Le football sans attaquant

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. The teacha dit :

    Bon article qui met vraiment en evidence l’evolution du football de ces dernières années et l’état d’esprit des techniciens sur le banc. Quand on observe un match de débutants, que voit on ? 6 ou 7 bambins qui sont obnibulés par le but adverse sans la moindre reflexion sur la tache défensive et qui ne pensent qu’à marquer des buts!! A l’echelle professionnelle, le barca est une équipe anthologique avec laquelle on ne peut faire aucune comparaison avec des joueurs qui jouent ensemble depuis l’age de 13 ans pour la plupart. Donc les similitudes avec les clubs qui veulent jouer sans attaquants comme le barça et qui mettent ce système en place en 1 mois sont déjà dans le faux. En centre de formation, les 4-4-2 ne sont quasiment plus travaillés car on prefere travailler avec une pointe et demain avec 0 attaquants, alors je dis stop.
    Oublions les génies du barça et mettez en valeur le football offensif messieurs les techniciens en mettant un max d’attaquants afin de permettre un jeu direct, offensif et rythmé.

  2. Je pense pas que l’Espagne a inventé une organisation de jeu. Au départ c’est le Barça qui essaye de repositionner Messi suite à des manquements au poste de 9 avec le départ de Eto’o puis surtout par le génie de Messi bloqué à droite à l’époque. C’est un énorme succès à Barcelone, Messi est un attaquant certes pas un neuf mais un joueur de soutien accompagné par deux ailiers qui savent se muer en buteurs et sa marche. L’Espagne c’est un réel handicap, Villa abs, Torres à court de forme, Llorente et Negredo sont des joueurs aux profils inadaptés au toque je dirai. Ils ont inventé une réelle variante qui gêne les défenses, mais je doute que cela devienne une généralité dans 2-3 ans, probablement plus tard !

  3. Skyrohff dit :

    Bof, pour moi ça reste une liste d’attaquants de pointe qui sont capable de décrocher à la manière d’un neuf et demi ou en faux neuf. La partie la plus intéressante à développer était je pense les adaptations tactiques impliquées. Mettre un Fabregas en pointe c’est « facile », mais c’est la construction qui change et les profils et complémentarité qui sont les plus intéressantes. Aboutir sur un jeu fluide, c’est bien, mais cela correspond-il a la philosophie britannique, allemande même française ?

    Bon il y a clairement une problématique très interressante à dégager, mais je trouvais l’article un peu court. Super néanmoins !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *