Le messie Diaby

Malgré une dizaine de mois d’absence dans le groupe France, Abou Diaby a certainement compris hier qu’il était assuré d’aller à l’Euro… S’il était évidemment apte physique. Évoquant les problèmes offensifs actuels de sa sélection, Laurent Blanc a fait du Gunner son messie pour apporter ce qui manque cruellement aujourd’hui au milieu de terrain de l’équipe de France : de la percussion. Et au vu de la dernière sortie des Bleus face à la Belgique, difficile de contredire le sélectionneur sur ce point. Rapide analyse.

La bataille du milieu :

Martin invisible, Cabaye disponible mais timide, M’Vila toujours présent mais limité offensivement, les trois milieux de l’équipe de France mardi soir ont vécu une soirée difficile face à leurs homologues belges. Il faut dire que Witsel, Simons et Fellaini avaient pour eux un impact physique ou une présence athlétique bien supérieure qui leur a permis d’étouffer le milieu français. C’est ce qui a du coup poussé Ribéry (à gauche) et Benzema (des deux côtés) à décrocher pour participer à la construction des actions et à l’accélération du tempo.

Mais avant cela, il y a d’abord eu une très bonne organisation du bloc belge. Positionnée au niveau de la ligne médiane, la ligne du milieu de terrain bénéficiait d’abord du travail de Vossen en pointe qui était chargé de gêner la circulation de balle entre les trois défensifs axiaux français (M’Vila, Rami et Sakho). Un cran plus bas, c’était au tour de Witsel de travailler défensivement de manière à couper la relation entre Cabaye et M’Vila. Ici, l’intérêt était de forcer les deux milieux défensifs français à évoluer sur la même ligne. Ainsi gênés dans l’axe, les Français étaient obligés d’écarter vers les latéraux pour trouver des angles de passes afin d’alimenter les attaquants.

Or, s’ils sont à la relance, les latéraux de peuvent pas être non plus dans l’occupation des couloirs dans le camp adverse, une habitude lorsque les Bleus sont en confiance et maîtres de la partie sur le plan tactique. Dès lors, c’est un six contre quatre qui se jouaient dans le camp belge et largement à l’avantage de ces derniers. Lorsque les ballons ressortaient côté gauche, Ribéry voyaient Simons venir au duel face à lui et Fellaini couvrir en deuxième rideau (permettant à la défense de ne pas se découvrir). Côté droit, ce sont les décrochages de Benzema qui apportaient du mouvement, celui-ci étant alors chassé par Fellaini et l’un des défenseurs (Benzema ayant quitté la pointe de l’attaque, ce dernier pouvait se le permettre).

L’apport de Diaby :

Cette démonstration faite, il est facile de constater que tous les problèmes d’animation des Bleus face à la Belgique sont partis du milieu de terrain, incapables de se libérer de l’emprise belge. Et pour cause, M’Vila et Cabaye, tout comme Martin lors de ses quelques décrochages, n’ont tout simplement pas les qualités pour provoquer et éliminer les adversaires. Les trois hommes sont en revanche beaucoup plus efficaces dès lors qu’il s’agit de prendre les intervalles une fois que le tempo s’est accéléré. Mais si l’adversaire est en place, ils n’ont pas, en tout cas au niveau international, les qualités pour accélérer d’eux-mêmes ce tempo. Dans ce schéma de pensée, il n’est du coup pas étonnant que les deux seuls joueurs à avoir crée des solutions face aux Belges soient les deux qui évoluent dans des grands clubs européens…

Et Abou Diaby dans tout ça ? Au sommet de sa forme, le milieu de terrain d’Arsenal est tout simplement le seul joueur français capable d’accomplir ce travail d’accélération du jeu en solitaire (d’un rythme lent de possession à un rythme de percussion), en prenant le dessus sur un ou plusieurs adversaires qui viendraient se présenter à lui. Ces derniers, forcés de ne pas le lâcher sous peine de le voir prendre de la vitesse, pourraient alors être contraints à lui réserver un traitement de faveur (marquage individuel, l’empêcher de se mettre dans le sens du jeu…), libérant ainsi des espaces pour les autres milieux de terrain français. Ainsi, si Cabaye, lorsqu’il décroche, n’incite pas les milieux adverses à sortir sur lui mais plutôt à couper les lignes de passes, le même déplacement d’un Diaby les pousserait sans doute plus à sortir et donc se découvrir.

Vraiment Laurent ?

Bref, si l’analyse du sélectionneur quant aux manques de son milieu de terrain à l’heure actuelle sont tout à fait exacts, il est quand même bon de rappeler qu’en dix mois, celui-ci n’a pas semblé chercher la solution pour réussir à composer avec l’absence de son messie Diaby. Est-il normal de miser autant sur un joueur qui a toujours eu des problèmes physiques depuis le début de sa carrière ? Est-il normal de ne pas avoir réussi à trouver un plan B convaincant en deux saisons ? Est-il normal d’avoir mis de côté le seul joueur au profil se rapprochant un minimum du milieu d’Arsenal (Mousa Sissoko, de Toulouse) quand on insiste sur l’importance des joueurs de ce profil dans le football du XXIème siècle ? Des questions qui vont rester sans réponse pendant quelques mois encore ; en attendant, il ne reste plus qu’à souhaiter une chose au sélectionneur pendant les fêtes : un Diaby au pied du sapin.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Dans le profil de Diaby je verrai bien Etienne Capoue milieu du TFC, pas vous?

  2. un curieux dit :

    bonjour,

    je suis tout à fait d’accord avec cette analyse!!
    Est-ce qu’on peut dire qu’Hatem Ben Arfa pourrait aussi tenir ce rôle d’accélérateur au milieu de terrain?

  3. erick dit :

    bonjour, bonne analyse mais je ne vois pas hatem au milieu mais plutôt sur une aile car je ne crois qu’il ferait les replis défensifs nécessaires lol

  4. un curieux dit :

    lol c’est vrai mais je trouve que c’est vraiment dommage qu’on puisse pas trouver un système pour le faire jouer dans l’axe!!

    ben arfa c’est un véritable casse tête loool : d’un côté il est capable d’accélérer le jeu pour débloquer des situations fermées et faire sauter le verrou adverse mais d’un autre côté il assure moins pour les phases défensives ….

    c’est vraiment dommage :(

  5. erick dit :

    a part si on le met en 10 avec 3 milieux défensifs mais faut pas qu’il se chie dessus après lol

  6. erick dit :

    sinon capoue bof il joue pas en 6 lui comme m’vila

  7. Eulalie dit :

    Bonjour
    Bonne analyse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *