FC Barcelone : une impressionnante baisse de régime

En l’espace d’un mois, le FC Barcelone est passé du statut d’invincible à celui d’équipe en passe de tout perdre. Eliminés de la Ligue des Champions par l’Atletico Madrid, les Blaugranas ont vu fondre leur avance en championnat. Relégués à 8 points au retour de la trêve internationale, l’Atletico et le Real sont aujourd’hui revenus à hauteur des champions en titre.

Lire aussi : Atletico Madrid 2-0 FC Barcelone, l’analyse tactique 

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette exceptionnelle baisse de forme du Barça à un moment aussi crucial de la saison. Dans cet article (qui en appellera peut-être d’autres), nous allons en aborder un : sa panne de réussite en attaque.

Depuis sa dernière victoire en date, face à Arsenal il y a un peu plus d’un mois, le Barça n’a marqué que 4 buts. Il a notamment traversé deux matchs consécutifs sans marquer (Real Sociedad puis Atletico Madrid), ce qui ne lui était plus arrivé depuis avril 2014. Déjà à l’époque, l’Atletico était impliqué puisqu’il avait sorti le club catalan en quart de finale de Ligue des Champions (défaite, 1-0). Dans la foulée de cette élimination, les Blaugranas s’étaient inclinés à Grenade sur le même score.

barca-total-serie

Buts et tirs du Barça depuis le début de sa mauvaise série face à Villarreal.

Avec seulement 6 buts inscrits sur 100 tirs tentés, le Barça se retrouve avec un taux de conversion s’élevant à peine à 6%. On est loin, très loin de ses standards dans ce secteur puisqu’il pontait à 17,61% de réussite devant le but avant le début de cette mauvaise série (de 1 but tous les 6 tirs environ, on est passé à un but tous les 17 tirs).

Pour ramener ça à des chiffres estampillés L1, ils sont passés d’une réussite similaire à celle du PSG (17,64%) à une autre digne de l’ESTAC (5,76%).

barca-finition

Le tableau ci-dessus montre aussi que le Barça a plus de mal à cadrer ses frappes (-10%) et surtout à pénétrer à l’intérieur de la surface de réparation pour tenter sa chance (-13%). La finition n’est pas au rendez-vous, mais les tirs sont aussi de moins bonne qualité.

Face à la défense de l’Atletico, les Blaugranas ont certainement effectué leurs pires prestations offensives de la saison. Pour ce qui est de la Liga en revanche, impossible de ne pas mentionner les énormes performances des gardiens de la Real Sociedad et de Valence. Avec 6 arrêts chacun, Geronimo Rulli et Diego Alves ont écoeuré les attaquants du Barça. Ils ont notamment su écarter 2 et 4 « grosses occasions » face à Rakitic, Messi et Neymar.

La MSN justement, parlons-en. Depuis le match face à Villarreal, celle-ci n’a marqué qu’à 4 reprises en 6 rencontres : Neymar contre Villarreal, Suarez contre l’Atletico (x2) et enfin Messi contre Valence, après 6 matchs sans but pour l’Argentin. Au total, il lui a fallu 15 tirs pour mettre un seul but (4 buts sur 60 tirs), soit un taux de conversion approchant difficilement les 7% (6,7%).

messi-suarez-neymar-baisse

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Un joueur sort du lot pour sa baisse de régime : Lionel Messi. L’Argentin n’a mis qu’un seul but en 30 tirs (3,33% de réussite) depuis la sortie du Barça à Villarreal. Mais ce qui frappe surtout dans ses chiffres, c’est la baisse de son pourcentage de tirs tentés à l’intérieur de la surface : seulement 37%, ce qui fait donc près de 2 tirs sur 3 tentés hors des 18 mètres.

Conséquence (?) de ce Messi plus arroseur, Suarez et Neymar ont aussi moins de ballons à négocier. Si le buteur uruguayen reste à des niveaux décents devant le but, Neymar traverse une période aussi creuse que son partenaire argentin.

Rappel : le poids de la MSN dans l’attaque du Barça.

Bref, le Barça se heurte aujourd’hui assez violemment à sa MSN-dépendance en phase offensive. Le trio Messi-Suarez-Neymar a porté le Barça jusqu’à ses plus grands succès la saison dernière. Le rendement des trois Sud-Américains sur le dernier mois permet en partie d’expliquer la baisse de régime de l’équipe (offensivement ET défensivement, mais c’est un autre sujet).

Lire aussi : Statistiques : MSN ou BBC, laquelle est la meilleure ? 

Luis Enrique leur a donné les clés. Il doit désormais espérer leur réveil pour ne pas que le Barça finisse la saison sans trophée majeur (même s’il y aura toujours la Coupe du Roi à aller chercher). Cela commence dès ce soir avec un déplacement sur la pelouse de La Corogne, qui avait tenu le Barça en échec à l’aller (2-2).

 

 

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Figoso dit :

    Encore un article très intéressant, avec des chiffres pour appuyer les explications.

    Si le constat est clair, notamment sur l’aspect qualitatif, les raisons pour un tel manque d’efficacité sont par contre difficiles à saisir. Impatience de conclure (tel le premier Jean-Claude Duss venu) ? Excès de confiance (justifié vu leur efficacité des 10 derniers mois) ? Des equipes qui ne lâchent rien et jouent mieux contre le Barca ?

    Vu le match d’hier et le carton 8-0, on peut penser à une méforme passagère, voire exceptionnelle. Et malheureuse pour le Barca, car dans le mois où se gagnent les trophés.

  2. Méforme passagère en effet selon moi. Pour la Liga en tout cas. Vu le calendrier à venir, seuls les problèmes de finition pouvaient empêcher le Barça d’aller jusqu’au bout. En revanche pour la C1, il y a d’autres problèmes à prendre en compte : l’activité moindre de la MSN en phase défensive, le pressing moins tranchant (structurel et à la perte du ballon etc.).

  3. Figoso dit :

    Si le Barca est toujours devant en Liga, avec un calendrier favorable, et sans la LdC, la pression sera là, surtout quand les 2 équipes madrilènes qui sont en embuscade.

    Le rôle défensif de la MSN est intéressant: cette saison, le Barca n’a presque jamais perdu, ni été en position d’être éliminé. La triplette n’a donc que peu eu d’occasions de devoir activement défendre, tant le danger était faible, tant en fréquence (peu de matchs éliminatoires ) qu’en intensité (peu de matchs avec des scores serrés).

    Cette méforme montre bien le rôle de la « chance » dans la victoire en LdC (ou en Coupe du Monde). Un match sans, et c’est l’élimination. Voir une telle inefficacité du Barca, avec 6% de tirs convertis sur les derniers matchs, par rapport à une moyenne annuelle de 17,6% sur la saison … On ne peut évoquer la pression, alors que la même équipe a tout écrasé la saison dernière …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *