Real Madrid 5-0 Deportivo La Corogne : l’analyse de la première de Zidane

Hier, c’est presque l’intégralité du monde du football qui avait les yeux rivés sur Madrid pour les débuts de Zinedine Zidane sur le banc du Real. Une première réussie avec une large victoire face à La Corogne. Pourtant, malgré le score largement en faveur des Merengues, tout n’a pas été parfait… et c’est plutôt logique.

L’organisation tactique : 

Par rapport aux titulaires de l'(éphém)ère Benitez, Zinedine Zidane a fait trois changements au coup d’envoi. En défense centrale, exit Varane qui a laissé sa place à Pepe. Côté droit, Carvajal a été préféré à Danilo. Enfin dans l’entrejeu, comme c’était attendu, Casemiro est resté sur le banc, remplacé par Isco. Devant, la BBC était évidemment au complet, condamnant James au banc de touche.

Real Madrid - Football tactics and formations

Les premières minutes de jeu ont ramené le public du Bernabeu quelques mois en arrière, lorsque Ancelotti était encore à la tête de l’équipe. Car face à la relance de La Corogne, le Real Madrid de Zidane a répondu avec le même système de jeu (4-3-3) : Benzema évoluait en pointe entre les centraux, Bale et Ronaldo étaient sur les lignes de passes entre ces derniers et les latéraux, resserrant à l’intérieur si nécessaire. Dans l’axe, Modric et Isco se sont positionnés sur la même ligne face aux deux milieux du Depor.

real-madrid-ancelotti

La différence avec le système d’Ancelotti, c’est que Zidane semble avoir demandé un peu plus à son équipe en terme de pressing. Alors que Benzema avait l’habitude de s’arrêter quelques mètres au-delà du rond central dans le système de l’Italien, il est cette fois allé déclencher quelques mètres plus haut sur les défenseurs adverses. Seul contre deux centraux et un gardien de but, le Français a toutefois eu besoin de soutien pour ne pas courir dans le vide.

ronaldo-pression1

Le Real vient de repousser La Corogne dans ses 30 mètres. Benzema va faire l’effort pour aller mettre la pression sur les centraux adverses.

ronaldo-pressing2

Mais il n’est pas accompagné par Ronaldo qui est bien trop loin pour empêcher la passe ou mettre la pression sur Sidnei.

C’est justement là que s’est situé un des problèmes du Real Madrid : la mauvaise exécution du pressing sur certaines séquences. L’illustration ci-dessus est la plus révélatrice car classique. Alors que les deux centraux se passent le ballon, Ronaldo – qui doit normalement sortir sur Sidnei – est beaucoup trop loin de l’action pour aider Benzema. Dans les secondes qui suivent, le Real a d’ailleurs été dépassé dans l’entrejeu, basculant ensuite sur une séquence défensive dans sa moitié de terrain.

Si Bale a mieux « senti » les coups, les Madrilènes se sont aussi heurtés aux bonnes relances au pied du gardien adverse, qui a souvent pu trouver ses latéraux et ainsi sauter ce pressing « erratique » des attaquants.

Pepe, l’autre signe d’une équipe plus « agressive » ? 

Finalement, la titularisation de Pepe a été la seule surprise du onze de Zidane. Et ce choix d’hommes vient peut-être apporter un peu plus de crédit à l’hypothèse d’un Real Madrid plus agressif sous le commandement de Zidane. La défense sur l’homme du Portugais lui a permis de combler plusieurs brèches dans le milieu madrilène, consécutives à des positionnements défaillants devant lui. Au bout des 90 minutes, le défenseur central est sorti avec 8 ballons récupérés (meilleur total du Real) dont 5 aux abords de la ligne médiane.

pepe-chasse

Pep n’a pas hésité à sortir loin de sa défense pour suivre les adversaires présents dans sa zone au départ et ainsi combler des brèches causées par les failles du pressing.

pep-real

A gauche les ballons récupérés par Pepe, à droite les ballons récupérés par le Real Madrid.

Et le Real a eu bien besoin de ces ballons de récupération au milieu car l’équipe s’est vite retrouvée à court de solutions dans sa moitié de terrain. Lorsque le Depor est parvenu à éliminer le milieu madrilène pour entrer dans les 40 derniers mètres, il s’est souvent retrouvée dans des situations favorables pour développer son jeu.

La BBC pas concerné, une défense contrainte de subir : 

Kroos et Modric étaient pourtant toujours à proximité de Pepe et Ramos mais ce quatuor devait aussi tenir la baraque en attendant les retours des latéraux (Marcelo, Carvajal) et d’Isco, partis aux avants-postes (voir par ailleurs).

Contrairement à ce qu’avait souhaité Zidane en conférence de presse (« une équipe qui défend et attaque ensemble »), la BBC est restée détachée du travail défensif en première mi-temps, malgré quelques retours de Bale. Ronaldo et Benzema sont restés devant en attendant les contres. Sauf que s’il n’y a pas de récupération de balle, il ne peut y avoir de transition offensive.

transition-defensive

Ramos, Kroos, Modric, Pepe et Carvajal sont là mais ils ne peuvent que « contenir » l’avancée du Depor à défaut d’intervenir.

real-defense

Le Real s’est souvent retrouvé à défendre à 7 autour de sa surface de réparation en première mi-temps, densifiant l’axe pour protéger Navas.

https://twitter.com/RMadridHome/status/685943244719443969

Du mieux en deuxième mi-temps :

La deuxième mi-temps a été l’occasion d’apercevoir un légère progression dans l’implication de l’équipe. Bale est notamment revenu aider ses milieux de terrain. Comme sous Ancelotti, le Gallois a complété la ligne du milieu, qui s’est retrouvé avec quatre éléments au lieu de trois, laissant Benzema et Ronaldo en pointe.

Toujours une différence néanmoins dans les intentions : le Real de Zidane a cherché à ressortir dès qu’il le pouvait depuis cette phase défensive (pressing). C’est notamment passé par une ligne de quatre très compacte au milieu de terrain. L’objectif était de limiter les distances entre les joueurs sur la largeur afin de permettre la sortie d’un axial au pressing sur les passes en retrait pour permettre la remontée du bloc.

real-defense1

Bale revient défendre dans le couloir gauche. Isco, Kroos et Modric restent dans l’axe.

real-defense2

Bale force son adversaire à jouer en retrait : Isco et Modric en profitent pour ressortir.

Les Madrilènes ont aussi mieux épaulé Benzema devant. Isco et Modric ont réalisé quelques courses pour aller forcer la relance des défenseurs centraux adverses. Un partage des tâches qui a permis de mieux contrôler les sorties de balle du Depor (1 seul tir concédé entre la 46e et la 68e minute contre 4 et 5 sur les quart-temps précédents). Les Madrilènes se sont ensuite relâchés en fin de partie, alors que le score était acquis en leur faveur (7 tirs en fin de match).

isco-pressing

Pour épauler Benzema, ce sont désormais Isco ou Modric qui sortent afin de forcer la relance des défenseurs du Depor.

Isco au service de Kroos et Modric : 

Et avec le ballon ? Pour ressortir de sa moitié de terrain, le Real Madrid s’est appuyée sur la paire Kroos-Modric, soutenue par Ramos et Pepe. Le quatuor n’a pas hésité à utiliser les relais proposés par Carvajal ou Marcelo sur les côtés, mais surtout ceux d’Isco, très disponible dans l’axe (56 ballons touchés en 65 minutes de jeu). Un vrai changement par rapport à la période Benitez, qui laissait un fossé énorme entre ses rampes de lancement et les joueurs à vocation offensive.

Inspiré dans ses déplacements, le milieu espagnol a permis de déjouer les quelques tentatives de pressing haut du Depor en début de partie. Mais surtout, ses remises en une touche et sa mobilité ont permis de créer de l’espace au milieu de terrain pour les rampes de lancement qu’étaient Kroos ou Modric (63 passes échangées entre les trois joueurs – à titre de comparaison, Kroos, Modric et James en avaient échangé 28 face à la Real Sociedad). Les deux meneurs se sont ensuite chargés d’orienter le jeu, chacun dans un registre bien particulier.

real-isco-milieu

La disponibilité d’Isco permet au Real d’éviter la pression adverse dans l’entrejeu.

Fourni en ballons et profitant des espaces, l’Allemand a multiplié les ouvertures vers les couloirs, visant particulièrement ses latéraux (25 passes vers Marcelo + Carvajal). Modric a lui opéré dans la profondeur, jouant le rôle du briseur de ligne par la passe pour alimenter la BBC (et Isco, qui faisait le lien entre les deux) dans le dernier tiers (20 passes au total du Croate vers ce quatuor).

kroos-jeu-long-apres-isco-milieu

Les échanges courts dans le rond central créent les conditions du jeu long. Ici, Kroos qui envoie le ballon sur Carvajal.

modric-casse-ligne

A l’origine du second but madrilène (Carvajal pour Bale, 23e), Modric trouve Benzema entre les lignes adverses.

En terme de projections dans les 30 derniers mètres, le trio Bale-Benzema-Ronaldo a été très soutenu par Isco et les montées de Carvajal et Marcelo. Cet ensemble a d’ailleurs su ne pas se marcher dessus, les latéraux n’hésitant pas à rentrer dans l’axe pour offrir une solution lorsqu’un membre de la BBC occupait déjà la zone le long de la ligne de touche.

Cette bonne occupation de la largeur a été à la base de la plupart des situations dangereuses des Madrilènes, qui ont penché à gauche pour le « petit jeu » (Isco, Benzema, Ronaldo, Marcelo) mais n’ont pas oublié de renverser pour finir ur des centres Bale de Carvajal ou même Ronaldo (passeur pour Bale, 49e).

real-attaque-lateraux-largeur

Dans le dernier tiers, les Madrilènes peuvent lancer six joueurs vers les buts adverses.

Que retenir ? 

Après un seul match, il est évidemment impossible de dire où va ce Real. Le large succès met l’équipe sur de bons rails mais elle devra clairement montrer autre chose sur le plan défensif pour remporter quelque chose cette saison. Néanmoins, les largesses affichées pour cette première laissent penser que Zidane souhaite d’abord redonner de l’air à son groupe après six mois difficiles. Le nouvel entraîneur a d’ailleurs souligné la marge de progression évidente de son équipe, avançant qu’elle avait du temps pour les corriger.

defense-basse-wtf

Et c’est le cas puisque le Real a un calendrier plutôt tranquille jusqu’au retour de la Ligue des Champions en février. Eliminé de la Coupe du Roi, il ne jouera qu’un match par semaine, affrontant en plus des « petites » équipes du championnat (Gijon, Betis, Espanyol, Grenade). Le premier vrai test aura lieu face à l’Athletic Bilbao (14 février) avant le huitième de finale aller face à la Roma (17 février).

 

 

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. omar ndour dit :

    vréma rien a dire analige parfait

  2. Fabio dit :

    Vos analyses sont parfaites vous avez largement votre place dans le staff technique d’une équipe. Chapeau monsieur

  3. Mathieu Guénantin dit :

    Salut Florent,

    Tu penses que le milieu Kroos-Modric-Isco sera viable contre des grosses équipes ?
    Est ce que Kroos aura un réel impact quand le Réal devra courir après le ballon ?

  4. C’est toujours la même histoire : il peut être viable si tout le monde attaque et défend.

  5. aziz dit :

    Pepe, Ramos, Benzema et Ronaldo ça fait des années qu’ils sont là et j’ai du mal à croire qu’ils soient à un niveau physique
    meilleur qu’il y a quelques années. Aux mois de mars avril on verra que le pressing haut ne sera pas respecté: C’est inhumain pour ces trentenaires.

  1. 13 janvier 2016

    […] de quelques joueurs a évolué et on a également pu constater l’apparition de nouvelles consignes collectives. Concrètement, les madrilènes ont cherché à construire leur jeu en sortant le ballon avec […]

  2. 15 janvier 2016

    […] le positionnement de quelques joueurs, et on a également pu constater l’apparition de nouvelles consignes collectives. Concrètement, les madrilènes ont cherché à construire leur jeu en sortant le ballon avec […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *