Arsenal 0-2 FC Barcelone : l’analyse du but de Messi

Grand favori de ce huitième de finale face à Arsenal, le FC Barcelone a dû attendre les 20 dernières minutes de la rencontre à l’Emirates Stadium pour faire la différence. Un scénario forcément regrettable pourArsène Wenger, qui estimait qu’il « y avait la place » pour que son équipe s’impose.

En conférence de presse, le technicien français est notamment revenu sur le premier but encaissé par ses joueurs : « Barcelone est une équipe qui peut vous tuer au moment même où vous êtes au top, dans le match. On a perdu cette rencontre au moment où on avait l’impression de pouvoir la gagner. Sur le premier but, nous avons été extrêmement coupables et nous n’avons pas d’excuses. On a eu deux ou trois opportunités de stopper l’action, et on ne l’a pas fait. Il était vital de ne pas leur laisser de contre-attaques, on le savait, pourtant. » 

Après avoir fait le jeu pendant plus d’une heure sans trouver la faille dans la défense, les Blaugranas ont en effet débloqué la situation sur une attaque rapide emmenée par le trio Neymar-Suarez-Messi. Retour sur les secondes qui ont précédé cette action.

arsbar1

Au départ, c’est donc Arsenal qui est en position offensive. Bellerin reçoit le ballon sur l’aile droite. Özil se dirige vers lui afin de proposer une combinaison. Le Barça est de son côté en place défensivement : Busquets a notamment décroché au sein de la défense afin de s’occuper de Giroud.

arsbar2

La montée de Ramsey et le déplacement d’Özil dans la zone de Bellerin forcent Neymar à redescendre. Barcelone conserve un cinq contre trois dans sa surface, Mascherano observant la situation se décanter autour du ballon.

arsbar3

Les trois Blaugranas (Neymar, Iniesta, Alba) défendent bien et Bellerin n’a pas d’autre choix que de remettre en retrait à Coquelin. On arrive là à un premier problème dans l’animation offensive des Gunners. En ayant à ce point fixé le bloc adverse d’un côté, le jeu pourrait être renversé à l’opposée.

Problème, aucun Londonien n’occupe l’espace : Alexis est trop près de Daniel Alves et Monreal fait le choix de ne pas offrir cette solution. On touche là peut-être à la peur qu’à Arsenal de se faire contrer, qui pousse le latéral à rester avec ses défenseurs centraux.

arsbar4

Sur la première passe, le bloc du Barça a entamé sa remontée. Sans solution, Coquelin remet de nouveau en retrait à Mertesacker. En deux passes, Arsenal va tout de même renvoyer le jeu dans les 30 derniers mètres adverses : Mertesacker joue avec Ramsey, qui remet à Bellerin sur le côté. Le latéral espagnol a du temps et ajuste un centre vers Olivier Giroud.

arsbar5

Mais dans la surface, le Français ne semble pas y croire et reste passif devant Piqué, qui renvoie la balle. Barcelone a écarté le danger sans difficulté… et le meilleur est à venir.

Le contre du Barça : 

Dans sa conférence de presse, Arsène Wenger a insisté sur les « deux ou trois opportunités » pour stopper l’action. En disant cela, il pensait évidemment à des fautes tactiques. Car même si le Barça n’a eu besoin que de 5 passes et 10 secondes pour arriver dans la surface d’Arsenal, le contre n’est pas non plus allé à 100 à l’heure.

barars1

Le premier décalage suit directement le dégagement de Piqué. Coquelin se livre pour jouer le second ballon mais Iniesta tend la jambe et parvient à le repousser plus loin de ses buts en une touche. Résultat, Coquelin est éliminé, tout comme Ramsey qui était à sa hauteur.

barars2

Le ballon arrive dans la zone de Neymar qui le récupère. Mertesacker reste à distance raisonnable de son adversaire et compte sur le retour de Bellerin et surtout Coquelin pour l’enfermer et l’empêcher de se retourner.

barars3

Neymar offre même du temps supplémentaire aux Gunners pour le bloquer car il a du mal à contrôler le ballon. Mais au lieu de se jeter sur lui et de mettre fin à l’action (au pire en faisant faute), Coquelin choisit finalement de ralentir sa course.

barars4

Une décision difficile à expliquer et qui offre assez de temps à l’ailier gauche du Barça pour se retourner et lancer Suarez dans la profondeur. Sentant le bon coup, l’Uruguayen avait anticipé (capture précédente) et plongé dans le dos de Mertesacker pour offrir une solution. L’Allemand se jette mais ne peut couper la trajectoire de la passe. C’est parti pour un deux-contre-deux dans la moitié de terrain d’Arsenal…

barars5

Ou plutôt un trois-contre-deux avec le démarrage de Neymar qui dépose tous les joueurs présents dans sa zone au départ de l’action. Arsenal a quand même une deuxième occasion de couper cette dernière : Koscielny parvient à repousser Suarez le long de la ligne de touche mais il ne pousse pas son intervention jusqu’au bout (peur de se faire éliminer ?).

barars6

La suite de l’action est limpide et illustre la superbe entente entre le trio Suarez-Neymar-Messi. Toutes les passes sont données au bon moment et surtout dans le bon tempo par rapport aux déplacements de chacun. Cela commence par celle de Suarez pour Neymar, qui passe entre les jambes de Koscielny. Cela oblige Monreal à délaisser Messi pour aller couper la course du Brésilien.

barars7

Le problème, c’est qu’il est déjà trop tard pour Arsenal… ou presque : avec le retour de Bellerin, peut-être que Monreal aurait pu ralentir sa course et se focaliser sur la fermeture de la ligne de passe en retrait vers Messi. Mais dans ce cas, l’Argentin aurait aussi pu mettre un coup d’accélérateur pour se rendre disponible dans la surface.

barars8

Bref, une fois Neymar lancé, Arsenal ne pouvait plus grand chose mis à part regretter « les deux ou trois opportunités » pour stopper l’action dès le départ. L’équipe n’a même pas pu s’en remettre à Petr Cech, qui a perdu ses appuis sur la prise de balle de Messi et n’a donc rien pu faire sur la frappe. 






 

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Nkp dit :

    Superbe analyse

  2. sffs dit :

    Donc on parle d’une double-faute de Coquelin qui se jette sans réfléchir près d’Iniesta sans regarder dans son dos ( il est trop court) puis qui ne va pas à fond vers Neymar. En plus il se fait déposer par Neymar comme ses autres compadres

  3. rab dit :

    ok merci coach

  4. Darkgugu dit :

    Il serait intéressant d’ajouter à cette analyse la similitude étonnante de ce but avec l’action conclue un an avant par Berbatov.

  5. aziz dit :

    Malgré les erreurs tactiques d’Arsenal, ce but n’en aurait été un si le talent de la MSN n’avait pas parlé: la passe de Suarez entre les jambes de Koscielny, la passe de Neymar entre les deux défenseurs, le contrôle de Messi qui fait perdre ses appuis à Cech. Tout est parfait. On peut difficilement blâmer Arsenal car les fautes tactiques ont été faites loin du but et de toute manière quand il y a un but c’est qu’il y a eu obligatoirement une erreur défensive !
    De manière générale, la force de ce Barça (depuis l’an dernier) est d’arriver à marquer dans ses moments faibles, quand l’adversaire s’enhardit et devient moins vigilant.

  6. A mon sens oui. Il faut nuancer quand même vu que j’ai appris après qu’il avait déjà un carton jaune à ce moment du match et ça a sans doute influé sur sa passivité au moment de « foncer » sur Neymar.

  7. Antra dit :

    salut tlm , permettez moi de faire cette remarque , dans le foot la transition attaque/Défense et Défense/attaque et primordial et tranchante,
    Ramsey et presque sur la ligne avec Neymar, et comparez la transition de Neymar et celle de Ramsey.
    je pense que la vitesse de transition attaque/défense de Ramsey et pas assez rapide pour ce niveau, si il a transiter vite, il auras pus rattraper Neymar et éviter le but.

  8. Antra dit :

    si Ramsey a poursuivi Neymar, Monreal n’aurais pas délaissé Messi seul devant le Gardien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *