Le bilan tactique de la Coupe du Monde 2014

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Yann_José dit :

    Ami du foot bonsoir,

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ton article sur le bilan tactique de la coupe du monde que j’ai trouvé pertinent. En fait, j’ai l’impression que l’on pourrait résumer cette coupe du monde d’une manière assez simple (ou peut-être trop simpliste): pour gagner un titre (Euro ou Coupe du Monde), il faut être capable de faire le jeu. La dernière équipe de contre qui a gagné un de ces grands rendez-vous fut la Grèce en 2004, ce qui me semble être un accident de l’histoire. Cela permettrait de justifier en quelque sorte la victoire de l’Allemagne et peut être expliquer aussi un niveau « homogène » des équipes puisque toutes celles pouvant faire le jeu étaient cramées (Italie, Espagne, etc.). A partir des 1/8ème, comme ils ne restaient en majorité que des équipes de contre, très peu d’équipe ont été capable de maîtriser leurs rencontres, même face à des équipes plus faibles (Argentine vs Suisse, Pays-Bas vs Costa Rica, etc.).

    Maintenant, j’aimerais te poser une question sur l’Espagne est son cycle de 6 ans: l’Espagne possédait en 2008 et 2010 un grand David Villa en pointe puis en 2012, sur inspiration du modèle Guardiola, il y a eu presque disparition de ce rôle avec le fameux faux neuf (Fabregas). J’ai bien tenté de rechercher les analyses tactiques de 2008 et 2010 afin de comprendre l’apport (s’il y en a un) de ‘el Guaje’ mais sans succès. Est-ce que le tiki taka est devenu pénible et stérile avec sa disparition ? Est-ce qu’il ne permettait pas plus de possibilité face à des équipes de contre ? Est-ce qu’un neuf avec les qualités de Villa n’est pas plus pertinent avec l’Espagne qu’un Diego Costa ?

    Sur toutes ces belles questions, je te souhaite une belle soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *