Paris SG 1-1 Arsenal : l’analyse tactique

Pour son entrée en lice en Ligue des Champions, le PSG n’a pas pu faire mieux qu’un match nul face à une équipe d’Arsenal pourtant loin d’être impressionnante sur le papier (1-1). Dominateurs pendant la première mi-temps, les Parisiens ont payé leur manque de réalisme au cours d’une deuxième période plus équilibrée.

Les compositions : 

Unai Emery cherche la bonne formule, c’est un fait. Pour ce premier rendez-vous européen de la saison, il a surpris son monde en titularisant Blaise Matuidi au poste d’ailier gauche. Le Français s’est retrouvé devant aux côtés de Di Maria et Cavani. Thiago Silva et Krychowiak faisaient eux leurs rentrées dans le secteur défensif. Côté Arsenal, place aux jeunes avec les titularisations d’Iwobi et Oxlade-Chamberlain. Devant, Wenger a privilégié la vitesse de Sanchez au jeu dos au but de Giroud.

PSG vs Arsenal - Football tactics and formations

Le contre-pressing, l’arme n°1 d’Emery : 

Les premières minutes de la partie ont tourné à l’avantage du PSG. En plus du but rapidement marqué (1e), les Parisiens ont retrouvé la marque de fabrique de leur nouvel entraîneur : le pressing. Imprimé par les courses de Matuidi, Cavani ou Di Maria aux avants-postes, celui-ci a forcé Arsenal à balancer.

Sous la pression, Mustafi a rendu beaucoup de ballons aux Parisiens qui ont su bien les utiliser par des attaques rapides. Rabiot est passé tout près d’inscrire un deuxième but à la conclusion d’une splendide action collective (9e). Un peu plus tard dans le match, ce sont les qualités de Verratti en-contre-un qui ont fait des différences. L’Italien profitait du pressing des siens pour se retrouver plus haut sur le terrain et avec de l’espace : il a ainsi envoyé Cavani au but mais ce dernier a manqué le cadre après avoir éliminé Ospina (33e).

Cette envie du PSG de mettre la pression sur Arsenal dans le premier quart d’heure s’est aussi ressentie dans sa manière de faire avec le ballon. Sur l’entame de match, les Parisiens n’ont pas hésité à jouer long afin de mettre le jeu le plus rapidement possible dans le camp des Gunners et s’y installer.

Paris : une première heure sans danger  

Entre deux séquences de pressing, le PSG se regroupait au milieu de terrain et laissait venir la relance des Gunners (Kosicelny-Mustafi). Derrière Cavani entre les centraux londoniens, on retrouvait un bloc parisien orienté sur l’homme. Les milieux parisiens ont abattu un gros travail pour réduire l’influence des techniciens d’Arsenal (Cazorla, Özil). Le meneur de jeu allemand a d’ailleurs vite été repoussé hors de sa zone préférentielle par l’impact et l’activité de Krychowiak.

psg3c3

Krychowiak sur Özil, Rabiot sur Cazorla et Verratti sur Coquelin.

Ce travail de sape des milieux du PSG (à trois contre trois) a toutefois été perturbé par les décrochages d’Iwobi ou Sanchez. Ces derniers créaient le surnombre en faveur d’Arsenal dans l’axe (annulation du 3 contre 3) et permettaient ainsi la progression des Gunners vers le but d’Aréola. Paris se replaçait alors plus bas avec deux lignes (4-5) à plat et rapprochées. Il s’agissait de réduire au maximum les espaces autour du porteur et des solutions s’offrant à lui afin de stopper la progression et permettre la récupération du ballon.

psg451

Le 4-5-1 parisien face à la possession d’Arsenal.

En première mi-temps, Arsenal n’a quasiment pas eu d’occasion. La seule frayeur pour Paris dans le jeu est venue d’un centre flottant de Monreal que personne n’a pu reprendre, suite à un tacle manqué d’Aurier (22e). Après la pause, ce sont des petits relâchements chez les locaux qui ont permis à Arsenal d’approcher les buts d’Aréola. D’abord Di Maria qui a oublié Sanchez (Oxlade, 62e)… puis est arrivée l’action amenant l’égalisation, qui a vu Sanchez prendre le dessus sur Krychowiak (77e).

iwobi-but

Sur cette action, Özil va profiter de la minuscule fenêtre laissée par une hésitation de Marquinhos, qui veut reprendre sa place dans la défense (occupée par Aurier) pour trouver Iwobi seul dans la surface.

Arsenal aurait même pu réaliser le coup parfait quelques minutes plus tard sur un contre bien mené suite à une double perte de balle de Di Maria puis Thiago Motta. Heureusement pour le PSG, Aréola s’est interposé sur la tentative d’Iwobi (82e).

Le problème des transitions offensives 

Si la deuxième mi-temps a été plus équilibrée, c’est parce qu’Arsenal s’est montré plus entreprenant pour perturber la relance parisienne. Les Gunners ont joué plus haut, ont répondu dans les duels et ont poussé les milieux parisiens à la faute (Krychowiak et Rabiot en tête).

arsenal-haut

Arsenal a joué plus haut après la pause.

Ce pressing haut, Arsenal a aussi pu l’accomplir en raison des difficultés du PSG pour sortir rapidement de sa moitié de terrain. Que ce soit à partir de la phase défensive ou au moment de déjouer le pressing haut de l’adversaire, les Parisiens ont beaucoup de mal à aller vite de l’avant depuis leur camp.

Ce problème vient principalement venu des limites de certains éléments. On peut d’abord parler de Cavani et Matuidi. L’Uruguayen a rendu plusieurs ballons à Arsenal par des remises manquées. Matuidi a lui payé son inexpérience du poste, n’étant clairement pas fait pour jouer dos au but. Ajoutez à cela un Di Maria toujours aussi peu inspiré et voilà les sorties de balle parisiennes grandement limitées…

Il faut aussi mentionner les limites de Krychowiak dans ce registre de la « première touche ». Le Polonais possède un profil aux antipodes de Thiago Motta et n’a pas montré la même science pour casser les lignes adverses et ainsi déjouer le pressing. Avec un Rabiot en-deçà de ses dernières performances, Paris ne pouvait plus compter que sur Verratti pour se mettre dans le bon sens dans ces moments difficiles. Et s’il retrouve ses jambes, l’Italien n’est pas encore à son meilleur niveau.

Les Gunners se sont aussi montrés très sérieux sur le plan du repli défensif pour annihiler les rares bonnes sorties parisiennes.

Les Gunners se sont aussi montrés très sérieux sur le plan du repli défensif pour annihiler les rares bonnes sorties de balle parisiennes.

Pendant les travaux, la construction continue : 

C’est le plus grand chantier d’Unai Emery depuis le début de la saison. On l’avait vu face à Monaco, on l’a revu face à Saint-Etienne : le PSG a encore une très grande marge de progression au niveau de la relance et de la construction de son jeu. Face à Arsenal, les choses ont encore bougé sur ce point. Etait-ce parce que Krychowiak a remplacé Thiago Motta comme premier relanceur ? Toujours est-il que les Parisiens ont beaucoup plus utilisé les côtés pour construire.

Les latéraux (Aurier et Maxwell) sont beaucoup plus intervenus dans ce processus que lors des autres matchs (73 passes pour le Brésilien, 2e total derrière Verratti). Afin de les soutenir, les ailiers parisiens ont aussi adopté une attitude différente : au lieu de repiquer dans le coeur du jeu, ils sont majoritairement restés sur les ailes afin d’offrir des solutions courtes à leurs partenaires du couloir.

fixation-psg

Le triangle Rabiot-Maxwell-Matuidi à gauche.

Le PSG s’est retrouvé à construire sur les côtés en y formant des triangles (ex : Verratti-Di Maria-Aurier / Rabiot-Maxwell-Matuidi) afin de fixer le bloc d’Arsenal. Deux possibilités ensuite : renverser le jeu en ressortant par les milieux de terrain et attaquer côté ouvert, ou trouver la profondeur afin de prendre la défense dans son dos (ce qu’il s’est passé sur le but parisien, 1e).

Après la pause, cette animation a penché de la gauche vers la droite avec les nombreuses montées de Serge Aurier, servi de plus en plus haut au fil des minutes. L’Ivoirien a envoyé plusieurs centres dangereux (28e, 61e) et aurait même pu offrir la victoire aux siens après une bonne combinaison avec Di Maria (70e).

psgrenverse

Paris fixe à gauche autour de Maxwell et finit à droite avec les débordements d’Aurier.

Pastore, l’homme providentiel ? 

Alors qu’Arsenal venait de revenir au score (77e), l’entrée de Javier Pastore a redynamisé l’attaque parisienne. Avec Motta passé premier relanceur, le PSG a retrouvé son animation du championnat avec des ailiers chargés de revenir dans l’axe afin d’offrir des solutions de passes verticales. Il s’en est fallu de peu pour que ce circuit fonctionne sur le premier ballon de l’Argentin, Cavani manquant un énième face-à-face avec Ospina (80e).

Arsène Wenger a d’ailleurs rapidement senti le danger : l’entrée d’El-Neny à la place d’Özil (84e) a renforcé le milieu de terrain d’Arsenal (double-pivot Coquelin / El-Neny) et permis aux Gunners de réduire les espaces autour de Pastore.

Le PSG et le réalisme : 

Le chantier continue donc pour Unai Emery : son PSG se cherche encore mais il y a pas mal de positif à tirer de ce nul contre Arsenal… si l’on ne se prend pas dans les oeillères du score final. Car dans le jeu, le 1-1 est presque miraculeux pour le club anglais tant Paris a eu les occasions pour tuer la rencontre. Il suffit de jeter un oeil au décompte des big chances : Stats Zone en compte 5 côté parisien, et aucune pour Arsenal.

Ce problème à la finition est aujourd’hui symbolisé par un seul homme : Edinson Cavani. Déjà croqueur face au FC Metz, l’Uruguayen a récidivé après avoir pourtant débuté la partie de la meilleure des manières. Pour lui, le décompte des occasions franches depuis le début de la saison fait particulièrement mal : il n’en a converti que 3 sur 16 obtenues. Comme le montre le tableau ci-dessous, un très bon attaquant en met une sur deux.

On touche là au principal problème de ce PSG post-Ibra. Dans le jeu, Paris ne souffre pas forcément de l’absence du Suédois. S’il a perdu en qualité technique (relais avancé pour le jeu de possession), il a aussi gagné en intensité (pressing). En revanche, sur le plan de la finition, Ibrahimovic n’a pas été remplacé. Lui n’avait besoin que d’une (ou deux) occasion(s) pour marquer.

Sa qualité de finition était presque une garantie de résultat à court terme… Et qui dit résultats, dit aussi gain de temps pour l’entraîneur. Unai Emery se retrouve du coup dans une situation délicate : son équipe a besoin de temps, tant collectivement qu’individuellement (niveaux de forme différents), mais il n’a plus le joueur qui était en mesure de lui en gagner.

 

 

 

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Nicolas dit :

    Merci pour l’analyse. Un retour de Di Maria au poste de relayeur gauche (comme au Real en 2013-2014) ne serait-il pas plus adapté au jeu souhaité par Émery (verticalité, attaques rapides)? Son jeu long ferait merveille et ce changement permettrait également de mettre Pastore et ben arfa autour de Cavani (dans les fameux « half space », libérant les couloirs pour les latéraux. Reste à savoir si Pastore et HBA sont capables de presser efficacement. Par ailleurs Rabiot serait-il une meilleure solution que Krychowiak au poste de 6 derrière Di Maria et Verratti ? Il semble être capable de la même activité mais avec une meilleure qualité de relance.

  2. Pedro dit :

    @Nicolas

    Rabiot est certes un meilleur relanceur mais il est très loin d’avoir le même impact physique que Krychowiak. En plus le mettre dans un rôle de 6 serait gâcher ses qualités de projection avec le ballon (il l’a encore fait hier en 2e malgré son mauvais match)

  3. Jinzou dit :

    @Nicolas – D’accord avec toi pour Di Maria en relayeur gauche. Mais quid de Matuidi et Rabiot ? Le PSG a 3 joueurs à ce poste de relayeur gauche

  1. 15 septembre 2016

    […] la construction du PSG, le rôle de Pastore ou le réalisme absent), il faut vous rendre sur son blog Chroniques Tactiques : Paris SG 1-1 Arsenal : l’analyse tactique. Merci à lui pour cet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *