Un Barça plus direct : la preuve par les chiffres

Messi à l’avant-dernière passe, Suarez au caviar, Neymar à la finition. Pourtant auteur d’une bonne entame de match, le Bayern a vu ses espoirs de « remuntada » réduits à néant par deux actions du trio offensif barcelonais. Quand le « Barça original » n’est pas là, c’est MSN qui fait danser les défenses adverses. Chiffres à l’appui.

msn

MSN a rayonné :

Au-delà de la construction des deux buts inscrits par le Barça hier soir sur la pelouse de l’Allianz Arena, le trio Messi-Suarez-Neymar a réalisé l’une des plus belles – si ce n’est la plus belle – mi-temps de sa jeune existence.

En l’espace de 45 minutes, Suarez cédant sa place à Pedro dès la mi-temps, les trois hommes ont échangé 25 passes (6 combinaisons possibles : Suarez pour Messi, Suarez pour Neymar, Messi pour Suarez, Messi pour Neymar, Neymar pour Suarez, Neymar pour Messi).

neymar-suarez-messi

Comme le montre le tableau ci-dessus, il s’agit d’un maximum pour le trio dans un « grand match » depuis le huitième de finale aller face à Manchester City, date de la reprise de la Ligue des Champions.

Deuxième élément d’importance dans ce tableau, le poids des échanges entre les trois attaquants (Ratio MSN) dans le total des passes réussies par l’équipe (12,4% au retour contre 7,5% à l’aller). Car si MSN a plus brillé, ce fut au détriment d’autres joueurs qui se sont effacés.

Des milieux qui s’effacent : 

En l’occurrence, ce sont les trois milieux du Barça qui ont eu beaucoup moins de poids sur le jeu durant cette demi-finale. Tout au long de la double confrontation, Busquets, Iniesta et Rakitic ont vu leurs nombres de passes réussies diminuer… au profit de leurs attaquants.

bayern

20 passes de moins pour les milieux entre la première et la troisième mi-temps, mais 14 passes en plus pour les attaquants. Bref, des milieux qui pèsent moins mais des attaquants qui brillent toujours autant : les relais étaient donc ailleurs.

Le circuit des latéraux, pour déjouer le pressing bavarois

De par son plan de jeu, le Bayern était le sparring-partner idéal pour mettre au premier plan ce changement d’ADN opéré par le nouveau coach du Barça.

Le pressing haut mis en place par Guardiola avait pour but de verrouiller l’axe afin de limiter l’influence des milieux de terrain catalans. Ces derniers se sont donc effacés au profit de leurs latéraux.

Jordi Alba et Daniel Alves ont ainsi été les deux Barcelonais ayant réussi le plus de passes au match retour (50 et 49), Alba étant aussi en tête à l’issue du match aller (50 passes, contre 40 pour Daniel Alves).

Leur activité est allé de pair avec l’excellent jeu au pied de ter Stegen, souvent amené à renverser le jeu afin de prendre à défaut le pressing du Bayern et donner du temps à ses partenaires. Sur la double confrontation, Jordi Alba a été la cible favorite (20 passes sur 66) du portier allemand (45% de passes à destination d’un latéral sur la double confrontation).

Conclusion : 

Messi étant « impossible à marquer » selon ses propres dires, Pep Guardiola a ciblé ce qui faisait l’autre force de son Barça, le milieu de terrain. A ce niveau, ses joueurs ont accompli leur mission, réduisant l’influence d’Iniesta et Busquets pour même s’emparer de la possession du ballon.

Problème, ce travail sur le milieu de terrain catalan n’était plus aussi important que du temps de Guardiola où museler Xavi (et couper sa relation avec Messi) était l’une des clés pour réussir face au Barça.

L’arrivée de Luis Enrique et l’intégration de Luis Suarez ont fait entrer les Blaugranas dans une nouvelle ère, moins unidimensionnelle et donc beaucoup plus casse-tête pour les adversaires.

 

 

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Merengue dit :

    Le Bayern a montré de belles choses sur cette double confrontation, selon moi la seule véritable différence c’est qu’ils ont trop réfléchis dans la moitié de terrain adverse alors qu’à l’inverse le Barça a été piquant, MSN impossibles à arrêter. Guardiola a poussé sa logique jusqu’au bout au lieu de combiner un jeu plus commun au Bayern.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *