qui ne presse pas franchement DiMaria, Ivanovic qui ne reste pas à son poste (c’était à lui de suivre Ibra ). Le gagnant du prix du plus coupable est pour moi Ivanovic, qui ne sert à rien sur l’action. Le minimur formé par Ivanovic et Kenedy c’est comique, je comprends qu’Hiddink veuille s’enfuir de Chelsea le plus vite possible.

  7. diego dit :

    Ouai j’avoue. J’ai re -regardé le but sur youtube.
    1/ On dirait un duel de charismatique: ils se chargent mutuellement et se rentrent dedans avant qu’Ibrahimovic prenne la profondeur. Ca explique p-e pourquoi Cahill ne l’a pas mis hj
    2 – 3/ Oui! Passé le revisionnage du but, il semble complètement perdu chamboulé!

    Mais je change d’avis avec le revisionnage, je pense que les premières erreurs viennent du milieu de terrain avec Di Maria seul qui a un boulevard devant lui. Laurent Blanc disait que Di Maria avait été top car il avait bien joué son rôle d’électron libre, se démarquant facilement. Ca explique p-e l’origine de sa liberté au départ de l’action…

    @ vedder
    T’as lu ça ou qu’Hiddink voulait partir? J’en ai jamais entendu parlé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *