L’équipe du mois : Toulouse, puissance quatre

Nouvelle rubrique sur e-foot. Plutôt que de me lancer dans des bilans que vous pourrez très bien lire ailleurs (sur Panenka.fr par exemple) lors de chaque trêve internationale, j’ai décidé de tenter une énième rendez-vous tactique, car c’est quand même pour ça que vous êtes là. Chaque mois donc, vous retrouverez un zoom sur la ou l’une des meilleures équipes de Ligue 1, et peut-être d’ailleurs si le temps me le permet. On commence évidemment par le Toulouse Football Club, auteur d’un sang-faute lors de ce mois d’août.

L’organisation :

Pas besoin de rentrer dans le détail d’un 4-3-3 lorsque celui-ci est des plus basiques et ce, depuis plusieurs saisons : la sentinelle devant la défense et les ailiers qui travaillent sur la même ligne que les relayeurs lorsqu’il faut défendre. Rien de révolutionnaire. En revanche, depuis le départ de Gignac pour Marseille, Toulouse a joué sans attaquant de métier dans son onze de départ. Cela a obligé Casanova à revoir tout son schéma, qui reposait principalement sur le rendement de l’attaquant en question ces dernières saisons. Bizarrement, les Toulousains se sont mis à jouer au football… Et pas trop mal en plus. Regardons pourquoi à partir de l’animation du onze titulaire durant ce mois d’août.

L’équipe-type : Valverde – Gunino, Congré, Cetto, M’Bengue – Capoue – Devaux, Didot – Machado, Tabanou – Braaten.

L’animation :

Vous l’avez noté : pas d’attaquant dans ce onze. Braaten l’ailier droit dépanne en attendant que Tafer ou Santander, les deux petits nouveaux, ne fassent leur trou (ou pas) dans l’équipe-type. Du coup, l’animation toulousaine s’adapte. Fini l’ailier de débordement à droite : Machado prend le couloir et travaille avec ses milieux de terrain en revenant régulièrement dans l’axe. Résultat, Toulouse possède un relais supplémentaire dans le camp adverse et peut tenir le ballon plus longtemps. Et logiquement lorsque le Portugais rentre à l’intérieur, le couloir s’ouvre : soit pour le latéral Gunino (rarement), soit pour Braaten qui retrouve ainsi son registre habituel.

A l’inverse, de l’autre côté, Tabanou conserve son rôle d’ailier et de joueur de profondeur. L’international espoir (très intéressant d’ailleurs) reste le plus souvent accroché à son couloir gauche, ne repiquant que lorsque le besoin s’en fait sentir notamment à l’approche de la zone de vérité. Sur certaines phases de jeu, il n’est pas rare de le voir rester légèrement aux avants-postes pour former un duo avec Braaten pour profiter des ballons de contres. Dans ce cas, Machado redescend pour former une ligne de trois avec Didot et Devaux devant le seul Capoue en sentinelle. Grâce à la polyvalence de Machado, ce type de compensations permet aussi les prises de risque des milieux axiaux. Didot et Devaux évidemment, mais surtout Capoue, auteur d’un superbe but contre Nancy.

Voilà pour les grandes lignes de l’animation toulousaine que j’ai pu observer face à Bordeaux depuis les tribunes de Chaban-Delmas puis face à Arles-Avignon depuis mon canapé. Reste à découvrir comment Casanova va t-il gérer l’intégration d’un véritable avant-centre dans le onze de départ. Si tant est que l’un des deux (Tafer ou Santander) réussisse à s’imposer dans ce onze qui marche aujourd’hui… Au moment où il faudra affronter l’OM ou Lyon, un gars de métier devant ne sera certainement pas de trop. Et il faudra donc faire des choix à droite (Braaten ou Machado). Tout dépendra du Toulouse que Casanova souhaitera mettre en place : entreprenant ou contre-attaquant. Le retour de Sissoko, plus offensif que Devaux, posera aussi d’autres questions d’adaptation.

6 réponses

  1. Micah dit :

    Une question qui n’a rien a voir avec l’article ou pas grand chose mais : de ton avis est ce que le repositionnement en défense centrale de Toulalan serait décriée si il était a son niveau de la saison dernière et avec un 6 du niveau de Capoue qui en plus a du ballon ..

  2. Personnellement, l’idée du repositionnement de Toulalan me paraissait absurde d’entrée. On ne s’improvise pas défenseur central. En tout cas, pas au niveau requis pour être titulaire à Lyon. Ca nécessite un énorme boulot pour se stabiliser et on voit aujourd’hui que l’OL manque de temps (et il va repasser au milieu).

    A partir de là, le faire redescendre et mettre un Capoue-like devant lui, ça ne me dit rien de spécial. Capoue est un très bon 6, Toulalan aussi. Il faut choisir l’un ou l’autre ^^

    Après, il faut surveiller aussi le facteur impact Coupe du Monde sur Toulalan. Il paraît qu’il était complètement dépressif après les épisodes des Bleus. Ca joue peut-être (sans doute).

  3. Micah dit :

    Les matchs de la saison dernière qu’il avait fait en défense centrale était très bon la saison dernière notamment en ligue des champions le problème qu’il se posait après et que les autres 6 de Lyon n’ont pas son abbatage et ça posait problèmes au milieu .et son problème et que ses faibles qualités techniques et sn faible apport offensif peuvent gêner la construction alors que L’ol de cette saison se veulent offensif . Les 6 des grandes équipes savent tous jouer vers l’avant (Busquets Yaya Touré Song … )donc je me disait que peut être avec un Toulalan a son meilleur niveau en défense et en recrutant un 6 avec un gros volume de jeu et une bonne relance Lyon y serait gagnant mais sa dépression a sûrement affecté ses performances

  4. Guess dit :

    Micah, c’est intéressant, mais on touche de plus en plus l’essentiel.

    Premierement le mercato étant terminé, Puel fait avec ce qu’il a.

    Donc toulalan en Stoppeur, c’est du bricolage par défaut, mais pas un choix.

    « ses faibles qualités techniques » / « Les 6 des grandes équipes savent tous jouer vers l’avant »

    Toulalan est il aussi mauvais que ca offensivement ? je ne regarde pas assez de matchs de Lyon pour juger mais j’aimerais des avis de lyonnais ou de connaisseurs.

  5. Micah dit :

    @Guess – Je suis d’accord que le mercato terminé Puel devrait faire avec Cris-Diakhaté avec Toulalan devant la défense (a voir si il joue en 4-2-3-1 ou 4-3-3 ) . Pour les qualités techniques de Toulalan je regarde pas tout les matchs de lyon mais Toulalan techniquement c’est devenu assez pauvre et si tu regardes les matchs de l’équipe de France tu peux t’en apercevoir ca n’enlève rien a ses autres qualités mais sur le plan offensif c’est pas ca.

  6. Guess dit :

    Ben depuis la coupe du monde il acucmule les mauvaises performances.

    Mais un champion n’est-il pas censé avoir un gros mental ??

    Limite même Nicolas Anelka a déjà mis un triplé avec Chelsea.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *